Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Gérard J. LIBARIDIAN
( n. 1945 )

L'auteur

Gérard J. LIBARIDIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance en juin 1945.

Gérard Libaridian est historien; docteur en histoire de l'Université de Califonie à Los Angeles (1987).

Il vit aux Etats-Unis. De 1991 à 1997, il a été conseiller, puis premier conseiller du président Ter-Petrossian en matière de politique étrangère, avec pour responsabilité la sécurité nationale et la solution des conflits. Il est aussi l'auteur de " The Karabakh File " (1988, Zorian Institute) et " Armenia at the Crossroad " (1991, Blue Crane Books).
Gérard Libaridian est actuellemet (depuis 1997) Professeur d'histoire, à l'Université du Michigan, Ann Arbor (Depuis 2001 ; Chaire Alex Manougian d'histoire moderne de l'Arménie) et Directeur du programme d'études arméniennes, Université du Michigan, depuis le 1er septembre 2007

ligne
Livre numéro 1302
Gérard J. LIBARIDIAN --- Cliquer pour agrandir L'Arménie moderne : Histoire des hommes et de la nation
Titre : L'Arménie moderne : Histoire des hommes et de la nation / auteur(s) : Gérard J. LIBARIDIAN - traduit de l'anglais américain par Juliette Minces
Editeur : Karthala
Année : 2008
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 1 vol. (268 p.) : cartes, couv. ill. en coul. ; 22 cm
Collection : Europe centrale et orientale
Notes : Traduction de "Modern Armenia : people, nation, state", paru en 2004
Autres auteurs :
Sujets : Arménie -- 19e siècle * Arménie -- 20e siècle
ISBN : 9782845868816
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 24,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Gérard Libaridian a été pendant six ans, le premier conseiller du président arménien. Ter Petrossian, en matière de politique étrangère, de sécurité nationale et de solutions des conflits. Citoyen américain, il enseigne aujourd'hui à l'Université du Michigan. En sa qualité d'historien, M. Libaridian propose une première analyse critique de l'histoire du peuple arménien et de son mouvement social, du milieu du XIXe à nos jours. Il décrit avec le recul de l'historien les relations complexes et conflictuelles entre les Arméniens et l'État ottoman et les Jeunes Turcs et cerne leurs différences de perception et d'intérêts.

M. Libaridian resitue les débats stratégiques auxquels l'Arménie a été confrontée depuis son indépendance et explique dans quelle mesure la victoire militaire du Haut Karabakh a joué un rôle paradoxal dans l'histoire du jeune Etat.

Son livre expose admirablement le long chemin du peuple arménien, un peuple longtemps privé d'État et dont les décisions n'ont pas été souveraines et la construction patiente d'un Etat, à son tour prisonnier de données stratégiques et politiques qui ont réduit sa marge de manoeuvre.


Autre commentaire

« L’Arménie moderne », ou le pays rêvé de Gérard Libaridian, ex-Dachnak rallié à Levon Ter Petrossian
La publication d'un ouvrage sur l'Arménie contemporaine qui dépasse l'exception du génocide est toujours à saluer. Entre histoire et essai, le dernier opus de Gérard Libaridian, historien à l'université américaine du Michigan et ex-conseiller du l'ancien président Ter Petrossian, après avoir occupé des fonctions de vice-ministre des Affaires étrangères de l'Arménie, tombe à pic pour ceux qui veulent comprendre « l'Arménie moderne, histoire des hommes et de la nation », (Editions Karthala).
Ce livre retrace en 13 chapitres le parcours mouvementé d'une vie nationale aux mains de trois idéologies : le dachnakisme, le communisme et le libéralisme. Du mouvement révolutionnaire au XIXe siècle à la renaissance de l'Etat en 1991, Gérard Libaridian décortique l'aggiornamento arménien et revisite cette période charnière de notre histoire. « Ce livre, écrit-il, ( .. ) a pour ambition de poser quelques bonnes questions, par l'analyse de certaines perceptions et interprétations » de l'histoire de l'Arménie. Il revient sur les origines du mouvement révolutionnaire et ses clivages entre les Armenagans, les Hentchags et les Dachnaks : progrès contre tradition, socialisme contre nationalisme, révolution contre libération. Il tente une approche scientifique du mouvement révolutionnaire dont les idées universalistes sont confrontées à la dure réalité des provinces orientales ottomanes. Il s'efforce dans une volonté de thérapeute de psychanalyser l'identité arménienne dans les Empires russe et ottoman.

Position géographique et stratégie
Entre le raya, cet Arménien d'hier, soumis et sans histoire, et le révolutionnaire, cet Arménien de demain, rebelle et souverain car porteur d'une nouvelle histoire, le fossé est abyssal. Il salue l'émergence d'une nouvelle identité sécularisée, ouverte et prête à ce qu'on lui explique comment bouge le monde. Mais une fois passée la césure entre le religieux et le politique, Gérard Libaridian se lâche et laisse glisser une plume plus acerbe envers notamment le Dachnaktsoutioun, dont il a été membre jusqu'au réveil de l'Arménie en 1988. Originaire du Proche-Orient, où il a effectué son catéchisme dachnak, « Jiraïr » pour les intimes a dirigé l'Institut Zoryan à Boston et, rangé à gauche dans le parti, il finira à droite son expérience du Dachnaktsoutioun, en défendant des idées libérales.
Cinq chapitres sont consacrés à la problématique arméno-turque, avec des volets historique, génocidaire et prospectif, puisqu'il imagine l'avenir des relations bilatérales avec audace mais aussi le souci d'encourager la réflexion jusqu'à déranger le lecteur non avisé. Âme turcophobe s'abstenir ou à lire plutôt pour essayer d'en sortir... Deux chapitres dédiés à l'Arménie actuelle, dont l'un contestable sur le lien entre Arménie et stratégie, ferment la lecture.
Contestable car lorsqu'il écrit que « l'importance stratégique n'est pas une fin en soi, elle n'est pas un sujet à gloire », cela sous-entend que le monde a échappé aux Etats, garants stratégiques de l'ordre international. Ce qui n'est pas le cas. D'autant que la stratégie n'est pas une question que l'on choisit d'intégrer dans sa pensée. C'est une question qui s'impose à tous ceux qui veulent réfléchir à l'organisation de la société. C'est la position géographique qui fait la stratégie, non un désir à la carte. On ne peut dès lors résister à la tentation de lui rappeler la citation de l'ex-ministre de la Défense Roupen Ter Minassian : « Non, il ne faut pas chercher la cause de la malédiction de l'Arménie dans sa position géographique. Elle n'est pas responsable de sa faiblesse.

Au contraire, de sa position jaillit la puissance de son peuple ». Une puissance qui ne doit pas seulement se traduire par le prisme militaire mais surtout par la diffusion du savoir et les voies d'amélioration de la vie des Arméniens, et sur ce point, Gérard Libaridian reprend sa casquette de conseiller.

Approche ultralibérale
Trois bémols perturbent ce tracé généreux. La plupart des chapitres sont des traductions d'articles parus en arménien dans Drochak, organe dachnak, dans les années... 1980, puis dans la revue anglophone d'obédience dachnak Armenian Review dans les années... 1990. Cette fois-ci, c'est une version française qu'il nous propose au moment où l'Arménie s'interroge dans le sang sur son avenir.
L'auteur dénonce les erreurs des responsables arméniens, tout en arrêtant ce salutaire effort de critiques devant la porte du bilan de Ter Petrossian. Et pour cause, il défend une approche ultralibérale, voire néoconservatrice. Car, en dépit d'une certaine rigueur, l'auteur balance trop souvent entre science et idéologie. Il y a beaucoup trop d'approximations sur le mouvement révolutionnaire, comme si l'auteur était soudain frappé d'amnésie.
En politique, cela s'appelle de la démagogie ; en histoire, de la scolastique, c'est-à-dire construire une démonstration par la sélection des faits et par une forme d'agression intellectuelle qui frôle la condescendance : tant que l'auteur n'aura pas rompu avec une insoutenable arrogance à l'encontre de tout ce qui ne lui ressemble pas, on aura droit à une Vulgate idéologique en tenue de camouflage et aux mêmes ricanements sourds qui se profilent entre les lignes.
Sans oublier un style inutilement compliqué pour expliquer l'entrée des Arméniens dans la modernité. Evoquer les concepts de domination, de pouvoir, du politique aurait suffi. Mais place à la lecture de cette « Arménie moderne » qui irrite autant qu'elle passionne.
Franck Gaillard, Nouvelles d'Arménie Magazine, numéro 142, Juin 2008


Livre numéro 435
Gérard J. LIBARIDIAN --- Cliquer pour agrandir La Construction de l'Etat en Arménie
Titre : La Construction de l'Etat en Arménie / auteur(s) : Gérard J. LIBARIDIAN - trad. de l'anglais par Juliette Minces
Editeur : Karthala
Année : 2000
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 192 pages, 22 x 14 cm
Collection : Tropiques
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Conflit du Haut-Karabakh (1988-....)
ISBN : 9782845860582
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 17,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Quels sont les problèmes qui se sont posés à l'Arménie, anciennement soviétique, depuis son indépendance en 1991 et comment a-t-elle répondu au défi de la construction de l'Etat, compte tenu d'une culture politique héritée du système soviétique ? Comment la diaspora a-t-elle, de son côté, pris part à ce bouleversement ? C'est ce que cet ouvrage se propose d'analyser, de l'intérieur, en expliquant comment des interprétations divergentes de l'histoire de l'Arménie ont donné naissance à des politiques différentes et influé sur l'avenir de l'Arménie et de ses relations avec ses voisins. L'auteur examine sans complaisance les réalités de la société arménienne et d'un pays créé au lendemain d'un génocide. Il replace le conflit du Karabakh dans son contexte caucasien et régional et, au-delà, dans le cadre des enjeux pétroliers de la Caspienne. Il évoque les relations avec la Turquie voisine, difficiles à mettre en place et pourtant indispensables. Il discute de la nature des rapports de la diaspora avec la République d'Arménie. Enfin il explique les raisons qui ont poussé le premier président élu de l'Arménie indépendante, Levon Ter-Petrossian, à démissionner en 1998 et les conflits ouverts ou sous-jacents que cette démission ont révélés et qui perdurent concernant les perspectives d'un conflit gelé mais non réglé qui engage l'avenir de la nation arménienne.

Livre numéro 2207
Gérard J. LIBARIDIAN --- Cliquer pour agrandir L'Arménie à la croisée des chemins - Nation et démocratie à l'époque post-soviétique
 
Titre : L'Arménie à la croisée des chemins - Nation et démocratie à l'époque post-soviétique / auteur(s) : Gérard J. LIBARIDIAN - Essais, entretiens et discours des dirigeants du mouvement démocratique national en Arménie - Publiés par Gérard G. Libaridian
Editeur : Editions Hay Edit - Erevan, Arménie
Année : 1997
Imprimeur/Fabricant : Imprimé en Arménie
Description : 15,5 x 21,5 cm, 161 pages
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Arménie contemporaine -- Evolution politique
ISBN : 5807907523
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

Financé par Kurkjian Rodrigues et O.C.A. Organisation pour la Coopération avec l'Arménie

Ce livre fut publié pour la première fois en 1991 et édité par Blue Crane Books (Watertown, Massachusetts - U.S.A.) en langue anglaise.
La version française a été préparée par Mark Nichanian en Septembre 1991 pour voir le jour en 1993.
En raison de ce décalage, certaines informations contenues dans ce recueil ne sont plus à jour.
N.D.L.E.


Livre numéro 1094
Gérard J. LIBARIDIAN --- Cliquer pour agrandir Le dossier Karabagh : faits et documents sur la question du Haut-Karabagh, 1918-1988
 
Titre : Le dossier Karabagh : faits et documents sur la question du Haut-Karabagh, 1918-1988 / auteur(s) : ZORYAN INSTITUTE, for contemporary armenian research and - [sous le dir. de] Gerard J. Libaridian
Editeur : Sevig Press
Année : 1988
Imprimeur/Fabricant :
Description : XXVIII-180 p. ill. 28 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 176-180
Autres auteurs : Gérard J. LIBARIDIAN [directeur] -
Sujets : Armeniens -- Azerbaidjan -- Haut-Karabakh Azerbaidjan -- Histoire -- 20e siecle -- Sources * Conflit du Haut-Karabakh 1988-.... -- Sources
ISBN : 0916431274
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

A la fin février 1988, le monde fut étonné par une série de manifestations qui se déroulèrent durant une semaine à Erevan, capitale de la RSS d'Arménie, l'une des quinze républiques de l'Union soviétique. Les noms de Karabagh, Nagorny-Karabagh et Haut-Karabagh surgirent alors brusquement devant la scène internationale.
La majorité arménienne de cette région, placée sous juridiction de la RSS d'Azerbaïdjan depuis 1923, avait adressé une pétition au Soviet suprême de l'URSS en vue d'obtenir sa médiation pour le rattachement de ce territoire à la république voisine d'Arménie.
Pour soutenir la revendication des Arméniens du Haut-Karabagh, les Arméniens de la RSS d'Arménie organisèrent des manifestations de rue qui mobilisèrent jusqu'à un million de personnes, soit environ le tiers de la population de la république !
A ces manifestations pacifiques et parfaitement disciplinées les Turcs azerbaïdjanais répondirent par des violences et des massacres. Des centaines d'Arméniens — peut-être des milliers — furent tués sauvagement à Soumgaït et dans d'autres régions d'Azerbaïdjan.
Ces manifestations sans précédent dans les annales soviétiques et ces violences rappelant de près le Génocide de 1915 perpétré par les Turcs ottomans, ont soulevé un certain nombre de questions et aussi suscité des inquiétudes.
Le présent ouvrage, préparé par l'Institut Zoryan (Cambridge, MA, USA), se propose de présenter la question du Haut-Karabagh dans ses dimensions multiples. Nous espérons qu'il aidera tous ceux qui se sont intéressés — et s'intéressent — à cette question à comprendre pourquoi elle a surgi aujourd'hui et pourquoi il est peu probable qu'elle retombe dans l'oubli, même si les medias et les spécialistes devaient décider qu'il en soit ainsi.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs