Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Erol OZKORAY
( n. 1953 )

L'auteur

Erol OZKORAY --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 7 mai 1953 en Turquie

Militant, journaliste et écrivain.
Erol Özkoray, fondateur et rédacteur en chef de la revue trimestrielle Idea Politika, poursuivi, en vertu de l’article 159 du code pénal, pour "insulte à l’armée " et "insulte à la République". Dans plusieurs articles, le journaliste a analysé le rôle que joue l’armée turque au sein des institutions, son omniprésence politique et son poids économique, qui bloquent la démocratisation du pays, candidat à l’Union européenne. Pour le seul article publié en mars 2001, intitulé "Coup d’Etat permanent et démocratie "alla turca"", Erol Özkoray risque douze ans de prison. Deux autres procédures judiciaires ont été ouvertes à son encontre. En additionnant les peines requises dans les différentes procédures, Erol Özkoray risque trente ans de prison. Le numéro d’automne d’Idea Politika "A quoi sert l’armée ?" avait été saisi et interdit de publication le 14 septembre 2001 par le ministère de la Justice, à la demande du chef d’état-major des armées. Le 4 octobre 2001, le deuxième tribunal pénal d’Istanbul avait levé l’interdiction de publication. Erol Özkoray estime que "nous sommes en face d’un acharnement de l’armée qui a peur de l’Union européenne, donc de la démocratie. L’armée veut empêcher l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne car elle sait qu’elle perdra tout son pouvoir et son droit de regard sur le système politique".

ligne
Livre numéro 1778
Erol OZKORAY --- Cliquer pour agrandir Revue Europe et Orient, "Brouillard terroriste", numéro 11, Décembre 2010
Titre : Revue Europe et Orient, "Brouillard terroriste", numéro 11, Décembre 2010 / auteur(s) : REVUE Europe et Orient - Sous la direction de Varoujan Sirapian
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Présence-graphique, Monts (Indre-et-Loire)
Description : 136 pages, 16 x 24 cm
Collection : ISSN : 1773-9802
Notes :
Autres auteurs : Nikos LYGEROS [contribution] - Erol OZKORAY [contribution] - François ROCHEBLOINE [contribution] - Jean Varoujan SIRAPIAN [directeur] -
Sujets : Analyses politiques et géopolitique sur les régions Europe, Turquie, Caucase et Moyen Orient
ISBN : 9782917329191
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 10,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le dossier spécial de la revue Europe&Orient n°11 est consacré à la Cyber-criminalité et à la guerre de propagande ; textes de Dominique Bourra, Robert Fisk, François-Bernard Huyghe et Samvel Martirosyan.

Ont participé à ce numéro : Roger Akl, Mark Arax, Nagib Aoun, Edmond Y. Azadian, Ani Basar, Dominique Bourra, Christophe Chiclet, Nicolas Dupont-Aignan, Robert Fisk, Jean Géronimo, François-Bernard Huyghe, Alfredo Jalife-Rahme, Haroutioun Khatchadourian, Emile Khoury, Nikos Lygeros, Jean Marcou, Samvel Martirosyan, Roumiana Ougartchinska, Erol Özkoray, François Rochebloine, Harut Sassounian, Arestakes Simavoryan, Djordje Vukadinovi.


Sommaire
La nouvelle guerre sémantique, par Varoujan Sirapian
Comment se définit l'Union européenne ? par Vie-publique.fr
Négociations d'adhésion Turquie - UE : cinq ans déjà... par le Prof. Jean Marcou CL
La Serbie dix ans après la chute de Milosevic, par Djordje Vukadinovi
GELEM, GELEM, par Roumiana Ougartchinska
Les Roms de Macédoine, par Christophe Chiclet
Adhésion programmée de la Turquie à l’UE, par Nicolas Dupont-Aignan
Immigration en Allemagne, par Ani Basar
Un acte d'accusation, par le Prof. Nikos Lygeros
An Explosive Book, par Edmond Y. Azadian
Le lobby israélien découvre un Génocide, par Mark Arax
Ideological Trends in the Context of Foreign Policy of Turkey, par Arestakes Simavoryan
Turquie : le dernier tango avec l'UE, par Erol Ozkoray
Des députés français au Haut-Kharabagh, par François Rochebloine
Turkish Foreign Ministry Should Remove Lies from its Website and Issue Apology, par Harout Sassounian
« Ari Doun » c'est bien... « Mna Doun » serait mieux, par Varoujan Sirapian
Israël - Liban : une nouvelle guerre pour le gaz ? par Alfredo Jalife-Rahme
Guerre de ou contre les religions ? par Roger AKL
La politique du mystère , par Emile Khoury
Identités meurtrières, perte d'identité, par Nagib Aoun
Dossier spécial
Démolition du Patrimoine Culturel Arménien par la Turquie
L'annihilation du patrimoine arménien de Turquie, par Haroutioun Khatchadourian
Brouillard terroriste, par François-Bernard Huyghe
Cyber Troops: Necessity Dictated By Time, par Samvel Martirosyan
" Stuxnet est un travail d'amateur ! " par Dominique Bourra
Fighting Talk : The New Propaganda 114
Robert Fisk
Opinions
L'implicite de la crise kirghize, par Jean Géronimo
Du modèle comme outil stratégique, par Nikos Lygeros


Livre numéro 1536
Erol OZKORAY --- Cliquer pour agrandir Turquie, le putsch permanent
Titre : Turquie, le putsch permanent / auteur(s) : Erol OZKORAY - préface, Nikos Lygeros
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : 37-Monts : Impr. Présence graphique
Description : 1 vol. (52 p.) : couv. ill. en coul. ; 17 cm
Collection : Vie politique ; vol. 5
Notes :
Autres auteurs : Nikos LYGEROS [préfacier] -
Sujets : Violence politique -- Turquie -- Turquie -- Politique et gouvernement -- 20e siècle
ISBN : 9782917329184
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 9,90 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Préface de N. Lygeros

Erol Özkoray n’est pas seulement un journaliste ou un intellectuel, c’est un véritable combattant de la paix au sens d’Albert Camus. Son livre n’est pas un simple pamphlet mais un acte d’accusation. À l’instar d’Émile Zola, il n’a pas le pouvoir de condamner aussi en tant que juste il accuse. Il montre aussi que l’Union Européenne a joué un rôle catalytique dans l’apparition du « régime caché », du « totalitarisme sournois ». Il démontre par un raisonnement par l’absurde que la Turquie n’est ni un pays républicain et laïc, ni un pays musulman modéré malgré les dires du monde extérieur. Car il n’est pas dupe quant à la politique de dissimulation du gouvernement. Il sait que le vrai pouvoir est détenu par les militaires. Son analyse de l’enquête sur Ergenekon est limpide et précise. Il en est de même quant aux détours artificiels empruntés par l’appareil de justice pour exploiter l’esprit sans la lettre de l’article 301 du Code Pénal qui réprime toute critique de la nation turque et de son armée. Il explicite la nature de ce régime totalitaire sournois, de ce fascisme alla turca, sans manquer de mettre en exergue le problème de l’existence antinomique du Conseil National de Sécurité dans une prétendue démocratie. Non sans sarcasme, il dénonce ce pentagone civil high tech qui n’est rien d’autre, selon ses propres termes, que la Mecque du totalitarisme turc. Il n’hésite pas à énumérer les cibles des sept coups d’état avortés entre 2002 et 2009 : Kurdes, Alévites, Arméniens, islamistes, démocrates, socialistes, libéraux et partisans de l’Union Européenne. Aussi nous comprenons qu’en Turquie, le peuple n’est pas une population mais un nid de suspects pour le régime en place, en d’autres termes l’état profond. Le propriétaire du pays n’est nul autre que l’Armée qui fait et défait les crises internes et externes à son gré pour montrer sa toute puissance face aux civils. Sa stratégie est efficace et la Grèce en est une des victimes grâce aux points litigieux à savoir : Chypre, la délimitation du plateau continental, l’utilisation de l’espace aérien sur la mer Égée, la militarisation des îles grecques, la minorité musulmane en Grèce et le statut œcuménique de l’Église orthodoxe à Istanbul. Et à la base de cette stratégie de la crise artificielle, nous trouvons le dogme fondamental et sans cesse réitéré par tous les gouvernements : face au problème kurde, aucune fragmentation, face au problème chypriote, aucune concession, face au génocide des Arméniens, aucune reconnaissance, face à l’Église orthodoxe, aucune place, enfin, la laïcité ne doit pas être touchée. Conscient de son rôle de juste, Erol Özkoray dénonce non pas uniquement les inepties sur l’encerclement de la Turquie par la Grèce, mais aussi le non-dit contre la politique européenne. Il explicite que ce fascisme de gauche, selon Pierre Milza, qui a rejeté l’histoire ottomane pour suivre le principe d’Hitler qui affirmait que l’état allemand n’avait pas de passé, a réussi à transformer la société via l’éducation et les médias, en une entité fasciste, raciste, xénophobe qui croit à la suprématie de la race turque. Et même, si selon Orwell, il est difficile de prévoir la fin des dictatures modernes, Eroll Özkoray n’hésite pas à écrire que si les choses dégénèrent, la Turquie pourrait être la Yougoslavie du XXIe siècle. Il ne joue pas le rôle du prophète, pas même celui de Cassandre mais il regarde lucidement le futur de son peuple et ne peut s’empêcher de prévenir les hommes libres pendant qu’ils le sont encore, qu’un pays qui n’a pas de passé, est aussi un peuple qui n’a pas d’avenir. Voilà pourquoi la lecture de ce livre est une nécessité pour les combattants de la paix.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs