Retour à l'Index des Associations culturelles    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Association Menez-Ararat

Maison des associations - 12 rue Anatole de Monzie - 44000 Nantes

ligne

Association culturelle269

Téléphone :
Fax :
Site internet : menezararat.fr/
E-mail : Page Contacts sur le site

Logo de l'association --- Cliquer pour agrandir
Logo de l'association
Erquy<br>Assemblée générale du 16 octobre 2011 --- Cliquer pour agrandir
Erquy
Assemblée générale du 16 octobre 2011
25 avril 2010 : inauguration d'une plaque commémorative du génocide, Espace de la Paix à Beuzec-Cap-Sizun ; De gauche à doite : Jean Pichon, maire de Beuzec-Cap-Sizun, Annick Le Loch, députée du Finistère, Gérard Bossière, président de l'association Menez-Ararat --- Cliquer pour agrandir
25 avril 2010 : inauguration d'une plaque commémorative du génocide, Espace de la Paix à Beuzec-Cap-Sizun ; De gauche à doite : Jean Pichon, maire de Beuzec-Cap-Sizun, Annick Le Loch, députée du Finistère, Gérard Bossière, président de l'association Menez-Ararat
25 avril 2010 : inauguration de la plaque commémorative du génocide ; recueillement --- Cliquer pour agrandir
25 avril 2010 : inauguration de la plaque commémorative du génocide ; recueillement
Texte de la plaque commémorative  --- Cliquer pour agrandir
Texte de la plaque commémorative
Le menhir, support de mémoire --- Cliquer pour agrandir
Le menhir, support de mémoire

Commentaire :
Nouvelles de Menez Ararat, numéro 52, automne 2010
Nouvelles de Menez Ararat, numéro 50
Nouvelles de Menez Ararat, numéro 48, automne 2009

"Le siège social est en Loire-Atlantique mais, de fait, beaucoup de nos membres sont ailleurs dans tous les départements bretons (Côtes-d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan), et en Maine et Loire. Nous avons aussi quelques parisiens qui nous sont fidèles."
Gérard Bossière, président


"Au début, on prévoyait une réunion annuelle. Et puis, on s'est rassemblé pour l'indépendance de l'Arménie le dimanche 17 septembre (NDLR: l'indépendance de l'Arménie a été déclarée le 21 septembre 1991) et certains veulent maintenant que l'on fête le nouvel an arménien. Il y a toujours un bon prétexte" se réjouit le Président de l'association des Arméniens de Bretagne, Menez-Ararat, Vartan Tchiftchibachian. Derrière ce nom insolite (menez signifie "montagne" en breton) : une association à l'énergie débordante. Parachuté il y a dix ans en Bretagne, le marseillais Vartan, maître de conférence en mécanique à l'Université de Lorient, a vite ressenti le besoin de retrouver ses racines au pays du chouchen et des bigoudènes
Un besoin partagé par une communauté éclatée sur cinq départements et dont le nombre atteint à la louche les 300 personnes. Car la culture bretonne est très forte et, à ses côtés, les autres identités peuvent avoir des difficultés à s'épanouir. Aujourd'hui, ce sont vingt-neuf familles, souvent des couples mixtes, qui appartiennent à l'association. "Notre principale difficulté, c'est que nous sommes trop excentrés. Nos membres doivent parfois faire 250 km pour venir à nos réunions" indique Ginny Hekinian, professeur d'Anglais d'origine américaine et pilier incontournable de l'association. Si, de mémoire d'Arménien de Bretagne, certains membres de la communauté s'étaient réunis à diverses occasions lors des années quatre-vingts, il faut cependant attendre 1996 - et une réunion à Rennes - pour que l'initiative soit relancée par la chanteuse Nicole Kasparian. Puis, de Saint-Gilles-Vieux-Marché à Ploufragan en passant par Noyal-sur-Vilaine, les repas se sont multipliés grâce à un listing que Jacqueline Terzian, ancienne restauratrice, avait précieusement conservé. "C'est très familial comme ambiance. A voir les embrassades à la fin de chacune de nos réunions, on voit bien que les gens ont plaisir à venir" affirme le président.

La création officielle de l'association, inscrite dans le JO du 26 février 2000, a, semble-t-il, dynamisé les initiatives des Arméniens de Bretagne. "Si on se réunit juste pour manger et danser une fois l'an, c'est un peu court" affirme Ginny Hekinian.
Depuis, l'association invite des conférenciers comme Claire Mouradian, chargée de recherches au CNRS et enseignante à l'INALCO, venue s'exprimer sur « l'actualité du génocide » le 17 septembre. La demande est très diversifiée : « certains veulent retrouver une culture, d'autres sont plus militants. Et puis il y a une demande des enfants qui souhaitent connaître la culture de leurs parents et de leurs grands-parents » souligne Ginny.

Les Arméniens de Bretagne mènent également un combat en faveur de la reconnaissance du génocide et cherchent à sensibiliser les élus. A l'occasion de la commémoration du 24 avril, à l'initiative de Yann Quemper-Chirinian. une gerbe a été déposée au monument aux mort de Saint-Brieuc. Faute d'élus, la presse locale, de Ouest-France au Télégramme. était présente et n'a pas hésité à tancer les représentants politiques pour leur absence ("Les élus boudent la commémoration du génocide arménien" titrait ainsi le Télégramme de Brest le 25 avril 2000). L'écho médiatique est parvenu aux oreilles du maire de la commune, Claude Saunier qui, depuis, a noué des contacts avec l'association. Mieux. La municipalité étudie le projet d'un nom de rue rappelant le génocide. Et puis, il y a cette demande de plus en plus insistante des membres de l'association : se rendre en Arménie. Pour découvrir l'Ararat, le plus haut "menez" du pays !

Les Nouvelles d’Arménie Magazine, numéro 57, octobre 2000
 

Déclaration : Modification d'objet déclarée le 9 décembre 2010
Numéro R.N.A. :
Objet :
L’association accueille les amis de l’Arménie et de sa culture ; elle se propose d’œuvrer par tous les moyens de droit à la reconnaissance internationale du Génocide de 1915 /1923 et à le faire connaître, de lutter par tous les moyens de droit contre le négationnisme et pour sa pénalisation, de diffuser auprès de tout public la culture arménienne, faire connaître l’apport culturel et économique des français d’origine arménienne, de faire connaître la participation des Arméniens aux conflits armés dans lesquels la France a été impliquée, alors même que certains n’étaient pas Français.
Bureau : Président : Gérard Bossière, Vice-président : Georges Kévorkian, Trésorier : Archavire Hamparian, Secrétaire : Nathalie Kokorian
Publications : Les Nouvelles de Menez Ararat, trimestriel
Membres : 61
Cotisation : 15 euros par adulte ( AG du 18/10/2009)
Historique Journal Officiel :
Déclaration à la préfecture de la Loire-Atlantique. MENEZ ARARAT. Nouvel objet : l’association accueille les amis de l’Arménie et de sa culture ; elle se propose d’œuvrer par tous les moyens de droit à la reconnaissance internationale du Génocide de 1915 /1923 et à le faire connaître, de lutter par tous les moyens de droit contre le négationnisme et pour sa pénalisation, de diffuser auprès de tout public la culture arménienne, faire connaître l’apport culturel et économique des français d’origine arménienne, de faire connaître la participation des Arméniens aux conflits armés dans lesquels la France a été impliquée, alors même que certains n’étaient pas Français. Siège social : Maison des Associations, 12, rue Anatole de Monzie, 44200 Nantes. Date de la déclaration : 9 décembre 2010.
Déclaration à la sous-préfecture de Guingamp. MENEZ ARARAT. Additif à l’objet : s’entraider entre Arméniens et leurs amis. Siège social : 15, rue de l’Eglise, 22530 Mur-de-Bretagne. Date de la déclaration : 26 juin 2001.
Déclaration à la sous-préfecture de Guingamp. MENEZ ARARAT. Objet : se retrouver avec des Arméniens et leurs amis, défendre les Arméniens pour la reconnaissance du génocide de 1915, approfondir la culture arménienne, développer le sentiment de l’identité arménienne chez les enfants et les jeunes Français d’origine arménienne. Siège social : 15, rue de l’Eglise, 22530 Mur-de-Bretagne. Date de la déclaration : 30 décembre 1999.
Mise à jour : 2011

ligne

    Retour à l'Index des Associations culturelles    Accueil