Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Sylvie GOULARD
( n. 1964 )

L'auteur

Sylvie GOULARD --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 6 décembre 1964 à Marseille (France)

Professeur à Sciences-po, Paris et au Collège d'Europe, Bruges (en 2004). - Députée européenne à la commission des Affaires économiques et monétaires (en 2012)

ligne
Livre numéro 2142
Sylvie GOULARD --- Cliquer pour agrandir Le Grand Turc et la République de Venise
 
Titre : Le Grand Turc et la République de Venise / auteur(s) : Sylvie GOULARD - Avant-propos de Robert Badinter
Editeur : Fayard
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant : Bussière - St-Amand-Montrond (Cher)
Description : 12 x 18,5 cm, 197 pages
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Turquie -- Europe
ISBN : 9782213628240
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 13,00 euros

Commentaire :

Les gouvernements de l'Union européenne ont ouvert avec la Turquie des négociations ayant pour but son adhésion. Faute de débat public sur le principe de cette adhésion, la démocratie a été bafouée. De plus un risque majeur a été pris : faire aux Turcs des promesses - que les populations n'ont guère envie de tenir. Les Français, en majorité défavorables à cette perspective, s'interrogent. Où seront en définitive les frontières de PUE ? Quelle Union européenne bâtissons-nous ? Une entité forte, intégrée, capable de se faire respecter dans le monde ? Ou l'Europe minimaliste chère aux Britanniques ? Restera-t-il demain dans l'Union des politiques communes, porteuses de solidarité, ou auront-elles été bradées en raison de l'entrée d'un pays immense, très peuplé et — pour longtemps encore — fort pauvre ? Tout se passe comme si les gouvernants et la Commission n'avaient pas compris le message des deux référendums négatifs du printemps 2005 en France et aux Pays-Bas. Leur attitude défie le bon sens. Surtout lorsque les Turcs refusent de reconnaitre l'un des vingt-cinq États de la famille européenne, Chypre, et bâillonnent ceux qui osent dire la vérité sur le génocide arménien.

C'est à la France de susciter une prise de conscience pendant les négociations d'adhésion. Pour respecter la démocratie et rester fidèle à l'esprit européen, il n'est jamais trop tard.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs