Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Wolfgang GUST
( n. 1935 )

L'auteur

Wolfgang GUST --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 9 avril 1935 à Hanovre (Allemagne).

Wolfgang Gust, historien, rédacteur et chef de rubrique pour le magazine "Der Spiegel" (en 1993), a travaillé sur la base des documents diplomatiques publiés par Johannes Lepsius qu'il présente dans une édition révisée: L'Allemagne et l'Arménie 1914-1918
Il y propose une édition non expurgée des documents diplomatiques allemands initialement publiés en 1919 par Johannes Lepsius, qui avait supprimé les références mettant en cause l'Allemagne dans le génocide des Arméniens.

ligne
Livre numéro 1004
Wolfgang GUST --- Cliquer pour agrandir Der Völkermord an den Armeniern : die Tragädie des Altesten Christenvolkes der Welt
 
Titre : Der Völkermord an den Armeniern : die Tragädie des Altesten Christenvolkes der Welt / auteur(s) : Wolfgang GUST -
Editeur : München ; Wien : C. Hanser
Année : 1993
Imprimeur/Fabricant :
Description : 336 p. : jaqu. ill. ; 21 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 314-320. Index
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien (1915-1916 )
ISBN : 3446173730
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Introduction de l’auteur

C'est juste après la fin de la Première Guerre Mondiale, en 1919, que Johannes Lepsius, pasteur protestant, et fils de l’égyptologue renomme Karl Lepsius, publia l'édition des sources diplomatiques concernant la politique allemande à l'égard de l'Arménie pendant la guerre - et disons même à l'égard de l'Orient. En se basant sur les documents du Ministère des affaires étrangères, il établit la seule édition existante. Lepsius semblait être tout désigné pour ce travail car personne ne s'était autant engagé que lui en faveur des Arméniens pendant la guerre et n'avait dénoncé aussi courageusement le génocide, à un moment où toute mention des crimes perpétrés en Turquie était formellement interdite à la presse.
Mais Johannes Lepsius n'était pas seulement un grand ami des Arméniens, il était aussi un grand patriote allemand. Et quand il publia ces documents, il fut guidé par son amour des Arméniens, mais aussi en grande partie par son amour de l'Allemagne, avec l'espoir de conjurer le malheur en montrant sa patrie sous son meilleur jour - une tentative audacieuse qui l'amena souvent à un faire un grand écart risqué entre son amour de l'Allemagne et son amour des Arméniens.

Pour la recherche historique cette dichotomie des sentiments de l'éditeur Lepsius a eu un effet plutôt négatif. Lepsius et ses commanditaires, en particulier le conseiller Göppert, ont présenté la vérité de manière partiale. Des 444 documents publiés par Lepsius il y en a peu qui soient tout à fait conformes aux originaux. Souvent les documents qu'il a publiés ont été seulement réécrits, parfois pour une meilleure lisibilité, fréquemment sans qu'on sache pourquoi. Mais dans de nombreux documents Lepsius a fait des coupes qui vont toutes dans le même sens. Il retire souvent des noms de personnes ayant joué un grand rôle, en particulier quand il s'agit d'officiers supérieurs. En général il enlève les passages qui laissent présager une part de responsabilité allemande, même s'il ne s'agit que de rumeurs ou de suppositions.

La présente édition révisée comprend uniquement les documents retenus par Lepsius, mais ne comporte ni sa préface, ni ses notes en bas de page, ni son appendice. Dans les documents eux-mêmes ensuite tous les passages que Lepsius a ensuite tronqués ou modifiés ont été signalés comme tels. Les passages omis ont été écrits en italique, pour les passages modifiés, on trouve entre crochets carrés les formulations utilisées par Lepsius. Les textes que Lepsius a rédigés sans, pour l'essentiel, en modifier le contenu n'ont été complétés par les termes d'origine qu'à titre exceptionnel. En règle générale les textes simplement rédigés sont reproduits comme chez Lepsius, afin de ne pas les rendre pratiquement illisibles par des corrections nécessairement compliquées. Pour la même raison tous les noms propres désignant des personnes et des lieux ont été donnés dans la transcription de Lepsius, d'autant qu'ils comportaient assez souvent des erreurs dans les originaux. Dans les passages omis par Lepsius, mis en italique, les noms sont reproduits comme dans le texte original, si bien que, dans certains textes, les mêmes personnes ou lieux peuvent apparaître avec des orthographes différentes. Des fautes d'orthographe manifestes ont été corrigées cela va sans dire - ce qui était assez fréquent dans les textes français. Dans les textes en italique cependant c'est l'orthographe en usage à l'époque qui a été conservée, même si elle ne correspond plus à celle d'aujourd'hui. Seuls les trémas et le «ß» ont été introduits systématiquement, même si dans les originaux ils étaient notés autrement, car à l'époque il était manifeste qu'on ne disposait pas d'une machine à écrire avec un clavier allemand.

Une édition révisée des documents diplomatiques publiés par Lepsius doit naturellement se limiter aux documents choisis par Lepsius. I1 est clair que Lepsius a sciemment écarté de son choix de textes certains documents ou annexes, car ils ne correspondaient pas à la ligne politique qu'il suivait. Seule une grande édition des sources permettra de se faire une idée complète de la politique allemande à l'égard des Arméniens et de l'Arménie pendant la Première guerre mondiale. Une telle édition est actuellement en préparation.

Les documents publiés par Lepsius ont été soumis à de multiples filtres. En règle générale c' est l'Ambassadeur allemand à Constantinople qui effectuait la première sélection concernant les documents qui devaient être transmis au Ministère des affaires étrangères à Berlin. Les documents arrivés à Berlin étaient réécrits lorsqu'ils devaient être transmis à des ambassades et des légations. Enfin Lepsius lui-même est intervenu et a opéré des coupes. Sa base de travail était en général les documents rédigés à Berlin. Les documents de l'Ambassade de Constantinople étaint en générale moins modifiés.

J'ai utilisé pour ce travail l'édition en microfilm des documents précédemment fichés au catalogue sous « Turquie/183 (affaires arméniennes) », mise à la disposition des chercheurs par le service des archives politiques du Ministère des Affaires étrangères, ainsi que les documents de l'ambassade de Constantinople, également en microfilm. Certains des documents publiés par Lepsius ne se trouvent pas dans ces volumes. Ces documents révisés vont être inclus dans futures versions en homepage de l'édition de Lepsius.

C'est aux historiens qu'il incombera d'éclairer les arrière-plans de l'édition publiée par Lepsius et d'en restituer les tenants et les aboutissants. Les éditions des sources doivent seulement fournir le matériau qui reste inaccessible à la plupart des chercheurs pour la simple raison que beaucoup de ces textes sont écrits à la main - en grande partie en écriture gothique - et donc difficiles à lire pour les historiens allemands d'aujourd'hui.

Les publications des textes sous forme numérisée présentent non seulement l'avantage de pouvoir travailler avec toutes les possibilités qu'offrent les programmes actuels de traitement de texte, en particulier avec les mot-clefs, mais aussi avec les traductions automatiques qui ne cessent de prendre de l'importance, même si les programmes actuels comportent bien des défauts. La forme numérisée de l'édition permet à beaucoup de chercheurs et d'étudiants qui ne maîtrisent pas la langue allemande de se faire une idée des documents allemands sélectionnés par Lepsius.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs