Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Claude MUTAFIAN
( n. 1942 )

L'auteur

Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 27 juillet 1942 à Clamart (Hauts-de-Seine, France)

Claude Mutafian, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, agrégé de l'Université, est maître de conférences en mathématiques à l'université de Paris XIII. II a enseigné dans diverses universités comme invité (Princeton, La Havane, Mexico, Erevan) et a publié plusieurs ouvrages de mathématiques. Il a réalisé le livre Chant d Arménie (1982) sur des textes et tableaux de son père Zareh Mutafian. Il est l'auteur de La Cilicie au carrefour des empires (1988), co-auteur (avec Patrick Donabédian) de Le Karabagh, une terre arménienne en Azerbaidjan (1989). II a aussi écrit plusieurs articles sur l'opéra et sur l'histoire arménienne. Présent en Arménie dès le lendemain du séisme du 7 décembre 1988, Claude Mutafian y a été le responsable de SOS-Arménie-Croix Bleue des Arméniens de France de la mi-décembre 1988 à la mi-février 1989 (période d'urgence).
Nous avons le plaisir de compter Claude Mutafian parmi les membres de l'Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée.

Docteur en histoire à l'Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

ligne
Livre numéro 2056
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir La Méditerranée des Arméniens - XIIe - XVe siècle
 
Titre : La Méditerranée des Arméniens - XIIe - XVe siècle / auteur(s) : Colloques - Sous la direction de Claude Mutafian ; Actes du colloque international sur le royaume arménien de Cilicie, tenu à Jérusalem en 2009
Editeur : Geuthner
Année : 2014
Imprimeur/Fabricant : La Manufacture, 52200 Langres
Description : 16 x 24 cm, 398 pages, couverture illustrée en couleurs, nombreuses illustration en NB et couleurs ; 16 pl. couleurs + ill. en N&B
Collection : Orient chrétien médiéval
Notes : Textes des communications en français et en anglais. - Issus du colloque international, Jérusalem, juillet 2009. - Notes bibliographiques
Autres auteurs : Claude MUTAFIAN [introduction] - Gérard DEDEYAN [contribution] - Marie-Anna CHEVALIER [contribution] - Varvara BASMADJIAN [contribution] - Dickran KOUYMJIAN [contribution] - Agnès OUZOUNIAN [contribution] -
Sujets : Colloques -- Méditerranée -- Arméniens
ISBN : 9782705338985
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 46,00 euros

Commentaire :

La juxtaposition des noms « Méditerranée » et « Arméniens » peut paraitre artificielle quand on évalue sur une carte la distance entre l’Arménie, enclavée à l’est de l’Asie Mineure, sans façade maritime, et la Méditerranée. Pourtant, les relations entre ces deux entités ont été intenses durant plusieurs siècles. En effet, pour des raisons liées aux invasions turques en Asie Mineure et à l’arrivée des croisés au Levant, il s’est créé au xiie siècle en Cilicie, dans l’angle nord-est de la Méditerranée, face à l’île de Chypre, une principauté arménienne, officiellement érigée en 1198 en un royaume d’Arménie hors du territoire de l’Arménie historique.

Ainsi muni d’une ample façade maritime, ce royaume eut d’étroits contacts tant avec les puissances commerçantes méditerranéennes, en particulier Venise et Gênes, qu’avec l’Orient latin frontalier. Il fournit au royaume latin de Jérusalem trois reines, dont les deux premières : il était dès lors logique d’organiser dans la Ville sainte un colloque international consacré aux divers aspects de cette « Méditerranée des Arméniens ». On y traita en juillet 2009 des rapports arméno-latins au Levant, des relations du royaume avec l’ensemble de l’Orient chrétien, avec le monde musulman et avec les Mongols arrivés dans la région au xiiie siècle, sans oublier les intenses échanges artistiques et commerciaux.

Après la chute de ce royaume, en 1375, une partie de la population arménienne se maintint en Cilicie, mais il y eut également un important flux migratoire dans diverses directions, en particulier vers les rivages aux mains des Génois, familiers des Arméniens, dont la Crimée que l’on peut considérer comme un prolongement de la Cilicie arménienne.

Les Arméniens et l’Orient latin
- DÉDÉYAN Gérard : L’attraction des Arméniens de l’Euphratèse vers Jérusalem à la première époque du royaume latin (1099/1100 – 1187)
- MUTAFIAN Claude : Les reines arméniennes de Jérusalem et la fondation de la cathédrale des Saints-Jacques
- CHEVALIER Marie-Anna : L’ordre de l’hôpital et la défense de l’Arménie : Enjeux d’une présence et moyens mis en œuvre
- COUREAS Nicholas: Friend or Foe? The Armenians in Cyprus as others saw them during the Lusignan Period (1191-1473)
- LA PORTA Sergio: King Lewon I: The Last Roman Emperor
- HALFTER Peter : La couronne d’Arménie : Un document récemment découvert, illustrant les relations entre l’empereur Frédéric II et le roi Hét‘oum Ier
- BOZOYAN Azat : La réception du droit franc en Arménie
- OUZOUNIAN Agnès : Les Assises d’Antioche ou la langue en usage : remarques à propos du texte arménien des Assises d’Antioche

Les Arméniens et l’Orient non latin
- TCHOBANIAN Pavel : La lutte des Arméniens pour la préservation des monastères de Jérusalem (XIIe-XVe siècle)
- SCHMIDT Andrea : Manuscrits arméniens de la chronique de Michel le Syrien dans le fonds patriarcal de Jérusalem
- AMITAI Reuven: Dangerous Liaisons: Armenian-Mongol-Mamluk Relations (1260-1292)
- STEWART Angus: Alliance with the Tartars: the Armenian kingdom, the Mongols and the Latins

Les aspects économiques
- BAIS Marco : Documents de la chancellerie du royaume d’Arménie en Cilicie : traductions et traducteurs
- BALARD Michel : Les Arméniens dans les comptoirs génois d’Orient
- JACOBY David: The Economy of the Armenian Kingdom of Cilicia: Some Neglected and Overlooked Aspects
- MAURER Herbert: The Metaphysics of Coffee

Les aspects artistiques
- BASMADJIAN Varvara : Quelques remarques sur la représentation du Jugement dernier dans la miniature arménienne (XIe-XVIe siècle)
- IMHAUS Brunehilde : L’église arménienne de Famagouste. Description et historique de sa réhabilitation (XIVe-XXe siècle)
- PRINGLE Denys: Crusader Castles and Fortifications: The Armenian Connection
- KOUYMJIAN Dickran: Vézelay, the Arabs and the Armenians
- HUMMEL Thomas: Levonian, a Pioneer in the History and Exploration of the Secular and Holy Sites of Van


Livre numéro 1805
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir L'Arménie du Levant (XIe-XIVe siècle)
Titre : L'Arménie du Levant (XIe-XIVe siècle) / auteur(s) : Claude MUTAFIAN -
Editeur : Les Belles Lettres
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : mpression & reliure SEPEC, 01960 Peronnace (Ftance)
Description : 1152 pages, Coffret 2 volumes : Tome I :732 pages, Tome II : 412 pages, Formats : livres 29 x 23 cm, coffret 29,50 x 23,50 cm ; jaquette et étui ill. en coul
Collection :
Notes : Le vol. 2 contient de nombreux tableaux généalogiques. - Bibliogr. vol. 2, p. 305-352. Glossaire à la fin du vol. 1. Index à la fin du vol. 2 ; Thèse de doctorat : Histoire : Paris 1 : 2002
Autres auteurs :
Sujets : Arménie -- 1045-1522 (Domination turco-mongole)
ISBN : 9782251444253
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 95,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

L'année 1045 marqua la fin du dernier royaume d'Arménie en Grande Arménie, mais loin de disparaître l'Arménie se préparait paradoxalement à vivre la période la plus brillante de son histoire. Des principautés autonomes virent le jour sur la partie du territoire historique libérée du joug turc, pendant qu'un processus de renaissance étatique se développait en Cilicie, face à l'île de Chypre, aboutissant en 1198 à la fondation d'un "royaume d'Arménie hors d'Arménie".

Il y avait donc alors deux Arménie, liées face à l'irruption au Proche-Orient des Francs via les croisades au XIIe siècle puis des Mongols au XIIIe. Avec les États latins, dont ils adoptèrent plusieurs aspects administratifs, les Arméniens établirent des relations d'égal à égal où les liens matrimoniaux tenaient une place essentielle, tandis que face aux Mongols ils profitèrent de l'expérience des princes de Grande Arménie. par une subtile diplomatie tous azimuts tenant compte des éléments grecs, turcs et arabes, les rois d'Arménie en Cilicie se retrouvèrent au milieu du XIIIe siècle à la tête du plus puissant État chrétien en Orient, plaque tournante du commerce entre l'Europe et l'Orient. La floraison culturelle était spectaculaire, le royaume adaptant au moule arménien les apports francs tout en perpétuant ses traditions artistiques, pendant que la Grande Arménie se couvrait de superbes œuvres d'architecture.

Du XIIIe au début du XIVe siècle, les Arméniens étaient donc au centre de la galaxie eurasiatique. La décadence s'amorça avec le déclin du pouvoir mongol, la pénétration latine dans l'Église arménienne et la montée en puissance des Mamelouks égyptiens, qui mirent fin en 1375 à cette "Arménie du Levant" dont le dernier roi, d'ascendance poitevine, mourut en exil à Paris.

Au-delà des Arméniens et arménisants, cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui s'intéressent aux croisades, aux Mongols, à l'Islam médiéval ou aux chrétiens d'Orient. Les publications récentes de sources inédites imposaient de revisiter tous les aspects de cette période fascinante et complexe. Les 84 tableaux généalogiques et les 74 cartes facilitent la lecture, et les 228 illustrations en couleurs reflètent le caractère cosmopolite de ce monde arménien médiéval.


Table des matières

Tome I:
Remerciements, Le sujet
SOURCES ET ÉTUDES
L'évolution des études
Les sources arméniennes
La tradition manuscrite, Les historiens antérieurs au XIIe siècle, Les historiens du XIIe siècle, Les historiens du XIIIe siècle, Les historiens du XIVe siècle, Les chroniques mineures, Les sources ecclésiastiques, Les autres sources, Les sources non arméniennes, Les sources occidentales, Les sources orientales chalcédoniennes, Les sources syriaques, Les sources arabes, Les sources persanes et extrême-orientales
ROUBÉNIDES ET FRANCS, LA GENÈSE D'UN ROYAUME (1045-1219)
1045-1098 : De l'Arménie à la Méditerranée , Les derniers royaumes de Grande Arménie (IXe-XIe siècle), La « migration étatique » des Arméniens, 1098-1135 : La mise en place d’un pouvoir arménien , L’échec des Arméniens en Euphratèse franque (1098-1118), L’affirmation des Roubénides en Cilicie normande (1098-1135), 1135-1187 : La consolidation du pouvoir roubénide, La résistance des Roubénides à la reconquête byzantine (1136-1169), Les succès de la diplomatie roubénide (1169-1187), 1187-1219 : Léon le Magnifique, La fondation du royaume (1187-1198), Léon Ier face à Antioche et à la papauté (1198-1219)
HÉTHOUMIDES ET MONGOLS, L’APOGÉE D’UN ROYAUME (1219-1289)
1219-1240 : L’avènement de la dynastie héthoumide , Les luttes pour la succession de Léon Ier (1219-1224), L’affirmation du roi Hét'oum Ier (1224-1240), 1220-1260 : L’Arménie face au pouvoir mongol , La conquête mongole de l’Asie occidentale (1220-1243), L’installation du pouvoir mongol (1243-1260), 1260-1289 : L’Arménie entre Mongols et Mamelouks , La diplomatie de Hét'oum Ier (1260-1270), La diplomatie de Léon II (1270-1289)
HÉTHOUMIDES ET MAMELOUKS, L’AGONIE D’UN ROYAUME (1289-1375),
1289-1335 : Le chant du cygne de l’alliance mongole, La succession de Léon II (1289), Les Mamelouks à l’assaut du Levant (1289-1292), Les derniers succès de l’alliance mongole (1291-1300), De Ghâzân à Aboû Sa'îd (1300-1335), 1289-1342 : L’Arménie entre l’Europe et les Mamelouks , Le retour à l’alliance latine (1289-1307), La crise arméno-chypriote (1306-1322), L’échec des appels à l’Europe (1307-1342), , 1342-1375 : La fin du dernier royaume d’Arménie , L’avènement des Lusignan d’Arménie (1342-1344), La chute du royaume (1344-1375), Le dernier roi en exil (1375-1393)
DYNASTIES ET ÉTATS EN GRANDE ARMÉNIE (Ve-XIIe siècle)
Les outils, La noblesse arménienne, Les grandes familles, Les dignités civiles, Les dignités militaires, Les dynasties historiques , Les Mamikonian, Les Kamsarakan, Les Artzrouni, Les Orbéli, Les Pahlavouni , Les débuts des Pahlavouni, Les Pahlavouni d’Ani, Les Pahlavouni de Bdjni, Les Hassanides, Les Pahlavouni d’Égypte, Les Bagratides et leurs États, Les Bagratides, Le royaume bagratide d’Arménie, Le royaume bagratide de Kars, Le royaume bagratide du Loṙi, La principauté bagratide du Tarôn, Les autres royaumes médiévaux , Le royaume Artzrouni du Vaspourakan, Le royaume de Siounie, Les royaumes de l’Artsakh
LES PRINCIPAUTÉS DE L’ARMÉNIE ZAKARIDE (XIIe-XIVe siècle)
Les principautés de l’Ayrarat, Les premiers Zakarides, Les princes Zak‘arê et Ivanê, La descendance de Zak‘arê, La descendance d’Ivanê, Les Vatchoutian d’Anberd, Les Khorassides de Bagnayr, Les principautés du Gougark‘ , Les Vahramian de Gag, Les dynasties du Djavakhk‘ , Les Sadounides de Mahkanaberd, Les Mamikonian de Dsègh, Les Oukanides de Haghbat, Les principautés de la Siounie , Les Orbélian de Siounie, Les Prochian du Vayots Dzor, Les principautés de l’Artsakh, Les Djalalides du Khatchên, Les Vakhtanguiens de Hat‘erk‘, Les Dopian de Khat‘ra
LES DYNASTIES DU ROYAUME D’ARMÉNIE (XIIe-XIVe siècle)
Les outils, Les Roubénides , Les Pahlavouni , Les Héthoumides et leurs fiefs , Lambron, Komardias, Papéṙon, Dchandchi, Néghir, Korykos, Kantchi, Servandik‘ar, Askouṙas, Des dynasties mineures, En Euphratèse, Du Tarôn en Cilicie, Les Artzrouni de Cilicie, Les unions internes en Cilicie
LA DIPLOMATIE MATRIMONIALE
Les alliances avec le Levant latin au XIIe siècle, Les unions avec Édesse et Antioche, Les deux premières reines de Jérusalem, Les quatre filles de Baudouin II, Les alliances du royaume d’Arménie avec les États latins , L’Europe, La principauté d’Antioche-Tripoli, Le royaume de Jérusalem, Le royaume de Chypre, Les Lusignan et la royauté d’Arménie, Les alliances avec les dynasties franques non régnantes , Les Ibelin, Les Toron et les Montfort, Les Bouillon, les Picquigny et les Mansel, Les alliances hors du monde latin
LES INSTITUTIONS CIVILES
Le nom de l’État , La « Petite Arménie », La terminologie correcte, La royauté , Le pouvoir royal, La législation, La cour, Les titulatures royales, La succession des rois d’Arménie, Les numéros d’ordre des rois, Les reines d’Arménie, La régence, L’administration, Les charges civiles dans le royaume, Les charges civiles en Grande Arménie
LES RELATIONS EXTÉRIEURES
La défense, L’armée, Les charges militaires dans le royaume, Les charges militaires en Grande Arménie, La diplomatie , Les échanges diplomatiques, La chancellerie royale, Les traités de paix, Le commerce, Les atouts commerciaux du royaume, Les partenaires commerciaux du royaume, Le commerce en Grande Arménie
LES INSTITUTIONS RELIGIEUSES
Les autorités ecclésiastiques , Les sièges catholicossaux, La fonction catholicossale, La succession catholicossale, La hiérarchie ecclésiastique, Les pouvoirs dissidents , Le catholicossat d’Aght‘amar (1113-1895), Le catholicossat d’Ani (1195), Le catholicossat de Roûm (1201-1227), Le patriarcat de Jérusalem (début XIVe siècle), Les relations entre l’Église et l’État , Les princes roubénides et le catholicossat, La royauté et le catholicossat,
LA DIPLOMATIE RELIGIEUSE
Les religions au Levant , Face à l’Église géorgienne , Face à l’Église nestorienne, Face à l’Église jacobite, Les rapports arméno-jacobites jusqu’au XIe siècle, Les rapports arméno-jacobites au XIIe siècle, Les Jacobites durant la royauté arménienne (XIIIe-XIVe siècle), Face à Byzance, Le contentieux arméno-grec jusqu’au milieu du XIIe siècle, La reprise du dialogue arméno-grec au XIIe siècle, Le dialogue arméno-grec durant la royauté (XIIIe-XIVe siècle), Face à Rome, Les rapports arméno-latins jusqu’à la fondation du royaume (1198), Le royaume d’Arménie en position de force face à Rome (1198-1289), La progression de l’influence romaine en Arménie (1289-1307), Face à Avignon, Les conciles de Sis et d’Adana (1307-1316), La pénétration catholique dans le monde arménien (1316-1334), Les dernières querelles entre Sis et Avignon (1334-1375), Les sièges ecclésiastiques latins , En Cilicie sous la juridiction d’Antioche (1099-1268), En Cilicie sous la juridiction de la papauté (1268-1400), En Crimée (XIVe siècle)
LES CENTRES CULTURELS
Villes et monastères, En Euphratèse, La Montagne Noire, Hṙomkla, En Cilicie , Sis, Tarse, Drazark, Skevṙa, Gṙnèr, Aknèr, Autres centres, En Arménie centrale , L’Archarounik‘, Ani, Hoṙomos, En Arménie occidentale , Le mont Sépouh, Erznka, En Arménie septentrionale , Sanahin, Haghbat, Gochavank‘ et Haghartzin, En Arménie orientale , L’Artsakh, Gladzor, Le Vayots Dzor, Tat‘èv, Le Nakhitchevan et les Uniteurs, En Arménie méridionale, Aght‘amar, Le Vaspourakan, Le Tarôn, Hors d’Arménie, Chypre, L’Italie, La Crimée, Soultâniyya, Jérusalem
CONCLUSION
Glossaire
Tome II:
Généalogies, Tableaux, Cartes, Illustrations, Bibliographie, Index sélectif des noms propres du tome I, Listes


Article de Florence G. Yérémian, France-Arménie, numéro 393, Janvier 2013

L'histoire arménienne ne se résume pas au Génocide ni à cette petite terre enclavée entre d'immenses empires. Il fut un temps glorieux où les Arméniens se trouvaient au centre de la galaxie eurasiatique. Du XIIe au XIVe siècle, le royaume d'Arménie connut en effet l'étrange destin de migrer hors de son territoire historique pour aller s'établir pendant près de deux cents ans en Cilicie. Parfaitement installé face à la Méditerranée, ce nouvel État arménien hors de ses terres vit alors fleurir un royaume cosmopolite baigné de coutumes latines, d'influences franques et d'alliances mongoles. Plaque tournante du commerce entre l'Orient et l'Occident, passage obligé des Croisés se rendant à Jérusalem, havre d'accueil et de prospérité culturelle, le royaume d'Arménie en Cilicie fut au XIIIe siècle le plus puissant État chrétien du Proche-Orient.
A travers deux somptueux volumes aux illustrations rares, l'historien Claude Mutafian retrace la situation inédite de cet "État migratoire" parallèlement à l'évolution de la Grande Arménie. Passant des Roubénides aux Héthoumides, il évoque minutieusement les centres culturels, les croisades, la puissance mongole ou les invasions mameloukes.
Afin de redonner sa juste valeur à cette période trop négligée de l'histoire arménienne, Mutafian a parcouru mille et un récits de voyageurs, décodé des colophons, fouillé des centaines d'ouvrages ecclésiastiques et des traductions de sources arabes, syriaques ou extrême-orientales. Epaulé par une poignée d'amis polyglottes et érudits, il a, entre autres, pu reconstituer plus de 84 généalogies mettant en avant la diplomatie des rois d'Arménie qui eurent l'intelligence de privilégier les alliances matrimoniales avec les puissances étrangères.
Dans un souci didactique, l'historien a également illustré son propos de nouvelles photographies et de 74 cartes géographiques afin de guider ses lecteurs à travers les multiples épisodes de cette période historique en perpétuelle évolution.
Voici donc une «bible» non seulement pour les arménophiles mais également pour tous les amoureux des croisades, des Mongols, de l'Islam médiéval et du Christianisme.
Florence Gopikian-Yérémian



Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de mathématiques, Claude Mutafian s'est progressivement penché sur l'Arménie médiévale à laquelle il a déjà consacré quinzaine d'ouvrages et d'expositions. Afin de sceller définitivement son statut d’historien longtemps contesté, il a soutenu une thèse doctorale à âge de soixante ans ! De cette thèse découle aujourd'hui un fabuleux ouvrage en deux volumes dédiés à l'Arménie du Xie au XIVe siècle.
FA En 2002, vous avez soutenu une thèse à la Sorbonne relative à la diplomatie en Cilicie. Cet acte était-il le sésame nécessaire pour faire partie du club très fermé des historiens de France ?
Claude Mutafian : Tout a commencé lorsque je me suis opposé à l'élection de Veinstein qui visait la chaire de turcologie au Collège de France. Sa position négationniste allait à l'encontre de toute l'éthique de cette institution et pourtant l'administrateur, Gilbert Dagron, a réfuté mes critiques en argumentant qu'étant sans diplôme je n'étais qu'un "historien d'occasion". Cela m'a fait bondir : j'ai donc soutenu une thèse qui m'a gratifié du titre de docteur en histoire et du droit de parole ad vitam aeternam au sein de ce milieu qui ne vit qu'à travers l'étalage de ses titres universitaires.
FA Comment êtes-vous passé d'une simple thèse à un double opus de 1152 pages ?
C .M.Ma thèse portait essentiellement sur la diplomatie en Cilicie. Au départ, le catholicos Aram 1er m'a proposé de la publier telle quelle mais j'ai souhaité la compléter. De fil en aiguille, j'ai élargi la thématique à la Grande Arménie médiévale en incluant non seulement les aspects politico-diplomatiques mais aussi la religion, la culture, la généalogie... Par chance, les éditions Les Belles Lettres m'ont proposé d'éditer mon ouvrage et après sept ans de labeur ce coffret a vu le jour.
FA Vous le dédiez à votre grand-mère maternelle Mariam. Quel a été son parcours ?
C .M.Je ne l'ai pas connue mais ma mère m'en a souvent parlé comme d'une femme très forte qui a su sauver et élever ses quatre enfants pendant le Génocide. Dans son malheur, elle a eu l'aplomb de passer pour une sage-femme et de faire naitre le fils d'un responsable turc qui, pour la remercier, l'a épargnée. Mes ancêtres maternels étaient originaires de Césarée, mais mes parents sont nés au bord de la mer Noire. Comme beaucoup d'Arméniens, les plus chanceux ont fait le trajet vers Constantinople puis Marseille. Quant à moi, je suis né à Clamart.
FA Vous avez enseigné les maths pendant plus de quarante ans aux quatre coins du monde (Princeton, La Havane, Mexico, Erevan). À quel moment avez-vous attrapé le virus de l'histoire ?
C .M.J'ai toujours aimé l'histoire mais ma mère a préféré que je suive la voie royale des mathématiques pour trouver un métier. Lorsqu'en 1977 je me suis rendu avec mon épouse Marie en Turquie, nous étions en voiture et au retour nous sommes passés par la Cilicie dont j'ai découvert les forteresses. Tout est parti de là. J'y suis retourné en 1979 et mes recherches ne se sont plus arrêtées.
FA Comment s'explique la migration étatique depuis la Grande Arménie vers la Cilicie ?
C .M.En 1045, le territoire historique de la Grande Arménie est pris par les Byzantins, puis par les Turcs, et une migration s'enclenche vers la Cilicie. Grâce à une étonnante adaptation et une aisance diplomatique, de grandes familles comme les Roubénides et les Héthoumides vont réussir à recréer un royaume d'Arménie au Levant hors de l'Arménie historique et à le maintenir de 1198 à 1375.
FA Quel est l'épisode le plus glorieux de cette période ?
C .M.Peut-être le voyage du roi Héthoum 1er en Mongolie. Après que les Mongols ont traversé la Grande Arménie, l'un des princes arméniens est allé à Sis prévenir Héthoum qu'aucune résistance n'était possible face à ces envahisseurs. Afin de protéger son royaume, le roi s'est déguisé et au péril de sa vie il est allé rencontrer le Khan pour sceller une alliance ! C'est le seul souverain chrétien qui ait osé pactiser avec les Mongols !
FA Quels furent les principaux apports francs ?
C .M.Outre les structures féodales et juridiques, un apport original concerne les alliances matrimoniales. Il faut arrêter d'imaginer des idylles romantiques entre les seigneurs francs et les princesses arméniennes, la réalité fut toute autre : lorsque les Croisés se sont installés en Orient, les seigneurs ont voulu se marier. Le problème fut qu'ils ne pouvaient épouser que des dames nobles et chrétiennes : les femmes syriaques ne correspondaient pas à ces critères (car les Syriens n'avaient aucune structure nobiliaire), les Grecques non plus (suite à la scission de 1054 avec l'Église grecque). Il ne restait donc que des princesses arméniennes, nobles, bonnes chrétiennes et jolies pardessus le marché. Étant donné la diplomatie des rois ciliciens, les affaires matrimoniales allèrent bon train entre Francs et Arméniens pour le bonheur des deux partis !
FA L'une des prouesses de votre livre est l'ensemble des 84 tableaux généalogiques où sont réactualisées toutes les alliances.
C .M.Il y a peu d'ouvrages sur les généalogies arméniennes. J'ai repris l'ensemble des données connues et mené une étude comparative avec des sources nouvelles : inscriptions, colophons, manuscrits en d'autres langues. Cela m'a permis de corriger une foule d'erreurs et de compléter de la façon la plus exacte possible les unions entre Arméniens et non Arméniens, les ascendances, les enfants illégitimes ou même les projets avortés de mariage.
FA Pourquoi y a-t-il si peu d'études sur le royaume d'Arménie en Cilicie ? C'est pourtant une période exceptionnelle !
C .M.D'un point de vue occidental, les textes dédiés à l'Arménie cilicienne sont mensongers. Ils présentent les Arméniens du Levant comme un peuple plein de zèle et dévoué aux Croisés. En ce qui concerne l'Arménie, durant l'ère soviétique il était impossible de mettre en avant un glorieux passé historique sans être traité de nationaliste. À partir de l'indépendance de 1991, des études intéressantes ont été menées notamment par Levon Ter Petrossian.
FA Quels aspects de l'histoire médiévale arménienne reste-t-il à approfondir ?
C .M.Un mystère demeure : à l'inverse des multiples forteresses arméniennes qui parsèment la Cilicie (Yilanlikale, Vahka, Lambron ...) aucun couvent ou monastère arménien médiéval n'a pu y être localisé. On n'a retrouvé ni ruine ni récit de voyageur permettant de situer ces monuments. C'est paradoxal car beaucoup de pèlerins sont passés dans ces contrées pour se rendre à Jérusalem. Il m'est d'avis que tous ces lieux de culte ont été abandonnés vu qu'il n'y avait plus aucun pouvoir centralisé dans cette région. Ils ont progressivement été rasés par les tribus turcomanes et les envahisseurs successifs. Étant donné qu'aucune fouille n'y est possible aujourd'hui, nous ne pouvons en dire d'avantage.
Florence G. Yérémian, France-Arménie, numéro 393, Janvier 2013


Livre numéro 1649
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Artsakh, Karabagh : jardin des traditions et des arts arméniens
Titre : Artsakh, Karabagh : jardin des traditions et des arts arméniens / auteur(s) :François Djindjian -Claude MUTAFIAN - Georges Bourouian - Patrick DONABEDIAN - Dickran KOUYMJIAN - et Nariné Aghabalian, Ministre de la Culture et de la Jeunesse de la république d'Artsakh [Avant-pro
Editeur : Somogy
Année : 2011
Imprimeur/Fabricant : Imprimé en Italie par Grafiche Zanini
Description : 157 pages, 24,50 x 29 cm, couverture cartonnée sous jaquette en couleurs, illustrations et photographies en couleurs
Collection :
Notes : Livre publié à l'occasion des 20 ans de la République d'Artsakh
Autres auteurs : Patrick DONABEDIAN [contribution] - Dickran KOUYMJIAN [directeur] - Claude MUTAFIAN [directeur] -
Sujets : Arsakh -- Histoire, Architecture -- Archéologie
ISBN : 9782757204559
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 35,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

A l'occasion du vingtième anniversaire de la Déclaration d'Indépendance de l'Artsakh, l'Association de Soutien au Haut Karabagh en France publie un livre attestant de la présence arménienne dans cette région depuis la nuit des temps. Très peu de livres, voire aucun, placent les richesses artistiques, monumentales, architecturales, artisanales et naturelles dans leur contexte historique et traditionnel. Ce livre regroupe cinq thèmes : l'Archéologie de l'Artsakh, qui débute avec les tumulus datant de l'âge du bronze et se termine avec les récentes découvertes; l'Histoire du Haut-Karabagh, commencée au VIIème siècle avant JC ; l'Héritage Monumental de l'Artsakh, essentiellement chrétien, en deux volets, l'Architecture à partir du IVème siècle de notre ère, et Khatchkars, dont la tradition remonte au Moyen-âge ; l'Art de l'Enluminure au Karabagh et les Tapis d'Artsakh. Il est magnifiquement illustré de cartes et de plus de 120 photos toutes plus belles les unes que les autres. Les textes en français sont accompagnés d'une version en anglais pour permettre une diffusion aussi large que possible de cet ouvrage.
Il figurera en bonne place dans les bibliothèques personnelles, d'associations, d'écoles. C'est une belle idée de cadeau

LES AUTEURS : Universitaires de renommée mondiale dans leur spécialité, ils ont signé ce livre avec dévouement et enthousiasme. George A. Bournoutian, professeur d' histoire Iona College, New York (Histoire de l'Artsakh depuis les Melikats jusqu'à nos jours); François Djindjian, archéologue, professeur (Archéologie du Haut-Karabagh); Patrick Donabédian, docteur en histoire de l'art, maître de conférences (L’héritage monumental de l’Artsakh : l’architecture sacrée, les khatchkars, l’art du tapis) ; Dickran Kouymjian, professeur Emérite, California State University Fresno (L’art de la miniature au Haut-Karabagh); Claude Mutafian, professeur, maître de conférences (Histoire du Karabagh : le Haut-Karabagh jusqu’aux Melikats).
Souscription jusqu'au 1er novembre 2011 :29 euros, rendu en France
Prix public après le 1er novembre 2011, 35 euros.

Achat:
Internet :
http://www.haut-karabagh.com/?p=192

Association de Soutien au Haut Karabagh
10, rue Degas; 75016 Paris

Tél : 01 53 75 17 40
Courriel : eurnkr@aol.com


Livre numéro 1777
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Revue Europe et Orient, "La mémoire blessée", numéro 10, Juin 2010
Titre : Revue Europe et Orient, "La mémoire blessée", numéro 10, Juin 2010 / auteur(s) : REVUE Europe et Orient - Sous la direction de Varoujan Sirapian
Editeur : SIGEST
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Présence-graphique, Monts (Indre-et-Loire)
Description : 136 pages, 16 x 24 cm
Collection : ISSN : 1773-9802
Notes :
Autres auteurs : Papken INJARABIAN [contribution] - Nikos LYGEROS [contribution] - Claude MUTAFIAN [contribution] - Jean Varoujan SIRAPIAN [directeur] - Yves TERNON [contribution] -
Sujets : Analyses politiques et géopolitique sur les régions Europe, Turquie, Caucase et Moyen Orient
ISBN : 9782917329146
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 10,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Ont participé à ce numéro :
Olivier Abel, Roger Akl, Uri Avnery, Edmond Y. Azadian, Ani Basar, Christophe Chiclet, Alain Chouet, Jean Dorian, Frédéric Encel, Robert Fisk, Eve Gani, P. Gazzano, Jean Géronimo, François-Bernard Huyghe, Evre Kaynak, Nikos Lygeros, Claude Mutafian, Marianne Ranke-Cormier, Harut Sassounian, Henry Siegman, Yves Ternon.

L'article du philosophe Olivier Abel " La mémoire blessée" analyse le génocide d'un point de vue très intéressant et suscitera, nous en sommes sûr, un débat vif.

Comme toujours vous trouverez aussi les rubriques habituelles sur l'Europe, l'Asie mineure, le Caucase et le Moyen Orient


Sommaire

Karagöz et Hacivat, par Varoujan Sirapian
La Grèce dans la tourmente , par Christophe Chiclet
Pour en finir avec Berlusconi, par Ranke-Cormier
Katyn, le souvenir de la désinformation, par François-Bernard Huyghe
Le traitement du dossier turc dans les medias, par Jean Dorian
Turquie-Europe, par Claude Mutafian
Commentaires sur un éditorial, par Jean Dorian
L’Islam et le nationalisme en Turquie, par Varoujan Sirapian
Turkish Diplomacy’s Gordian Knots, par Edmond Y. Azadian
Le combat des femmes turques, par Evre Kaynak
Sur la convention de Montreux, par N. Lygeros
Les Etats-Unis assumeront-ils la reconnaissance du génocide arménien ? par Ani Basar
Sur la cause arménienne, par Nikos Lygeros
“Auschwitz is the Der-Zor of the Jews” , par Serge Sargsyan
Continue Denying the Armenian Genocide, par Harut Sassounian
Sur la coopération de la diaspora , par Nikos Lygeros
La théorie des marchés en tant qu’extension de la théorie des jeux (I), par P. Gazzano* et N. Lygeros
Sur l’espace et le temps en stratégie, par N. Lygeros
Afghanistan, le désert des Tartares ? , par Alain Chouet
Coup de tabac sur les relations Ankara-Jérusalem, par Frédéric Encel
Imposer la paix au Moyen Orient , par Henry Siegman
Le déclin du sentiment d’attachement des juifs américains par rapport à Israël : et après ? par Eve Gani
Sur les jeux à information incomplète, par Nikos Lygeros
Au nom du sionisme, par Uri Avnery
Kirghizstan : entre révolution et incertitude, par Jean Géronimo
Sur le courage des Arméniens, par N. Lygeros
La « mère » des génocides, par Roger Akl
Sur le génocide des Arméniens et les fondations de la Turquie, par N. Lygeros
Témoignages devant le Tribunal des Peuples, par Papken Injarabian
Yves Ternon devant le Tribunal des Peuples
World Focus: Armenia, par Robert Fisk
Sur les génocides et la comparaison absurde, par N. Lygeros
Démolition du Patrimoine Culturel Arménien par la Turquie
La Mémoire Blessée, par Olivier Abel



Témoignage....
J'aurais dû être mort à l'âge de 9, 10 ou 11 ans, mais Dieu m'a gardé. Je vais vous raconter brièvement mon histoire. Je suis né en 1906 à Amassia, au sud de la Mer Noire. Ma famille était Arménienne, nous étions cinq enfants, trois garçons et deux filles. J'étais le plus jeune et le plus gâté. ,.allais à récole, je savais lire et écrire l'arménien et j'apprenais même le turc. Mes deux sœurs m'enseignaient le français. Mon père espérait que je devienne un grand homme. Mon frère aîné faisait son service dans l'armée turque. Lorsque la guerre fut déclarée, on mobilisa tous les arméniens de 18 à 50 ans environ. C'est ainsi que mon deuxième frère de 19 ans partit sans retour. Quelques semaines après, les Turcs ont raflé tous les Arméniens qu'ils voyaient dans la rue, ils les ont emmenés en prison sous prétexte qu'ils avaient caché des armes. Tous ces hommes ont disparu un peu plus tard ; le reste des Arméniens reçut l'ordre de quitter la ville... C'était le 23 Juin 1915, et le début de notre exode...
J'ai quitté Amassia avec mon père malade, ma mère et mes deux sœurs. Mes parents avaient pris avec eux ce qu'ils pouvaient; ils avaient les larmes aux yeux en traversant leur
ville natale. Notre caravane prit donc son chemin de croix. Plus nous avancions, et plus l’odeur de la mort augmentait, car d'autres caravanes nous avaient précédés. L'exode est trop pénible à raconter très peu comme moi ont survécu. Sous une chaleur de 30 à 40 degrés, les déportés affamés, assoiffés, dépouillés et épuisés par la marche, tombaient par milliers._ Je pourrais raconter ces images du génocide pendant des heures. Au cours de notre exode, une de mes sœurs fut enlevée par des Turcs, mon père assassiné. Au bout de trois mois de marche, je n'oublierai jamais ce Kurde qui nous sépara de la caravane, loin de tout, et sous la menace de son couteau, il nous dépouilla ma mère et moi et partit avec ma sœur qu'on n'a jamais revue. Ma mère est morte huit jours après, de maladie et de chagrin, et j'ouvris mes yeux d'orphelin chez un Kurde. Il habitait dans une grotte ; je gardais ses chèvres les pieds nus, la tête nue et mal nourri : j'étais misérable... J'ai accepté de devenir musulman sans comprendre ce que c'était ; tout ce que je savais, c'est qu'on n'allait plus me couper la tête. Je suis resté plus de quatre ans avec les Kurdes, et je parlais couramment leur langue. Lorsque j'ai entendu dire qu'un orphelinat était ouvert à Ourla pour recueillir les enfants rescapés, j'ai voulu m'évader. J'ai été rattrapé par mon maître qui m'a menacé de son fusil et dit: «toi chien infidèle, tu ne vaux même pas deux cartouches, la prochaine fois je rabattrai avec une seule cartouche». Mais le Seigneur m'a aidé, et j'ai pu m'échapper et rejoindre l'orphelinat, J'étais sauvé comme des milliers d'enfants arméniens.
Papken INJARABIAN
Tribunal permanent des peuples, Paris, le 14 Avril 1984

Livre numéro 1490
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Les douze capitales d'Arménie
Titre : Les douze capitales d'Arménie / auteur(s) :Publié à l'occasion de l'exposition éponyme présentée à la Maison arménienne de la jeunesse et de la culture, Marseille, 4 mars-4 mai 2010. Exposition préalablement présentée à La Conciergerie, Paris,
Editeur : Somogy
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Presses RE.Bus (Italie)
Description : 304 pages, , 24,6 x 28 cm, sous jaquettes en couleurs, 375 illustrations dont 17 cartes en couleurs
Collection : Catalogue d'exposition
Notes : Ouvrage collectif, sous la direction de Patrick Donabédian et Claude Mutafian, cartographie d'Éric Van Lauwe, Préface de Garo Hovsepien, Président de la MAJC
Autres auteurs : Patrick DONABEDIAN [directeur] - Jean-Pierre MAHE [contribution] - Claude MUTAFIAN [directeur] - Taline TER MINASSIAN [contribution] - Agnès OUZOUNIAN [traducteur] -
Sujets : Capitales -- Arménie -- Expositions
ISBN : 9782757203439
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 39,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le patrimoine architectural arménien, de valeur mondiale, remonte à l'aube des temps et témoigne de l'histoire mouvementée d'un pays dans lequel guerres et invasions de sont succédées. La christianisation du pays, son rôle important dans les échanges économiques sur les anciennes routes du commerce, les développements scientifiques, éducatifs, artistiques, philosophiques et religieux liés au monastère, ainsi que son dynamisme, font de l'Arménie un exemple de très grande force culturelle. Vaste panorama historique des formes architecturales, les douze capitales d'Arménie promène le lecteur d'une ville à l'autre, à travers sites archéologiques et naturels, cathédrales, églises et monuments.

Liste des contributeurs et auteurs

ASA : Académie des sciences d'Arménie
IAE : Institut d'archéologie et d'ethnographie de l'ASA

ANI BALADIAN, architecte, mission archéologique française d'Ani-Pemza
ARSEN BOBOKHYAN, chercheur au département de l'archéologie précoce, IAE
PATRICK DONABÉDIAN, maître de conférences à l'université de Provence
IGIT GHARIBIAN, professeur à l'Université d'État d'Erevan
YERVAND GREKYAN, chercheur au département de l'Orient ancien, Institut d'études orientales de l'ASA
GRIGOR GRIGORIAN, directeur du département d'épigraphie, IAE
ALEXAN HAKOBIAN, directeur du département de l'Orient chrétien, IAE
HAYK HAKOBYAN, chercheur au département de l'archéologie antique, IAE
SIMON HMAYAKYAN, chercheur au département de l'archéologie précoce, IAE
ARAM KALANTARYAN, chercheur à l'IAE, membre correspondant de l'ASA
SAMVEL KARAPÉTIAN, président de l'organisation « Research on Armenian Architecture »
INESSA KARAPETYAN, chercheur au département de l'archéologie antique, IAE
DAVID KERTMENJIAN, professeur à l'Université d'État d'architecture et de construction d'Erevan
JAURÈS KHATCHATRYAN, directeur du département de l'archéologie antique, IAE
JEAN-PIERRE MAHÉ, membre de l'Institut
CLAUDE MUTAFIAN, docteur en histoire
HAMLET PETROSSYAN, chef de la chaire de culturologie de l'Université d'État d'Erevan
ASHOT PILIPOSSYAN, directeur du Centre de restauration des monuments (Erevan)
FELIX TER-MARTIROSSOV, chercheur au département de l'archéologie antique, IA
TALINE TER-MINASSIAN, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Paris)
Giusto TRAINA, professeur à l'université de Rouen
EDDA VARDANYAN, historienne de l'art
SERGEI VARDANYAN, chercheur au département de l'histoire et de la théorie du folklore, IAE

Traductions
AIDA TCHARKHTCHIAN
AGNES OUZOUNIAN


Livre numéro 1776
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Revue Europe et Orient, "Voyants aveuglés", numéro 9, décembre 2009
Titre : Revue Europe et Orient, "Voyants aveuglés", numéro 9, décembre 2009 / auteur(s) : REVUE Europe et Orient - Sous la direction de Varoujan Sirapian
Editeur : SIGEST
Année : 2009
Imprimeur/Fabricant : Présence-graphique, Monts (Indre-et-Loire)
Description : 72 pages, 21 x 29 cm
Collection : ISSN : 1773-9802
Notes :
Autres auteurs : Vahakn N. DADRIAN [contribution] - Claude MUTAFIAN [contribution] - Jean Varoujan SIRAPIAN [directeur] -
Sujets : Analyses politiques et géopolitique sur les régions Europe, Turquie, Caucase et Moyen Orient
ISBN : 9782917329108
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 8,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Au début du siècle dernier, Archag Tchobanian avait dénoncé “la conspiration du silence” des médias français concernant les massacres d’Arménie.

Aujourd'hui les médias refusent le débat sur le dossier turc. Exemples récents : refus de publier des réponses à plusieurs articles parus dans Libération et Le Monde auxquelles Claude Mutafian avait proposé des réponses. Aucun n'a été publié. Nous avons décidé de les reprendre dans ce numéro de la revue Europe&Orient ainsi que d'autres analyses concernant la "Saison de la Turquie".


Sommaire

La Lumière menteuse par Varoujan Sirapian

EUROPE
Défense européenne : Obama laisse tomber le bouclier, par Marianne Ranke-Cormier
Changement de pouvoir à Athènes, par Christophe Chiclet
D’une saison en enfer aux illusions perdues, par Nikos Lygeros
Réponse à deux articles concernant la Saison de la Turquie, par Claude Mutafian
NON à cette Turquie dans l’Europe, par Claude Mutafian
Réponse à un article de MM. Pierret et Poivre d’Arvor, par Claude Mutafian
Turquie et Europe : l’intenable position européenne, par Claude Mutafian
Les sirènes turques, par Claude Mutafian
Une analyse de l’Editorial de Henri de Castries, par Jean Dorian
Où va la Russie ? par Jean Géronimo
Lettre ouverte commissaires de la Saison de la Turquie

ASIE MINEURE
Arméniens et Turcs : peuvent-ils se parler? par Varoujan Sirapian
Senate Resolution Reshuffles Political Cards in Ankara, Yerevan and Beyond, par Harut Sassounian
Le Royaume-Uni nie le Génocide arménien pour apaiser son alliée, par Jean Eckian
The Current Turkish-Armenian Protocols, par Prof. Vahakn Dadrian
Point sur le processus de règlement du conflit du Karabagh
Protocoles : l’agitation n’est pas action, par Varoujan Sirapian

MOYEN ORIENT
Turkey Exposed:Cannot Pretend to be Both Pro-Israeli and Pro-Palestinian, par Harut Sassounian
Géopolitique, politique et morale au Moyen-Orient, par Roger Akl
The Pivotal Role of Lebanon’s Armenian Christians, par Gary C. Gambill
Afghanistan : chronique d’un désastre annoncé ? par Jacques Sapir

OPINIONS
À chaque média sa forme de mensonge, par François-Bernard Huyghe


Livre numéro 1272
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Portrait d'Arménie : par un abbé normand, Gabriel Bretocq, 1918-1922 : de la Cilicie à la principauté d'Antioche
Titre : Portrait d'Arménie : par un abbé normand, Gabriel Bretocq, 1918-1922 : de la Cilicie à la principauté d'Antioche / auteur(s) : Gabriel BRETOCQ - Catalogues -
Editeur : Somogy
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : Imprimé en Italie
Description : 1 vol. (190 p.) : ill., couv. ill. ; 28 cm
Collection :
Notes : Exposition, Évreux, Archives départementales de l'Eure, 12 mai-12 juillet 2007] / [sous la direction de Vincent Doom et Claude Mutafian
Autres auteurs : Claude MUTAFIAN [directeur] -
Sujets :
ISBN : 9782757201138
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 35,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

La Cilicie, terre de l'ancien royaume médiéval d'Arménie et refuge pour quelque deux cent mille Arméniens rescapés du génocide de 1915, a fait l'objet, de 1918 à 1922, d'un extraordinaire "reportage": celui d'un chanoine normand, Gabriel Bretocq (1873-1961), mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale et affecté dans les anciennes provinces ottomanes du Liban, de Syrie et de Cilicie, sous contrôle français. Pour le compte des autorités militaires, le chanoine, passionné par la photographie, réalise une série de clichés sur plaques de verre destinés à montrer la richesse des territoires administrés par la France et à promouvoir les institutions françaises au Moyen-Orient. De ses pérégrinations, qui l'ont mené jusqu'en Palestine et en Égypte, Gabriel Bretocq a rapporté des images étonnantes de modernité et de sensibilité. Paysages, monuments, scènes de rue ou portraits, ces photographies constituent un témoignage exceptionnel sur les Arméniens de Cilicie juste avant leur exil.

Livre numéro 1247
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Arménie, la magie de l'écrit
Titre : Arménie, la magie de l'écrit / auteur(s) : Catalogues - Claude MUTAFIAN -
Editeur : Somogy
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant :
Description : 432 pages, 24,6 x 28 cm, 380 illustrations
Collection :
Notes : [exposition, Marseille, Centre de la Vieille Charité, 27 avril-22 juillet 2007] / [réalisée par la Maison arménienne de la jeunesse et de la culture de Marseille] ; [catalogue] sous la direction de Claude Mutafian
Autres auteurs :
Sujets : Catalogue d'exposition
ISBN : 9782757200575
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 49,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

L’alphabet arménien fut créé entre 400 et 405 par le prêtre et moine Mesrop Machtots (361-440), qui dotait ainsi son peuple de 36 lettres d’un alphabet dont chacun s’accorde aujourd’hui à reconnaitre la perfection. Il permit à l’arménien de devenir une langue écrite, le grabar.
La Bible fut le premier texte à être traduit en grabar par Mesrop Machtots lui-même. Si le moine avait originellement distingué 36 sons dans le langage parlé, l’alphabet arménien compte actuellement 39 lettres.

Cette exposition rassemble un ensemble de manuscrits richement enluminés, de documents, de livres anciens, de céramiques, de tapis avec inscriptions arméniennes prêtés par l’Arménie, Venise, Vienne, Jérusalem, mais aussi par la Bibliothèque nationale de France, les Etats-Unis, la Russie, etc. Un livre catalogue de 328 pages comportant plus de 300 illustrations est édité à cette occasion par les éditions Somogy (Paris).

L’exposition est organisée sous l’égide de la Maison arménienne de la Jeunesse et de la Culture de Marseille. Avec le soutien du Crédit Agricole.


Livre numéro 1246
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Les douze capitales d'Arménie
Titre : Les douze capitales d'Arménie / auteur(s) : Catalogues -
Editeur : cofimag
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : Paris : Acta reprographie impr.
Description : 1 vol. (64 p.) : ill. en noir et en coul., plans, couv. ill. en coul. ; 24 x 27 cm
Collection : Catalogue d'exposition
Notes : Ouvrage publié dans le cadre de l'exposition à la Conciergerie, à Paris
Autres auteurs : Mourad HASRATIAN [directeur] - Claude MUTAFIAN [directeur] - Max SIVASLIAN [contribution] - Maxime K. YEVADIAN [contribution] -
Sujets : Capitales -- Arménie -- Expositions
ISBN : 9782907070096
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Editions COFIMAG, 61, avenue de La Grande Armée, 75116 Paris, Tél. +33 (0)145000921
Les douze capitales d'Arménie : [exposition, Paris], La Conciergerie, du 15 décembre 2006 au 18 mars 2007 (prolongée jusqu'au 22 avril 2007) / organisée par le Centre des monuments nationaux, avec le concours du Musée d'histoire de l'Arménie, Erevan ; catalogue par Claude Mutafian et Mourad Hasratian.
La Conciergerie, 2 boulevard du Palais, 75001 Paris - Tél. +33 (0)153406080

Exposition "Les Douze capitales d'Arménie" : mise en valeur du patrimoine architectural arménien avec une part importante consacrée à sa capitale actuelle : Erevan. D'autres éléments éthologiques provenant des collections du Musée d'Histoire d'Arménie complètent cette exposition par les usages et traditions


Cette exposition présentée à la Conciergerie par le Centre des monuments nationaux dans le cadre d' « Arménie, mon amie » année de l'Arménie en France, est le fruit d'une collaboration franco-arménienne.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL
Narek Sargsian, professeur d'architecture, Erevan
Sylvie Clavel, administratrice de la Conciergerie
Isabelle Chalet-Bailhache, chargée d'offre culturelle à la Conciergerie

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE
Mourad Hasratian, directeur de la section architecture à l'Institut d'Art, Erevan Claude Mutafian, docteur en histoire, Paris
PHOTOGRAPHIES : Zaven Sargssian et de Félix Ter-Martirosov, Vram Hakobian, Victor Adian, Max Sivaslian, M. Yevadian
SCÉNOGRAPHIE : Alain Daronian
GRAPHISME : Valérie Charlanne

Cette exposition est réalisée avec le concours du Musée d'histoire d'Arménie à Erevan et avec le soutien de la Direction de l'Architecture et du Patrimoine, Mission des affaires internationales et européennes.
Le Centre des monuments nationaux remercie Nelly Tardivier-Henrot et Vigen Sargssian, commissaires généraux d'« Arménie mon amie », l'Union Arménienne de France des Architectes et Concepteurs et son Président Manuel Deirmedjian, Alain Daronian, Anelka Grigorian, Directrice du Musée d'Histoire, Erevan, Jean V Guréghian, Peggy Garinet, Samuel Haroutunian ainsi que Patrick Dubois, secrétaire général du Musée national des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée pour le prêt des vitrines.

Le Centre des monuments nationaux remercie tout particulièrement Monsieur Albert Magarian qui a offert ce catalogue avec le soutien de Monsieur Fayolle.

MAQUETTE : ART'MONY Graphic - 85, rue Mouffetard 75005 Pa ris
IMPRESSION : ACTA Reprographie - 149, rue de Bercy 75012 Paris
EDITIONS : COFIMAG - 61, avenue de la Grande Armée 75116 Paris


Livre numéro 1144
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Les Yeux Brûlants - Mémoire des Arméniens
Titre : Les Yeux Brûlants - Mémoire des Arméniens / auteur(s) : Antoine AGOUDJIAN -
Editeur : Actes Sud
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 37-Tours : Impr. Mame
Description : 12,5 x 19 cm, 144 pages, 63 photographies en duotone
Collection : Photo Poche Société S14
Notes : Introduction d'Atom Egoyan, textes de Claude Mutafian et Raymond Kévorkian ; notices biographique et bibliographique
Autres auteurs : Raymond Haroutiun KEVORKIAN [contribution] - Claude MUTAFIAN [contribution] -
Sujets : Arménie -- 1991-.... -- Photographies
ISBN : 9782742761333
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 12,80 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Rarement l’identité, le destin et le travail d’un photographe se seront à tel point confondus avec celui de la communauté humaine dont il est issu. Antoine Agoudjian est français, né de parents arméniens, petit-fils de rescapés du génocide de 1915 : rien de ce qui touche à l’histoire tragique de l’Arménie et de son peuple ne lui est indifférent ou lointain.
Après le terrible tremblement de terre qui ravagea l’Arménie, il entame un projet de longue haleine : dresser l’inventaire des lieux de la mémoire arménienne et rendre compte de la diversité géographique et humaine de ceux et celles qui s’en réclament.
En découvrant ces images fortes et subtiles au noir et blanc parfaitement maîtrisé, on mesure la richesse d’une culture, la profondeur de ses racines, la force du rêve plurimillénaires de ses acteurs.

Livre numéro 2068
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Le génocide des Arméniens - 90 ans après
 
Titre : Le génocide des Arméniens - 90 ans après / auteur(s) : Claude MUTAFIAN -
Editeur : CCAF
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant :
Description : 20 x 15 cm, 36 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 5,00 euros

Commentaire :

Les Arméniens étaient présents depuis des millénaires en Asie Mineure. Leur nombre à la fin du XIXe siècle était d'environ deux millions. En un quart de siècle, ils ont pratiquement disparu. Cataclysme naturel ? Épidémie ? La réponse tient en un mot, défini par l'ONU en 1948 : génocide. Une volonté systématique et planifiée de la part des dirigeants turcs, traduite par des massacres en masse ou sporadiques et culminant en 1915 par le premier génocide du XXe siècle. Deux questions se posent. Pourquoi ? Comment ? Bien vite, une troisième s'y ajoute : comment expliquer qu'au début du XXIe siècle cette tragédie qui a rayé de la carte le nom d'un peuple entier ne soit pas encore reconnue par l'Histoire ?

Édité par Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF)
34, avenue des Champs-Élysées
75008 Paris
http://www.ccaf.info
contact@ccaf.info


Livre numéro 510
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Atlas historique et culturel de l'Arménie : Proche-Orient et Sud-Caucase, du VIIIe siècle avant J.-C. au XXe siècle
Titre : Atlas historique et culturel de l'Arménie : Proche-Orient et Sud-Caucase, du VIIIe siècle avant J.-C. au XXe siècle / auteur(s) : Claude MUTAFIAN - Cartographie d'Eric VAN LAUWE
Editeur : Autrement
Année : 2001
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand-Montrond : Impr. Clerc
Description : 143 p., couv. ill. en coul. ; 17 x 25 cm ; 41 cartes et 20 reproductions anciennes
Collection : Atlas. Mémoires
Notes : Ouvrage publié avec le concours de la Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne
Autres auteurs : Alain DUCELLIER [préfacier] -
Sujets : Arménie -- Géographie historique -- Cartes
ISBN : 9782746701007
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 26,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Toujours à la charnière entre les grands empires, parfois constituée en Etat, parfois partagée entre ses puissants voisins, l'Arménie offre un spectaculaire miroir du rapport de forces dans ce Proche-Orient dont le rôle a toujours été décisif. On trouvera tout d'abord dans cet ouvrage une histoire de l'Arménie dans son contexte politique, à travers une série de cartes couvrant près de trente siècles : à partir du VIIIème siècle av. J. -C., une carte par siècle, reflétant l'état de la région à une date précise. Le fond géographique étant constant, on voit ainsi défiler les mondes hellénistique, romain, byzantin ou ottoman à l'ouest, la Perse ou l'Islam à l'est, les Etats caucasiens au nord, le monde syro-mésopotamien au sud. Face à chaque carte, un texte expose le contexte historique de la création, de l'évolution ou de la chute des différents Etats. Une seconde série présente une douzaine de cartes correspondant à des thèmes relatifs à la culture ou à la diaspora arméniennes. L'ouvrage s'achève par des reproductions de cartes anciennes, qui traduisent la perception de l'Arménie et de ses voisins chez les géographes du Moyen Age et de la Renaissance. Au-delà de l'Arménie, cet atlas s'adresse à tous ceux qui s'intéressent à l'Antiquité, à l'Islam, aux mondes iranien et turc et surtout au public, de plus en plus vaste, concerné par l'histoire du Proche-Orient et du Sud-Caucase, ne serait-ce que pour mieux comprendre l'actualité.

Livre numéro 509
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Roma - Armenia
 
Titre : Roma - Armenia / auteur(s) : Catalogues - Claude MUTAFIAN - catalogue de l'exposition à la Chapelle Sixtine au Vatican, du 25 mars au 16 juillet 1999
Editeur : edizione De Luca, Italie
Année : 1999
Imprimeur/Fabricant :
Description :
Collection :
Notes : Catalogue de l'exposition à la Chapelle Sixtine au Vatican, du 25 mars au 16 juillet 1999
Autres auteurs :
Sujets : Catalogue -- Arménie -- Vatican
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 295,00 FRF

Commentaire :

Cet ouvrage retrace la "tumultueuse histoire d'amour", comme la qualifie Claude Mutafian, qu'ont vécue Rome et l'Arménie durant deux millénaires. Il constitue le catalogue de la magnifique exposition qui s'est tenue à la Chapelle Sixtine du Vatican du 25 mars au 16 juillet 1999. Il faut souligner la qualité de l'iconographie qui rassemble, outre les objets de la manifestation, des photos et des cartes. Les textes, qui sont l'oeuvre d'une quarantaine de spécialistes arméniens, italiens, français et suisses sont remarquables de clarté et permettent à un large public de découvrir toutes les facettes des échanges ininterrompus entre le pays de l'Ararat et la péninsule italienne. Un ouvrage de référence à se procurer absolument..

Elisabeth Baudourian, Nouvelles d'Arménie Magazine, numéro 45, Juillet-Août 1999


Livre numéro 508
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Un aperçu sur le génocide des Arméniens
 
Titre : Un aperçu sur le génocide des Arméniens / auteur(s) : Claude MUTAFIAN -
Editeur : Sevig Press
Année : 1995
Imprimeur/Fabricant : Imprimerie Borel, Paris
Description : 32 pages, 15 x 20 cm, couverture en couleurs, Cartes, Bibliographie
Collection :
Notes : Comité pour la commémoration du 24 avril 1915
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 2909002039
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

En Asie Mineure, les Arméniens étaient présents depuis des millénaires et leur nombre à la fin du XIXe siècle était d'environ deux millions. En un quart de siècle, ils ont pratiquement disparu. Cataclysme naturel ? Épidémie ? Non, la réponse tient en un mot, défini par l'ONU en 1948 : génocide. Une volonté systématique et planifiée de la part des dirigeants turcs, traduite par des massacres en masse ou sporadiques et couronnée en 1915 par le premier génocide du XXe siècle. Deux questions se posent immédiatement. Pourquoi ? Comment ? Bien vite, une troisième s'y ajoute : comment expliquer qu'à la fin du XXe siècle, cette tragédie qui a rayé sur une carte le nom d'un peuple entier ne soit pas encore enregistrée par l'Histoire ? C'est à ces trois questions que ce texte essaie de répondre.

Livre numéro 507
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Le Royaume arménien de Cilicie : XIIe-XIVe siècle
Titre : Le Royaume arménien de Cilicie : XIIe-XIVe siècle / auteur(s) : Catalogues - Claude MUTAFIAN - avec la collab. de Catherine Otten, Lilith Zakarian, Krikor Chahinian et... S.S. Karekine II,...
Editeur : CNRS Éditions
Année : 1993
Imprimeur/Fabricant : Impr. en Italie
Description : 157 p. ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. 30 cm
Collection :
Notes :
Autres auteurs : Krikor CHAHINIAN [contribution] - Catherine OTTEN-FROUX [contribution] -
Sujets : Cilicie Turquie -- Histoire -- 1080-1375 Royaume de Petite-Armenie * Armeniens -- Turquie -- Cilicie Turquie -- Histoire
ISBN : 9782271051059
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 35,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

A l'occasion de l'exposition à la Chapelle de la Sorbonne, Claude Mutafian publie chez CNRS Editions un ouvrage intitulé Le Royaume arménien de Cilicie. Ces deux événements ont permis de lever le voile sur un Etat qui constitua, de 1080 à 1375, une pièce essentielle sur l'échiquier levantin, tant politiquement que commercialement et qui, cependant, reste peu connu. En effet, les Occidentaux ont toujours eu tendance à considérer ce royaume, qu'ils nommaient Petite Arménie comme un appendice des croisades. Quant aux Arméniens, ils ont souvent sous-estimé cet Etat parce qu'il ne se trouvait pas sur le territoire de l'Arménie historique, et lorsqu'ils en évoquent les grandes heures telles que le catholicos Nerses Chnorhali ou l'enlumineur Toros Rosline, c'est la plupart du temps hors de leur contexte cilicien. Or, la lecture de ce livre nous enseigne que cet Etat constitue l'une des périodes les plus brillantes de l'histoire arménienne et qu'en raison de cette période de floraison des lettres et des arts le XIle siècle est appelé l'Âge d'argent.

Préfacé par Levon Ter Petrossian, président de la République d'Arménie et historien de formation, l'ouvrage retrace cette extraordinaire épopée en cinq chapitres:
- La gestation du royaume (1097-1198)
- Trois grands souverains (1198-1289)
- Le déclin et la chute du royaume (1289-1375)
- Regards de voyageurs (1375~1939)
- Civilisation.
Cette dernière partie a été réalisée par Catherine Otten pour les échanges commerciaux (pages 119-126), Lilith Zakarian pour les arts, Krikor Chahinian pour la littérature (pages 140-146), et Sa Sainteté Karekine II, Catholicos le la Grande Maison de Cilicie pour l'Eglise.

Ce livre se caractérise par une remarquable iconographie (photographies, cartes) judicieusement complétée par de nombreux tableaux. D'autre part, les nombreuses reproductions d'une qualité exceptionnelle en font un véritable ouvrage d'art.

Elisabeth Baudourian, Les Nouvelles d'Arménie, numéro 6, Décembre 1993


Préface de Levon Ter-PetrossianPrésident de la République d’Arménie
Malgré l'important rôle qu'il a joué entre les mondes franc et byzantin d'un côté, islamique et mongol de l'autre, le Royaume arménien de Cilicie reste peu connu. Les historiens de l'art apprécient certes son enluminure, mais la première étude sur ses impressionnantes forteresses n'a paru qu'il y à moins de vingt ans. Quant à son histoire, si elle intéresse les spécialistes et a fourni matière à de nombreux articles, force est de constater que, depuis le monumental Sissauan d'Alichan à la fin du siècle dernier, il y eut bien peu d'études globales.

L'Occident a toujours eu tendance à considérer cette "Petite Arménie"-terme impropre s'il en est-comme un simple appendice, voire un avatar, des Croisades. Quant aux Arméniens, ils sous-estiment souvent cet Etat sous prétexte qu'il ne se trouvait pas sur le territoire arménien historique; ils en retiennent les grandes figures, comme Chnorhali, Rosline ou le connétable Sempad, mais sans les replacer dans leur contexte cilicien.

A la lecture de ce livre, on se persuadera au contraire de deux vérités. D'une part, cet Etat qui dura trois siècles au bord de la Méditerranée est partie intégrante de l'histoire et de la culture arméniennes, constituant même l'un de ses chapitres les plus brillants: le XIIe siècle n'est-il pas appelé l'Age d'argent des lettres arméniennes? D'autre part, la Cilicie arménienne eut une existence et un développement propres, grâce à des dirigeants d'une exceptionnelle lucidité, comme Mleh, Léon Ier ou Hethoum Ier, qui surent conserver sans aucune concession de fond leur identité politique, religieuse et culturelle; ils manoeuvrèrent habilement entre leurs différents voisins, n'hésitant pas, le cas échéant, à reconnaître une vassalité purement formelle vis-à-vis de Byzance, des Seljoukides, des Mongols, du Saint-Empire ou de la papauté. Rappelons simplement le "coup de génie" du roi Hethoum Ier, qui n'a pas hésité à parcourir des milliers de kilomètres, dont une bonne partie en territoire ennemi, afin de concrétiser cette alliance mongole qui allait éviter à son royaume la destruction précoce infligée par les Mamlouks égyptiens aux Etats francs voisins.

A côté de pareils dirigeants politiques, il y eut aussi d'extraordinaires guides spirituels et des mécènes éclairés comme les catholicos Chnorhali et Constantin Ier, la reine Guerane ou l'archevêque Jean, frère de Hethoum Ier.

Le fait de ne pas être ancré sur le territoire historique aurait pu constituer un handicap, ce fut au contraire une situation favorable. Au milieu d'une population composite, les Arméniens de Cilicie surent "faire le tri" et profiter de ce qu'il y avait de meilleur dans chaque élément: la tradition étatique des Grecs, la technique militaire et la structure féodale des Francs, le fonds scientifique et patristique des Syriens dont j'ai moi-même étudié le rôle.

Il est temps de redonner à ce royaume et à sa culture la place qu'ils méritent tant dans l'histoire arménienne que dans le contexte eurasiatique médiéval. Les circonstances sont propices. Le sixième centenaire de la mort à Paris du roi arméno-franc Léon V Lusignan fournit l'occasion d'une exposition consacrée à la Cilicie arménienne, qui retrace pour la première fois la trajectoire diplomatique, commerciale et culturelle du royaume. Sa chute en 1375 marqua la fin de l'Arménie en tant qu'Etat. Mise à part la brève république de 1918-1920, la renaissance étatique se fit attendre plus de six siècles: en ce sens, l'actuelle république d'Arménie fondée en 1991 peut être considérée comme l'héritière du royaume cilicien.

Nous sommes convaincus que ce livre, avec son abondante et remarquable iconographie, jouera son rôle dans la remise en valeur de cette épopée. La participation de S. S. Karekine II, successeur direct des dirigeants spirituels du royaume, en est une garantie.

Levon Ter-Petrossian, président de la république d'Arménie


Livre numéro 32
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir L'Arménie éternelle, Poésie
 
Titre : L'Arménie éternelle, Poésie / auteur(s) : Albert ANDONIAN - préface de Claude Mutafian
Editeur : Bureau Dendy
Année : 1992
Imprimeur/Fabricant :
Description : 96 pages, 11 x 18 cm
Collection :
Notes : Ce recueil traduit par Albert Andonian a été édité avec l'appui financier de l'Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée et la participation active de son Président P. Pilibossian
Autres auteurs : Claude MUTAFIAN [préfacier] -
Sujets : Poésie
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

Préface

En Arménie, on rencontre un poète à chaque pas, on récite des poésies à la moindre occasion. Tcharentz ou Sévak y sont vénérés par toutes les couches de la population, ce qui déroute le visiteur français qui n'a entendu déclamer Lamartine que dans des réunions d'intellectuels, et encore...
Pour faire connaître cette richesse millénaire de l'Arménie, il faut la traduire. Et pour cette tâche difficile, il faut avoir soi-même un tempérament de poète, une sensibilité trempée dans l'atmosphère arménienne, ainsi qu'un don inné pour les langues. Albert Andonian réunit ces qualités. Il nous offre ici une "roseraie" de la poésie arménienne", qui initiera les uns et enthousiasmera les autres

Claude Mutafian


Livre numéro 249
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Artsakh : histoire du Karabagh
 
Titre : Artsakh : histoire du Karabagh / auteur(s) : Patrick DONABEDIAN - Claude MUTAFIAN -
Editeur : Sevig Press
Année : 1991
Imprimeur/Fabricant :
Description : 174 p. ill. en noir et en coul. 22 cm
Collection :
Notes : Précédemment paru sous le titre : "Le Karabagh, une terre armenienne en Azerbaidjan" , Cartes ; Bibliogr. p. 133-140
Autres auteurs :
Sujets : Haut-Karabakh Azerbaidjan -- Histoire * Haut-Karabakh Azerbaidjan -- Politique et gouvernement
ISBN : 2909002004
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 120 FRF

Commentaire :

C'est sous les envahisseurs turco-mongols que l'antique province arménienne d'Artsakh prit le nom de Karabagh. Jusque-là, elle avait été l'avant-poste oriental de l'Arménie et la base de son expansion culturelle vers l'ancienne Albanie du Caucase.
Semi-indépendant jusqu'au milieu du XIIIe siècle, puis annexé par le khan turc du Karabagh, le Haut-Karabagh arménien avait en vain attendu la réalisation de ses aspirations après la conquête russe du XIXe siècle. Allait-il être enfin libéré pas l'armée rouge après 1917 ? Tel n'était pas l'intérêt supérieur de la révolution monadiale et de son exportation vers l'Orient turc.
Rattaché de force à l'Azerbaïdjan et soumis pendant 70 ans à la discrimination, le Haut-Karabagh arménien fut le premier, en février 1988, à exiger l'application de la perestroïka aux questions nationales. Mais l'autoritarisme brutal de Moscou et ses atermoiements allaient plonger la région dans l'impasse des conflits interethniques. Aujourd'hui seule une démarche pluraliste, respectueuse des spécificités nationales, pourra rétablir le dialogue entre des peuples destinés à vivre ensemble.

Table des matières

PRÉFACE par Gérard Chaliand 5
INTRODUCTION 7
HISTOIRE DU KARABAGH DE L'ANTIQUITÉ AU XIXe SIÈCLE par Patrick Donabédian
Le Karabagh et le Haut-Karabagh 9
Les provinces orientales de l'Arménie jusqu'au Ve siècle 10
L'Artsakh et l'Outik dans l'Albanie 12
Les descendants d'Arran 13
Eglise et langue en Albanie 14
Suite de l'« épisode albanien », occupation arabe 16
Le temps des royaumes et l'invasion seldjoukide 18
Ambiguïté du terme « albanien » 21
Les princes de Khatchen après les Seldjoukides 22
Un grand prince arménien sous les Mongols 24
La longue épreuve des occupations mongole et turkmène 26
Les méliks arméniens sous l'occupation persane 28
Renaissance de l'idée d'indépendance 30
XVIIIe siècle : entrée des Turcs au Haut-Karabagh 31
Arméniens et Turcs au Karabagh 33
XIXe siècle : entrée en scène de la Russie 35
Sous l'administration russe 36
Ambiguïté du terme « azerbaïdjanais » 38
Bref aperçu d'histoire de l'art 39
Notes
LE KARABAGH AU XXe SIÈCLE par Claude Mutafian
La Transcaucasie russe 60
Le tournant du siècle 62
La « guerre arméno-tatare » 62
De 1906 à 1918 64
Le sauvetage du Karabagh arménien 66
La Grande-Bretagne contre le Karabagh 69
La destruction de Chouchi 74
L'Azerbaïdjan soviétisé 78
La fin de la République d'Arménie 82
L'Arménie soviétisée 83
Le Karabagh séparé de l'Arménie 85
La Région Autonome du Haut-Karabagh 88
La politique azérie 90
Le Kurdistan rouge 91
L'exode des Arméniens du Karabagh 92
Les premières tentatives de retour à l'Arménie 94
L'ère de la perestroïka 97
Une année historique : 1988 99
L'impasse 104
Notes 107
EN GUISE DE CONCLUSION 117
DOCUMENTS ANNEXES 120
BIBLIOGRAPHIE 133
CARTES GÉOGRAPHIQUES 141
— Le monde arménien en 1900 (Lynch) 142-143
— La Grande Arménie et les provinces d'Artsakh et d'Outik aux ier-ve siècles (P. Donabédian) 144-145
— Le Marzpanat d'Albanie et les provinces d'Artsakh et d'Outik aux Ve-VIIe siècles (P. Donabédian) 146
— Le Proche-Orient et la Transcaucasie actuels (C. Mutafian) 147
— La Transcaucasie actuelle (C. Mutafian) 148-149
— La Région Autonome du Haut-Karabagh (P. Donabédian et C. Mutafian) 150
— Principaux types d'églises répandus en Artsakh, carte et planche (S. Karapetian) 151-155
ILLUSTRATIONS 156-172


Livre numéro 501
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Zareh Mutafian : 1907-1980
 
Titre : Zareh Mutafian : 1907-1980 / auteur(s) : Claude MUTAFIAN -
Editeur : Paris - 16 rue de l Esperance, 75013 : Imprimerie A.D.E.R.
Année : 1990
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. Ader IMPRIMEUR: 77-Brie-Comte-Robert : Impr. Royer
Description : 40 p. ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. 30 cm
Collection :
Notes : Par Claude Mutafian d'après la déclaration de dépôt legal Texte en arménien et en français Bibliogr. p. 40
Autres auteurs :
Sujets : Mutafian Zareh 1907-1980 -- Expositions
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Article paru à l'occasion d'une Rétrospective
La mer, qu'on voit danser...
La couleur, disait Fernand Léger, est "une matière indispensable à la vie, comme l'eau et le feu". Plus que quiconque, Zareh Mutafian, décédé en 1980 à l'âge de 73 ans, semble lui avoir donné raison, tout au long de sa carrière mais plus particulièrement dans la dernière phase de son oeuvre. La vie et la lumière émanent de sa peinture qu'on a pu découvrir, ou redécouvrir grâce à la rétrospective présentée du 9 au 26 janvier 1998 à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris (83 tableaux, peintures à l'huile, gouaches et pastels et une douzaine de dessins).
Pourtant, né près de Samsun sur les bords de la mer Noire en Asie Mineure, l'enfance du peintre fut bouleversée par le génocide. Orphelin dès 8 ans, il connut le dépaysement au sens propre du terme. D'abord recueilli en Grèce, il eut le privilège d'être sélectionné en 1924 pour faire des études en Italie.
Confié aux pères mekhitaristes, il approfondit ses connaissances en littérature, en musique (violon) et dessin. Il apprend à connaître les peintres vénitiens avant de rejoindre l'Académie des Beaux-Arts de Milan. Veronèse, Le Titien ou Giotto lui laisseront une empreinte indélébile. Ses nombreux portraits de l'époque (celui du père Arsène Ghaziguian, par exemple), ses paysages firent l'objet d'une première exposition en 1933. Ils sont quelque peu sombres, même si Mutafian y maîtrise la lumière, le chagrin de l'enfance traumatisée étant encore omniprésent.
En Suisse, il commence la même année une période plus claire: gris et nuageux (Le lac Léman), le ciel s'allège progressivement (Environs de Genève).
Il s'installe définitivement à Paris en 1939: s'intéressant à l'impressionnisme, au fauvisme et au nabisme, il peint d'abord des "classiques": scènes au bord de la... Seine, à Argenteuil et autres paysages inspirés par Monet, Manet, Caillebotte ou Bouvard.
Ses portraits s'enrichissent de touches chaudes, par exemple celui du docteur Archag Boghossian, et de ceux qu'il consacre à ses enfants, Marie-Madeleine et Claude avec une sensibilité qui n'est pas sans rappeler celle de Mary Cassatt. Ses Baigneuses, ses bois et sous-bois évoquent respectivement Renoir et Pissarro par leur composition. Mais très tôt, l'art de Zareh Mutafian se personnalise par sa palette lumineuse. Les personnages ont tendance à disparaître, un peu comme si le peintre gommait leur présence pour mieux vibrer avec le décor somptueux s'offrant à lui. Lui rappelant son rivage natal, la côte bretonne lui inspire ses plus belles toiles tandis qu'un voyage en Arménie en 1967 donne naissance à des tableaux où les églises arméniennes (Etchmiadzine, Amberd...) sont reines.

En France, le ciel et la mer continuent à s'embraser - et s'embrasser - pour le plaisir de tous. En 1976, sur invitation du Sénat, il présente ses marines à l'Orangerie (sa dernière exposition parisienne). New-York verra sa toute dernière exposition en 1979.
Zareh Mutafian aurait été certainement très touché de cette rétrospective, véritable marque d'affection des siens. Du ciel, qu'il a tant loué par ses couleurs flamboyantes, il adresse ainsi un petit clin d'oeil chaleureux à ses admirateurs d'un jour ou de toujours.

Roselyne Vartouhi Davidian, France-Arménie, numéro 175, Février 1998


Livre numéro 248
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir Le Karabagh : une terre arménienne en Azerbaidjan
 
Titre : Le Karabagh : une terre arménienne en Azerbaidjan / auteur(s) : Patrick DONABEDIAN - Claude MUTAFIAN -
Editeur : Paris - 68 rue de Babylone, 75007 : Groupement pour les droits des minorités
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. du Sommet
Description : 95 p.-[4] p. de pl. en coul. ill., couv. ill. en coul. 22 cm ; Cartes, Couverture en couleurs : Mona
Collection : Les rapports du GDM
Notes : Bibliogr. p. 89-94
Autres auteurs :
Sujets : Haut-Karabakh Azerbaidjan -- Histoire * Haut-Karabakh Azerbaidjan -- Politique et gouvernement
ISBN : 2906589101
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


Livre numéro 224
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir L'Arménie, vous connaissez ?
 
Titre : L'Arménie, vous connaissez ? / auteur(s) : Isabel DER AGOPIAN -
Editeur : Paris - 16 rue de l Esperance, 75013 : Imprimerie A.D.E.R.
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. Ader
Description : 128 p. ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. 16 x 11 cm
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 123-124
Autres auteurs : Claude MUTAFIAN [préfacier] -
Sujets : Arménie -- Histoire * Arménie -- Descriptions et voyages
ISBN : 2950369308
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 64 FRF

Commentaire :

Préface

Cet ouvrage est avant tout le fruit de l'enthousiasme. Une jeune Française d'origine arménienne découvre brusquement ce sol qui a pour nom Arménie, héritage de son propre passé. Elle y retourne, elle s'en imprègne, et décide d'écrire. Non pas un récit de voyage comme il y en a tant, mais du concret : pourquoi y a-t-il des dizaines de guides touristiques sur la Suède et pas un seul sur l'Arménie ? Isabel der Agopian souhaite combler cette lacune.
A peine son travail est-il prêt, c'est la catastrophe : le 7 décembre 1988. Une partie de l'Arménie redevient poussière, l'autre partie est en deuil. Est-il alors décent de persévérer ? Plus que jamais, car maintenant s'ajoute une dimension symbolique. Le drame a suscité tout-un mouvement d'intérêt pour l'Arménie ; ce livre pratique, agréable et bien documenté devrait contribuer à l'accélérer en encourageant les candidats au voyage qui verront que la vie continue malgré l'adversité.

Claude MUTAFIAN



Table des matières

Préface 3
Avant-propos 5
Géographie 7
Histoire 11
Chronologie 37
La langue arménienne et l'alphabet 42
La vie quotidienne des Arméniens d'Arménie 46
— La famille . 47
— L'enfant et l'école 48
— Les sports 50
— Les spectacles. 51
Erevan - Visite de la ville 57
Erevan - Point info 74
Les environs et les circuits traditionnels. 91
Les voyages individuels. 106
1988. 121
Bibliographie 123
Table des matières 125

La plupart des photos de ce volume ont été prises par Isabel DER AGOPIAN au cours de ses voyages.
Certaines proviennent du C.R.D.A. que l'auteur remercie particulièrement. Cartes et maquettes de V. RISTIGUIAN


Livre numéro 500
Claude MUTAFIAN --- Cliquer pour agrandir La Cilicie au carrefour des empires
Titre : La Cilicie au carrefour des empires / auteur(s) : Claude MUTAFIAN -
Editeur : Les Belles Lettres
Année : 1988
Imprimeur/Fabricant : 14-Conde-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : vol., X-478 p., 431 p. ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. 24 cm
Collection : Collection d'etudes anciennes ISSN = 0184-7112 : 113
Notes : Contient un choix de documents, Bibliogr. p. 339-402. Notes bibliogr. ; l'ouvrage a été traduit en arménien oriental d'Arménie, Ed. « Nayiri », Erevan, 2001 Index
Autres auteurs :
Sujets : Cilicie Turquie -- Histoire -- Ouvrages illustres
ISBN : 9782251326306
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 60,11 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Nerval, ce merveilleux poète de la mémoire et du souvenir affleurant, en connaissait la puissance évocatrice, qui écrivait : "Or, chaque fois que je viens à l'entendre, De deux cents ans mon âme rajeunit ... C'est sous Louis XIII ; et je vois s'étendre Un coteau vert, que le couchant jaunit.”

Des airs, des mots, éveillent, ainsi, en nous des évocations, des nostalgies. Les déclinaisons latines, par exemple, certains noms, bribes demeurées, fragments épars d'une leçon d'histoire oubliée ou d'un texte jadis étudié... La Cilicie, ce carrefour des empires. L'asile de puissants et redoutables pirates qui infestaient la Méditerranée. Ils capturèrent Jules César avant d'être exterminés par Pompée, le vainqueur de Mithridate.

Bien peu, également, situeraient Tarse en Cilicie. Pourtant, cette ville, célèbre dans l'antiquité pour son école de philosophie, vit naître l'apôtre Paul, ainsi qu'Athénadore et Hermogène ...

Et que dire encore de ce tombeau oublié, là-bas, au fond de la Basilique royale de Saint-Denis, qui n'arrête plus personne ... Un souverain y repose. Léon V de Lusignan gît là. Curieux et inattendu sépulcre, car aucun membre de cette illustre famille du Poitou ne régna sur la France. Les Lusignan de la légende. Les Lusignan, ces fils de la fée Mélusine, dont l'une des sœurs fut enfermée dans le château de l'Épervier, en Arménie. Nul ne prête attention à ce gisant. Un monument funéraire. Ce n'est que de la pierre. Une simple dalle sculptée. Pourtant les Lusignan portèrent couronne royale. Ils donnèrent des rois à Jérusalem et à Chypre et régirent également le dernier État arménien, le royaume de Cilicie. Ultime bastion de la Chrétienté sur les confins orientaux de la Méditerrannée après l'échec des croisades.

Hormis quelques historiens ayant étudié, dans le détail, le premier conflit mondial, le grand public ignore tout de la Cilicie, jusqu'à son nom, depuis longtemps oublié. La Cilicie, une région sur laquelle nul éditeur n'a publié le moindre livre depuis des décennies. Aussi, l'ouvrage de Claude Mutafian, La Cilicie Au Carrefour des Empires que nous offre, aujourd'hui, la prestigieuse Société d'Édition Les Belles Lettres, bien connue de tous les amateurs et spécialistes d'histoire et de littératures anciennes, dans sa "Collection d'Études Anciennes", se présente-t-il comme un réel événement.

Terre de légendes, la Cilicie ne doit pas cette réputation aux seuls Lusignan. Il nous faut remonter à la plus haute antiquité, vers ces temps où les dieux aimaient à se mêler aux hommes, pour y rencontrer bon nombre d'entre elles. Dieux et héros y passeront, s'y affronteront: Zeus qui combattit le géant Thyphon; Sandès; Belérophon et les fameuses Amazones; la princesse Io; Europe que des marchands phéniciens enlevèrent; Sarpédon; le frère de Minos; Persée, le héros qui parvint à vaincre la Gorgone Méduse... Mais la Cilicie n'est pas que cette région aux multiples légendes, l'histoire y a laissé son empreinte profonde.

Bordée au nord et à l'est par des montagnes, fermée au sud par la mer, la Cicilie possède des frontières naturelles qui devraient en faire, logiquement, une région inviolable. Le contraire se produisit. En dépit de toutes ces protections, elle ne connut que de brèves et rares périodes d'indépendance. Et encore, cette indépendance ne sera jamais totale, les Ciliciens vivront toujours sous la suzeraineté d'un puissant voisin.

Les chroniques les plus anciennes indiquent que la Cilicie fut successivement dominée par les Hittites, les Assyriens et les Perses, les Grecs et les Macédoniens, les Arméniens à l'époque du roi Tigrane, les Romains, les Byzantins et de nouveau les Arméniens.

Sa seule période réelle d'indépendance, car il y en eut une, la Cilicie la connaîtra à la fin du XIe siècle, à l'époque des croisades, au moment du royaume arménien de Cilicie. Ce royaume, confronté aux Byzantins, aux États latins de Syrie, aux Mongols ainsi qu'au monde musulman, jouera un rôle essentiel au Levant. Seuls les puissants Mamelouks égyptiens viendront à bout de la Cilicie arménienne qui succombera en 1375.

Un voyageur allemand, le chanoine Wilbrand d'Oldenburg, visitant en 1211 cette contrée, nous en a laissé une description très précieuse sur le plan géopolitique:

"C'est un pays très fort, car d'un côté il est entouré par la mer, et de l'autre, il est muni de montagnes hautes et très âpres, lesquelles ont peu de passages et qui sont faciles à garder, si bien que l'ennemi, s'il pénétrait dans le pays sans la permission du roi, n'en pourrait plus sortir."

Le Chanoine Wilbrand d'Oldenburg se trompait car l'émir d'Alep parviendra, en avril 1375, à s'emparer de la ville de Sis et de sa région avoisinante. Le dernier bastion encore aux mains des Arméniens disparaissait.

Certes, le royaume arménien cesse d'exister, mais pas les Arméniens dont une bonne partie s'accrochera aux montagnes du Taurus et de l'Antitaurus ou, par la suite, à l'époque de l'unification ottomane, repeuplera les villes. Désormais, le pouvoir sera, sans interruption aucune, musulman.

On ne redécouvrira réellement la contrée qu'au XIXe siècle. Le géographe et historien français, Vivien de Saint-Martin, l'éditeur de l'Année Géographique, note, en 1852, dans sa Description historique et géographique de l'Asie Mineure, que "l'arménien est aujourd'hui l'idiome dominant de l'ancienne Cilicie. " De même, en dépit de toutes les tragédies connues, ce pays demeurera majoritairement peuplé de chrétiens ainsi que le confirme, en 1921, le colonel Brémond:

"La Cilicie est le seul pays d'Asie Mineure où les chrétiens étaient en majorité. C'est pourquoi les différents gouvernements turcs y procédèrent aux massacres répétés de 1895,1909,1915,1918, chaque fois plus étendus. En 1912 cependant, la population chrétienne restait encore la plus nombreuse (215.000 contre 185.000). "

Cependant, il ne faudrait pas croire que tous les musulmans soient des Turcs. Les musulmans arabes y vivent en grand nombre, ainsi que diverses populations amenée de l'est par le pouvoir ottoman (Circassiens, Tatars, ...).

En 1918, les forces britanniques occupent la Cilicie. Mais en application des accords Sykes-Picot de 1916, la contrée est remise à la France. Un État indépendant aurait alors pu y être constitué permettant d'y regrouper les Arméniens déportés en Syrie. Toutefois, les nationalistes turcs refusent le moindre compromis et le traité de Sèvres se présente comme une première reculade de la France. Un arménophile renommé, René Pinon, directeur de la revue La Voix de l'Arménie, auteur du fameux La Suppression des Arméniens. Méthode allemande, travail turc (Paris 1916) écrira alors:

"Le traité de Sèvres partage la Cilicie en deux morceaux : le plus petit reste dans la zone française et sera rattaché à la Fédération syrienne; il devrait être constitué en une Petite Arménie autonome où les réfugiés arméniens verraient enfin un foyer à eux. Le plus grand reste à la Turquie. Cette division est absurde, mais les Français ne tiennent pas les traités pour des chiffons de papier et ils exécuteront celui-là !"

René Pinon comptait sans Aristide Briand, le fameux apôtre de la paix, qui, dès février 1921, négocie avec les Turcs l'abandon de la Cilicie entière, jetant de nouveau les Arméniens survivants sur les routes de l'exode. Et, en octobre 1921, à la suite de l'accord d'Angora, le reste de la Cilicie est remis à la Turquie kémaliste. Intégrée depuis cette date à la République turque, la Cilicie se présente comme une région particulièrement touristique. Elle doit cela à une mer incomparable, une côte d'une beauté fascinante, des paysages montagneux et surtout une impressionnante collection de vestiges d'un riche passé historique.

Avec La Cilicie au carrefour des Empires, Claude Mutafian aborde un sujet délaissé depuis trop longtemps et comble un vie dans le domaine des études historiques.

Cet ouvrage, une véritable encyclopédie en raison des informations qu'il apporte, ne se présente nullement comme un récit chronologique de l'histoire de la Cilicie. Habilement, l'auteur inscrit dans chaque chapitre un thème central montrant le lien entre la géographie et telle ou telle entité géographique.

A la présentation de la contrée, suit un chapitre consacré aux mythologies de la Cilicie. Ce n'est qu'après cela que l'auteur passe à l'histoire proprement dite avec les grandes expéditions qui sillonnèrent la contrée : les Dix-Mille, Alexandre le Grand, les croisades... Une autre partie sera consacrée à l'évolution du monde classique, c'est-à-dire la période allant d'Alexandre jusqu'à la christianisation.

Dans un autre chapitre, nous verrons le Taurus, que les historiens connaissent également sous le nom de Portes de la Cilicie ou Pyles ciliciennes. Il sera le théâtre de divers conflits à l'époque romaine, au temps des guerres arabo-byzantines et égypto-ottomanes .

La Cilicie possède deux barrières orientales, l'Antitaurus et l'Amanus. Leur description permettra d'esquisser la conquête assyrienne, puis dans une époque plus proche de la nôtre, au tournant de ce siècle, les massacres des Arméniens.

La présence arménienne marquera profondément la région. Les derniers chapitres du livre de Claude Mutafian évoquent l'histoire du royaume arménien de Cilicie ou Petite Arménie tout au cours de ses trois siècles d'existence.

Le lecteur de La Cilicie au carrefour des Empires ne pourra qu'apprécier l'abondance des citations qui donnent de la vie à un sujet, somme toute, assez aride. Les récits des voyageurs n'y manquent pas qui nous permettent de visiter ces contrées en leur compagnie. Ainsi, Marco Polo, mais d'autres encore ...

Toutefois, ce n'est pas là un ouvrage à l'usage des touristes, même ceux qui, dans leur fauteuil, souhaitent entreprendre un périple dans le passé. Une très abondante bibliographie, ainsi que des notes et une liste de références auxquelles viennent s'ajouter des tableaux généalogiques, donnent à ce travail un caractère éminemment scientifique.

Par ailleurs, il conviendrait de ne pas oublier l'aspect iconographique, qui avec toutes les références, se trouve dans le second volume; le premier étant consacré au texte lui-même. Tout d'abord, on notera les cartes anciennes; puis les fameuses gravures illustrant les livres des voyageurs du siècle dernier ainsi que des reproductions en couleurs de miniatures et des photographies, certaines du début du siècle, d'autres actuelles.

Avec ses deux volumes, La Cilicie au carrefour des Empires, constituera, nous n'en doutons pas, l'ouvrage de référence sur une question oubliée. Par ses près de cinq cents pages de texte, pour le premier tome, ses centaines de notes et de références diverses ainsi que sa très abondante iconographie, pour le second, Claude Mutafian a réalisé une œuvre qui fera date.

Gérard Bédrossian, Cahiers arméniens ANI, N° 3 (1987)


Introduction de Claude Mutafian

Négligé depuis longtemps, le "Levant" revint à la mode au XIXe siècle: une irrésistible vague d' "orientalisme" poussa vers l'Empire ottoman décadent une foule de voyageurs européens en quête d'exotisme. Les buts, toutefois, étaient toujours les mêmes: Constantinople, la Palestine, l'Egypte qu'on atteignait en général par mer avec des escales éventuelles à Smyrne, Rhodes ou Chypre. La péninsule d'Asie Mineure suscitait moins d'intérêt. Devenue depuis 1920 la Turquie, elle commence à son tour à voir déferler les visiteurs. Mais cette fois encore les régions concernées sont peu nombreuses: essentiellement deux. Certains groupes de touristes parcourent la cote égéenne, éventuellement augmentée de la côte méridionale jusqu'à Antalya et des églises rupestres de Cappadoce, alors que d'autres profitent des circuits nouvellement ouverts dans l'est du pays. Bref, la Grèce d'Asie d'une part, I'Arménie occidentale de l'autre. Entre les deux ? Baignée au sud par la mer, partout ailleurs entourée de montagnes, la Cilicie n'est pas encore " entrée dans les moeurs" : on la confond souvent avec la Sicile ou la Silésie, sans savoir qu'elle abrite la fameuse Tarse et que la non moins fameuse Antioche est à ses portes.

En fait, cette Cilicie est-elle réellement en Asie Mineure, alors que la puissante chaîne du Taurus la sépare du reste de la péninsule ? N'est-elle pas plutôt en Syrie, avec laquelle elle communique par les passes de l'Amanus, bien plus aisé à franchir? Ce rôle ambigu entre deux mondes souvent antagonistes, ainsi qu'une position-charnière au milieu de l'entité géopolitique regroupant l'Europe, l'Asie occidentale et l'Egypte, font de la Cilicie un témoin incomparable de l'Histoire. Bien des armées y sont passées en semant la ruine, bien des peuples y sont passés en laissant les traces de leurs cultures. Parmi celles-ci, deux ont plus particulièrement marqué la Cilicie. L'une est venue de l'ouest, consolidée par Alexandre le Grand, c'est l'hellénisme, qui sera prolongé par Rome et Byzance. L'autre empreinte est orientale, originaire de l'Arménie, et résulte de la concrétisation politique d'un long processus de migrations féodales. Mais alors que dans le monde classique la Cilicie n'était qu'une région parmi d'autres, au mieux une province, la composante arménienne s'est traduite par la création d'un Etat indépendant, fait pratiquement unique dans l'histoire de ce territoire pourtant muni d'incomparables frontières naturelles.

De toutes ces influences il ne reste que des pierres, des ruines souvent superbes. II manque les descendants des bâtisseurs. Arrivés les derniers, les Turcs mettent en oeuvre à partir du XIXe siècle une politique systématique de "nettoyage" de la mosaïque de peuples qui constitue l'Asie Mineure et la Cilicie. Arabes ou Grecs, qui ont ailleurs des Etats, sont expulsés. Arméniens, Kurdes ou Assyro-Chaldéens, qui n'en ont pas, sont persécutés et massacrés. La Cilicie est peu à peu détachée du monde syrien auquel tout la lie, et cette terre si cosmopolite durant des millénaires se retrouve maintenant partie intégrante de la République turque.

Ressusciter ce cosmopolitisme est une entreprise bien ambitieuse. Ce livre n'est qu'un survol destiné à appâter le lecteur au moment où plusieurs chercheurs ou centres d'études exhument brillamment le riche passé cilicien. Au lieu d'une rigoureuse présentation chronologique, l'ouvrage se présente sous forme d'une suite de tableaux historiques souvent liés à la description géographique de la région et des voies de communication, essentielles pour saisir le fil de l'Histoire: nulle part autant qu'en Cilicie on ne peut constater que "la géographie fait l'histoire". D'ou la nécessité d'une abondante cartographie, qui pourra peut-être rendre la lecture moins aride: présentées dans un volume séparé du texte, les 62 cartes exécutées pour ce livre permettent d'avoir sous les yeux, à côté du récit, le théâtre correspondant. Le même volume présente aussi une volumineuse iconographie, en grande partie originaire des illustrations accompagnant les récits de voyageurs fascinés par le Levant. Les reproductions en couleurs comportent entre autres de somptueuses miniatures dont beaucoup sont rarement publiées.

Claude Mutafian


ligne

  Retour à l'Index des auteurs