Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Nikos LYGEROS
( n. 1968 )

L'auteur

Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 30 avril 1968

Mathématicien, Conseiller stratégique, Nikos Lygeros intervient notamment auprès des Etats grec et chypriote. Professeur invité à l'Université de Thrace (responsable des cours de théorie des groupes et d'Histoire et philosophie des Mathématiques au département de pédagogie), à l'Université d'Athènes (responsable des cours de bio-éthique, d'épistémologie et de cybernétique du département de sociologie), à l'Ecole Polytechnique de Xanthe (responsable des cours de management stratégique) et à L'école nationale de Sécurité de Grèce (responsable des cours de mathématiques au département d'informatique), professeur à l'Académie de Police de Grèce (responsable des cours Géostratégie des Balkans et Politique de défense grecque) et professeur à l'école Nationale de Sécurité de Grèce (responsable des tours de stratégie et théorie des jeux), il est aussi linguiste, poète, auteur dramatique, librettiste, parolier, metteur en scène, créateur de tests de Q.1, Il a créé la fondation Altruismes qui promeut les recours des réfugiés à la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Il intervient à travers de nombreux articles, conférences, interviews et séminaires.

ligne
Livre numéro 1658
Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir Artsakh, le Haut-Karabakh : au service de la paix et de la sécurité régionale
Titre : Artsakh, le Haut-Karabakh : au service de la paix et de la sécurité régionale / auteur(s) : Gérard GUERGUERIAN - Vladimir Kazimirov, Sergueï Minassian, Gérard Guerguerian ; préface, Nikos Lygeros
Editeur : SIGEST
Année : 2011
Imprimeur/Fabricant : 37-Monts : Impr. Présence graphique
Description : 1 vol. (52 p.) : couv. ill. en coul. ; 21 cm
Collection : Vie politique, ISSN 1778-2635
Notes : Une publication de l'Institut Tchobanian
Autres auteurs : Nikos LYGEROS [préfacier] -
Sujets : Conflit du Haut-Karabakh (1988-1994) -- Arménie -- Relations extérieures -- Azerbaïdjan -- 1990-....
ISBN : 9782917329252
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 7,95 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Les auteurs :
L'Ambassadeur Vladimir Kazimirov a été le chef de la mission de médiation de la Russie (1992-1996), le représentant plénipotentiaire du Président de la Fédération de Russie sur le Karabakh et le premier co-président russe du Groupe de Minsk de l’OSCE.
Sergueï Minassian est politologue et docteur en histoire militaire.
Depuis mars 2006, il dirige le département d’études politiques de l’Institut du Caucase à Erevan.
Gérard Guerguerian est avocat à la Cour et Membre de l’Observatoire Arménien.

Extrait préface de Nikos Lygeros :
« L'Artsakh entre dans une nouvelle phase. Il ne s'agit plus de mémoire et de revendication du passé mais d'aller au-delà dans le cadre d'un contexte géopolitique étrange et mouvant. Cette monographie collective a un sens à partir de l'instant où nous réalisons que nous devons intégrer des acquis. »

Livre numéro 1778
Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir Revue Europe et Orient, "Brouillard terroriste", numéro 11, Décembre 2010
Titre : Revue Europe et Orient, "Brouillard terroriste", numéro 11, Décembre 2010 / auteur(s) : REVUE Europe et Orient - Sous la direction de Varoujan Sirapian
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Présence-graphique, Monts (Indre-et-Loire)
Description : 136 pages, 16 x 24 cm
Collection : ISSN : 1773-9802
Notes :
Autres auteurs : Nikos LYGEROS [contribution] - Erol OZKORAY [contribution] - François ROCHEBLOINE [contribution] - Jean Varoujan SIRAPIAN [directeur] -
Sujets : Analyses politiques et géopolitique sur les régions Europe, Turquie, Caucase et Moyen Orient
ISBN : 9782917329191
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 10,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le dossier spécial de la revue Europe&Orient n°11 est consacré à la Cyber-criminalité et à la guerre de propagande ; textes de Dominique Bourra, Robert Fisk, François-Bernard Huyghe et Samvel Martirosyan.

Ont participé à ce numéro : Roger Akl, Mark Arax, Nagib Aoun, Edmond Y. Azadian, Ani Basar, Dominique Bourra, Christophe Chiclet, Nicolas Dupont-Aignan, Robert Fisk, Jean Géronimo, François-Bernard Huyghe, Alfredo Jalife-Rahme, Haroutioun Khatchadourian, Emile Khoury, Nikos Lygeros, Jean Marcou, Samvel Martirosyan, Roumiana Ougartchinska, Erol Özkoray, François Rochebloine, Harut Sassounian, Arestakes Simavoryan, Djordje Vukadinovi.


Sommaire
La nouvelle guerre sémantique, par Varoujan Sirapian
Comment se définit l'Union européenne ? par Vie-publique.fr
Négociations d'adhésion Turquie - UE : cinq ans déjà... par le Prof. Jean Marcou CL
La Serbie dix ans après la chute de Milosevic, par Djordje Vukadinovi
GELEM, GELEM, par Roumiana Ougartchinska
Les Roms de Macédoine, par Christophe Chiclet
Adhésion programmée de la Turquie à l’UE, par Nicolas Dupont-Aignan
Immigration en Allemagne, par Ani Basar
Un acte d'accusation, par le Prof. Nikos Lygeros
An Explosive Book, par Edmond Y. Azadian
Le lobby israélien découvre un Génocide, par Mark Arax
Ideological Trends in the Context of Foreign Policy of Turkey, par Arestakes Simavoryan
Turquie : le dernier tango avec l'UE, par Erol Ozkoray
Des députés français au Haut-Kharabagh, par François Rochebloine
Turkish Foreign Ministry Should Remove Lies from its Website and Issue Apology, par Harout Sassounian
« Ari Doun » c'est bien... « Mna Doun » serait mieux, par Varoujan Sirapian
Israël - Liban : une nouvelle guerre pour le gaz ? par Alfredo Jalife-Rahme
Guerre de ou contre les religions ? par Roger AKL
La politique du mystère , par Emile Khoury
Identités meurtrières, perte d'identité, par Nagib Aoun
Dossier spécial
Démolition du Patrimoine Culturel Arménien par la Turquie
L'annihilation du patrimoine arménien de Turquie, par Haroutioun Khatchadourian
Brouillard terroriste, par François-Bernard Huyghe
Cyber Troops: Necessity Dictated By Time, par Samvel Martirosyan
" Stuxnet est un travail d'amateur ! " par Dominique Bourra
Fighting Talk : The New Propaganda 114
Robert Fisk
Opinions
L'implicite de la crise kirghize, par Jean Géronimo
Du modèle comme outil stratégique, par Nikos Lygeros


Livre numéro 1777
Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir Revue Europe et Orient, "La mémoire blessée", numéro 10, Juin 2010
Titre : Revue Europe et Orient, "La mémoire blessée", numéro 10, Juin 2010 / auteur(s) : REVUE Europe et Orient - Sous la direction de Varoujan Sirapian
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Présence-graphique, Monts (Indre-et-Loire)
Description : 136 pages, 16 x 24 cm
Collection : ISSN : 1773-9802
Notes :
Autres auteurs : Papken INJARABIAN [contribution] - Nikos LYGEROS [contribution] - Claude MUTAFIAN [contribution] - Jean Varoujan SIRAPIAN [directeur] - Yves TERNON [contribution] -
Sujets : Analyses politiques et géopolitique sur les régions Europe, Turquie, Caucase et Moyen Orient
ISBN : 9782917329146
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 10,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Ont participé à ce numéro :
Olivier Abel, Roger Akl, Uri Avnery, Edmond Y. Azadian, Ani Basar, Christophe Chiclet, Alain Chouet, Jean Dorian, Frédéric Encel, Robert Fisk, Eve Gani, P. Gazzano, Jean Géronimo, François-Bernard Huyghe, Evre Kaynak, Nikos Lygeros, Claude Mutafian, Marianne Ranke-Cormier, Harut Sassounian, Henry Siegman, Yves Ternon.

L'article du philosophe Olivier Abel " La mémoire blessée" analyse le génocide d'un point de vue très intéressant et suscitera, nous en sommes sûr, un débat vif.

Comme toujours vous trouverez aussi les rubriques habituelles sur l'Europe, l'Asie mineure, le Caucase et le Moyen Orient


Sommaire

Karagöz et Hacivat, par Varoujan Sirapian
La Grèce dans la tourmente , par Christophe Chiclet
Pour en finir avec Berlusconi, par Ranke-Cormier
Katyn, le souvenir de la désinformation, par François-Bernard Huyghe
Le traitement du dossier turc dans les medias, par Jean Dorian
Turquie-Europe, par Claude Mutafian
Commentaires sur un éditorial, par Jean Dorian
L’Islam et le nationalisme en Turquie, par Varoujan Sirapian
Turkish Diplomacy’s Gordian Knots, par Edmond Y. Azadian
Le combat des femmes turques, par Evre Kaynak
Sur la convention de Montreux, par N. Lygeros
Les Etats-Unis assumeront-ils la reconnaissance du génocide arménien ? par Ani Basar
Sur la cause arménienne, par Nikos Lygeros
“Auschwitz is the Der-Zor of the Jews” , par Serge Sargsyan
Continue Denying the Armenian Genocide, par Harut Sassounian
Sur la coopération de la diaspora , par Nikos Lygeros
La théorie des marchés en tant qu’extension de la théorie des jeux (I), par P. Gazzano* et N. Lygeros
Sur l’espace et le temps en stratégie, par N. Lygeros
Afghanistan, le désert des Tartares ? , par Alain Chouet
Coup de tabac sur les relations Ankara-Jérusalem, par Frédéric Encel
Imposer la paix au Moyen Orient , par Henry Siegman
Le déclin du sentiment d’attachement des juifs américains par rapport à Israël : et après ? par Eve Gani
Sur les jeux à information incomplète, par Nikos Lygeros
Au nom du sionisme, par Uri Avnery
Kirghizstan : entre révolution et incertitude, par Jean Géronimo
Sur le courage des Arméniens, par N. Lygeros
La « mère » des génocides, par Roger Akl
Sur le génocide des Arméniens et les fondations de la Turquie, par N. Lygeros
Témoignages devant le Tribunal des Peuples, par Papken Injarabian
Yves Ternon devant le Tribunal des Peuples
World Focus: Armenia, par Robert Fisk
Sur les génocides et la comparaison absurde, par N. Lygeros
Démolition du Patrimoine Culturel Arménien par la Turquie
La Mémoire Blessée, par Olivier Abel



Témoignage....
J'aurais dû être mort à l'âge de 9, 10 ou 11 ans, mais Dieu m'a gardé. Je vais vous raconter brièvement mon histoire. Je suis né en 1906 à Amassia, au sud de la Mer Noire. Ma famille était Arménienne, nous étions cinq enfants, trois garçons et deux filles. J'étais le plus jeune et le plus gâté. ,.allais à récole, je savais lire et écrire l'arménien et j'apprenais même le turc. Mes deux sœurs m'enseignaient le français. Mon père espérait que je devienne un grand homme. Mon frère aîné faisait son service dans l'armée turque. Lorsque la guerre fut déclarée, on mobilisa tous les arméniens de 18 à 50 ans environ. C'est ainsi que mon deuxième frère de 19 ans partit sans retour. Quelques semaines après, les Turcs ont raflé tous les Arméniens qu'ils voyaient dans la rue, ils les ont emmenés en prison sous prétexte qu'ils avaient caché des armes. Tous ces hommes ont disparu un peu plus tard ; le reste des Arméniens reçut l'ordre de quitter la ville... C'était le 23 Juin 1915, et le début de notre exode...
J'ai quitté Amassia avec mon père malade, ma mère et mes deux sœurs. Mes parents avaient pris avec eux ce qu'ils pouvaient; ils avaient les larmes aux yeux en traversant leur
ville natale. Notre caravane prit donc son chemin de croix. Plus nous avancions, et plus l’odeur de la mort augmentait, car d'autres caravanes nous avaient précédés. L'exode est trop pénible à raconter très peu comme moi ont survécu. Sous une chaleur de 30 à 40 degrés, les déportés affamés, assoiffés, dépouillés et épuisés par la marche, tombaient par milliers._ Je pourrais raconter ces images du génocide pendant des heures. Au cours de notre exode, une de mes sœurs fut enlevée par des Turcs, mon père assassiné. Au bout de trois mois de marche, je n'oublierai jamais ce Kurde qui nous sépara de la caravane, loin de tout, et sous la menace de son couteau, il nous dépouilla ma mère et moi et partit avec ma sœur qu'on n'a jamais revue. Ma mère est morte huit jours après, de maladie et de chagrin, et j'ouvris mes yeux d'orphelin chez un Kurde. Il habitait dans une grotte ; je gardais ses chèvres les pieds nus, la tête nue et mal nourri : j'étais misérable... J'ai accepté de devenir musulman sans comprendre ce que c'était ; tout ce que je savais, c'est qu'on n'allait plus me couper la tête. Je suis resté plus de quatre ans avec les Kurdes, et je parlais couramment leur langue. Lorsque j'ai entendu dire qu'un orphelinat était ouvert à Ourla pour recueillir les enfants rescapés, j'ai voulu m'évader. J'ai été rattrapé par mon maître qui m'a menacé de son fusil et dit: «toi chien infidèle, tu ne vaux même pas deux cartouches, la prochaine fois je rabattrai avec une seule cartouche». Mais le Seigneur m'a aidé, et j'ai pu m'échapper et rejoindre l'orphelinat, J'étais sauvé comme des milliers d'enfants arméniens.
Papken INJARABIAN
Tribunal permanent des peuples, Paris, le 14 Avril 1984

Livre numéro 1536
Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir Turquie, le putsch permanent
Titre : Turquie, le putsch permanent / auteur(s) : Erol OZKORAY - préface, Nikos Lygeros
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : 37-Monts : Impr. Présence graphique
Description : 1 vol. (52 p.) : couv. ill. en coul. ; 17 cm
Collection : Vie politique ; vol. 5
Notes :
Autres auteurs : Nikos LYGEROS [préfacier] -
Sujets : Violence politique -- Turquie -- Turquie -- Politique et gouvernement -- 20e siècle
ISBN : 9782917329184
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 9,90 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Préface de N. Lygeros

Erol Özkoray n’est pas seulement un journaliste ou un intellectuel, c’est un véritable combattant de la paix au sens d’Albert Camus. Son livre n’est pas un simple pamphlet mais un acte d’accusation. À l’instar d’Émile Zola, il n’a pas le pouvoir de condamner aussi en tant que juste il accuse. Il montre aussi que l’Union Européenne a joué un rôle catalytique dans l’apparition du « régime caché », du « totalitarisme sournois ». Il démontre par un raisonnement par l’absurde que la Turquie n’est ni un pays républicain et laïc, ni un pays musulman modéré malgré les dires du monde extérieur. Car il n’est pas dupe quant à la politique de dissimulation du gouvernement. Il sait que le vrai pouvoir est détenu par les militaires. Son analyse de l’enquête sur Ergenekon est limpide et précise. Il en est de même quant aux détours artificiels empruntés par l’appareil de justice pour exploiter l’esprit sans la lettre de l’article 301 du Code Pénal qui réprime toute critique de la nation turque et de son armée. Il explicite la nature de ce régime totalitaire sournois, de ce fascisme alla turca, sans manquer de mettre en exergue le problème de l’existence antinomique du Conseil National de Sécurité dans une prétendue démocratie. Non sans sarcasme, il dénonce ce pentagone civil high tech qui n’est rien d’autre, selon ses propres termes, que la Mecque du totalitarisme turc. Il n’hésite pas à énumérer les cibles des sept coups d’état avortés entre 2002 et 2009 : Kurdes, Alévites, Arméniens, islamistes, démocrates, socialistes, libéraux et partisans de l’Union Européenne. Aussi nous comprenons qu’en Turquie, le peuple n’est pas une population mais un nid de suspects pour le régime en place, en d’autres termes l’état profond. Le propriétaire du pays n’est nul autre que l’Armée qui fait et défait les crises internes et externes à son gré pour montrer sa toute puissance face aux civils. Sa stratégie est efficace et la Grèce en est une des victimes grâce aux points litigieux à savoir : Chypre, la délimitation du plateau continental, l’utilisation de l’espace aérien sur la mer Égée, la militarisation des îles grecques, la minorité musulmane en Grèce et le statut œcuménique de l’Église orthodoxe à Istanbul. Et à la base de cette stratégie de la crise artificielle, nous trouvons le dogme fondamental et sans cesse réitéré par tous les gouvernements : face au problème kurde, aucune fragmentation, face au problème chypriote, aucune concession, face au génocide des Arméniens, aucune reconnaissance, face à l’Église orthodoxe, aucune place, enfin, la laïcité ne doit pas être touchée. Conscient de son rôle de juste, Erol Özkoray dénonce non pas uniquement les inepties sur l’encerclement de la Turquie par la Grèce, mais aussi le non-dit contre la politique européenne. Il explicite que ce fascisme de gauche, selon Pierre Milza, qui a rejeté l’histoire ottomane pour suivre le principe d’Hitler qui affirmait que l’état allemand n’avait pas de passé, a réussi à transformer la société via l’éducation et les médias, en une entité fasciste, raciste, xénophobe qui croit à la suprématie de la race turque. Et même, si selon Orwell, il est difficile de prévoir la fin des dictatures modernes, Eroll Özkoray n’hésite pas à écrire que si les choses dégénèrent, la Turquie pourrait être la Yougoslavie du XXIe siècle. Il ne joue pas le rôle du prophète, pas même celui de Cassandre mais il regarde lucidement le futur de son peuple et ne peut s’empêcher de prévenir les hommes libres pendant qu’ils le sont encore, qu’un pays qui n’a pas de passé, est aussi un peuple qui n’a pas d’avenir. Voilà pourquoi la lecture de ce livre est une nécessité pour les combattants de la paix.


Livre numéro 1190
Nikos LYGEROS --- Cliquer pour agrandir Dignité humaine
Titre : Dignité humaine / auteur(s) : Nikos LYGEROS -
Editeur : SIGEST
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 37-Monts : Présence graphique impr
Description : 1 vol. (119 p.) : ill., couv. ill. ; 18 cm
Collection :
Notes : Recueil d'articles et de poèmes publ. entre 2005 et 2006. - Bibliogr. p. 119
Autres auteurs :
Sujets : Question arménienne -- Chypre, Question de
ISBN : 2951218796
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 9,90 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Pour des raisons historiques mais malgré tout initialement indépendantes les causes arménienne et chypriote sont reliées. Elles existent toutes les deux face au même système agressif. Elles résistent non pas pour s'approprier un objet abstrait ou convoité. Elles résistent uniquement pour avoir le droit d'exister. Seulement même ce dernier point est contesté de la part de l'état profond turc. " Extrait de l'article tes causes arménienne et chypriote. " La diplomatie turque doit enfin comprendre que tout penseur européen, tout défenseur des droits de l'homme est d'abord Arménien. Si nous retrouvons des références à l'Arménie dans les manuscrits de Leonardo da Vinci ce n'est pas un hasard. Ce pays a toujours attiré l'Europe. Seulement désormais son peuple est encore plus important car le génocide des Arméniens de 1915 représente un paradigme dans le domaine des droits de l'Homme. Ses victimes d'une guerre totale sans nom; sont des preuves qui crient dans notre mémoire car les hommes se sont tus. " Extrait de l'article Pensée européenne et cause arménienne.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs