Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Boghos NUBAR PACHA
( 1851 - 1930 )

L'auteur

Boghos NUBAR PACHA --- Cliquer pour agrandir
Naissance à Constantinople en 1851 et décédé à Paris le 25 juin 1930, fondateur et premier président de l'UGAB de 1906 à sa mort.
Fils du grand Nubar Pacha (1825-1899) qui fut Premier ministre d'Egypte, Boghos Nubar fit ses études en Suisse et en France. Diplômé de l'Ecole Centrale (1873), il rentre en Egypte. Nommé administrateur des chemins de fer égyptiens en 1878-79, puis de nouveau de 1891 à 1898, il participe également au développement de Ramleh, banlieue d'Alexandrie, et collabore avec le baron Empain à la création de la ville d'Héliopolis, près du Caire. Il invente une machine à labourer fort remarquée lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris.

A partir de 1906, il se consacre corps et âme à la question arménienne et fonde, à 55 ans, l'Union Générale Arménienne de Bienfaisance. De la fin de 1912 au début de 1914, il s'établit à Paris, où il est chargé de convaincre les Puissances de la nécessité des réformes en faveur des Arméniens de l'Empire ottoman. A l'automne 1914, Boghos Nubar revient à Paris et s'y installe définitivement. Dès 1915, il lance une souscription en faveur des victimes du génocide. Nommé à la tête de la Délégation Nationale Arménienne par Sa Sainteté le Catholicos Kévork V, il plaide la cause de son peuple auprès des Alliés pour insérer l'Arménie dans le concert intemational. C'est sur son initiative qu'est créée, en 1916, la Légion d'Orient, qui prend peu après le nom de Légion arménienne. Composée de volontaires, celle-ci va contribuer au succès des Alliés en Syrie et en Cilicie.

En 1921, il renonce à l'action politique et se consacre entièrement à son Union de Bienfaisance dont il transfère le siège du Caire à Paris. Il développe son oeuvre philanthropique en fondant des bourses scolaires, un Institut ophtalmologique à Erevan, le village de Nutarachen dans la banlieue d'Erevan, la Bibliothèque arménienne de Paris, l'Ecole Nubarian d'Héliopolis, la Maison des étudiants arméniens de la Cité universitaire de Paris, avant de s'éteindre le 25 juin 1930

ligne
Livre numéro 1116
  Tableau approximatif des réparations et indemnités
 
Titre : Tableau approximatif des réparations et indemnités / auteur(s) : Avétis AHARONIAN - Boghos NUBAR PACHA - Titre complet : Tableau approximatif des réparations et indemnités pour les dommages subis par la nation arménienne en Arménie de Turquie et dans la République arménienne du Caucase
Editeur : delegation nationale armenienne
Année : 1919
Imprimeur/Fabricant : Dupont, Paris
Description :
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

A la Conférence de la Paix de Paris en 1919, les chefs des deux délégations arméniennes, Avétis Aharonian et Boghos Noubar Pacha, présentèrent un rapport commun intitulé "Tableau approximatif des Réparations et Indemnisations pour les dommages subis par la Nation arménienne en Arménie de Turquie et dans la République arménienne du Caucase". On y mentionne 1860 églises, 229 monastères, 1439 écoles, 29 lycées et séminaires, et 42 orphelinats. Plus tard, des spécialistes ont apporté des modifications à ces chiffres: Kevork Mesrob, 2000 écoles; le révérend Adanalian, 452 églises protestantes ; Haygazn Ghazarian donne les chiffres de 2050 églises et de 203 monastères; Ardashes Der Khatchatourian cite 2300 écoles. Mais les chiffres les plus fiables sont ceux qui ont été soigneusement compilés par Raymond Kévorkian dans le volumineux ouvrage publié en 1992 et dont il était co-auteur avec Paul Paboudjian, Les Arméniens dans l'Empire ottoman à la veille du génocide. Les chiffres, qui s'appuient principalement sur les archives inédites du Patriarcat arménien de Constantinople pour les années 1913-1914, font état de 2538 églises, 451 monastères et 1996 écoles.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs