Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Aymeric CHAUPRADE
( n. 1969 )

L'auteur

Aymeric CHAUPRADE --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 13 janvier 1969

Aymeric Chauprade est un politologue renommé, mais de formation de base en Mathématiques. Il est docteur en Sciences politiques, Professeur au Collège Interarmées de Défense et Chercheur à l'Université René Descartes (Paris V). Il est directeur de collections aux Éditions Ellipses et auteur de plusieurs articles spécialisés et livres, dont "Introduction à l'analyse géopolitiques", "Dictionnaire de géopolitique" (en collaboration avec François Thural), etc.

Thèse soutenue en 2001 à la Faculté de droit de Paris V : La géopolitique : genèse d’une science politique , déterminants et modèles explicatifs . Dir. M. Jouve.

ligne
Livre numéro 1268
Aymeric CHAUPRADE --- Cliquer pour agrandir Géopolitique : Constantes et changements dans l'histoire
Titre : Géopolitique : Constantes et changements dans l'histoire / auteur(s) : Aymeric CHAUPRADE -
Editeur : Ellipses
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : 86-Ligugé : Aubin impr.
Description : 1 vol. (1050 p.) : cartes, couv. ill. en coul. ; 25 cm
Collection :
Notes : 3e édition revue et augmentée, Bibliogr. p. 935-979. Index
Autres auteurs :
Sujets : Géopolitique -- Méthodologie
ISBN : 9782729831721
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 55,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Nombreux sont les livres qui narrent les relations internationales : peu sont ceux qui cherchent à en faire comprendre les mécanismes propres.
L'objectif de cet ouvrage est de donner au lecteur une méthode de raisonnement à appliquer à n'importe quelle situation historique ou d'actualité ; de rendre intelligible les savoirs proposés et d'en permettre donc une mémorisation durable ; de dévoiler, sans complaisance ni jugement de valeur, les enjeux et les intérêts des États et des acteurs internationaux.
Après une première partie consacrée à l'histoire des idées géopolitiques, l'ouvrage s'attache à éclairer les grandes permanences de l'histoire : la dualité centre-périphérie, l'opposition terre-mer, l'enclavement, l'insularité, le relief, l'ethnie, la langue, la religion, les représentations territoriales et civilisationnelles, les catégories socio-économiques, la quête des ressources fondamentales – comme l'eau ou le pétrole –, le poids des dynamiques démographiques...
Il s'agit ensuite de comprendre ce qui arrache l'histoire à la pesanteur des déterminismes, et modifie les données de la puissance : les grandes révolutions géographiques, les conséquences des progrès techniques, les effets de la montée en force des acteurs transnationaux licites ou criminels, ceux des dégradations écologiques, la signification de la mondialisation et de la régionalisation...

112 cartes éclairent les situations étudiées. Un index permet une recherche géographique, historique et thématique aisée. D'abondantes sources sont fournies près du texte à l'attention de ceux qui souhaitent approfondir davantage les explications proposées.

Écrit pour les officiers du Collège Interarmées de Défense – ex-École de Guerre –, ce manuel s'adresse également à ceux qui sont amenés à manier les données de l'histoire, de la géographie, de la science politique, et des relations internationales, pour bâtir des raisonnements géopolitiques : diplomates, étudiants, enseignants, chercheurs, et public intéressé par le décryptage de l'actualité internationale...


Livre numéro 163
Aymeric CHAUPRADE --- Cliquer pour agrandir Géopolitique : Constantes et changements dans l'histoire
Titre : Géopolitique : Constantes et changements dans l'histoire / auteur(s) : Aymeric CHAUPRADE -
Editeur : Ellipses
Année : 2003
Imprimeur/Fabricant : 86-Ligugé : Aubin impr
Description : 960 p. : cartes, couv. ill. en coul. ; 25 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 845-890. Index , 2e éd. rev. et augm
Autres auteurs :
Sujets : Géopolitique -- Méthodologie Géopolitique -- Manuels d'enseignement supérieur Relations internationales -- Manuels d'enseignement supérieur
ISBN : 9782729811228
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 49,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Dévoiler, sans complaisance ni jugement de valeur, les enjeux et les intérêts des Etats et des acteurs internationaux" : tel est l’objectif principal de cet ouvrage aussi dense que riche ; telle est d’ailleurs la raison d’être de la géopolitique. Science longtemps occultée en raison de sa réputation sulfureuse, liée à son utilisation par différents gouvernements en vue de justifier des fins expansionnistes, la géopolitique est aujourd’hui heureusement sortie de son long purgatoire : les faits, têtus, lui ont en effet donné raison, la chute du Mur de Berlin puis les attentats islamistes du 11 septembre 2001 assurant visiblement le retour de l’Histoire sur l’échiquier mondial.

Elève de François Thual, docteur ès sciences politiques, chargé de cours à Paris I et directeur des études du Collège Interarmées de Défense (ex-Ecole de Guerre), Aymeric Chauprade est sans conteste l’auteur le plus en vue de "l’école géopolitique française" en gestation, laquelle s’affiche "réaliste", et se distingue donc autant de l’Ecole du Chaos (Jean-Christophe Rufin, Martin Van Creveld) que des idéalistes qui inspirent encore trop souvent les commentaires des gros médias (Yves Lacoste, Maurice Bertrand…)(1). Renvoyant pour ainsi dire dos à dos un Pascal Boniface et un Samuel Huntington, A. Chauprade a le mérite de refuser toutes les explications mono-causales par trop simplistes et l’audace de dépoussiérer la géopolitique de ses gangues idéologiques - notamment "droits-de-l’hommistes" - pour se colleter avec le réel, lequel n’est jamais le fruit du hasard, ni même de la seule volonté, mais bien plus souvent celui de la nécessité. Il affiche, et démontre sans difficulté, l’influence de la géographie physique et humaine sur les traits sociologiques et politiques des sociétés et donc des Etats. Il associe l’ensemble des facteurs identitaires, autant que "la quête des ressources" (matières premières, pétrole, eau…), à sa "grille de lecture" des relations internationales. Bref, en intégrant à sa démarche aussi bien la géographie que la sociologie politique, la démographie, l’économie ou encore l’ethnologie, il rend à la géopolitique ses lettres de noblesse, et plus encore sa nature intrinsèque : l’illustration de "la force du réel, des forces profondes de l’histoire, dont l’existence même donne sens au génie propre que l’homme oppose à la persistance des déterminismes" (p. 12).

"Géopolitique, constantes et changements dans l’histoire" est un manuel qui se lit comme un roman, présentant de façon exhaustive et vivante les constantes de la géopolitique et des relations internationales, ce qui les définit, les détermine, mais aussi les modifie et les fait évoluer. Après une première partie consacrée à l'histoire des idées géopolitiques, l'ouvrage s'attache à éclairer les grandes permanences de l'histoire : la dualité centre-périphérie, l'opposition terre-mer, l'enclavement, l'insularité, l'ethnie, la langue, les catégories socio-économiques... L'ouvrage s'achève sur une analyse des évolutions de la géopolitique : les grandes révolutions géographiques et la remise en cause du concept d'État-nation par la mondialisation, la régionalisation ou encore la montée en force des acteurs transnationaux. Sur ce dernier point, l’auteur affiche à juste titre son "déterminisme chaotique" : l’aspect déterministe inspire l’étude des facteurs permanents ("les forces profondes de l’histoire" chères à Duroselle), tandis que l’aspect chaotique prend en compte la "turbulence" (Rosenau) provoquée par la montée des facteurs de changement, au premier rang desquels l’irruption des acteurs et des paramètres transnationaux (multinationales, "opinion internationale", organisation criminelles transnationales…) dans le champ de force classique du système des Etats (2).

Fin connaisseur de l’histoire française, A. Chauprade y puise une "realpolitik" faite de mesure et d’équilibre entre les puissances, notamment européennes, qui constitue en outre un reflet autant qu’un prolongement de l’équilibre des facteurs qu’il revendique dans l’explication scientifique des données géopolitiques. Cette vision traditionnelle de la France, hermétique voire opposée à toute idée d’Empire, conduit l’auteur à juger sévèrement les différents "panismes" (3) à l’œuvre en réponse au chaos provoqué notamment par le double phénomène de mondialisation-atomisation. Mais c’est là encore, aussi, par refus de l’univocité des causes et par méfiance à l’égard des constructions idéologiques : le cœur de la compréhension des relations internationales reste quoi qu’il en soit l’expression des volontés de puissance, portées par une multiplicité d’acteurs, dans les Etats, entre les Etats ou par-dessus les Etats.

Démarxisée, décomplexée face aux réalités qu’elle appréhende sans détours, l’école géopolitique "néoréaliste" française dont Aymeric Chauprade jette ainsi les bases est aussi saine que stimulante. Si l’on comprend pourquoi l’auteur se refuse à toute projection de son analyse vers des objectifs opérationnels, il appartient à ses lecteurs d’assurer cette tâche. A l’instar de ce qui se fait dans les think thanks américains. Mais pour faire face efficacement, appuyé sur l’ "heartland" eurasiatique, à l’hégémonisme états-unien et aux menaces montantes du Sud.

G.T., 1er/09/2003, © POLEMIA

NOTES

(1) Cette liberté de ton, ce souci de l’appréhension du réel, cette distanciation avec les valeurs imposées et les discours convenus du "politiquement correct" valent à Aymeric Chauprade une hostilité à peine voilée de la part de l’Etablissement. Ainsi a-t-il notamment été catalogué, avec François Thual, comme "réactionnaire" dans la revue "Le débat stratégique" pour ne pas avoir condamné les "auteurs maudits" allemands que sont Karl Haushofer, Carl Schmitt ou encore Jordis von Lauhausen (André Bigot, "Rejets et nécessité d’une géographie politique européenne", in "Le débat stratégique" N°47, novembre 1999). Mais c’est une situation qui est en train de changer : on en veut pour preuve notamment la publication, dans la dernière livraison du magazine "l’Histoire", d’une étude d’A. Chauprade consacrée à la géopolitique du pétrole…

(2) Ce qui laisse le champ ouvert à l’intégration de nouveaux facteurs, comme par exemple les ONG ou l’infoguerre. En effet, l’avènement de l’information comme outil au service de la puissance implique de facto une redistribution et un changement de nature dans les jeux de puissance…

(3) "Les panismes sont des mouvements politico-idéologiques où le regroupement de tous les membres d’une communauté éparse devient l’objectif fondamental des dispositifs géopolitiques. Ces mouvements sont de deux sortes : soit ils se fondent sur des critères ehno-linguistiques, comme par exemple le pan-turquisme, le pan-mongolisme, le pan-germanisme ; soit sur des critères géographiques : le pan-américanisme, ou des regroupements plus vastes encore comme le pan-arabisme ; soit encore sur des critères religieux comme la pan-orthodoxie. Dans tous les cas, il s’agit de mouvements de rassemblement, d’unification et de fusion qui ont tous les mêmes caractéristiques" (François Thual, "Méthodes de la géopolitique", Ellipses 1996).


ligne

  Retour à l'Index des auteurs