Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

SAYAT-NOVA
( 1712 - 1795 )

L'auteur

SAYAT-NOVA --- Cliquer pour agrandir
Sayat-Nova est le représentant le plus illustre de la poésie populaire et l'un des plus grands chantres d'amour de toute la littérature arménienne.

Ce que nous savons de sa vie est beau comme un conte et en partie légendaire. L'imagination populaire s'est très tôt emparée du destin exceptionnel de ce poète et a comblé par des faits imaginaires les lacunes de la connaissance objective.

Haroutioun (de son prénom), fils d'un exilé de la Petite Arménie et d'une serve de Tbilissi, est né dans le premier quart du XVIlle siècle. Cet accident de la vie fait déjà de lui un représentant des Arméniens occidentaux et orientaux, avant que son œuvre ne devienne l'expression convergente des tendances particulières de toute la littérature arménienne de son temps.

Haroutioun fait probablement ses études à Sanahine, fief de la famille royale géorgienne, dont ses parents et lui étaient les serfs. Il parfait son instruction en apprenant non seulement les trois langues du Caucase, l'arménien, l'azerbaïdjanais et le géorgien, mais encore le persan, langue privilégiée de la poésie. Il nous apprend lui-même qu'il embrasse un métier à l'âge de 12 ans, en devenant, probablement, apprenti tisserand. Il voyage beaucoup en Arménie, se rend peut-être en Iran et même au Béloudjistan. Il entre dans l'arène littéraire à l'âge de 30 ans qui l'affirme, avec une solide éducation de poète populaire. Il choisit le nom de Sayat-Nova qui signifie “chasseur de mélodies”. Vers le milieu du siècle, il devient poète-musicien de la cour de Tbilissi. Il avait déjà composé un grand nombre de poèmes en azerbaïdjanais, langue courante des "achoughs" de l'époque (ménestrels), il se met aussi à composer en arménien et en géorgien.

À la cour de Tbilissi, il s'éprend d'une princesse nommée Anna, qu'il célèbre dans ses poèmes, sans jamais révéler son identité. C'est peut-être cet amour, ainsi que son caractère d'homme indépendant, qui causent une première disgrâce, en 1752-53, et l'éloignent du palais. Rentré en grâce, il y retourne, mais est définitivement chassé en 1759, probablement pour les mêmes raisons qu’auparavant. Ses ardentes supplications, ses protestations véhémentes ne servent à rien. On lui inflige le châtiment le plus dur que l'on pourrait imaginer pour lui: on l'ordonne prêtre sous le nom de père Stépanos. Il est obligé de s'exiler, sans pouvoir emporter son recueil de poèmes, dans un village obscur, où il reste des années.

Après la mort de sa femme, dans les années 70, il devient prêtre régulier et s'installe à Haghpat. On sait, d'après son propre témoignage, qu'il ne se résigne pas à son sort, mais tâche de se consoler en se faisant copiste de manuscrits et compilateur d'un recueil religieux. Il meurt, peut-être, dans une église, après avoir refusé d'abjurer le christianisme. Il aurait proclamé : "Je ne sors pas de l'Église, je ne renie pas le Christ".

Extrait de "Oeuvres vives de la littérature arménienne" de Krikor Chahinian ( cf. bibliographie ACAM ), avec l’autorisation de l’auteur.

ligne
Livre numéro 1175
SAYAT-NOVA --- Cliquer pour agrandir Odes arméniennes
Titre : Odes arméniennes / auteur(s) : SAYAT-NOVA -
Editeur : L'Harmattan
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : 1 vol. (195 p.) ; 22 cm
Collection : Poètes des cinq continents ; 427
Notes : Préface, texte bilingue, Postface (pp 151-190), Notes pour chaque ode, Glossaire (pp 191-196), traduction et notes d'Elisabeth Mouradian et Serge Venturini
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] - Serge VENTURINI [traducteur] -
Sujets : Poèmes
ISBN : 9782296013988
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 17,50 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Qui était Sayat-Nova ?

Un troubadour arménien de la Transcaucasie du XVIIIe siècle, un pont jeté entre trois cultures – arménienne, géorgienne et azérie.
Pour le lecteur français, le film de Sergueï Paradjanov : "Sayat-Nova, La couleur de la grenade" (1968) semble être l’unique arcane pour pénétrer le monde de ce poète, musicien et interprète.
Selon le poète Parouïr Sévak (1924-1971), il fut "l’autel de l’amour".
Son impossible amour pour Anna Batonachvili, soeur du roi Irakli II, - sa Nazanie, fit de lui le Madjnoun de Leïla de son temps. Cette traduction complète des 47 odes strophiques en langue arménienne, par d'Elisabeth Mouradian et Serge Venturini, la première en Europe, nous révèle la singularité universelle de ce poète irréductible, plus vivant que jamais, aimé de trois peuples depuis le XVIIIe siècle en Transcaucasie, et aimé aussi en Orient comme au Proche-orient. Puisse le lecteur non averti découvrir enfin cet immense poète.


Les traducteurs

Elisabeth Mouradian est née en Arménie, à Erevan. Etudes supérieures à l’Université d’Erevan et en Sorbonne. Elle est actuellement (2006) enseignante et traductrice.

Serge Venturini est né à Paris. Etudes supérieures à Paris VII. Après avoir séjourné au Liban, au Maroc, en Russie, en Arménie et en Pologne, il est aujourd’hui (2006) professeur de Lettres.


Livre numéro 591
SAYAT-NOVA --- Cliquer pour agrandir Quelques poèmes et pensées
 
Titre : Quelques poèmes et pensées / auteur(s) : SAYAT-NOVA - présentation, choix et traduction de M. Arsénian
Editeur : Astrid
Année : 1977
Imprimeur/Fabricant : Paris : impr. Alexandre
Description : 60p. : ill., couv. ill. ; 21 cm
Collection :
Notes : Texte arménien et traduction française en regard
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 30,00 FRF

Commentaire :


Livre numéro 1455
SAYAT-NOVA --- Cliquer pour agrandir Poètes arméniens : Bédros Tourian, Gamar-Kathipa, Saïath-Nova, Guévork, Dodokhiantz, Mikaël Nalbandiantz, Corène de Lusignan
 
Titre : Poètes arméniens : Bédros Tourian, Gamar-Kathipa, Saïath-Nova, Guévork, Dodokhiantz, Mikaël Nalbandiantz, Corène de Lusignan / auteur(s) : Minas TCHERAZ - [traduits en français, et précédés d'une introduction]
Editeur : Ernest Leroux
Année : 1913
Imprimeur/Fabricant : Tancrède, Paris
Description : In-16, XII-155 p.
Collection :
Notes :
Autres auteurs : SAYAT-NOVA [contribution] -
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


ligne

  Retour à l'Index des auteurs