Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Clément LEPIDIS
( 1920 - 1997 )

L'auteur

Clément LEPIDIS --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 2 avril 1920 à Paris (France), décès le 26 août 1997

De son véritable nom, Kléanthis Tchélébidès.
Clément Lépidis est né d'une famille originaire d'Anatolie, qui avait du fuir les massacres de la population orthodoxe grecque lors du mouvement "Jeune Turc", puis la guerre gréco-turque. Il a vécu son enfance et son adolescence dans son cher Belleville où son père, comme de très nombreux réfugiés Grecs et Arméniens, travaillait dans la chaussure,, à quoi lui-même s'essaya un temps ("Ma vie en chantier", "L'Arménien", "La main rouge").Après avoir exercé plusieurs métiers, expérience qui lui inspirera "Les tribulations d'un commis Voyageur", il se consacre à la peinture et à la littérature.

Ami du photographe Robert Doisneau , de l'accordéoniste Jo Privat dont il écrivit la biographie, du lutteur et ouvrier tailleur Tasso Miadès (natif de Constantinople), il aimait le Paris populaire dont il a décrit l'aspect heureux et bon enfant, mais aussi le côté sombre pendant l'occupation allemande (rafle des Juifs, des Arméniens, les nombreux voisins et amis de son enfance à Belleville). Il montrera ces aspects entre autres dans le roman "L'Arménien".


Article de Francis Combes, du 27 août 1997.

L’entrée de Clément Lépidis dans la carrière des lettres fut assez atypique. C’est à l’âge de quarante-quatre ans qu’il commença à écrire et à publier. La « révélation » lui est venue tard... sur un lit d’hôpital où il s’ennuyait ferme. Un ami qui lui rendait visite lui offrit un livre d’Henri Miller, et lui, qui jusque-là ne lisait guère, découvrit la passion de la littérature. Sa vie en fut bouleversée. Il quitta son foyer, changea de métier et se mit à écrire... En une trentaine d’années, il devait publier près de trente livres dont plusieurs lui valurent reconnaissance et notoriété. On peut citer parmi ses romans "la Rose de Buyukada", paru aux éditions du Seuil et prix des Deux-Magots, "Le Marin de Lesbos", chez le même éditeur, qui reçut le prix populiste, "L’Arménien", qui fut couronné par l’Académie française et la Société des gens de lettres...

Il publia aussi des poèmes et de nombreux récits et livres sur Paris, notamment "Le Mal de Paris", avec des photos de Robert Doisneau. Ces dernières années, il était membre du jury du Prix populiste et il fut l’un des fondateurs du Temps des CeRISES. Amoureux du Paris populaire qu’il évoque dans plusieurs de ses livres (dont son roman "Eulalie Moulin" publié par Messidor), il vivait souvent douloureusement les transformations de son quartier bien-aimé. Son oeuvre de romancier touche par sa capacité à restituer la vie de ceux que l’on nomme un peu abusivement les simples gens. Il faut dire qu’à l’image des romanciers américains qu’il aimait tant (et à la différence de toute une tradition littéraire française), avant de se lancer dans l’écriture, Clément Lépidis avait expérimenté trente-six métiers, trente-six misères. Dans l’un de ses tout derniers livres, "Les Tribulations d’un commis voyageur", il raconte les aventures d’un adolescent de Belleville qui lui ressemble comme un frère et qui, pendant l’Occupation, fait ses premières armes comme représentant de commerce, vendeur de lames de rasoir, de brosses à dents et de capotes anglaises. Il fut ainsi lui-même tour à tour représentant en produits de beauté, apprenti cordonnier, fabricant de chaussures, photographe... Et c’est dans cette expérience sociale diverse qu’il a puisé la matière picaresque de ses livres. Fils d’immigré, il a connu le racisme, mais aussi la vie partagée des hommes et des femmes d’origines diverses, le brassage heureux des cultures et l’échange des musiques que font les peuples. Il fut un grand ami de Jo Privat, l’accordéoniste, et un passionné de flamenco. Son oeuvre de titi parisien est largement ouverte sur le sud. Elle restera non seulement comme le témoignage d’un Paris en partie disparu, mais aussi comme une expression de la vitalité de l’esprit populaire qui se transforme et ne meurt pas, et surtout comme une affirmation de la fraternité humaine.

ligne
Livre numéro 1253
Clément LEPIDIS --- Cliquer pour agrandir L'Arménien
 
Titre : L'Arménien / auteur(s) : Clément LEPIDIS -
Editeur : desmos
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : Corlet, Imprimeur, S.A. -14110 Condé-sur-Noireau
Description : 250 pages, 22 x 15 cm
Collection :
Notes : Réédition, sous les auspices de Richard Tchélébidès (le fils de l'auteur), qui signe un avant-propos
Autres auteurs :
Sujets : Roman
ISBN : 9782911427428
Prix : 18,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

"En ce temps-là, chaque quartier de la capitale avait sa vocation : les girls à Montmartre, les peintres à Montparnasse, les diamantaires à Cadet et les morts au Père-Lachaise ; mais la
chaussure, c’est à Belleville qu’on la trouvait. (…)
C’est à Belleville que l’Arménien Aram Tokatlérian posa le pied, pour la première fois. C’était un petit homme aux cheveux noirs, au teint sucre brûlé, au nez cassé à angle vif, l’oeil
percé d’un éclat de charbon. Il portait une grosse valise entourée de courroies et un lourd
paquet… »
Venu d’Istanbul, Aram, le cordonnier arménien a choisi la France pour réaliser un rêve de
liberté. Les canons de 14-18 se sont tus depuis plusieurs années déjà et en regardant les toits de Paris, du haut de la colline de Belleville, on peut croire au bonheur. Le travail, l’amitié et l’amour seront au rendez-vous. Mais l’Occupation arrive et le rêve se fissure. L’Arménien pourra-t-il définitivement s’enraciner dans sa terre d’accueil ?

Le roman de Clément Lépidis ne cesse de poser cette question de l’intégration. À travers une galerie de personnages hauts en couleurs, il peint l’instabilité d’une époque, mais aussi l’inconstance des êtres humains. Salué par l’ensemble de la critique lors de sa première parution, l’Arménien offre au lecteur d’aujourd’hui un portrait de déraciné, toujours d’actualité.


Livre numéro 431
Clément LEPIDIS --- Cliquer pour agrandir L'Arménien
 
Titre : L'Arménien / auteur(s) : Clément LEPIDIS -
Editeur : lelivredepoche
Année : 1976
Imprimeur/Fabricant : 72-La Fleche : impr. Brodard et Taupin
Description : 215 p. couv. ill. en coul. 17 cm
Collection : Le Livre de poche : 4806
Notes : Réédition
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 2253013951
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

C'était le temps des Georges Milton, des Joséphine Baker, des Max Dearly, le temps idéal pour s'installer à Belleville. Quand on est arménien, quand on vient d'Istanbul avec une seule valise, quand on a économisé le prix du voyage pour connaître enfin le Paris des cartes postales, quand on prend la semeuse du timbre pour une jolie femme dont on ne s'explique pas le geste, quand on vient à Paris éclaircir ce mystère, Belleville est prêt à vous accueillir. Aram Tokatlérian était prêt à aimer Belleville, Belleville prêt à l'adopter. Le Belleville de la chaussure, le Belleville de la plomberie, d'Eugène Gopic et de sa soeur Charlotte — qui ressemble si fort à la femme du timbre —, le Belleville du père Sabaut qui persiste à dormir pendant que Garbiz Budurian, l'ancien confident du Négus, vante la qualité du café éthiopien devant Poitrine d'Acier, devant Yelen le Polonais, Rebourg le rouge, Tatave le garçon... Le temps qui prend un goût d'amertume un jour de février 34, le jour qui annonce les grandes rafles de l'Occupation. Aram réapprend la peur dans le Belleville de l'impossible bonheur. Grâce à Clément Lépidis qui ne cesse de regarder l'homme, et le plus désarmé d'entre les hommes, Aram devient le frère du lecteur, du moins -un frère à qui il n'a manqué qu'un peu d'amour.

Livre numéro 1252
  L'Arménien
 
Titre : L'Arménien / auteur(s) : Clément LEPIDIS -
Editeur : Le Seuil
Année : 1973
Imprimeur/Fabricant : 27-Évreux : impr. Hérissey
Description : 219 p. ; 21 cm
Collection : Méditerranée
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 25 FRF

Commentaire :


ligne

  Retour à l'Index des auteurs