Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Jacques PARVANIAN
( n. 1925 )

L'auteur

Jacques PARVANIAN --- Cliquer pour agrandir
Jacques Parvanian, de son véritable nom Hatchadour, est né le 16 avril 1925 à Paris.

En 1947, il émigre avec ses parents en Arménie soviétique ; il suit des cours de comptabilité, de bibliothécaire, et entre autres, fréquente le Séminaire d'Etchmiadzine. En 1956, lors des arrestations massives par le KGB, il est jugé par un tribunal militaire et envoyé aux camps de Moldavie. En 1960, il est libéré par anticipation ; il achève ses études de bibliothécaire, travaille comme traducteur.

Rentré en France en 1970, il s'installe à Alfortville. De 1972 à 1990, il est employé comme documentaliste par Météo France.

Adresse :Jean Hatchadour, 152 rue Etienne Dolet, appt. 224, 94140 Alfortville

ligne
Livre numéro 532
Jacques PARVANIAN --- Cliquer pour agrandir Au delà de l'espérance : L'Engrenage
 
Titre : Au delà de l'espérance : L'Engrenage / auteur(s) : Jacques PARVANIAN -
Editeur : Kirk
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : 42-St-Just-la-Pendue : Impr. Chirat
Description : 279 p. : couv. ill. ; 22 cm
Collection : Diasporas, ISSN 0298-4202
Notes : Lien au titre d'ensemble : Au-delà de l'espérance
Autres auteurs :
Sujets : Diasporas -- Retour vers l'Arménie
ISBN : 2905686030
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 15,00 euros

Commentaire :

Au delà de l'espérance par Jacques Parvanian (en deux volumes) En 1947, répondant à l'appel de Staline, près de 105 000 Arméniens de la diaspora décident de s'installer en Arménie soviétique. Très vite, le désenchantement des nouveaux immigrants est immense. Les conditions matérielles de vie sont déplorables et l'accueil des autochtones étrangement hostile. Avec les nouveaux arrivants baptisés du sobriquet assez méprisant de "petits frères" (ou arpar), les relations se dégradent rapidement.
Comble d'infortune, s'y ajoute la suspicion des autorités soviétiques. Des milliers de "diasporiques", dont l'auteur des deux livres présentés ici, Jacques Parvanian, sont arrêtés, et déportés dans les goulags. Parvanian est un jeune immigré de Marseille. Élevé dans une famille de sensibilité communiste, il part s'installer en Arménie soviétique avec une joie et un bonheur sans mélange. La désillusion est cruelle pour le jeune expatrié quand, quelques années plus tard, il est arrêté par le KGB et interné dans un camp sibérien pendant plusieurs années. Jacques Parvanian, installé en région parisienne depuis le début des années 1970, décide alors de raconter ce qu'à été sa vie quotidienne en Arménie. Il noircit des milliers de pages. Le récit est sobre, dépouillé, presque humoriste. Et s'il choisit la forme romanesque, c'est sans doute pour éviter de grossir le trait, comme pour échapper au piège de la caricature, de la passion ou de la rancœur. Son roman, qui recouvre plus d'un quart de siècle, raconte une histoire poignante et authentique, la sienne. Émouvant, toujours passionnant, plein de rebondissements, il constitue un témoignage assez rare sur la vie de tous les jours en Arménie, sur l'organisation de la société, sur le milieu du travail, sur les relations humaines et sociales. Le regard de Parvanian est sans complaisance, sincère, et en définitive plutôt indulgent. Dans le premier volume intitulé "la foi", l'auteur raconte les conditions de son départ, son installation dans la mère-patrie, ses premiers contacts avec la population autochtone. Sa fierté est sans mélange, son espoir intact. Du moins au début. Mais la désillusion vient bien vite. Comment tout cela se détraque-t-il ? C'est le thème central du second volume dont le titre "l'engrenage" exprime bien cette lente dégradation de la vie quotidienne. Une dégradation insensible, inexorable, annonciatrice de petites et grandes tragédies que Jacques Parvanian a relatées dans des manuscrits inédits qui mériteraient d'être publiés. En tout état de cause, ces deux premiers livres donnent envie de connaître la fin de l'histoire.

Livre numéro 531
Jacques PARVANIAN --- Cliquer pour agrandir Au delà de l'espérance : La Foi
 
Titre : Au delà de l'espérance : La Foi / auteur(s) : Jacques PARVANIAN -
Editeur : La Pensée Universelle
Année : 1979
Imprimeur/Fabricant : 92-Châtillon-sous-Bagneux : Impr. SEG
Description : 377 p. ; 22 cm
Collection :
Notes : Lien au titre d'ensemble : Au-delà de l'espérance
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 10,00 euros

Commentaire :

Au delà de l'espérance par Jacques Parvanian (en deux volumes) En 1947, répondant à l'appel de Staline, près de 105 000 Arméniens de la diaspora décident de s'installer en Arménie soviétique. Très vite, le désenchantement des nouveaux immigrants est immense. Les conditions matérielles de vie sont déplorables et l'accueil des autochtones étrangement hostile. Avec les nouveaux arrivants baptisés du sobriquet assez méprisant de "petits frères" (ou arpar), les relations se dégradent rapidement.
Comble d'infortune, s'y ajoute la suspicion des autorités soviétiques. Des milliers de "diasporiques", dont l'auteur des deux livres présentés ici, Jacques Parvanian, sont arrêtés, et déportés dans les goulags. Parvanian est un jeune immigré de Marseille. Élevé dans une famille de sensibilité communiste, il part s'installer en Arménie soviétique avec une joie et un bonheur sans mélange. La désillusion est cruelle pour le jeune expatrié quand, quelques années plus tard, il est arrêté par le KGB et interné dans un camp sibérien pendant plusieurs années. Jacques Parvanian, installé en région parisienne depuis le début des années 1970, décide alors de raconter ce qu'à été sa vie quotidienne en Arménie. Il noircit des milliers de pages. Le récit est sobre, dépouillé, presque humoriste. Et s'il choisit la forme romanesque, c'est sans doute pour éviter de grossir le trait, comme pour échapper au piège de la caricature, de la passion ou de la rancœur. Son roman, qui recouvre plus d'un quart de siècle, raconte une histoire poignante et authentique, la sienne. Émouvant, toujours passionnant, plein de rebondissements, il constitue un témoignage assez rare sur la vie de tous les jours en Arménie, sur l'organisation de la société, sur le milieu du travail, sur les relations humaines et sociales. Le regard de Parvanian est sans complaisance, sincère, et en définitive plutôt indulgent. Dans le premier volume intitulé "la foi", l'auteur raconte les conditions de son départ, son installation dans la mère-patrie, ses premiers contacts avec la population autochtone. Sa fierté est sans mélange, son espoir intact. Du moins au début. Mais la désillusion vient bien vite. Comment tout cela se détraque-t-il ? C'est le thème central du second volume dont le titre "l'engrenage" exprime bien cette lente dégradation de la vie quotidienne. Une dégradation insensible, inexorable, annonciatrice de petites et grandes tragédies que Jacques Parvanian a relatées dans des manuscrits inédits qui mériteraient d'être publiés. En tout état de cause, ces deux premiers livres donnent envie de connaître la fin de l'histoire.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs