Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Les Annales Association libanaise des Universitaires arménie

L'auteur

 
Au seuil de cette publication bilingue (anglaise et française) qu'elle entreprend, l'Association Libanaise des Universitaires Arméniens entend réaliser un de ses principaux buts, à savoir: présenter au monde non-Arménien, l'histoire et la culture arméniennes, d'une manière scientifique, objective et académique. Plus encore, cette publication vise à devenir un juste milieu entre d'une part, des publications consacrées aux Etudes Arméniennes devenues trop techniques, savantes et professionnelles, et d'autre part, des ouvrages de vulgarisation destinés au profane ou poursuivant un but quelconque, politique ou autre.

Il faut constater que depuis les célèbres contrefaçons des lettres papales du Moyen-Age, destinées à fournir des preuves de l'autorité temporelle du Pape, de plus graves contrefaçons sont commises de nos jours ou l'on fabrique une histoire falsifiée en vue d'atteindre certains buts politiques. Car il faut recouvrir les conquêtes politiques et les crimes passés par une histoire "convenable", officiellement fabriquée à cet effet. Jamais auparavant on n'avait essayé, à une aussi large échelle, d'utiliser l'histoire frauduleuse pour réaliser, à côté de la domination physique, une domination de l'esprit.

Nous sommes donc décidés, au travers les pages de cette publication, de présenter autant que possible, une histoire objective et scientifique. En délaissant les difficultés et discussions sur le sens ou les différentes interprétations de l'histoire, nous croyons qu'il est possible d'atteindre une certaine objectivité si l'on essaie d'abandonner au maximum les appréciations subjectives et que l'on dégage ses conclusions d'éléments bien documentés C'est par cet engagement solennel que nous entreprenons ce travail qui, nous l'espérons, sera durable et fructueux.

En commencent cette publication, notre voeu est également d'établir un lien effectif parmi ceux qui, à travers le monde, sont intéressés par les Etudes Arméniennes et de devenir un forum pour tous les chercheurs, - ceux qui ont déjà acquis une réputation et ceux (et plus particulièrement ceux-là), parmi les jeunes qui cherchent un encouragemen - pour fouiller les mystères d'une branche intéressante de l'histoire du Proche-Orient.

Cet éditorial serait incomplet s'il omettait de mentionner que cette publication coïncide avec le huit centième anniversaire de la mort de Nercès Chnorhali. Figure remarquable et saillante de la littérature, de la théologie et de la musique religieuse, il suivait h tradition de spiritualité qui caractérisait l'histoire culturelle arménienne de l'époque. Né en 1102, il fut élevé sous la surveillance de son frère aîné, le Catholicos Grégoire III Pahlavouni, élu à vingt ans (en 1113) pontife suprême des Arméniens. Chnorhali grandit dans une atmosphère de grande ferveur intellectuelle et religieuse et, jeune homme, il devint le bras droit du Catholicos Grégoire III; il le suivit lorsque pour échapper aux attaques des Turcs et des Sarrasins il fallut quitter Garmir Vank et s'abriter à Hromgla. Lors de la retraite de Grégoire, Chnorhali fut désigné à l'unanimité pour lui succéder (en 1166); il occupa le siège catholicossal pendant sept ans, c'est-à-dire jusqu'à sa mort survenue en 1173.

Nercès Chnorhali fut un écrivain prolifique. Il a écrit une longue élégie en vers sur la chute de la ville d'Edesse aux mains des Sarrasins; cette oeuvre constitue une véritable histoire de la Nation Arménienne et de ses souffrances. Par là, il a introduit le thème national dans la littérature arménienne et a tracé la voie à d'autres écrits parus dans le même genre, bien plus tard, tels que "Verk Hayastani" de Abovian et "Anlereli Zankagadoun" de Sevag. Cependant, son chef-d'oeuvre littéraire est un vaste poème sur la vie du Christ, intitule: "Jésus, Fils-Unique du Père". De plus il est l'auteur d'un panégyrique de la Vraie Croix, de plusieurs commentaires sur les saintes écritures ainsi que sur la vie des Saints. Il a enrichi la liturgie arménienne d'hymnes, d'antiennes, de poèmes sacrés et de prières. La plupart de ces hymnes et prières sont en usage encore de nos jours et l'une d'elle - "Je confesse avec Foi" - a été traduite en trente-six langues. II nous a également légué des Conseils et des Fables, des écrits pédagogiques et dans sa première encyclique, - la fameuse "Epître Universelle" - il a abordé des problèmes sociaux.

Par ses contributions aux différents genres de la littérature arménienne, il a montré la voie à plusieurs écrivains des générations futures. Par exemple, dans plusieurs de ses pages lyriques, on trouve un avant-goût des vers lyriques d'un poète arménien bien ultérieur: Medzarentz. Sans être aussi spontané, tumultueux et d'une effusion passionnée que Grégoire de Narek qui vivait un siècle avant lui, il était serein, tranquille et profond dans son style et ses pensées comme les eaux calmes d'un lac ou la limpidité d'une source; il contrastait en cela avec la cascade torrentielle de l'expression de Grégoire de Narek. Son talent diversifié a trouvé à s'exprimer également dans le domaine de la musique: quelques-unes de ses hymnes et odes sacrées ont été mises en musique par lui-même.

Plus tard il devint le précurseur du véritable mouvement oecuménique dans son effort pour réaliser une union entre les églises, mais une union - et il insistait là-dessus - fondée sur l'égalité.
Les grandes contributions ci-dessus décrites ont fait de lui l'un des génies de la Chrétienté médiévale et c'est en reconnaissance de cela que le Vatican a pris la louable décision d'émettre un timbre commémoratif à l'occasion du huit centième anniversaire de sa mort.

Shavarsh TORIGUIAN, Rédacteur en chef



The Lebanese Association of Armenian University Graduates in embarking upon the present bi-lingual (English and French) publication, intends to accomplish one of the primary purposes of the Association - the presentation of Armenian history and culture to the non-Armenian world in a scientific, objective and academic manner. Moreover, this publication aims at becoming the happy mean between publications on Armenian Studies that have become too technical, erudite and professional on the one hand and publications that vulgarise the subject for the purposes of the layman or are motivated by the pursuit of some cause, political or other.

One of the great misfortunes of the present age is that, since the now famous forgeries of the papal letters of the Middle Ages with the aim of supplying evidence for the temporal authority of the Pope, even greater forgeries are being committed to-day in producing makeshift history in the pursuit of certain political aims. Political conquest and past crimes are to be covered up with a "suitable" history officially made up for the purpose. Never before physical domination was coupled with a domination of the mind, or at least its attempt, through fraudulent history, on such a large scale.

We are determined, therefore, through the pages of this publication, to present objective and scientific history to the extent to which this is possible. Without going into the complexities of the meaning of history or its various interpretations, a certain objectivity, we believe, can be attained if an attempt is made to leave out, as much as possible, subjective evaluations and to support the conclusions with well-documented findings
It is with this solemn pledge that we start our journey which we hope will be long and fruitful.

In starting the present publication, it is also our desire to constitute an effective link among those interested in Armenian Studies all over the world and also to become a forum for all researchers in the area - those who have already established a reputation in the field and those (and specially those) who are the young and the new, requiring encouragement to delve into the mysteries of an interesting branch of Near Eastern history.

This editorial note could not end without mentioning that the present publication coincides with the eight hundredth anniversary of Nerses Shnorhali's death - a towering and remarkable figure in Armenian literature, theology and Church music, in the tradition of Armenian spirituality that marks so strongly that period of Armenian cultural history.

Born in 1102, he was brought up under the care of his elder brother, Catholicos Gregory III Pahlavani, who was elected to be supreme pontiff of the Armenians in 1113 at the age of twenty. Shnorhali grew up in an atmosphere of great intellectual and religious fervour and as a young man he became the right hand of Catholicos Gregory III and followed him from Garmir Vank to the safer Hromgla to escape the raids of the Turks and Saracens. Upon Gregory's retirement from office, Shnorhali was unanimously elected to succeed him (1166) and occupied the catholicossate for seven years, that is until his death in 1173.

Nerses Shnorhali was a prolific writer. He wrote a long elegy in verse on the fall of the city of Edessa to the Saracens, which is really a history of the Armenian nation and its sufferings. He thus introduced the national theme into Arrnenian literature and paved the way to other writings in the same national vein that came much later, such as Abovian's "Verk Hayastani" and Sevag's "Anlereli Zankagadoun". However, his literary masterpiece is a vast poem on the Life of Christ, under the title: "Jesus, Only-Begotten of the Father".

Moreover, he is the author of a panegyric of the True Cross, of many commentaries on the holy scriptures, as well as on the lives of the Saints. He enriched the Armenian liturgy with hymns, anthems, sacred poems and prayers. Most of his hymns and prayers are in use to this very day and one of them, "With Faith I Confess", has been translated into thirty six languages.

He has also bequeathed us a legacy of Counsels and Fables, writings of an educational nature and has touched upon social problems in his well-known Universal Epistle, his first encyclical. With his contributions to the various genres of Armenian literature, he has shown the way to many future writers. For example, in many of his lyrical pages one finds a foretaste of the lyrical verses of an Armenian poet who came much later - Medzarentz.
Not as spontaneous, tumultuous and passionately outpouring as Gregory of Narek who lived a century earlier, he was serene, quiet and deep in his style and thoughts, like the calm waters of a lake or the limpidity of a spring, contrasting with the torrential waterfall that was Gregory of Narek's expression. His many-sided talent expressed itself also in the realm of music: some of his hymns and sacred odes have been set to music by himself.

He further became the forerunner of the true ecumenical movement, in his endeavours to bring forward a union between the Churches, but a union, he insisted, that would be based on equality.
His great contributions described above made him one of the great geniuses of medieval Christendom and it is in recognition of this fact that the Vatican has taken the praise-worthy decision of issuing a commemorative stamp on the occasion of the-eight hundredth anniversary of his death.

Shavarsh TORIGUIAN, Editor-in-Chief

ligne
Livre numéro 773
Les Annales Association libanaise des Universitaires arménie --- Cliquer pour agrandir Numéro 1, 1973
   
Titre : Numéro 1, 1973 / auteur(s) : Les Annales Association libanaise des Universitaires arménie -
Editeur : Ed. Association libanaise des universitaires armeniens, 11 rue Negib Haddad , Beyrouth , Liban
Année : 1973
Imprimeur/Fabricant : Technopresse moderne S.A.L., Liban
Description : 100 p. 13 x 18 cm
Collection :
Notes : bilingue : anglais , francais
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Prix :

Commentaire :

Rédacteur en chef Chavarch Toriguian ; comité de rédaction Kaspar Derderian, Shoushanig Moloyan, Zaven Messerlian

ligne

  Retour à l'Index des auteurs