ACAM - Contacts arméniens - Sèvres - Khatchkar      Retour à l'Index des Lieux    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Khatchkar

devant le Musée National de Céramique - 92310 Sèvres

ligne
139
Inauguration le 3 mars 2001

A l'extérieur du Musée, à gauche de l'entrée (photo JPH, 15 juillet 2008) --- Cliquer pour agrandir
A l'extérieur du Musée, à gauche de l'entrée (photo JPH, 15 juillet 2008)
Le khatchkar (photo JPH, 15 juillet 2008) --- Cliquer pour agrandir
Le khatchkar (photo JPH, 15 juillet 2008)
Texte au dos de la stèle (photo JPH, 15 juillet 2008) --- Cliquer pour agrandir
Texte au dos de la stèle (photo JPH, 15 juillet 2008)
Plaque d'information à droite du khtachkar (photo JPH, 3 février 2009) --- Cliquer pour agrandir
Plaque d'information à droite du khtachkar (photo JPH, 3 février 2009)


Depuis le 3 mars dernier (2001), un khatchkar en tuf ocre-rouge, planté sur un socle devant le massif Musée National de Céramique de Sèvres, attire l'oeil du passant. En s'approchant, ce dernier peut désormais se recueillir, en arménien ou en français, à la « Mémoire des 1 500 000 Arméniens victimes du génocide perpétré par le gouvernement Jeune-turc en 1915 ». Ainsi qu'à celle des « Arméniens morts pour la France ».
L'inauguration de la « croix de pierre », sculptée en Arménie a rassemblé, dans un petit matin frais, un demi-millier de personnes, parmi lesquelles l'ambassadeur d'Arménie, Edward Nalbandian, des autorités religieuses et de nombreux sénateurs et députés des circonscriptions voisines (Madame le sénateur Hélène Luc, messieurs les députés René Rouquet, Jean Pierre Fouchet et Jean-Jacques Guillet).

L'historien Yves Ternon et les représentants des communautés grecque, chypriote, assyrienne, et de la Grande Mosquée de Paris se sont également joints à la réunion. M. Antoine Bagdiguian (président de l'AACRA) a inauguré et commenté le monument qui appartient désormais « au patrimoine français, en signe de reconnaissance, de mémoire, d'espoir et de foi ». Le maire de Sèvres, M. François Kosciusko-Morizet, et le président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, Charles Pasqua ont été remerciés d' avoir « accordé cet endroit de prestige » pour le Khatchkar. En effet, c'est très exactement dans ce lieu que les accords de Sèvres ont été signés le 10 août 1920. Après un rappel des engagements et sacrifices des Arméniens au service de la France, M. Alexis Govciyan a invité les participants à tourner leur regard vers l'avenir et à « engager le dialogue avec la Turquie et l'amener à assumer son histoire ».

Lors de la deuxième partie de la cérémonie, de nouvelles allocutions ont révélé la portée symbolique de cet événement coïncidant avec le 1700e anniversaire de la conversion des Arméniens au christianisme, premier événement officiel après la reconnaissance du génocide par les parlementaires et la visite du président Kotcharian. Les différentes interventions ont été l'occasion de découvrir l'intérêt aigu porté à l'histoire de l'Arménie par l'ensemble des intervenants et notamment Jean-Jacques Guillet (député de la circonscription). Charles Pasqua, orateur né, a choisi de mêler souvenirs personnels et propos plus généraux sur l'engagement des Arméniens. Sa question résonne encore: « Avoir érigé un monument à la mémoire des Arméniens sacrifiés, c'est bien, mais avons-nous vraiment payé nos dettes ? ». Et l'ancien ministre de réaffirmer ses réticences concernant l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. Et il a fini sur une strophe de « Ils sont tombés »...

Nouvelles d’Arménie Magazine, numéro 63, Avril 2001

Mise à jour : 2011

ligne

    Retour à l'Index des Lieux    Accueil