Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Meguerditch BARSAMIAN
( 1886 - 1965 )

L'auteur

Meguerditch BARSAMIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance en 1886 à Aboutchekh, près d'Agn (Arménie occidentale), décès le 18 juin 1965 à Paris (France).

Meguerditch Barsamian, auteur et publiciste de langue arménienne, est né au village d’Aboutchekh, près d'Agn (Arménie occidentale), actuellement Kemalie en Turquie. Il fréquente l'école communale jusqu'en 1897. A cette date, son père, juriste, est assassiné lors des massacres d'Agn. Après l'achèvement de ses études secondaires (Guetronagan de Mézrieh, Sanassarian) en 1905, il exerce la profession d'enseignant ou de directeur dans diverses localités arméniennes de Turquie. En 1922, il s'établit à Paris. Il a fondé l'association d'édition « Amis des écrivains martyrs », qui deviendra plus tard « Amis de la littérature arménienne ». Il a collaboré aux journaux arméniens : « Massis », « Arévelk », « Sourhantag », « Azadamard », « Haratch » (Garine-Arménie et Paris), « Haïrénik » (E.U.A.), « Houssaper » (Le Caire), « Arevmoudk » (Paris), « Agoss» (Beyrouth), « Haïasdani Gotchnag » (E.U.A.), «Nor Kirk », spécialement d'articles d'études littéraires. La plupart de ses écrits sont dispersés dans la presse arménienne ; de ses volumes publiés, on connaît :
- 1913 “ Ariouni don” (Fête du sang), Constantinople ;
- 1930 “Avédis Aharoniani guianke ou koedzounéouriopune” (La vie et les activités d'Avédis Aharonian), Paris ;
- 1937 “Arévmdahay panasdzeghdzner, (Poètes arméniens occidentaux), Paris ;
- 1931-1940 “Guinak ou Arvesd” (Vie et Art) almanach, en collaboration avec son frère Méroujan Barsamian, Paris ;
- 1946 "Kioughe vor gue merne" (Le village qui meurt), Paris, traduit en -français ;
- 1950 “Ararad" 3 manuels de lecture, Paris ;
- 1952 : "Agn yev ir pnaguitchnere" (Agn et ses habitants), rédacteur, Paris.
Il est également auteur d'un dictionnaire de poche français-allemand.

ligne
Livre numéro 71
Meguerditch BARSAMIAN --- Cliquer pour agrandir Histoire du village qui meurt : Aboutcher, de Aghen, Turquie, 1895-96
 
Titre : Histoire du village qui meurt : Aboutcher, de Aghen, Turquie, 1895-96 / auteur(s) : Meguerditch BARSAMIAN - trad. de l'armenien, Marguerite Perche ; presentation et choix des ill., Sarkis Boghossian
Editeur : Gaillard - BP 15, 74240 : V. Barsamian et A. Vycichl-Barsamian
Année : 1990
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. Energie graphique
Description : 117 p. ill., couv. ill. en coul. 21 cm ; reproductions de gravures et documents
Collection :
Notes : Précédée par 9 poèmes populaires, composés et chantés par des femmes-trouvères de la région d'Agn, avec leur traduction en français par Sarkis Boghossianet chantés par des
Autres auteurs : Sarkis BOGHOSSIAN [introduction] -
Sujets : Barsamian Meguerditch 1886-1965 -- Enfance et jeunesse * Armeniens -- Turquie -- Kemaliye Turquie -- Biographies * Kemaliye Turquie -- Moeurs et coutumes -- 1870-1914 -- Recits personnels
ISBN : 2950457606
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

C'est un récit autobiographique qui a paru à partir de 1931 dans "Arts et Vie",revue arménienne éditée à Paris par les frères Barsamian, puis en volume séparé.

L'héroïne principale est la Mère arménienne provinciale qui se sacrifie pour toute la famille. On y trouve l'évocation des amours, des coutumes et des traditions d'un village de haute montagne où vivent en voisinage des Arméniens et des Turcs. L'auteur décrit les rapports de la société civile d'antan, les problèmes inter-ethniques, la mentalité des différentes couches populaires. Le langage est simple et pudique.
Les événements se déroulent pendant les années tragiques de 1895-96, pendant l'enfance de l'auteur. En 1895, Abdul Hamid ordonne le massacre des Arméniens. Dans la région d'Agn, l'extermination des hommes adultes se déroule du 27 au 30 octobre. Après ces trois jours d'épouvante, les veuves et les orphelins essayent de regagner leurs demeures abandonnées. Le 4 septembre 1896, c'est le pillages et le saccage des maisons, des églises et des écoles, pour récupérer des matériaux pour les besoins de l'État turc.
La répression continue plus férocement, la famine s'installe et l'émigration s'intensifie vers le Bosphore. C'est le cas, dans ce témoignage, des frères Barsamian.


Extrait d'une lettre de Hagop Ochagan, adressée à M. Barsamian

"Je me sens obligé de souligner la profonde émotion que j'éprouve à la lecture de vos pages. Peut-être des éléments psychologiques, autrement complexes ou occultes, interviennent-ils pour augmenter la perturbation de mes sensations. Peut-être que la nostalgie et les hallucinations d'une perte sans retour mettent régulièrement à nu mon âme à la vue de ce texte. Peut-être aussi votre façon de restituer avec simplicité pénètre-t-elle bien en moi. Qui sait ? Quelles que puissent être les sources de mon trouble, ce qui est certain, c'est qu'elles émanent bien de la lecture de vos pages."
Hagop Ochagan, le 12 décembre 1934


ligne

  Retour à l'Index des auteurs