Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Guy VIDAL
( 1939 - 2002 )

L'auteur

Guy VIDAL --- Cliquer pour agrandir
Scénariste
Né le 08/06/1939 en France
Décédé le 04/10/2002

Né à Marseille, le 08/06/1939, Guy Vidal débute dans le journalisme à 17 ans, à Versailles, aux côtés de Roland Faure (actuel responsable des radios au C.S.A.). Après un bref passage à R.T.L. (qui s'appelait encore Radio-Luxembourg), il entre à la rédaction de "Pilote", dans les années 60, au moment où René Goscinny (Astérix), Jean-Michel Charlier ("Blueberry") et Albert Uderzo (ami et dessinateur des deux précédents) reprennent le contrôle de cet hebdomadaire - "le magazine de l'an 2000" ! - qu'ils avaient lancé en octobre 1959.
Il partage toutes les grandes (et riches) heures de ce journal, où se croisent tous les talents de la bande dessinée "moderne" - de Tardi à Claire Bretécher, en passant par Reiser, Mandryka, Gotlib, Cabu, etc.
En 1973/74, à la demande de son éditeur, Georges Dargaud, et alors que l'hebdomadaire, secoué par l'onde de choc de mai 68, s'apprête à devenir mensuel, son éditeur, Georges Dargaud, lui confie la rédaction en chef.
Pendant que des dissidents (!) talentueux créent "Métal Hurlant", "Fluide Glacial", il réussit - aidé par la présence de Bilal, Lauzier, Christin, Fred, Lob, Lesueur, Baru, Cabanes, Harlé, F'Murr, Mézières, Solé, Greg, Pétillon, Régis Franc et bien d'autres- à stabiliser "Pilote".
Alors que son "patron", René Goscinny, devenu son ami, disparait (en 1977), il rend hommage à ce très grand écrivain, en faisant figurer, dans les pages du journal, aux côtés du Gotha de la B.D., un certain nombre de plumes mousquetaires. De celle de Pierre Desproges à celle de Louis Nucéra. En passant par Jacques A. Bertrand, P. Lebedel, Marie-Ange Guillaume, Claude Klotz et même l'ancien directeur de la Très Grande Bibliothèque, Dominique Jamet !
Dans le même temps, devenu scénariste, il travaille avec Alexis, Clavé, Parras, Morris ("La fiancée de Lucky Luke"), Alain Bignon (la saga d'Albert Froidevaux, quatre albums de "petite" histoire contemporaine, qui ont été réédités, en un seul volume, sous le titre "Passé simple", aux Humanoïdes Associés) et publie, avec Michel Henry, une volumineuse et anecdotique "Aventure de Paris", préfacée par M. Jacques Chirac.
Eloigné de "Pilote", en 1981/82, Guy Vidal demeure chez Dargaud jusqu'en 1990, époque où il rejoint les rangs les Humanoïdes Associés. Trois ans plus tard, il rentre au bercail Dargaud dont il redevient un des directeurs littéraires.
Parallèlement, avec ses amis Patrick Cauvin et J.L. Robert, il écrit pour la télévision et, en librairie, continue avec Victor de la Fuente, la série des "Gringos", héritée de Jean-Michel Charlier. Décédé le 04/10/2002.

ligne
Livre numéro 769
  Sang d'Arménie
 
Titre : Sang d'Arménie / auteur(s) : Guy VIDAL - [scénario de] Vidal, [dessins de] Clavé
Editeur : Dargaud
Année : 1985
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. Publiphotoffset
Description : 60 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 32 cm
Collection :
Notes : Précédemment paru sous le titre : "L'Île aux chiens"
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 2205028731
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 56,00 FRF

Commentaire :

A la fin du XIXe et au début de ce siècle, l'Empire Ottoman est "l'homme malade" de l'Europe. Immense encore, s'étendant des territoires balkaniques jusqu'à Bagdad, il est le royaume pourri où règnent la violence, la corruption et l'arbitraire. On y respire (déjà !) l'odeur lourde du pétrole.
Tout autour de lui, les pays, que l'on appelle alors les Puissances, se pressent. Au nom des grands principes. En réalité, pour étendre leur impérialisme. " Toute ressemblance avec des situations existantes n'est ni fortuite, ni involontaire... "
Au sein de l'ensemble des peuples qui constituent alors l'empire du Sultan de Constantinople, on trouve le peuple arménien qui a perdu son indépendance au XVe siècle et qui est à ce moment-là partagé entre la Russie tsariste et la Turquie. Chrétiens dans un empire fanatiquement musulman, les Arméniens sont des citoyens de deuxième classe. Avec les risques que cela comporte: " Aux champs, dans la rue, dans leur propre maison, dans l'église elle-même, aucun Arménien, aucune Arménienne n'exerce son activité en sécurité... Tout peut arriver... '', écrit Jean-Marie Carzou dans son terrible ouvrage: " Un génocide exemplaire: Arménie 1915" (Flammarion). Et tout arrivera! Jusques et y compris l'indicible horreur: la mise à mort systématique du peuple arménien. Avec convois de déportés et camps d'extermination. Tout occupée à sa propre autodestruction l'Europe ne voudra rien voir, rien entendre de cette tragédie. Vingt-cinq ans plus tard, elle y plongera à son tour.

L'histoire que nous racontent Guy Vidal et Florenci Clavé se situe au début du cauchemar du peuple arménien. On y retrouve Law Breaker, le personnage central de leur précédent volume " Les innocents d'EI Oro" dont Jean-Didier Wolfromm a écrit (dans " Le Magazine Littéraire"): " la politique est évidemment partout dans la nouvelle B.D., mais jamais on ne l'a mieux et avec tant de foi illustrée... que dans ce récit violent...''.II me semble que cette histoire-ci mérite tout autant, si ce n'est plus, un tel commentaire.

M.A.G.



Nouvelle édition sous le titre "Sang d'Arménie «
Éditions Dargaud
Paris 1985, in-4, 1 carte, 7 photographies, 60 p.

En 1979, les Éditions Dargaud publiaient l'Ile aux Chiens, un album de bandes dessinées, en noir et blanc ; sur un scénario de Guy Vidal. Florenci Clavé avait assuré la graphisme. Rapidement épuisé, cet ouvrage a été réédité, en couleurs cette fois, avec en postface, un dossier exposant le drame vécu par les Arméniens de l'Empire ottoman entre 1890 et 1920/

Le héros de Sang d'Arménie, titre plus suggestif que l'Ile aux Chiens, Law Breaker, est un reporter québécois qui assistera aux massacres de 1896. Défenseur du faible et de l'opprimé, il luttera, les armes à la main, aux côtés des Arméniens, avant de quitter définitivement cet empire dont il souhaite l'effondrement et la disparition. Ce livre a reçu le Prix Résistance-Témoignage Chrétien à la Convention de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Gérard Bédrossian, Cahiers arméniens ANI, N° 1 (1986)


Livre numéro 633
Guy VIDAL --- Cliquer pour agrandir L'Ile aux chiens
 
Titre : L'Ile aux chiens / auteur(s) : Guy VIDAL - autre auteur : Florenci Clave
Editeur : Dargaud
Année : 1979
Imprimeur/Fabricant : impr. en Italie
Description : 46 p. ill., couv. ill. 29 cm
Collection : Collection Pilote ISSN = 0154-9054 : 17
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 2205014900
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

A la fin du XIXe et au début de ce siècle, l'Empire Ottoman est "l'homme malade" de l'Europe. Immense encore, s'étendant des territoires balkaniques jusqu'à Bagdad, il est le royaume pourri où règnent la violence, la corruption et l'arbitraire. On y respire (déjà !) l'odeur lourde du pétrole.
Tout autour de lui, les pays, que l'on appelle alors les Puissances, se pressent. Au nom des grands principes. En réalité, pour étendre leur impérialisme. " Toute ressemblance avec des situations existantes n'est ni fortuite, ni involontaire... "
Au sein de l'ensemble des peuples qui constituent alors l'empire du Sultan de Constantinople, on trouve le peuple arménien qui a perdu son indépendance au XVe siècle et qui est à ce moment-là partagé entre la Russie tsariste et la Turquie. Chrétiens dans un empire fanatiquement musulman, les Arméniens sont des citoyens de deuxième classe. Avec les risques que cela comporte: " Aux champs, dans la rue, dans leur propre maison, dans l'église elle-même, aucun Arménien, aucune Arménienne n'exerce son activité en sécurité... Tout peut arriver... '', écrit Jean-Marie Carzou dans son terrible ouvrage: " Un génocide exemplaire: Arménie 1915" (Flammarion). Et tout arrivera! Jusques et y compris l'indicible horreur: la mise à mort systématique du peuple arménien. Avec convois de déportés et camps d'extermination. Tout occupée à sa propre autodestruction l'Europe ne voudra rien voir, rien entendre de cette tragédie. Vingt-cinq ans plus tard, elle y plongera à son tour.

L'histoire que nous racontent Guy Vidal et Florenci Clavé se situe au début du cauchemar du peuple arménien. On y retrouve Law Breaker, le personnage central de leur précédent volume " Les innocents d'EI Oro" dont Jean-Didier Wolfromm a écrit (dans " Le Magazine Littéraire"): " la politique est évidemment partout dans la nouvelle B.D., mais jamais on ne l'a mieux et avec tant de foi illustrée... que dans ce récit violent...''.II me semble que cette histoire-ci mérite tout autant, si ce n'est plus, un tel commentaire.

M.A.G.



Nouvelle édition sous le titre "Sang d'Arménie «
Éditions Dargaud
Paris 1985, in-4, 1 carte, 7 photographies, 60 p.

En 1979, les Éditions Dargaud publiaient l'Ile aux Chiens, un album de bandes dessinées, en noir et blanc ; sur un scénario de Guy Vidal. Florenci Clavé avait assuré la graphisme. Rapidement épuisé, cet ouvrage a été réédité, en couleurs cette fois, avec en postface, un dossier exposant le drame vécu par les Arméniens de l'Empire ottoman entre 1890 et 1920/

Le héros de Sang d'Arménie, titre plus suggestif que l'Ile aux Chiens, Law Breaker, est un reporter québécois qui assistera aux massacres de 1896. Défenseur du faible et de l'opprimé, il luttera, les armes à la main, aux côtés des Arméniens, avant de quitter définitivement cet empire dont il souhaite l'effondrement et la disparition. Ce livre a reçu le Prix Résistance-Témoignage Chrétien à la Convention de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Gérard Bédrossian, Cahiers arméniens ANI, N° 1 (1986)


ligne

  Retour à l'Index des auteurs