Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Marc AYMES
( n. 1974 )

L'auteur

 
Doctorat d'histoire à l’Université Aix-Marseille I (Université de Provence) : Titre de la thèse : « L'Accent de la province. Une histoire des réformes ottomanes à Chypre au XIXe siècle », sous la direction de Robert Ilbert.

Marc AYMES mène au Centre national de la recherche scientifique (Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, CNRS / EHESS / Collège de France) des travaux sur l’histoire du monde méditerranéen oriental des XVIIIe-XXe siècles. Provincialisation et falsification en constituent les problèmes saillants.
M.A. est directeur de la rédaction du European Journal of Turkish Studies, co-directeur de la revue Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire (Paris, Éditions Hermann), et membre du comité éditorial de sans papier (collection de prépublications électroniques dans le domaine des études françaises et francophones, Cornell University).


ligne
Livre numéro 2047
Marc AYMES --- Cliquer pour agrandir L'art de l'Etat en Turquie : Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours
Titre : L'art de l'Etat en Turquie : Arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours / auteur(s) : Marc AYMES -
Editeur : Karthala
Année : 2013
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Nouvelle Imprimerie LABALLERY
Description : 1 vol. (432 p.) ; 24 cm
Collection : Meydan
Notes : Autres auteurs : Benjamin GOURISSE, Elise MASSICARD
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9782811110253
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 32,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

L’État turc est généralement présenté comme fort. La tradition bureaucratique de l’Empire ottoman se serait perpétuée, voire renforcée, durant la période républicaine. L’État est ainsi perçu comme une entité unifiée et douée de volonté, comme une instance souveraine nettement différenciée de la société et largement imperméable aux demandes sociales. Il est souvent considéré aussi comme l’acteur principal, voire unique, d’un processus de « modernisation » et d’« occidentalisation » volontariste de la société. Partant du constat d’un décalage entre ces manières de concevoir les modes de gouvernement en Turquie, d’une part, et les apports de la socio-histoire du politique et de la sociologie de l’État et de l’action publique, d’autre part, cet ouvrage entend dépasser l’idée d’un État monolithique et autonome. Ainsi se donne-t-il pour objectif d’ouvrir la « boîte noire » de l’État, qu’il analyse comme un système de positions complexe et mouvant. À cette fin, il observe la puissance publique en action et s’intéresse aux multiples acteurs qui interviennent dans l’action publique. Ordonner et transiger : telle est la double face de l’action publique. Elle apparaît comme l’articulation de la légalité et de la légitimité : travail d’homologation, projections d’un ordre sur la distance et la durée, conversion d’une force en droit ou réciproquement, opérations conjointes d’objectivation et de subjectivation. Mais dans le même mouvement se négocient des alliances et des transactions entre domaines privé et public, d’où l’indécision des périmètres d’intervention et les luttes dont la chose publique est la cause. Ce livre est le fruit d’un travail collectif rassemblant historiens, politistes, sociologues, anthropologues et géographes, sur des objets aussi divers que la politique religieuse, les effets socialisateurs du service militaire, l’identification des citoyens ou la production de faux, de la fin de l’Empire ottoman à nos jours. Ils ont cependant en commun de mettre en perspective l’analyse des discours officiels avec les pratiques concrètes de l’action publique, d’éclairer des clivages internes aux institutions et de souligner les chevauchements entre appareil d’État et société. Loin de s’adresser aux seuls spécialistes de l’Empire ottoman et de la Turquie, cet ouvrage a sa place dans le débat intellectuel sur la sociologie de l’État, la socio-histoire des institutions et l’analyse de l’action publique.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs