Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Kevork K. BAGHDJIAN
( 1913 - 1999 )

L'auteur

Kevork K. BAGHDJIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance en 1913, décès le 23 octobre 1999 à Montréal (Canada).

Spécialiste du Problème arménien, Kévork K. Baghdjian est docteur en sociologie juridique. Emigré au Canada, il a d'abord enseigné l'arménologie à l'Université Concordia puis les civilisations arménienne et arabe ainsi que l'histoire de l'Arménie et la langue arménienne dans le cadre de l'Education permanente à l'Université du Québec à Montréal.

Président élu de la Fédération des Groupes Ethniques du Québec depuis 1975, il est profondément impliqué dans les affaires publiques et joue un rôle important tant dans la communauté arménienne que dans les autres communautés culturelles de son pays d'adoption.

Il a publié en 1985 un livre sur le Problème arménien, qui a connu une large diffusion.

Officier dans l'Ordre des Palmes Académiques depuis 1953, pour "services rendus à la culture française", il a été nommé membre de l'Ordre du Canada en 1978.

ligne
Livre numéro 57
Kevork K. BAGHDJIAN --- Cliquer pour agrandir La confiscation par le gouvernement turc, des biens arméniens dits "abandonnés"
 
Titre : La confiscation par le gouvernement turc, des biens arméniens dits "abandonnés" / auteur(s) : Kevork K. BAGHDJIAN - préface de Yves Ternon
Editeur : Montréal (Québec)
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : Payette et Simms, Inc, Saint-Lambert (Québec)
Description : 319 p.-[2] pl. de depl. ill., couv. ill. en coul. 21 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 231-239
Autres auteurs : Yves TERNON [préfacier] -
Sujets : Confiscations -- Turquie -- Arménie Turquie -- Histoire -- 1900-1945 * Question arménienne * Arménie -- Histoire -- 1901
ISBN : 2980042315
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Il est absolument faux de prétendre que les auteurs du génocide des Arméniens perpétré en 1915 étant morts depuis déjà longtemps, il suffirait à la Turquie de reconnaître la réalité historique de ce génocide et de tourner la page. La reconnaissance historique du génocide entraîne subséquemment la reconnaissance juridique.

Il y a eu génocide en 1915 et, en vertu de la résolution 2391 du 26novembre 1968 de l'ONU, le crime de génocide est imprescriptible, indépendamment de la date à laquelle il a été commis, même si les auteurs du crime ont disparu.

D'ailleurs, il est absurde de prétendre que les auteurs du génocide des Arméniens ont disparu : en vertu d'un principe immuable de droit, le mal perdure tant que ses effets durent.

Donc, tant et aussi longtemps que nos territoires historiques resteront usurpés par le Gouvernement turc, tant et aussi longtemps que nos biens resteront illégalement confisqués, le génocide continuera en Turquie.

L'auteur


Livre numéro 56
Kevork K. BAGHDJIAN --- Cliquer pour agrandir Le problème arménien : du négativisme turc à l'activisme arménien, où est la solution
 
Titre : Le problème arménien : du négativisme turc à l'activisme arménien, où est la solution / auteur(s) : Kevork K. BAGHDJIAN - préface d'Herbert Marx
Editeur : Montréal (Québec)
Année : 1985
Imprimeur/Fabricant : Payette et Simms, Inc, Saint-Lambert (Québec)
Description : 299 p. ; 21 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 267-293
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien (1915-1916)
ISBN : 2980042307
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Quatrième de couverture :
Pour que cesse enfin le génocide du peuple arménien, pour que nulle part ailleurs aucun autre génocide ne vienne décimer aucun autre peuple, il faut que le gouvernement turc reconnaisse sa culpabilité. Il faut aussi que la communauté internationale agisse sans plus tarder, renonçant pour une fois aux calculs égoïstes sur lesquels avaient compté les organisateurs premiers du génocide arménien et comptent encore tous ceux qui continuent d'emprunter le raccourci du crime contre l'humanité.
Le gouvernement turc a tout intérêt à ne plus retarder la solution juste et équitable du Problème arménien et cette solution est à sa portée. Au lieu de se cabrer dans son négativisme nihiliste, le gouvernement turc doit se rendre à l'évidence et déclencher un dialogue sincèrement souhaité.
La justice le demande. La raison le recommande.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs