Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Jean-Michel CHAUMONT
( n. 1958 )

L'auteur

Jean-Michel CHAUMONT --- Cliquer pour agrandir
Jean-Michel Chaumont est philosophe et sociologue. Après une plus longue coopération à la Fondation Auschwitz à Bruxelles, il mène une activité de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique belge à l'Université de Louvain. Il collabore également au Centre d'études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis, en Belgique.
ligne
Livre numéro 162
Jean-Michel CHAUMONT --- Cliquer pour agrandir La Concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance
Titre : La Concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance / auteur(s) : Jean-Michel CHAUMONT -
Editeur : La Découverte
Année : 1997
Imprimeur/Fabricant :
Description : 384 p.
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Soumgait Massacre de 1988 -- Récits personnels
ISBN : 9782707126900
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 26,60 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Rien ne va plus entre les victimes. Sous une unanimité de façade - condensée dans quelques impératifs tels que "plus jamais ça" -, des conflits virulents opposent les milieux de mémoire, déportés juifs contre déportés résistants, Juifs contre Tziganes, homosexuels contre politiques, et bien-au-delà des victimes du nazisme, entraînent dans une ronde infernale de soupçon et de récrimination Arméniens, Noirs américains, Amérindiens, Tutsis et autres.Au cœur de ces conflits, une revendication hautement polémique, celle de l'unicité absolue de la Shoah, qui alimente depuis plus d'un quart de siècle un débat interminable, passionné, et vain, dont l'auteur explore la logique à travers les réflexions et les prises de position de personnalités aussi diverses que Bruno Bettelheim, Rony Brauman, Alain Finkielkraut, Tzvetan Todorov, Simone Veil ou Elie Wiesel.Pour sortir de l'impasse, Jean-Michel Chaumont ne se contente pas d'offrir une analyse subtile des diverses définitions du génocide et de l'ethnocide, de leurs apories et de leurs conséquences morales. Au lieu de s'en tenir à dénoncer les dérives du "palmarès de la souffrance", il décèle derrière les passions parfois irraisonnées que suscite ce débat un enjeu latent beaucoup plus profond, qui engage toutes nos conceptions de l'identité sociale et de la dignité humaine: la lutte des individus et des groupes humains pour la reconnaissance, qui constitue le véritable chantier sociologique et philosophique de cet ouvrage.En explorant les mécanismes de la stigmatisation ou de la glorification des victimes et les relations complexes entre reconnaissance et identité, l'auteur éclaire les angles morts de l'universalisme abstrait et plaide pour un rapport critique à notre modernité et une nouvelle éthique de la mémoire.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs