Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Jacques DONABEDIAN
( n. 1945 )

L'auteur

Jacques DONABEDIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 11 janvier 1945 à Tunis, Tunisie, de père arménien et de mère gréco-sicilienne qui élèvent leurs enfants (Rosie, Jacques et Patrick) dans l’amour et la fierté de leurs origines.

Il comprend très tôt que justice devait être rendu au peuple arménien. En 1961 il doit quitter le cocon familial suite aux évènements de Bizerte et à la fermeture des lycées français de Tunis. C’est au pensionnat du Lycée Saint-Charles à Marseille qu’il termine ses études secondaires. Après de longues études à la faculté de Saint-Jérôme à Marseille, il obtient un doctorat de 3e cycle en physique. D’abord Ingénieur dans une société de la région parisienne puis ensuite directeur commercial à Aix-en-Provence pour le compte d’une société d’informatique et d’électronique, son parcours professionnel atypique ne l’empêche pas de servir la cause arménienne avec différentes associations : de 1963 à 1988 au Centre d’Études Arméniennes puis à l’École Abovian et à l’association des Arméniens d’Aix-en-Provence. En 1997 il représente cette association au sein du Comité 24 Avril, qu’il préside de 1999 à 2001, puis est plusieurs fois président du CCAF-Sud qui lui succède.

La classe politique marseillaise et régionale reconnait son engagement, et en février 2011 Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, le décore de la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mérite en présence de nombreux élus.

Jacques Donabédian est actuellement (2020) membre du CCAF-Sud, du Centre ANI, de l’UGAB et de la Chorale Sahak Mesrop, auprès desquels sa santé ne lui permet plus d’exercer de postes de responsabilité.

ligne
Livre numéro 2387
Jacques DONABEDIAN --- Cliquer pour agrandir Parcours d’un colleur d’affiches - Au service de la cause arménienne
 
Titre : Parcours d’un colleur d’affiches - Au service de la cause arménienne / auteur(s) : Jacques DONABEDIAN - Préface de Jean-Claude Gaudin
Editeur : Mélina K
Année : 2018
Imprimeur/Fabricant : 13-Aubagne : Impr. Groupe CCEE
Description : 15 x 21 cm, 283 pages
Collection :
Notes : En appendice, choix de documents. - Bibliographie p. 281
Autres auteurs :
Sujets : Biographie -- Militantisme arménien
ISBN : 9782356826862
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 20,00 euros

Commentaire :

Renseignements et vente auprès de l'auteur, au 06 26 67 28 02


« Parcours d’un colleur d’affiches » est le récit d’une formidable aventure humaine qui s’adresse à tous ceux qui ont soif de justice et de vérité sur la destinée du peuple arménien, aux jeunes générations qui reprennent le flambeau en ayant conscience du chemin parcouru et des moyens mis en œuvre, des succès et des échecs rencontrés et de la satisfaction que l’on tire à militer pour une juste cause.

La rédaction de mes années d’engagement et des avancées réalisées pour lever le voile sur l’histoire du peuple arménien est avant tout un hommage à tous ceux qui ont posé leur pierre dans l’édifice de la mémoire des Arméniens, qui ont défendu et défendent encore notre culture, l’histoire et la dignité de notre peuple.

La cause arménienne m’a happé très tôt, peu après mon arrivée à Marseille au début des années soixante et ne m’a jamais plus quitté. Le chantier est sans fin, les obstacles souvent décourageants, et le travail ingrat. Mais l’enjeu, celui de la mémoire, de la reconnaissance du peuple auquel j’appartiens, de sa richesse, de ses souffrances et de ses bourreaux, vaut tous les sacrifices auxquels j’ai bien volontairement consenti.

Avec le Centre d’Etudes Arméniennes, le Comité 24 Avril, le Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF), je fus au premier rang, acteur et témoin à la fois, des combats menés pour que la question arménienne gagne peu à peu l’opinion publique et nos dirigeants. Que de chemin parcouru depuis les années soixante, où à la nuit tombée, nous placardions les murs de Marseille d’affiches qui annonçaient les premières conférences organisées sur la reconnaissance du génocide des Arméniens !

Jacques Donabédian


ligne

  Retour à l'Index des auteurs