Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Benoît NOEL
( n. 1963 )

L'auteur

Benoît NOEL --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 24 juillet 1963 à Versailles (Yvelines – France).

Docteur en Histoire de l’Art (Paris-Panthéon-Sorbonne), Benoît Noël, ex-formateur des enseignants du privé, donne des cours à l’Académie Charpentier (rue de la Grande-Chaumière – Paris), à l’Université Inter-Âges de Basse-Normandie (Caen) ou auprès de L’Association des Amis des Musées de Lisieux.

Commissaire d’expositions indépendant, il en a consacré en partenariat avec diverses institutions aux peintres Adrien Karbowsky, Ferdinand Lunel ou Roger Jourdain.
Ancien conservateur contractuel du Musée Fournaise de Chatou (Yvelines), il y a présenté les expositions : L’Absinthe : mythe et réalité ; Guy de Maupassant – canotier ; Les machines à sous ; Les sculptures d’André Derain ; Maurice Leloir, ou Ferdinand Bac. Dans ce cadre, il a produit le film d’Ingrid Janssen, La Maison Fournaise – Impressions, lauréat du 1er Prix des Musées de France en 1993.

Spécialisé dans la période dite « contemporaine » (XIXe-XXe siècles), il est l’auteur d’une quinzaine d’essais sur la peinture, le cinéma, le théâtre et la littérature (voir le site www.herbaut.de/bnoel/). Citons L’Histoire du cinéma couleur ; Les Coquelin – trois générations de comédiens ; L’Absinthe muse des peintres ; Nouvelles confidences sur l’absinthe ; Parisiana – La capitale des peintres au XIXe siècle, ou Auguste Poulet-Malassis et Charles Baudelaire.

Collaborateur régulier de la revue patrimoniale Le Pays d’Auge, il a rédigé des articles sur Alphonse Allais, Lucien et Sacha Guitry, Alphonse Karr, Charles Léandre ou Jean-François Millet.

Adresse :
Lieu Doré
14140 Ste Marguerite des Loges
Tel : 02 31 31 15 78

Site web de l'auteur : www.herbaut.de/bnoel

ligne
Livre numéro 1307
Benoît NOEL --- Cliquer pour agrandir Edgar Chahine, peintre-graveur (1874-1947)
Titre : Edgar Chahine, peintre-graveur (1874-1947) / auteur(s) : Benoît NOEL -
Editeur : bvr
Année : 2008
Imprimeur/Fabricant : Imp. Corlet - 14140 Condé-sur-Noirot
Description : 1 vol. (141 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm, 160 illustrations couleur
Collection :
Notes : Préface de Wanda Polat ; Contient des extraits de textes de divers auteurs
Autres auteurs :
Sujets : CHahine Edgar ; Biographie. Belle époque. Arméniens de Paris
ISBN : 9782952413329
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 30,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Sur commande à :

Article "Chahine", dans la galerie d'art : [Cliquer ici]

A l’instar de la vie, l’œuvre d’Edgar Chahine développe de singuliers paradoxes. Fils d’un banquier de Constantinople, il transcende des scènes populaires au fil du cycle sombre de la « vie lamentable ». Graveur d’eaux-fortes, il privilégie tout aussi paradoxalement la couleur à « la poupée » tantôt franche tantôt vaporeuse, et de pittoresques scènes 1900, des forains du boulevard Clichy aux travaux du métro parisien, des marchandes des quatre saisons aux mondaines à souples boas. Ennemi de la théorie, ses cieux de Venise de 1923 ou sa restitution des marées de la Manche à Villers-sur-Mer en 1931 laissent néanmoins admirer une maîtrise absolue de l’abrégé, de l’ellipse et de l’abstraction. Primitivement attiré par les athlètes forains et pratiquant lui-même la lutte, il devient progressivement intime d’onctueuses modèles de peintres ou de comédiennes d’âges et d’horizons divers, et à ce titre expert de la psyché féminine. Voyez le contraste saisissant entre les portraits de la comédienne réaliste Louise France et celui de la gracile Mary Marquet relevant d’une main d’orfèvre. Au demeurant, ses subtiles effigies du mime Georges Wague ou du peintre Alfred Stevens ne révèlent-ils pas pleinement « l’anima » ou part féminine de l’homme chère à Carl-Gustav Jung ?

La vie. Tout simplement la vie. Avec ses hauts et ses bas, ses bonheurs et ses travers. La « vie lamentable » certes, mais aussi drôle, trépidante et irremplaçable. Sans doute le fil rouge de l’œuvre qui comprend plus de sourires, de rieuses et de personnes épanouies qu’on ne croit au premier abord. Quel meilleur compliment adresser à un artiste né à la veille d’un génocide de son peuple ?

Edgar Chahine se dit « élève de la rue ». En bon arménien, il l’observe d’un œil d’aigle, mais au fond, il est un badaud oriental. Il prend son temps et décèle des détails transparents au passant empressé. Il n’abandonne jamais un sujet avant d’en avoir examiné, à la loupe, toutes les potentialités. Illustrateur, il enlumine des éditions pour bibliophiles de Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Jules et Edmond de Goncourt, Joris-Karl Huysmans, Octave Mirbeau ou Colette. Animateur du mouvement arménophile via ses amis le poète Archag Tchobanian, le révérend père Vartabed Komitas, ou Anatole France qui tiendra à ce que l’édition de ses Œuvres complètes soit ornée d’un frontispice griffé Edgar Chahine. C’est pourquoi, en dépit des deuils successifs d’intimes, de l’incendie ou de l’inondation de ses ateliers, sa joie de vivre l’emporte toujours y compris sur le ressassement du génocide qui a conditionné l’œuvre de nombreux artistes arméniens.

Écrit par Benoît Noël en relation étroite avec Pierre Chahine, fils de l’artiste, ce livre est le premier à retracer la vie d’Edgar Chahine, pas à pas, les catalogues antérieurs ayant privilégié une approche thématique. Cet ouvrage cite notamment de larges extraits de la correspondance inédite d’Edgar Chahine avec Archag Tchobanian qui le premier a alerté Séverine, Henri Rochefort ou Anatole France sur les exactions du « Sultan rouge » en Arménie. Enfin, cet album d’art reproduit 160 œuvres ou photographies largement inédites relatives à la vie de Chahine et représentatives de tous les médiums employés par ce dernier : eau-forte, pointe-sèche, aquatinte, huile sur toile, tempera sur carton, pastel, lavis ou fusain…

Wanda Polat, fille du graveur Tigrane Polat, ami intime d'Edgar Chahine, signe la préface

Commentaire de Benoît NOËL, auteur du livre
"Personnellement, j’ai été happé par l’univers d’Edgar Chahine et son regard d’artiste. À première vue, on est séduit par le charme insidieux d’un monde disparu : les forains du boulevard de Clichy, les dîners des soupeuses Belle Époque, les traîne-la-guêtre des fortifs de Paris. Bref, des protagonistes à priori interlopes, mais saisis sur le vif par un regard sans condescendance, ni mépris et dénué d’ironie ou de cynisme, une curiosité de nos jours. Puis, une sincère sympathie, une empathie d’exception avec ses modèles toujours magnifiés m’a frappé. Notamment, la capacité d’Edgar Chahine à restituer la part féminine des hommes comme la sensibilité à fleur de peau du mime Georges Wague, le rapport d’Anatole France aux bibelots de son bureau ou la coquetterie vestimentaire de Gustave Flaubert. Parallèlement, j’ai relevé la progressive substitution de femmes épanouies, souriantes et rieuses, c’est-à-dire délivrées du fléau du pêché originel aux séductrices professionnelles du début de l’œuvre. En définitive, il me semble que l’énergie plastique mise dans son œuvre et le dynamisme pictural déployé nourrissent la force lui ayant permis de surmonter les épreuves de sa vie. C’est pourquoi, en dépit des affres du génocide arménien, de deuils multiples et précoces d’intimes, de l’incendie ou de l’inondation de ses ateliers, sa joie de vivre l’emporte toujours sur le fatum, une joie de vivre, plus que jamais salutaire pour notre époque."


ligne

  Retour à l'Index des auteurs