Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Laurence RITTER
( n. 1971 )

L'auteur

Laurence RITTER --- Cliquer pour agrandir
Née en France en 1971, Laurence RITTER est diplômée de l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble, et a obtenu son doctorat de sociologie à l'EHESS à Paris en juin 2005. Depuis ses débuts dans le journalisme en 1966, elle a tenu divers postes, dans la presse et à la télévision en France. Son dernier emploi en France etait celui de reporter pour I Télévision/Canal Plus. Elle s'est rendue en Arménie en 2002 dans la cadre de ses travaux de recherche, centrés sur les relatiosn entre l'Arménie et la Diaspora. A Erevan, elle a travaillé comme journaliste pour Les Nouvelles d'Arménie et RFI (Radio France Internationale), et a également donné des cours de journalisme.

Depuis septembre 2005, elle est responsable des enseignements de journalisme au Caucasus Media Institute à Erevan.

ligne
Livre numéro 1758
Laurence RITTER --- Cliquer pour agrandir Les Restes de l'épée
Titre : Les Restes de l'épée / auteur(s) : Laurence RITTER - Max SIVASLIAN - Les Arméniens cachés et islamisés de Turquie ; préface de Cengiz Aktar
Editeur : Thaddee
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : Corlet Imprimeur - Condé-sur-Noireau
Description : 15 x 20 cm, 208 p. + un cahier de 32 p. de photographies en couleur, couv. en couleur + 1 carte en noir
Collection : Enquête
Notes : La couv. porte en plus : "enquête". - Contient un flashcode. - Bibliogr. p. 197-200. Filmogr. p. 200. Glossaire
Autres auteurs : O. Cengiz AKTAR [préfacier] -
Sujets : Génocide arménien -- Turquie -- Islamisation
ISBN : 9782919131044
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 25,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

"Les Restes de l'épée", curieuse expression. C'est ainsi que l'on désigne de façon péjorative, en Turquie, les Arméniens, femmes et enfants enlevés et islamisés, qui ont échappé au génocide de 1915. Si l'entreprise d'extermination s'avéra d'une sinistre efficacité — le bilan approche 1,5 million de victimes sur une population évaluée à environ 2 millions d'individus — une catégorie de survivants dont le nombre est difficile à évaluer a réussi à rester sur ses territoires ancestraux, dans l'actuel est de la Turquie, au prix de sa conversion à l'islam.

Qui sont ces survivants ? Pour la plupart des femmes enlevées par les tribus kurdes et qui ont été islamisées (les Arméniens sont chrétiens), de jeunes enfants des deux sexes, des Arméniens qui se sont convertis en famille à l'islam, enfin, de rares Arméniens restés chrétiens qui se sont cachés ou qui ont été sauvés par des tribus kurdes et des Turcs secourables. Très souvent, ces Arméniens islamisés ou cachés se sont mariés entre eux. Durant des décennies, abandonnés de tous, dans des contrées lointaines où ils étaient souvent coupés du monde, ils ont observé la règle élémentaire de survie : le silence. Près d'un siècle plus tard, les descendants de ces survivants commencent à peine à desserrer l'étau du secret.

Le récent processus de démocratisation et d'ouverture de la Turquie qui sort d'une longue période de régime autoritaire, a eu plusieurs effets. Si l'État continue à nier farouchement l'existence du génocide, la société civile, elle, ose enfin en parler malgré les risques auxquels elle s'expose. C'est dans ce contexte que des citoyens turcs qui ont longtemps ignoré leurs origines arméniennes en raison du fameux silence des grands-mères, finissent par l'apprendre et osent le révéler comme Fetiyé Çetin dans son célèbre ouvrage : Le livre de ma grand-mère. Le phénomène des Arméniens cachés et convertis de Turquie est un tabou tout juste brisé. Ils seraient des centaines de milliers, voire des millions. Ni Turcs, ni Arméniens modèles, ils sont rejetés. Hrant Dink, leur Martin Luther King a été assassiné le 19 janvier 2007, devant le siège de son journal Agas, en plein centre d'Istanbul.


Table des matières

Préface de Cengiz Aktar. (p. 11)
Prologue. (p. 15)
Les survivants arméniens et l'islam. (p. 29)
L'endogamie comme stratégie de survie. (p. 33)

CHAPITRE 1 - LES ÂMES ERRANTES D'ANATOLIE
1. Shnork Kaloustian., le missionnaire. (p. 37)
2. L'odyssée des Arméniens cachés, de Silopi à Marseille. (p. 41)
3. Rakel Dink, l'asiret de Varto. (p. 53)

CHAPITRE Il - ITINERAIRES ANATOLIENS
1. Bulanik. (p. 59)
2. Dersim, la forteresse brisée. (p. 63)
3. À Elazig, l'Arménienne la plus triste. (p. 75)
4. Kâhta, l'îlot chrétien. (p. 81)
5. Silvan. (p. 93)
6. Mouch. (p. 101)
7. A l'assaut du Sassoun. (p. 117)
8. Le Sassoun chrétien. (p. 125)

CHAPITRE III - LA CROIX OU LE CROISSANT ?
1. La traversée de la frontière arménienne à la nage. (p. 143)
2. Nous avons oublié nos peurs. (p. 153)
3. L'atelier. (p. 155)
4. Le sapin de Noël de la discorde. (p. 157)
5. Mon père ne voulait pas. (p. 161)
6. Musulman ou chrétien, tu restes Arménien. (p. 165)
7. Jamais à un chrétien. (p. 169)
8. Le dernier Arménien de Van. (p. 171)
9. Malatya-sur-Peur. (p. 177)
10. Yasar Kurt, un coming out. (p. 183)

CONCLUSION (p. 191)

Méthodologie. (p. 195)
Bibliographie. (p. 197)
Glossaire. (p. 201)
Remerciements. (p. 205)
Carte géographique. (p. 206)


Livre numéro 1192
Laurence RITTER --- Cliquer pour agrandir La Longue Marche des Arméniens
Titre : La Longue Marche des Arméniens / auteur(s) : Laurence RITTER - Histoire et devenir d'une diaspora
Editeur : Robert Laffont
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand-Montrond : Impr. Bussière
Description : 1 vol. (319 p.) : cartes ; 22 cm
Collection : Le monde comme il va
Notes : Bibliogr. p. 311-317. Notes bibliogr.; Texte remanié de : Thèse de doctorat : Sociologie : Paris, EHESS : 2005
Autres auteurs :
Sujets : Arméniens -- À l'étranger -- 1800-....
ISBN : 9782221106815
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Les Arméniens, peuple vieux de vingt-cinq siècles, vivent en majorité au-dehors de leur territoire – une diaspora formée par ceux qui ont fui le génocide de 1915 et leurs descendants. Alors que la diaspora arménienne compterait quatre à cinq millions de personnes, dont 350 000 en France, la population nationale est évaluée à trois millions d’habitants. Cent ans après le génocide, les Arméniens ne sont plus des victimes centrées sur la mémoire du meurtre de masse et de la perte des territoires ancestraux. Ils ont déposé les armes et commencent à pacifier leurs rapports à eux-mêmes, à leur passé comme à leur avenir.

La Longue Marche des Arméniens est la première enquête d’ampleur consacrée à la diaspora arménienne. Travail brillant et très documenté, le texte va s’imposer comme le livre de référence sur la question.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs