Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Solange CORBIN
( 1903 - 1973 )

L'auteur

Solange CORBIN --- Cliquer pour agrandir
Naissance en 1903 à Vorly (Cher, France), décès en 1973 à Bourges (Cher, France).
Solange Corbin, figure majeure de la musicologie médiévale et poitevine d’origine
Docteur ès lettres (1957), elle a été directeur d'études à l'École pratique des hautes études et, de 1961 à 1970, a enseigné l'histoire de la musique et la musicologie à l'université de Poitiers, y créant l'institut de musicologie.

Les travaux et les publications de Solange Corbin ont eu une influence durable sur le développement des recherches en musicologie médiévale en France et à l’étranger, en particulier sur l’étude des répertoires religieux. Elle a non seulement instauré une tradition de recherche en musicologie médiévale à Poitiers, mais a contribué également à faire connaître la musique du Moyen Âge à un plus large public grâce aux concerts de son Collegium musicæ antiquæ, ensemble de chanteurs et d’instrumentistes avec lequel elle se produisait régulièrement à Poitiers.

Bibliographie
L´Église à la conquête de sa musique, Paris, 1960. Essai sur la musique religieuse portugaise au Moyen Âge (1100-1385), Paris, 1952. Die Neumen. Paläeographie der Musik 1.3., Cologne, 1977. La Notation musicale neumatique des quatre provinces lyonnaises : Lyon, Rouen, Tours et Sens. Thèse de doctorat d’Etat, Université de Paris-Sorbonne, 1957. Répertoire de manuscrits médiévaux contenant des notations musicales... (dir.), Paris, Éditions du Centre national de la Recherche scientifique, 1965-1974, 3 vol.

ligne
Livre numéro 1704
Solange CORBIN --- Cliquer pour agrandir La cantillation des rituels arméniens
 
Titre : La cantillation des rituels arméniens / auteur(s) : Solange CORBIN - Revue de musicologie, vol XLVII, Juillet 1961
Editeur : Revue de musicologie
Année : 1961
Imprimeur/Fabricant :
Description : 16 x 24 cm, tiré à part de la Revue de musicologie, vol XLVII, Juillet 1961, pp; 3-36
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Musqiue religieuse, Rituels arméniens
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

« La cantillation est une forme de mélodie religieuse, de construction primitive et plus proche de la déclamation que du chant proprement dit, bien que pouvant être entremêlée de vocalises.»
(Michel BREVET, Dictionnaire pratique et historique de la musique, Paris 1926, in-8°, s. v. cantillation.)
LA CANTILLATION DES RITUELS ARMENIENS (1)
Il n'est pas un mot à changer à cette définition : elle prépare le lecteur à un style où la parole aura la prépondérance sur la musique, mais où cette dernière joue un rôle évident de régulateur et de revêtement solennel. Et en effet, lorsqu'il s'agit de la lecture solennelle des grands textes liturgiques (dans l'Église latine les Évangiles, Épîtres et Oraisons) aucune « composition » musicale n'est à sa place ; on est en présence d'un acte religieux, pendant lequel une transmission solennelle de certaines paroles a lieu, dans des conditions fixées dès l'origine par la nécessité, puis par une tradition millénaire et qui exige des rapports mélodiques déterminés entre parole et son. Cette coutume si particulière n'est pas propre aux rituels chrétiens, occidentaux ou orientaux ; on la rencontre dans des assemblées de prières comme la synagogue, et même dans des rituels qui n'ont rien à voir avec la tradition biblique (2). La cantillation est même présente dans des milieux non religieux, où elle est destinée à la transmission d'enseignements oraux millénaires ; elle affecte alors, bien souvent, la même 'forme 'qu'aux' rituels religieux.

1. Le présent article résume une communication présentée à la Société de Musicologie, le 24 juin 196o.
2. Notre collègue Gilbert Rouget a eu la courtoisie de nous confirmer ce fait ; il a pu nous décrire des cantillations entendues dans différents-groupes, en particulier dans les tribus Shango, identiques dans leurs principes aux faits analysés ici ; nous avons retrouvé, dans le chant du Coran à la mosquée, des faits de même nature.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs