Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Vicomte James BRYCE
( 1838 - 1922 )

L'auteur

Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir
Né à Belfast le 10 mai 1838, décédé le 31 janvier 1922

Historien britannique, homme d’Etat et diplomate.

Après son éducation à l’Université de Glasgow et à Oxford, il pratique le droit à Londres pendant peu de temps avant d’enseigner le droit civil à Oxford. Il est l’auteur d’ouvrages importants dans de nombreux domaines, au premier rang desquels "L’Histoire du Saint-Empire" (1864). Il s’engagea en politique et devint un dirigeant du Parti Libéral, occupant plusieurs postes dont celui de Secrétaire d’Etat pour l’Irlande. L’intérêt qu’il porta à la sociologie et à la philosophie se remarque dans le second de ses grands traités, "Le Commonwealth américain" (1868) un classique toujours lu et utilisé. Bryce fut ambassadeur aux Etats-Unis de 1907 à 1913 ; il fut l’un des plus populaires en poste à Washington, en raison de sa connaissance approfondie des Américains, révélée par ses écrits. Il fut élevé à la paierie en 1914.

ligne
Livre numéro 1700
Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman
 
Titre : Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman / auteur(s) :1915-1916 / documents présentés... par le vicomte Bryce [et réunis par Arnold J. Toynbee]
Editeur : Payot
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. SEPC
Description : 553 p. ; 23 cm ; Reprod. en fac-sim. de l'éd. de Laval, 1917
Collection :
Notes : Traduction de : The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire
Autres auteurs : Vicomte James BRYCE [introduction] - Vicomte James BRYCE [introduction] -
Sujets : Génocide arménien (1915-1916)
ISBN : 2228141704
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 150 FRF

Commentaire :

Le Livre Bleu, publié en Grande-Bretagne en 1916, regroupe une série de documents que le gouvernement de Sa Majesté demanda à Lord Bryce de réunir et de présenter. Celui-ci s'adjoignit un jeune historien, devenu par la suite illustre : Arnold Toynbee. Ces documents, provenant de témoins oculaires dignes de foi, concernent la déportation et l'extermination des Arméniens de l'Empire ottoman dont le processus était encore en cours et qu'on considère comme le premier génocide du XXe siècle.
Ce génocide, reconnu en 1985 par la sous-commission contre les mesures discriminatoires et pour la protection des minorités des Nations Unies, est nié encore aujourd'hui par l'Etat turc. Les documents ici présentés constituent, avec les archives allemandes, les Mémoires de l'ambassadeur des Etats-Unis, Henri Morgenthau, les archives américaines du Département d'État et le Rapport du pasteur allemand Lepsius, des témoignages accablants sur le crime perpétré par le gouvernement Jeune-Turc.

PRÉSENTATION

Le Livre Bleu, publié en Grande-Bretagne en 1916, regroupe une série de documents que le gouvernement de Sa Majesté demande à Lord Bryce de réunir et présenter. Celui-ci s'adjoignit un jeune historien, devenu par la suite illustre : Arnold Toynbee. Ces documents, provenant de témoins oculaires dignes de foi, concernent la déportation et l'extermination des Arméniens de l'Empire ottoman dont le processus était encore en cours et qu'on considère aujourd'hui comme le premier génocide du 'ce siècle.
Le Comité Union et Progrès — c'est ainsi que se désignaient les Jeunes-Turcs — est à l'origine de la décision de déporter les populations arméniennes. Huit ans auparavant, en 1908, ce comité avait renversé le régime autocratique du sultan Abdul Hamid II, avec pour projet d'instituer un régime fondé sur l'égalité des droits des diverses communautés de l'Empire.
Entre-temps, l'Empire ottoman, en déclin depuis longtemps déjà, est grignoté en Libye par l'Italie et, au cours des deux guerres balkaniques, par les nationalismes locaux. Quant au Comité d'Union et Progrès, il évolue de l'ottomanisme ouvert de ses débuts vers un panturquisme militant, expression, entre autres, d'un nationalisme humilié.
La Première Guerre mondiale, à laquelle l'Empire ottoman prend part aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie, est, pour les Jeunes-Turcs, grâce à l'alliance avec l'Allemagne, une des grandes puissances industrielles de l'Europe, une occasion d'affermir l'Empire. Elle est surtout perçue, à l'égard de l'ennemi séculaire, la Russie, comme une démarche défensive destinée à conforter la sécurité de l'Empire et comme une possibilité d'expansion en direction des territoires turcophones dominés par l'Empire tzariste, en cas de défaite de ce dernier. Mais la campagne turque dans le Caucase, menée au cours de l'hiver 1914-1915, est un désastre. Les troupes russes pénètrent en Anatolie orientale.
Les mesures de déportation des populations arméniennes sont décidées et prises au cours de la période qui va de février à avril 1915 — entre l'offensive russe et le débarquement des alliés à Gallipoli —, dans la mesure où les autorités estiment que les aspirations nationalistes des Arméniens représentent un danger potentiel. Mais les mesures de déportation, présentées comme le souci légitime d'un Etat pour sa sécurité et ne devant qu'affecter les provinces frontalières, ont une tout autre portée : les intellectuels et les notables arméniens de Constantinople sont déportés et liquidés en avril. Avant cela, les recrues arméniennes sont désarmées et exécutées par petits groupes ; la population arménienne de l'ensemble de l'Anatolie est entièrement déportée. En route, son extermination est systématique. La moitié environ d'un peuple est assassinée.
Ce génocide, reconnu en 1985 par la sous-commission contre les mesures discriminatoires et pour la protection des minorités des Nations Unies, est nié aujourd'hui encore par l'Etat turc. Les documents ici présentés constituent, avec les archives allemandes (1), les Mémoires de l'ambassadeur des Etats-Unis, Henri Morgenthau (2), les archives américaines du Département d'État et le courageux livre du pasteur allemand Lepsius (3), des témoignages accablants sur le crime perpétré par le gouvernement Jeune-Turc.
Arnold Toynbee, dans les pages qu'il consacre vers la fin de sa vie à Lord Bryce (1), nous apprend que le Livre Bleu constitue aussi, outre l'authenticité de ses témoignages, un instrument de contre-propagande.
Au printemps 1915, les troupes russes, refluant devant l'armée allemande des territoires polonais et baltes, avaient perpétré des atrocités à l'encontre des populations juives. Exploitant ce crime, l'Etat-Major allemand convoquait des journalistes américains, sachant l'effet qu'auraient ces actes auprès des juifs des Etats-Unis dont l'influence politique n'était pas négligeable. En réponse à cette propagande dénonçant un allié des démocraties, le gouvernement britannique voulait dénoncer à son tour les horreurs commises par un allié des Puissances Centrales.
Ni Lord Bryce ni Toynbee n'étaient au fait de cette guerre psychologique, décidée en haut lieu et livrée auprès des opinions publiques. La Première Guerre mondiale donne naissance à l'usage moderne de la propagande, avec la manipulation de la psychologie des foules, à l'ère naissante des masses. Bryce comme Toynbee firent leur travail, en se fondant sur les faits.
Cinquante ans plus tard, les conclusions de Toynbee sont sans ambiguïté : « Les déportations furent délibérément conduites avec une brutalité calculée pour provoquer le maximum de victimes en route (2). Là est le crime du Comité Union et Progrès ; et l'étude que j'y consacrai laissa sur mon esprit une impression qui ne fut pas effacée par le génocide commis avec encore plus de sang-froid et sur une plus grande échelle durant la Seconde Guerre mondiale par les Nazis (3). »


NOTE DU TRADUCTEUR
Dans cette traduction du Livre Bleu K The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire », que le Vicomte Bryce a présenté le 1e' Juillet 1916 au Vicomte Grey of Fallodon, alors Secrétaire d'État aux Affaires Etrangères, le lecteur trouvera toutes les parties essentielles du texte anglais : la Préface de Lord Bryce et les lettres échangées par lui avec Lord Grey, avec le Professeur Gilbert Murray et Mrs. H. A. L. Fisher, Moorfield Storey, ainsi que le Mémorandum et le Résumé Historique, rédigés par M. Arnold J. Toynbee et soixante-dix rapports, lettres et témoignages parmi les plus importants de ceux annexés au Livre Bleu. Tous les documents cités dans la Préface, dans le Mémorandum et le Résumé Historique, en raison de l'intérêt spécial qu'ils présentent pour établir la preuve des faits, ont été traduits, et le lecteur y trouvera en outre trois documents nouveaux qui, étant parvenus à l'Éditeur après l'impression du volume, n'avaient pu être publiés dans le texte anglais. Ces documents d'un très grand intérêt ont été ajoutés avec l'approbation de Lord Bryce et réunis, à la suite des autres, en un groupe spécial N° XX. Dans ce groupe, le rapport d'un témoin oculaire, le D' Martin Niepage, fonctionnaire allemand et Maître Supérieur à l'École Réale Allemande d'Alep, qui avait été envoyé par l'Office des affaires étrangères de Berlin pour occuper ce poste, mérite une attention toute spéciale.
Le numérotage des documents a dû nécessairement être changé; mais un tableau placé à la fin de ce volume indique le numéro correspondant dans l'édition anglaise et permet au lecteur de s'y reporter facilement.


Livre numéro 1700
Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman
 
Titre : Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman / auteur(s) :1915-1916 / documents présentés... par le vicomte Bryce [et réunis par Arnold J. Toynbee]
Editeur : Payot
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. SEPC
Description : 553 p. ; 23 cm ; Reprod. en fac-sim. de l'éd. de Laval, 1917
Collection :
Notes : Traduction de : The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire
Autres auteurs : Vicomte James BRYCE [introduction] - Vicomte James BRYCE [introduction] -
Sujets : Génocide arménien (1915-1916)
ISBN : 2228141704
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 150 FRF

Commentaire :

Le Livre Bleu, publié en Grande-Bretagne en 1916, regroupe une série de documents que le gouvernement de Sa Majesté demanda à Lord Bryce de réunir et de présenter. Celui-ci s'adjoignit un jeune historien, devenu par la suite illustre : Arnold Toynbee. Ces documents, provenant de témoins oculaires dignes de foi, concernent la déportation et l'extermination des Arméniens de l'Empire ottoman dont le processus était encore en cours et qu'on considère comme le premier génocide du XXe siècle.
Ce génocide, reconnu en 1985 par la sous-commission contre les mesures discriminatoires et pour la protection des minorités des Nations Unies, est nié encore aujourd'hui par l'Etat turc. Les documents ici présentés constituent, avec les archives allemandes, les Mémoires de l'ambassadeur des Etats-Unis, Henri Morgenthau, les archives américaines du Département d'État et le Rapport du pasteur allemand Lepsius, des témoignages accablants sur le crime perpétré par le gouvernement Jeune-Turc.

PRÉSENTATION

Le Livre Bleu, publié en Grande-Bretagne en 1916, regroupe une série de documents que le gouvernement de Sa Majesté demande à Lord Bryce de réunir et présenter. Celui-ci s'adjoignit un jeune historien, devenu par la suite illustre : Arnold Toynbee. Ces documents, provenant de témoins oculaires dignes de foi, concernent la déportation et l'extermination des Arméniens de l'Empire ottoman dont le processus était encore en cours et qu'on considère aujourd'hui comme le premier génocide du 'ce siècle.
Le Comité Union et Progrès — c'est ainsi que se désignaient les Jeunes-Turcs — est à l'origine de la décision de déporter les populations arméniennes. Huit ans auparavant, en 1908, ce comité avait renversé le régime autocratique du sultan Abdul Hamid II, avec pour projet d'instituer un régime fondé sur l'égalité des droits des diverses communautés de l'Empire.
Entre-temps, l'Empire ottoman, en déclin depuis longtemps déjà, est grignoté en Libye par l'Italie et, au cours des deux guerres balkaniques, par les nationalismes locaux. Quant au Comité d'Union et Progrès, il évolue de l'ottomanisme ouvert de ses débuts vers un panturquisme militant, expression, entre autres, d'un nationalisme humilié.
La Première Guerre mondiale, à laquelle l'Empire ottoman prend part aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie, est, pour les Jeunes-Turcs, grâce à l'alliance avec l'Allemagne, une des grandes puissances industrielles de l'Europe, une occasion d'affermir l'Empire. Elle est surtout perçue, à l'égard de l'ennemi séculaire, la Russie, comme une démarche défensive destinée à conforter la sécurité de l'Empire et comme une possibilité d'expansion en direction des territoires turcophones dominés par l'Empire tzariste, en cas de défaite de ce dernier. Mais la campagne turque dans le Caucase, menée au cours de l'hiver 1914-1915, est un désastre. Les troupes russes pénètrent en Anatolie orientale.
Les mesures de déportation des populations arméniennes sont décidées et prises au cours de la période qui va de février à avril 1915 — entre l'offensive russe et le débarquement des alliés à Gallipoli —, dans la mesure où les autorités estiment que les aspirations nationalistes des Arméniens représentent un danger potentiel. Mais les mesures de déportation, présentées comme le souci légitime d'un Etat pour sa sécurité et ne devant qu'affecter les provinces frontalières, ont une tout autre portée : les intellectuels et les notables arméniens de Constantinople sont déportés et liquidés en avril. Avant cela, les recrues arméniennes sont désarmées et exécutées par petits groupes ; la population arménienne de l'ensemble de l'Anatolie est entièrement déportée. En route, son extermination est systématique. La moitié environ d'un peuple est assassinée.
Ce génocide, reconnu en 1985 par la sous-commission contre les mesures discriminatoires et pour la protection des minorités des Nations Unies, est nié aujourd'hui encore par l'Etat turc. Les documents ici présentés constituent, avec les archives allemandes (1), les Mémoires de l'ambassadeur des Etats-Unis, Henri Morgenthau (2), les archives américaines du Département d'État et le courageux livre du pasteur allemand Lepsius (3), des témoignages accablants sur le crime perpétré par le gouvernement Jeune-Turc.
Arnold Toynbee, dans les pages qu'il consacre vers la fin de sa vie à Lord Bryce (1), nous apprend que le Livre Bleu constitue aussi, outre l'authenticité de ses témoignages, un instrument de contre-propagande.
Au printemps 1915, les troupes russes, refluant devant l'armée allemande des territoires polonais et baltes, avaient perpétré des atrocités à l'encontre des populations juives. Exploitant ce crime, l'Etat-Major allemand convoquait des journalistes américains, sachant l'effet qu'auraient ces actes auprès des juifs des Etats-Unis dont l'influence politique n'était pas négligeable. En réponse à cette propagande dénonçant un allié des démocraties, le gouvernement britannique voulait dénoncer à son tour les horreurs commises par un allié des Puissances Centrales.
Ni Lord Bryce ni Toynbee n'étaient au fait de cette guerre psychologique, décidée en haut lieu et livrée auprès des opinions publiques. La Première Guerre mondiale donne naissance à l'usage moderne de la propagande, avec la manipulation de la psychologie des foules, à l'ère naissante des masses. Bryce comme Toynbee firent leur travail, en se fondant sur les faits.
Cinquante ans plus tard, les conclusions de Toynbee sont sans ambiguïté : « Les déportations furent délibérément conduites avec une brutalité calculée pour provoquer le maximum de victimes en route (2). Là est le crime du Comité Union et Progrès ; et l'étude que j'y consacrai laissa sur mon esprit une impression qui ne fut pas effacée par le génocide commis avec encore plus de sang-froid et sur une plus grande échelle durant la Seconde Guerre mondiale par les Nazis (3). »


NOTE DU TRADUCTEUR
Dans cette traduction du Livre Bleu K The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire », que le Vicomte Bryce a présenté le 1e' Juillet 1916 au Vicomte Grey of Fallodon, alors Secrétaire d'État aux Affaires Etrangères, le lecteur trouvera toutes les parties essentielles du texte anglais : la Préface de Lord Bryce et les lettres échangées par lui avec Lord Grey, avec le Professeur Gilbert Murray et Mrs. H. A. L. Fisher, Moorfield Storey, ainsi que le Mémorandum et le Résumé Historique, rédigés par M. Arnold J. Toynbee et soixante-dix rapports, lettres et témoignages parmi les plus importants de ceux annexés au Livre Bleu. Tous les documents cités dans la Préface, dans le Mémorandum et le Résumé Historique, en raison de l'intérêt spécial qu'ils présentent pour établir la preuve des faits, ont été traduits, et le lecteur y trouvera en outre trois documents nouveaux qui, étant parvenus à l'Éditeur après l'impression du volume, n'avaient pu être publiés dans le texte anglais. Ces documents d'un très grand intérêt ont été ajoutés avec l'approbation de Lord Bryce et réunis, à la suite des autres, en un groupe spécial N° XX. Dans ce groupe, le rapport d'un témoin oculaire, le D' Martin Niepage, fonctionnaire allemand et Maître Supérieur à l'École Réale Allemande d'Alep, qui avait été envoyé par l'Office des affaires étrangères de Berlin pour occuper ce poste, mérite une attention toute spéciale.
Le numérotage des documents a dû nécessairement être changé; mais un tableau placé à la fin de ce volume indique le numéro correspondant dans l'édition anglaise et permet au lecteur de s'y reporter facilement.


Livre numéro 729
Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir Les Massacres des Armeniens : 1915-1916
 
Titre : Les Massacres des Armeniens : 1915-1916 / auteur(s) : Arnold Joseph TOYNBEE - Traduction de : Armenian atrocities, the murder of a nation ; introd. par Lord Bryce
Editeur : Payot
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. SEPC
Description : 158 p. cartes 19 cm
Collection :
Notes : Reprod. en fac-sim. de l'ed. de Paris, Payot, 1916
Autres auteurs : Vicomte James BRYCE [introduction] -
Sujets : Armeniens -- Turquie -- Histoire -- 1900-1945 * Armeniens Massacres des 1915-1923
ISBN : 2228141801
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 40,00 FRF

Commentaire :

L'historien Arnold Toynbee avait vingt-six ans lorsqu'il rédigea, à la demande du gouvernement britannique, un rapport sur la situation des Arméniens dans l'Empire ottoman.
Les circonstances qui motivèrent ce travail furent la déportation et l'extermination des Arméniens, décidées et mises en œuvre par le Gouvernement Jeune-Turc en 1915-1916.
Cinquante ans plus tard, Arnold Toynbee écrivait : "Les déportations furent délibérément conduites avec une brutalité calculée pour provoquer le maximum de victimes en route. Là est le crime du Comité Union et Progrès ; et l'étude que j'y consacrai laissa dans mon esprit une impression qui ne fut pas effacée par le génocide commis avec encore plus de sang-froid, et sur une plus grande échelle, pendant la Seconde Guerre mondiale par les Nazis."

Table des matières

INTRODUCTION PAR LORD BRYCE 9
I - L'ARMÉNIE AVANT LES MASSACRES 21
II. - LE PLAN DES MASSACRES 30
III. - LE CHEMIN DE LA MORT 46
IV. - LA FIN DU VOYAGE 66
V. - FAUSSES EXCUSES 86
VI. - CYNISME DANS LE CRIME 104
VII - LE MARTYROLOGE 124
VIII - ATTITUDE DE L'Allemagne 138
APPENDICE 151


Livre numéro 728
Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman : 1915-1916
 
Titre : Livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman : 1915-1916 / auteur(s) : Arnold Joseph TOYNBEE - documents présentés au Vicomte Grey of Fallodon, Secretaire d'Etat aux Affaires Etrangères, par le vicomte Bryce [et reunis par Arnold J. Toynbee]
Editeur : Payot
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. SEPC
Description : 553 p. 23 cm
Collection :
Notes : Reprod. en fac-sim. de l'ed. de Laval, 1917
Autres auteurs : Vicomte James BRYCE [introduction] -
Sujets : Armeniens Massacres des 1915-1923 * Armeniens -- Turquie -- Histoire -- 1900-1945
ISBN : 2228141704
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Le Livre Bleu, publié en Grande-Bretagne en 1916, regroupe une série de documents que le gouvernement de Sa Majesté demande à Lord Bryce de réunir et présenter. Celui-ci s'adjoignit un jeune historien, devenu par la suite illustre: Arnold Toynbee. Ces documents, provenant de témoins oculaires dignes de foi, concernent la déportation et l'extermination des Arméniens de l'Empire ottoman dont le processus était encore en cours et qu'on considère aujourd'hui comme le premier génocide du XXe siècle.
Le Comité Union et Progrès - c'est ainsi que se désignaient les Jeunes-Turcs - est à l'origine de la décision de déporter les populations arméniennes. Huit ans auparavant, en 1908, ce comité avait renversé le régime autocratique du sultan Abdul Hamid II, avec pour projet d'instituer un régime fondé sur l'égalité des droits des diverses communautés de l'Empire.
Entre-temps, l'Empire ottoman, en déclin depuis longtemps déjà, est grignoté en Libye par l'Italie et, au cours des deux guerres balkaniques, par les nationalismes locaux. Quant au Comité d'Union et Progrès, il évolue de l'ottomanisme ouvert de ses débuts vers un pan-turquisme militant, expression, entre autres, d'un nationalisme humilié.
La Première Guerre mondiale, à laquelle l'Empire ottoman prend part aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie, est, pour les Jeunes-Turcs, grâce à l'alliance avec l'Allemagne, une des grandes puissances industrielles de l'Europe, une occasion d'affermir l'Empire. Elle est surtout perçue, à l'égard de l'ennemi séculaire, la Russie, comme une démarche défensive destinée à conforter la sécurité de I'Empire et comme une possibilité d'expansion en direction des territoires turcophones dominés par l'Empire tsariste, en cas de défaite de ce dernier. Mais la campagne turque dans le Caucase, menée au cours de l'hiver 1914-1915, est un désastre. Les troupes russes pénètrent en Anatolie orientale.
Les mesures de déportation des populations arméniennes sont décidées et prises au cours de la période qui va de février à avril 1915 - entre l'offensive russe et le débarquement des alliés a Gallipoli -, dans la mesure où les autorises estiment que les aspirations nationalistes des Arméniens représentent un danger potentiel. Mais les mesures de déportation, présentées comme le souci légitime d'un Etat pour sa sécurité et ne devant qu'affecter les provinces frontalières, ont une tout autre portée: les intellectuels et les notables arméniens de Constantinople sont déportés et liquidés en avril. Avant cela, les recrues arméniennes sont désarmées et exécutées par petits groupes; la population arménienne de l'ensemble de l'Anatolie est entièrement déportée. En route, son extermination est systématique. La moutié environ d'un peuple est assassinée.

Ce génocide, reconnu en 1985 par la sous-commission contre les mesures discriminatoires et pour la protection des minorités des Nations Unies, est nié aujourd'hui encore par l'Etat turc. Les documents ici présentés constituent, avec les archives allemandes (1), les Mémoires de l'ambassadeur des Etats-Unis, Henri Morgenthau (2), les archives américaines du Département d'Etat et le courageux livre du pasteur allemand Lepsius (3), des témoignages accablants sur le crime perpétré par le gouvernement Jeune-Turc.
Arnold Toynbee, dans les pages qu'il consacre vers la fin de sa vie à Lord Bryce (4), nous apprend que le Livre Bleu constitue aussi, outre l'authenticité de ses témoignages, un instrument de contre-propagande.
Au printemps 1915, les troupes russes, refluant devant 1'armée allemande des territoires polonais et baltes, avaient perpétré des atrocités à l'encontre des populations juives. Exploitant ce crime, I'Etat-Major allemand convoquait des journalistes américains, sachant l'effet qu'auraient ces actes auprès des juifs des Etats-Unis dont l'influence politique n'était pas négligeable. En reponse à cette propagande dénonçant un allié des démocraties, le gouvernement britannique voulait dénoncer à son tour les horreurs commises par un allié des Puissances Centrales.
Ni Lord Bryce ni Toynbee n'étaient au fait de cette guerre psychologique, décidée en haut lieu et livrée auprès des opinions publiques. La Première Guerre mondiale donne naissance à l'usage moderne de la propagande, avec la manipulation de la psychologie des foules, à l'ère naissante des masses. Bryce comme Toynbee firent leur travail, en se fondant sur les faits.
Cinquante ans plus tard, les conclusions de Toynbee sont sans ambiguïté: " Les déportations furent délibérément conduites avec une brutalité calculée pour provoquer le maximum de victimes en route (5). Là est le crime du Comité Union et Progrès; et l'étude que j'y consacrai laissa sur mon esprit une impression qui ne fut pas effacée par le génocide commis avec encore plus de sang-froid et sur une plus grande échelle durant la Seconde Guerre mondiale par les Nazis (6). "

(1) Archives du génocide des Arméniens, recueillies et présentées par J. Lepsius, préface d'A. Grosser, Fayard, 1985
(2) Henri Morgenthau, Mémoires, Préface de Gérard Chaliand. En annexe, archives du Département d'Etat, Flammarion, 1984
(3) Rapport secret sur les massacres d'Arménie, Johannes Lepsius. Préface de Paul Thibaud, Payot, 1987
(4) A. Toynbee, Acquaintances, Oxford University Press, 1967
(5) En français dans le etxte
(6) A. Toynbee, op. cit., p. 242


Livre numéro 1807
Vicomte James BRYCE --- Cliquer pour agrandir Le Traitement des Arméniens dans l'Empire Ottoman, 1915-1916
 
Titre : Le Traitement des Arméniens dans l'Empire Ottoman, 1915-1916 / auteur(s) : Vicomte James BRYCE - Documents présentés au vicomte Grey of Fallodon,... par le vicomte Bryce, avec une préface du vicomte Bryce
Editeur :
Année : 1917
Imprimeur/Fabricant : Laval : impr. G. Kavanagh
Description : 14 x 22 cm, 553 p., carte dépl.
Collection :
Notes : Extraits du "livre bleu" du gouvernement britannique. Mélanges. 31
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien 1915
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Note du traducteur
Dans cette traduction du Livre Bleu « The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire », que le Vicomte Bryce a présenté le i" Juillet 1916 an Vicomte Grev of Fallodon, alors Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, le lecteur trouvera toutes les parties essentielles du texte anglais : la Préface de Lord Bryce et les lettres échangées par lui avec Lord Grey, avec le Professeur Gilbert Murray et Mrs. H. A. L. Fisher, Moorfield Storey, ainsi que le Mémorandum et le Résumé Historique, rédigés par M. Arnold Toynbee et soixante-dix rapports, lettres et témoignages parmi les plus importants de ceux annexés au Livre Bleu. Tous les documents cités dans la Préface, dans le Mémorandum et le Résumé Historique, en raison de l'intérêt spécial qu'ils présentent pour établir la preuve des faits, ont été traduits, et le lecteur y trouvera en outre trois documents nouveaux qui, étant parvenus à l'Editeur après l'impression du volume, n'avaient pu être publiés dans le texte anglais. Ces documents d'un très grand intérêt ont été ajoutés avec l'approbation de Lord Bryce et réunis, à la suite des autres, en un groupe spécial N° XX. Dans ce groupe, le rapport d’un témoin oculaire, le De Martin Niepage, fonctionnaire allemand et Maître Supérieur à l’Ecole Réale Allemande d'Alep, qui avait été-envoyé par l'Office des affaires étrangères de Berlin pour occuper ce poste, mérite une attention toute spéciale.
Le numérotage des documents a dû nécessairement être changé ; mais un tableau placé à la fin de ce volume indique le numéro correspondant dans l'édition anglaise et permet au lecteur de s'y reporter facilement.

Livre numéro 902
  The Treatment of Armenians in the Ottoman empire 1915-16
 
Titre : The Treatment of Armenians in the Ottoman empire 1915-16 / auteur(s) : Vicomte James BRYCE - documents presented to Viscount Grey of Fallodon, Secretary of State for foreign affairs, by Viscount Bryce
Editeur : London : H.M. Stationery office
Année : 1916
Imprimeur/Fabricant :
Description : XLII-684. : carte dépl. h.-t. ; 23 cm
Collection : Miscellaneous ; 31
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


ligne

  Retour à l'Index des auteurs