Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Sévag TOROSSIAN
( n. 1973 )

L'auteur

Sévag TOROSSIAN --- Cliquer pour agrandir
Né le 23 août 1973 à Paris (France).

Avocat au Barreau de Paris - Docteur en Droit de l'Université Panthéon-Assas (Paris II), Conseiller du Centre d'Information Stratégique et Economique (Beyrouth).

Tél : 01 45 03 46 63
Fax : 01 45 04 48 89
email : avocat@storossian.com

Site web de l'auteur : www.storossian.com

ligne
Livre numéro 1827
Sévag TOROSSIAN --- Cliquer pour agrandir Vous n'existez pas - Négationnisme et mensonges d'État
 
Titre : Vous n'existez pas - Négationnisme et mensonges d'État / auteur(s) : Sévag TOROSSIAN -
Editeur : L'Harmattan
Année : 2013
Imprimeur/Fabricant :
Description : 14 x 21 cm,134 pages
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien -- Droit
ISBN : 9782343003511
Prix : 14,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le négationnisme est la dissimulation du crime de génocide. Cette infraction est concomitante au crime : en même temps que le criminel opère, il efface les preuves du génocide. Sous l'angle du mensonge d'Etat, ce concept couvre ainsi une définition plus large que celle retenue actuellement par le droit positif. Un an après l'invalidation de la loi Boyer par le Conseil constitutionnel, l'auteur revient sur la pénalisation du négationnisme du génocide arménien.

Article de Tigrane Yégavian, France-Arménie, numéro 397, Mai 2013

Pourquoi a-t-on confondu la pénalisation du négationnisme avec les lois «mémorielles»? Pourquoi ne peut-on pas confondre le négationnisme du Génocide arménien et celui de la Shoah ? Comment rendre efficace la loi de reconnaissance de 2001? Doit-on interdire de contester un génocide sous peine de prison? Comment concilier la liberté d'expression et la protection de la mémoire des victimes de génocide? Comment concilier non-ingérence dans le travail des historiens et répréhension du négationnisme? Autant de questions que se pose Sévag Torossian, avocat pénaliste au Barreau de Paris, auteur d'une thèse remarquée sur la construction de l'Etat au Haut-Karabagh.
Dans son dernier ouvrage, il lance un plaidoyer pour l'intégration du délit négationniste dans le code pénal ainsi que dans la Convention de 1948 sur la prévention et la répression du crime de génocide. Remontant à la source, il explique ce en quoi la loi Gayssot de 1990, censée combattre l'antisémitisme, pose un problème majeur par son incorporation à la loi de 1881 sur la liberté d'expression. Une erreur funeste à ses yeux, car le négationnisme ne saurait être considéré comme une opinion, mais comme la dissimulation du crime imprescriptible de génocide : "Cette infraction est concomitante au crime : en même temps que le criminel opère, il efface les preuves du génocide" écrit-il.
Outre la pertinence des thèmes abordés (rapport difficile qu'entretient la France vis-à-vis du génocide rwandais), Sévag Torossian fait œuvre de pédagogie sans verser dans le militantisme, interrogeant le droit et ses instruments. Ses analyses nous éclairent sur les causes de la lenteur de la décision de reconnaissance par la France du Génocide et l'échec de la pénalisation de son négationnisme, avant de développer le concept de "négationnisme nouveau" qu'il considère plus large que le droit positif actuel sous l'angle du mensonge d'Etat. Incontestablement, ce livre apportera force grain à moudre à l'aune de l'annonce d'un nouveau texte concocté par l'actuelle majorité présidentielle.

Tigrane Yégavian, France-Arménie, numéro 397, Mai 2013


Livre numéro 1670
Sévag TOROSSIAN --- Cliquer pour agrandir La prophétie d'Ararat
Titre : La prophétie d'Ararat / auteur(s) : Sévag TOROSSIAN -
Editeur : papier libre
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : impr. en Pologne
Description : 16 x 24 cm, 267 pages, couverture illusttrée en couleurs
Collection : Thriller-Histoire
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Roman ésotérique
ISBN : 9782361610302
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

« Dieu a un plan que même les religions ne connaissent pas... »
Ararat, l’ultime bataille. L’échiquier avait bien évolué depuis les conquêtes successives et le démantèlement des empires. Et voilà qu’une vieille histoire de l’humanité allait gifler le vingt-et-unième siècle sur les restes d’une épave en bois retrouvée sur une montagne, qui faisait désormais trembler rationalistes et conseillers d’Etat.
Que pouvais-je y faire ? Qu’un avocat ait un contrat sur la tête n’était pas une première. Vu la gueule de ma clientèle, mon enterrement ne se ferait pas sans commérages du genre « Il l’a bien cherché ». Mais personne ne saurait la vérité. Que j’avais accepté de rentrer dans une histoire délirante où militaires, hommes de pouvoirs et fanatiques religieux jouaient une macabre partie d’échecs avec l’humanité.
Pourquoi voulaient-ils me tuer ?

Thriller ésotérique, La prophétie d’Ararat retrace, sur fond de tensions apocalyptiques, la quête de Marc Aram, sulfureux avocat parisien, amené aux frontières de l’Arménie pour chapeauter une transaction proprement loufoque : acheter Ararat, la mythique montagne de Noé…

Je ne crois pas aux théories de la fin du monde datée au 21 décembre 2012. Pour une raison toute simple : le 22 décembre, un paquet de monde va avoir l’air très con.

Peut-on parler de l’Apocalypse sérieusement ? C’est une question bien différente. Une question épineuse, pas forcément religieuse, mais terriblement rationnelle. Les Evangiles l’auront simplement expliqué deux mille ans avant tout le monde. Je pense, comme René Girard, que les deux thèmes-clés des textes apocalyptiques, la violence humaine poussée à son paroxysme et les désastres naturels, sont liés. Deux guerres mondiales, l’invention de la bombe atomique, plusieurs génocides, une catastrophe écologique imminente vont bientôt démontrer que les textes apocalyptiques concernent le désastre en cours. Cela n’a rien de religieux. L’homme a le pouvoir de se détruire, de détruire la planète, de modifier génétiquement des plantes et des êtres, de cloner les êtres vivants, de modifier le climat. Les hommes sont aujourd’hui capables de détruire leur univers.

La violence est aujourd’hui déchaînée au niveau de la planète entière, provoquant ce que les textes apocalyptiques annonçaient : une confusion entre les désastres naturels et les désastres causés par les hommes, du naturel et de l’artificiel (R. Girard, Achever Clausewitz). A travers ce roman, j’ai d’abord souhaité exprimer une conviction : la séparation de l’Eglise et de l’Etat, du religieux et du scientifique, du spirituel et du rationnel, n’est pas une fin en soi. Nous sommes aujourd’hui entrés dans une nouvelle ère : ces matières, en apparence inconciliables, vont devoir dialoguer. La rencontre du géopolitique et du spirituel, thème-clé du roman, va se cristalliser sur un phénomène de violence qu’aucun analyste n’a jamais prévu.

LA PROPHETIE D'ARARAT est aussi, et avant tout, une quête initiatique, celle de Marc Aram, un avocat vénal attiré par les dossiers indéfendables et les coups tordus. L’homme peut-il changer ? Sans doute, à condition qu’il n’ait pas renoncé à la profondeur de son humanité. Le voyage initiatique de l’Occident à l’Orient que va vivre, contre son gré, ce fils d’immigré revanchard est aussi l’occasion pour moi de réaliser un vieux rêve : montrer un visage de l’Arménie méconnu du monde, au-delà du cliché « Aznavour-tremblement de terre-génocide ». Berceau de l’une des dernières anciennes civilisations de la planète, la terre de Noé, d’Eden et d’Ararat commence tout juste à dévoiler au monde quelques secrets insoupçonnés, des origines de l’humanité à celles du christianisme.

Venez avec moi. Entrez dans l’univers de Marc Aram, faites avec lui le voyage initiatique de l’Occident à l’Orient. Que vous l’aimiez ou le détestiez, vous pourriez dépoussiérer le miroir de l’homme dans toute sa grandeur et sa bassesse, et peut-être y découvrir un visage tout étonné derrière vos propres yeux.


Livre numéro 1076
Sévag TOROSSIAN --- Cliquer pour agrandir Le Haut-Karabakh arménien, Un Etat virtuel ?
Titre : Le Haut-Karabakh arménien, Un Etat virtuel ? / auteur(s) : Sévag TOROSSIAN -
Editeur : L'Harmattan
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : 1 vol. (333 p.) : cartes, couv. ill. en coul. ; 24 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 323-327 ; texte remanié de thèse soutenue à l'Université Paris II, le 14 juin 2004
Autres auteurs :
Sujets : Haut-Karabakh (Azerbaïdjan ) -- Politique et gouvernement -- 1990-....
ISBN : 9782747587273
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 29,50 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Qu’est-ce que le Haut-Karabakh ?
Enclave arménienne au sein de l’Azerbaïdjan, les Bolcheviks l’avaient offert à cette République, dans une politique du ‘‘diviser pour mieux régner’’.
Après soixante-dix années de gel soviétique, le Haut-Karabakh demande son rattachement à l’Arménie ; le Soviet Suprême d’URSS le refuse. L’éclatement du bloc soviétique devient l’occasion pour lui de proclamer son indépendance et de construire son propre Etat. Mais peut-on vraiment parler d’Etat ?
A l’aube du XXIème siècle, la revendication du statut étatique par les entités politiques contestées – celles que les journalistes appellent les ‘‘Républiques autoproclamées’’ – est un thème peu étudié, et pourtant d’un intérêt stratégique considérable. Etats virtuels, ils ne sont pas reconnus mais pourtant se développent en marge du club des Etats inscrits à l’ONU.
Bombes à retardement ? Ces non-acteurs de l’ordre international créent de nouvelles formes de réseaux et contribuent à remodeler la géopolitique du XXIème siècle d’une manière très inattendue.

Un ouvrage de référence.
Au carrefour du droit, des relations internationales et de la science politique, l’auteur livre une analyse sans précédent du problème du Haut-Karabakh, de la construction de l’identité politique chez les Arméniens, et plus globalement de l’étatisation des entités politiques contestées à l’aube du XXIème siècle


ligne

  Retour à l'Index des auteurs