Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Karnig PANIAN
( 1910 - 1989 )

L'auteur

Karnig PANIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance en 1910 à Gurun (Anatolie), décès le 23 juillet 1989

Karnig Panian est déporté en juillet 1915 avec les vingt-deux familles de son clan au camp de concentration de Hama (Syrie). Après la guerre, il poursuit de brillantes études au lycée arménien Nshan Palanjian Djemaran de Beyrouth, dont il sort diplômé et en sera le directeur-adjoint. Jusqu'à sa mort, le 23 juillet 1989, il consacre sa vie à l'enseignement et à la sauvegarde de la culture arménienne.


[ Photo : Panian en 1935 ]

ligne
Livre numéro 2322
Karnig PANIAN --- Cliquer pour agrandir Mémoires d'un orphelin arménien - 1914-1920
Titre : Mémoires d'un orphelin arménien - 1914-1920 / auteur(s) : Karnig PANIAN - Raymond Haroutiun KEVORKIAN - Traduit de l'arménien par Chant Marjanian et Jean-Michel Bilemdjian ; préface de Raymond Kévorkian
Editeur : Maisonneuve et Larose
Année : 2018
Imprimeur/Fabricant : 52-Langres : Impr. la Manufacture
Description : 15,5 x 24 cm, 307 pages, XVI pages de planches, couverture illusttrée en couleurs
Collection :
Notes : Glossaire
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien (1915-1916) -- Récits personnels
ISBN : 9782377010257
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 18,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Témoignage exceptionnel : celui d'un enfant arménien né en 1910 en Anatolie, confronté à l'horreur du génocide perpétré par les Turcs pendant la Première Guerre mondiale. Déporté avec sa famille au camp de concentration de Hama, aux portes du désert syrien, devenu orphelin, Karnig Panian est accueilli quelques mois à l'orphelinat arménien voisin, puis, sur ordre de Djemal Pacha, envoyé avec plus de 1000 autres enfants à l'orphelinat d'Aïntoura, près de Beyrouth, afin d'y être « turquifié » pour « anoblir » la race. En dépit des traitements inhumains dont ils sont victimes, la résistance s'organise, dirigée par les plus âgés des enfants, âgés de 14 ans. 300 d'entre eux mourront, vaincus par la famine et les mauvais traitements. Avec la défaite des ottomans en 1918, les autres seront définitivement libérés de la barbarie turque.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs