Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Emile DOUMERGUE
( 1844 - 1937 )

L'auteur

 
Naissance le 25 novembre 1844 à Nîmes (Gard, France)), décès le 14 février 1937 à Montauban (Tarn-et-Garonne, France))

Pasteur et professeur de théologie, Doyen honoraire de la Faculté de théologie protestante de Montauban.

ligne
Livre numéro 1219
Emile DOUMERGUE --- Cliquer pour agrandir L'Arménie, les massacres et la question d'Orient
 
Titre : L'Arménie, les massacres et la question d'Orient / auteur(s) : Emile DOUMERGUE -
Editeur : Le Cercle d écrits caucasiens
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : Imp. Cercle d'écrits caucasiens
Description : 14,5 x 20,5 cm, 306 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection : Etudes, conférences et documents
Notes : Réédition de l'ouvrage paru en 1916
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9781913564206
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 26,00 euros

Commentaire :

Cet ouvrage écrit à chaud en 1916, n'a pas pris une ride. On est surpris de la justesse des analyses de ce grand humaniste, concernant le Génocide des Arméniens. Il est aussi perspicace quant aux objectifs peu avouables des Allemands et des intentions des Jeunes-Turcs dont il dénonce sans appel, entre autres, l'organisation négationniste dès 1915. Hormis les informations sur les traités, les massacres, la vision de l'époque sur les Turcs et les Arméniens, l'auteur établit la continuité génocidaire entre les massacres de 1894-96 et ceux de 1915-16 à travers par exemple la formule d'Abdul Hamid reprise par les Jeunes-Turcs : "Le moyen de se débarrasser de la question arménienne, c'est de se débarrasser des Arméniens". Il dénonce la perfidie responsable des dirigeants allemands et celle, certes plus atténuée, des autres Etats européens. Il détruit déjà tous les alibis fallacieux des Jeunes-Turcs rejetant la culpabilité sur l'Angletterre, les alliés, les révolutionnaires.. Enfin il fait état des statistiques du nombre d'Arméniens en Turquie en 1882, estimé entre 2 600 000 et 3 000 000. Celles-ci sont complétées par Hratch Bédrossian en fin d'ouvrage : en tenant compte des Arméniens tués et islamisés en 1894-96, de ceux ayant émigré après ces massacres et de l'accroissement de la population entre 1882 et 1912 (plus d'une génération), du recensement patriarcal, il y aurait 3 000 000 d'Arméniens (apostoliques, catholiques et protestants) en Turquie en 1912, chiffre identique à celui donné par Mgr Jean Naslian dans ses mémoires. En retranchant les survivants du Génocide, les réfugiés en Transcaucasie, les femmes et les enfants islamisés, le nombre de victimes est estimé entre 1500 000 et 2 000 000.
Du travail pour les historiens et les démographes

Livre numéro 905
Emile DOUMERGUE --- Cliquer pour agrandir L'Arménie, les massacres et la question d'Orient
 
Titre : L'Arménie, les massacres et la question d'Orient / auteur(s) : Emile DOUMERGUE - Conférences, études et documents.
Editeur : Paris, Foi et Vie
Année : 1916
Imprimeur/Fabricant : Imprimerie moderne, G. Kavanagh et Cie, Laval
Description : In-8, 209 p., cartes h. t.
Collection :
Notes : La Morale et la politique des belligérants, seconde édition revue et augmentée
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien, Question d'Orient
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 1 franc

Commentaire :

AVANT-PROPOS
La Conférence que l'on va lire a été prononcée, sous les auspices de Foi et Vie, dans la grande salle de la Société de l'Horticulture, à Paris, le 16 janvier 1916.
Ce qui a donné un intérêt tout particulier à. la séance, ce sont les vues, (monuments, paysages, portraits, scènes d'Arménie), qui ont été projetées et accompagnées d'explications courtes, précises, par M. Fr. Macler, professeur d'Arménien à l’Ecole Nationale des Langues Orientales vivantes et, habilement entremêlés aux projections, les chants arméniens. (un Miserere, une berceuse, une idylle, une chanson patriotique), exécutés par Mlle Marguerite Babaïan, professeur de musique, et Mlle Kavanoz, accompagnées par un chœur. Ces dames, artistes consommées, ont chanté avec un art, une douceur et une émotion qui ont produit la plus vive impression. Dans sa très courte allocution, M. le professeur Macler a parlé de ces mélopées arméniennes « toutes de douceur et de mélancolie, toutes de rusticité montagnarde ou de mâle énergie » ; et il a cité les lignes suivantes d'un spécialiste, M. Louis Laloy, (Le Mercure Musical, 15 décembre 1906, p. 22) : « Aucun de nous, je crois, sauf de très rares initiés, ne pouvait soupçonner les beautés de cet art, qui n'est en réalité ni européen, ni oriental, mais possède un caractère unique au monde de douceur gracieuse, d'émotion pénétrante et de tendresse noble. Des mélodies aux inflexions délicates et cependant précises, des rythmes souples et vivants, une musique qui vient toute du cœur et coule comme une eau fraîche, transparente et lumineuse. Il y a du soleil en ces chants, mais non pas le soleil dévorateur des déserts de l'Arabie et de la Perse ; une clarté dorée, toute céleste, dont l'ardeur est une caresse à la blancheur des cimes, au vert des forêts et aux reflets des ruisseaux murmurants. Peut-être n'ont-ils pas tort ceux qui placent en Arménie, au pied du mont Ararat, le Paradis Terrestre )›. Pour savoir ce qu'est une âme, surtout l'âme d'un peuple, le meilleur moyen n'est-il pas de lui demander ce qu'elle, chante, et comment elle chante ?
J'aurais aimé remercier ceux qui m'ont aidé dans mes études ; ceux qui, avec une patience inlassable, ont répondu à mes innombrables questions, quelquefois par de véritables Mémoires ; cela m'est interdit. Je ne puis nommer que M. le professeur Macler qui, avec la plus grande amabilité, m'a introduit dans la littérature spéciale du sujet. Si mon travail se rapproche plus ou moins du but que je me suis proposé : écrire un petit manuel à l'usage des Amis de l'Arménie, c'est à ces concours précieux et amicaux que je le dois.
E. D.
TABLE DES MATIÈRES

AVANT-PROPOS
Conférence sur L'ARMÉNIE, LES MASSACRES ET LA QUESTION D'ORIENT p. 3

Etudes et documents p. 37

I - L'ORIENT ENJEU ET CAUSE DE LA GUERRE
I. Le plan : Première étape p. 37
2. La dernière étape : la Turquie p. 4o
3. L'Étape intermédiaire : la Serbie p. 46
4. Le symbole : le Hambourg-Golfe Persique p. 48

II - LES Turcs.
1. Le Gouvernement et le Peuple p. 52
2 Absence du sens de l’organisation p. 54
3. La persécution : un mode d'administration p. 54
4. La tolérance turque p. 58
5. Que dit le Coran p. 6o
6. Le droit commun, les capitulations, les réformes p. 63
7. Affinités ethniques ; Turcs et Bulgares p. 66
8. Affinités morales ; Turcs et Pangermanistes p. 66

III - LES ARMÉNIENS
I. Géographie politique : la grande Arménie turque p. 69
2. La petite Arménie, ou Cilicie p. 7o
3. Géographie physique p. 72
4. Statistique p. 73
5. Commerce et industrie p. 75
6. Instruction publique p. 75
7. Mœurs et caractère p. 76
8. La littérature arménienne p. 85
9. Saint Grégoire l'Illuminateur et le Christianisme p. 87
10. L'Eglise Arménienne ou Grégorienne p. 91
11. Un Catholicos p. 95

IV - DE SAN STEFANO A BERLIN
1. Traité de San Stefano p. 98
2. Traité de Berlin p. 101
3. Les Réformes p. 103

V - ABDUL-HAMID
1. L'école du massacre p. 107
2. Le contrôle général p. 108
3. Le Panislamisme p. 109
4. La Cavalerie Hamidié p. 110
5. La parole d'honneur d'Abdul-Hamid p. 111
6. Les massacres : littérature, un épisode p. 111
7. Abdul-Hamid et Guillaume. L'embrassade du 18 octobre 1898 p. 113
8. Abdul-Hamid et un diplomate français p. 114
9. Les massacres d’Abdul-Hamid et le Pasteur allemand Naumann p. 115
10. Les massacres d’Abdul-Hamid et le Pasteur allemand Schneller p. 122
11. Avertissements et Prophéties p. 124

VI - Les JEUNES-TURCS
1. Avant 1908 p. 126
2. Le pacte entre les Jeunes-Turcs et les Arméniens p. 126
3. Le panturquisme p. 129
4. Portraits de Talaat Bey et d'Enver Pacha p. 131
5. Les massacres : sources américaines p. 132
6. Les massacres : sources allemandes p. 134
7. Le caractère général des massacres p. 137

VII - LES MASSACRES ET L'ALLEMAGNE
1. Une accusation sans preuves p. 139
2. Il faut distinguer entre le peuple et le Gouvernement p. 141
3. Le Chancelier et les Représentants du Catholicisme et du Protestantisme allemands p. 142
4. Fraternité et agapes turco-allemandes p. 145

VIII - LES TROIS MENSONGES
1. Le mot et sa signification p. 147
2. Le dernier plaidoyer Jeune-Turc-Allemand p. 147
3. Le premier mensonge p. 148
4. L'innocence de l'Arménie p. 15o
5. C’est la faute de l'Angleterre et des Alliés p. 153
6. Les partis révolutionnaires p. 153
7. Les cinq grandes preuves de la « sédition » et de la « trahison » arméniennes p. 166
8. Le second mensonge p. 167
9. Le troisième mensonge p. 173
10. Le dernier plaidoyer Jeune-Turc, en français p. 177

IX. — LES MASSACRES ET LA FRANCE
1. Un épisode : une Femme de France p. 185
2. Un épisode : quelques Marins de France p. 186

X - L'AVENIR DE L'ARMENIE p. 194

XI. - APPELS SUPREMES p. 197

APPENDICE p. 201
Carte de la mer du Nord au golfe Persique.
Carte de l'Empire ottoman.



ligne

  Retour à l'Index des auteurs