Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

BERDJOUHI
( 1889 - 1940 )

L'auteur

 
Berdjouhi est l'une des rares écrivains arméniens à avoir pu transmettre un témoignage vécu des événements de 1915 à Istanbul, qu'elle a publié dans les années trente. Après son exil en Bulgarie et à Tiflis, elle regagne un temps l'éphémère république d'Arménie où elle devient membre du Parlement. Elle s'installe définitivement à Paris en 1924 où elle occupe des fonctions au sein du Comité de protection des enfants immigrés, sous l'autorité de la Société des Nations.
Son fils, Armen Barseghian (1914-2003), personnage central du récit, deviendra avocat.
ligne
Livre numéro 101
BERDJOUHI --- Cliquer pour agrandir Jours de cendres à Istanbul
Titre : Jours de cendres à Istanbul / auteur(s) : BERDJOUHI - Récit traduit de l’arménien par Armen Barseghian ; avec le concours d'Anne et Michel Barseghian
Editeur : Parenthèses
Année : 2004
Imprimeur/Fabricant :
Description : 16,5 × 23 cm, 224 p.,
Collection : Collection Diasporales
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Histoire -- 1915
ISBN : 9782863641224
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 18,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

En une nuit, six cents intellectuels arméniens sont arrêtés dans tous les quartiers de la cosmopolite Istanbul. Cette rafle du 24 avril marque le début du génocide de 1915.
La jeune Berdjouhi est l’une de ces épouses qui attendront en vain le retour des déportés. Elle devra vivre seule dans la grande capitale ottomane, devenue hostile.
Le récit débute le jour où son mari, le militant Sarkis Barseghian, est emmené. Suivent alors cinq années de solitude où Berdjouhi va lutter contre le désespoir, surmonter ses peurs et organiser son quotidien. Elle milite avec les autres femmes et participe notamment à la recherche des enfants arméniens enlevés par les dignitaires turcs.
Ce texte constitue un véritable document sur une période dont on ne retient souvent que les aspects purement événementiels. Ici, le témoignage le plus ? dèlement autobiographique se nourrit d’un travail de la mémoire : plus de vingt ans après, Berdjouhi ne se lasse pas de raconter, esquissée dans tous les modes possibles, son histoire d’amour dont une narration strictement documentaire n’aurait pas su dire la saturation de douleur et de passion. Les "jours calcinés" de toute une vie commencent ici, à Istanbul, dans les quartiers de pêcheurs, dans les parcs, dans les grandes demeures, dans les hammams, dans un paysage de rives, au sein de ces nombreuses communautés qui ont vécu longtemps leur identité et qui font l’épaisseur historique de la ville.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs