Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Jean-Michel THIERRY
( 1916 - 2011 )

L'auteur

Jean-Michel THIERRY --- Cliquer pour agrandir
Naissance de Jean-Michel THIERRY à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne, France), décès en 2011.

Jean-Michel et Nicole Thierry sont tous deux médecins. Ils ont exercé de longues années à l'Hôpital d'Etampes, lui comme chirurgien, elle comme anesthésiste. Unis dans la vie, ils le sont aussi par leur amour de la culture, de l'histoire et de l'art, en particulier de l'art grec puis de l'art byzantin. Ils effectuent quelques voyages en Cappadoce ou ils découvrent les églises byzantines et leurs peintures.
Leur curiosité et leur volonté de recherche les poussent à découvrir les alentours et c'est la découverte de l'Art Arménien, art d'un peuple que Jean-Michel Thierry a connu lors de son adolescence - il a aujourd'hui 71 ans - au lycée Henri IV à Paris, à travers quelques camarades de classe.

Ainsi, de 1964 à aujourd'hui, plus de trente voyages permettent au couple de se constituer une documentation photographique très complète et très convoitée sur l'architecture arménienne. La diaspora découvre la richesse architecturale existant depuis des siècles sur nos territoires ancestraux. L'impact sur la jeunesse arménienne est de taille. "Les Thierry" sont très souvent sollicités par les associations de jeunes pour des projections de diapositives et des conférences. Leurs voyages se poursuivent en compagnie d'un architecte, M. Dupin, qui relève les plans de nos églises dans des conditions parfois très difficiles. Ces difficultés se traduisent en 1974 par de sérieux ennuis avec les autorises turques.
C'est alors la découverte des monuments situés en Arménie Soviétique que J.M. et N. Thierry visitent sur l'invitation de S.S. Vasken 1er Catholicos de tous les Arméniens. Afin de mieux comprendre la civilisation arménienne, Jean-Michel Thierry apprend même l'arménien ancien {Grabar} puis la langue actuelle.

Récemment, les Thierry ont repris leurs voyages sur le territoire turc et découvrent encore d'autres églises et monuments.
Amoureux de l'art arménien, en fait véritable défenseur de notre patrimoine, J.M. Thierry reste toujours fidèle à l'idée qu'en l'état actuel des choses, le maintien et le développement du tourisme sur les territoires arméniens de Turquie, liés au développement culturel de nos compatriotes de la diaspora contribueront à la sauvegarde de nos richesses architecturales.

L'oeuvre accomplie par Jean-Michel et Nicole Thierry depuis près de 25 ans est considérable pour notre communauté et leur enthousiasme toujours présent aujourd'hui.

Cette ferveur, qui contraste avec la passivité de certains Arméniens, a amené le Dr Thierry à enseigner d'une part la Culture Arménienne à I'INALCO (Institut des Langues Orientales} où il déplore d'ailleurs le nombre très faible d'Arméniens inscrits et à concevoir d'autre part avec son épouse et Patrick Donabedian le magnifique ouvrage intitulé "Les Arts Arméniens", publié aux éditions Mazenod.

Ce livre est le fruit de décennies de travail. II est le témoin irréfutable de la richesse culturelle et architecturale d'un peuple. Et ce témoignage, nous le devons à la passion, à l'opiniâtreté et à l'ardeur toujours présente des très sympathiques Nicole et Jean-Michel Thierry.

Gérard Mouradian,France-Arménie (Décembre 1987)


N. B. :Son récent (2005) ouvrage paraît sous son patronyme moins abrégé que d'habitude, Thierry de Crussol ("Mon nom complet s'écrit sur deux lignes !")
ligne
Livre numéro 1068
Jean-Michel THIERRY --- Cliquer pour agrandir Monuments arméniens de Haute-Arménie
Titre : Monuments arméniens de Haute-Arménie / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur : CNRS Éditions
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant :
Description : 199 pages, 22 x 28 cm ; 85 illustrations noir et blanc, 82 cartes et schémas
Collection :
Notes : Ouvrage publié sous le patronyme moins abrégé que d'habitude "Thierry de Crussol"
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9782271061874
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 39,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Fruit de trente années de recherches, cet ouvrage propose un répertoire complet des monuments arméniens de Haute-Arménie situés actuellement en Turquie centrale. Beaucoup d'entre eux ont été découverts par l'auteur lui-même et sont à ce jour encore inconnus de la communauté scientifique.

Délimitant le territoire concerné sur la base de données historiques et géographiques, il en retrace l'histoire de l'Antiquité jusqu'au seuil du XXe siècle, puis donne un aperçu général des problèmes archéologiques, des types et des techniques de construction au cours des siècles. Suit un répertoire alphabétique des monuments, région par région. Chaque notice expose la situation, l'histoire et la description du monument, accompagnées d'une riche iconographie, constituée de photographies, de cartes et de plans. Les monuments concernés bénéficient d'une très faible protection et se dégradent inexorablement : l'inventaire de Jean-Michel Thierry de Crussol prend donc l'aspect d'un sauvetage virtuel d'une importance inestimable, une ultime description avant disparition.


Livre numéro 716
Jean-Michel THIERRY --- Cliquer pour agrandir L'Arménie au Moyen Age
Titre : L'Arménie au Moyen Age / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur : Zodiaque
Année : 2000
Imprimeur/Fabricant : Abbaye de la Pierre-qui-Vire, 89630 St-Léger-Vauban
Description : 350 pages, dont 146 pages d'illustrations en couleurs, plans et dessins, 26 x 16 cm
Collection : Collection Les Formes de la nuit numéro 13
Notes : Bibliogr. p. 316-317. Glossaire. Index
Autres auteurs :
Sujets : Monasteres -- Armenie -- Repertoires
ISBN : 9782736902681
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 60,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Cet ouvrage traite de la culture chrétienne en Arménie du IVe siècle à la fin du XVe siècle quand le pays fut ruiné par les invasions turcomanes.
La première partie de l'ouvrage décrit et analyse les monuments de l'art arménien dans leur cadre, et nous évoque les trois grandes époques historiques : l'époque protomédiévale (IVe - VIIe siècles) qui s'achève sur un véritable Age d'Or, l'époque mésamédiévale (IXe - XIe siècles) qui est celle d'une première Renaissance et l'époque tardomédiévale (XIIIe - XVIe siècles) qui est nommée encore seconde Renaissance.

La seconde partie est documentaire : définitions et classifications typologiques, glossaire, bibliographie et index.

L'ouvrage est illustré de nombreux plans et dessins. Une documentation photographique abondante rassemblée depuis quarante ans par l'auteur et son épouse, fait de ce livre un témoignage de premier ordre pour des monuments aujourd'hui endommagés ou même complètement détruits.



Article
La rédaction de ce treizième volume de la collection "Les formes de la nuit", a été confiée à l'érudition de Jean-Michel Thierry, chargé de conférences de civilisation arménienne à l'Ecole des Hautes Etudes de Paris. C'est un volumineux ouvrage qui prend le parti de développer l'art arménien de façon chronologique selon trois périodes dites protomédiévale ( IV - VII'-" siècles), mésomédiévale (IX- XI'," siècles), et tardomèdièvale (XII- XIVe-" siècle). Découpage classique qui suit d'assez près l'histoire : le christianisme militant des premiers siècles qui "installe" les piliers de la civilisation chrétienne de l'Arménie, son alphabet sa langue avec la traduction de la Bible où Dieu parle désormais en arménien au peuple, ses monuments de culte qui fondent un art nouveau, le tout suivi de l'orage de l'invasion arabe, puis la renaissance sous l'hégémonie des Bagratides. Enfin, une nouvelle période, la dernière, avec l'autonomie des Zakarian et de l'Arménie cilicienne avant la "nuit turcomane". On aura remarqué que le Moyen-Age arménien ne coïncide pas avec le Moyen-Age occidental bien moins étalé dans le temps. L'ensemble de ce contexte historique est bien expliqué par Jean-Michel Thierry, de façon claire et synthétique.
Livre d'archéoloqie
On trouvera cependant peu de grands développements historiques. Car le livre intitulé "L'Arménie au Moyen-Age" contrairement à ce que pourrait faire croire le titre n'est pas un livre d'histoire, ni politique, ni sociale, ni économique. Il est un livre d'art et d'archéologie. Les "khatchkars" ainsi que les miniatures y sont traités mais apparaissent cependant marginaux devant la prépondérance prise par l'architecture qui est le domaine de prédilection de l'auteur. Chaque bâtiment reçoit une description rigoureuse qui intéressera sans aucun doute les fous d'archéologie, mais laissera un peu sur leur faim ceux qui approcheraient pour la première fois, et par cet ouvrage, la matière arménienne et l'austérité quasi monacale de Jean-Michel Thierry. Mais fort heureusement, une partie intitulée "Annexes", très intéressante, présente un glossaire, des dessins typologiques qui familiariseront le profane aux différents plans, narthex et autres "jamatouns".

Livre d'art
Livre d'art, avons-nous dit. Art de l'Arménie et art de la photo aussi. Elles sont magnifiques. Certaines sont très rares. On les doit à Jean-Michel Thierry dont on ne soulignera jamais assez la clairvoyance, la perspicacité et l'intelligence qu'il a portées toute sa vie, avec son épouse Nicole Thierry, sur les monuments arméniens situés depuis 1923 en Turquie. Il en détient aujourd'hui sans doute la plus grande collection au monde de photos. Certaines ont valeur de seul témoignage de ce qui a existé et qui n'existe plus. Il nous en fait profiter ici pour une infime partie. Citons les plus connus : Ani (remparts, églises et palais), Aghtamar mais aussi Bagnayr, Horomos, Goms et d'autres encore. On regrettera à ce sujet que les illustrations ne soient pas associées au texte qui les concerne, mais regroupées en feuillets, et que ne soient pas mentionnés la date des photos et l'état actuel du monument. Le lecteur ne peut pas de lui-même savoir que la photo de Saint Barthélémy d'Aghbak, vers la frontière turco-iranienne, a été prise par Jean-Michel Thierry dans les années 50, ni que la coupole et la moitié du tympan sont aujourd'hui détruits. Mais on apprendra incidemment que la cathédrale de Kars, située dans une région où le fondamentalisme musulman est très actif dans la Turquie laïque, vient d'être consacrée au culte musulman. Remarques mineures qui n'enlèvent rien à ce florilège d'art médiéval arménien qui situe bien la contribution arménienne à l'élaboration du patrimoine universel de l'Humanité. C'est l'un des objectifs des Editions Zodiaque et il est réussi.

Mihran Amtablian, France-Arménie, 206 Décembre 2000


Livre numéro 715
  Répertoire des monastères arméniens
 
Titre : Répertoire des monastères arméniens / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur : Brepols
Année : 1993
Imprimeur/Fabricant :
Description : XVI-250 p. 26 cm
Collection : Corpus christianorum . [Series Graeca
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Monasteres -- Armenie -- Repertoires
ISBN : 2503503292
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


Livre numéro 1199
  Eglises et couvents du Karabagh
 
Titre : Eglises et couvents du Karabagh / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur : Catholicossat arménien de Cilicie
Année : 1991
Imprimeur/Fabricant :
Description : 302 p. : ill. en noir et en coul., jaquette ill. en coul. ; 27 cm
Collection : Matériaux pour l'archéologie arménienne ; 3
Notes : La p. de titre et la couv. portent en plus : "Publication du prix littéraire Kevork Melitinetsi", n ° 26. - Bibliogr. p. 225-231. Index
Autres auteurs :
Sujets : Églises -- Constructions -- Haut-Karabakh
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 40 dollars

Commentaire :


Livre numéro 714
  Monuments arméniens du Vaspurakan
 
Titre : Monuments arméniens du Vaspurakan / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur : Geuthner
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : Impr. au Liban
Description : 558 p.-XCIII p. de pl.-[1] f. depl. ill. 29 cm
Collection : Bibliotheque archeologique et historique / Institut francais d'archeologie du Proche-Orient : 129
Notes : Bibliogr. p. 15-33. Index
Autres auteurs :
Sujets : Vaspurakan Royaume * Art armenien -- Turquie -- Van Lac de Turquie region * Antiquites chretiennes -- Turquie -- Van Lac de Turquie region
ISBN :
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 2705305564

Commentaire :


Livre numéro 247
Jean-Michel THIERRY --- Cliquer pour agrandir Les Arts arméniens
Titre : Les Arts arméniens / auteur(s) : Patrick DONABEDIAN - Jean-Michel THIERRY -
Editeur : Citadelles et Mazenod
Année : 1987
Imprimeur/Fabricant :
Description : 623 p
Collection : L'Art et les grandes civilisations ISSN = 0066-7951 : 17
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Art armenien * Art -- Armenie -- Histoire
ISBN : 9782850880223
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 193,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Une édition historique

L'Art Arménien est un domaine vaste et riche : plusieurs milliers d'églises et plus de vingt mille manuscrits répertoriés mais aussi de la céramique et de l'orfèvrerie.
Voila ce que Jean-Michel Thierry, chargé de cours de culture arménienne à l'INALCO et Patrick Donabedian, Docteur en Histoire de l'Art (Paris) et Docteur ès Sciences Artistiques de l'Académie des Beaux-Arts d'URSS ont voulu immortaliser à travers l'ouvrage publié aux Editions Mazenod, ouvrage auquel a participé Mme Nicole Thierry.
Ce livre révèle, outre l'origine thrace du peuple arménien, quelques faits historiques et légendaires de notre histoire religieuse, comme par exemple la légende de saint Grégoire bravant le Roi Tiridate ou Dertad III. Axé avant tout sur l'architecture arménienne, cet ouvrage est présenté par Jean-Michel Thierry comme un complément de l'oeuvre de Mlle Sirarpie Der Nercessian.
En effet, J.-M. Thierry et P. Donabédian ont inclus dans leur livre des documents architecturaux d'édifices situés très à l'ouest de l'Arménie historique, ou des monuments jusqu'ici négligés ou inconnus (voir Gamk n°799 du 1-2 novembre 87). D'ailleurs, le tableau des sites architecturaux arméniens représente à lui seul une documentation synthétique et originale de l'étendue géographique de notre rayonnement culturel et national.

Abondamment illustré par de très belles photos couleurs, soit de l'ensemble, soit des détails d'une église ou d'un monument, le livre présente, de plus, de nombreuses vues de khatchkars ainsi que les plans des principaux édifices. Bien entendu, I'orfèvrerie et la céramique trouvent également une place prépondérante dans l'ouvrage, à côté de très nombreux manuscrits. Ainsi, près de 900 illustrations jalonnent les pages de ce livre, accompagnées d'une rétrospective de chaque domaine de l'art arménien, rétrospective chronologique survolant des siècles d'histoire, allant du Vle siècle avant J.C. à l'époque moderne.

Document très complet, témoignage de la vitalité et de la créativité d'un peuple, "les Arts Arméniens" de J-M. Thierry et P. Donabedian méritent de figurer dans une bibliothèque...

Gérard Mouradian, France-Arménie (Décembre 1987)


Autre commentaire

Il y a tout juste deux ans, en octobre 1985, les visiteurs du Musée de la Marine de Marseille pouvaient admirer une splendide exposition consacrée au livre arménien à travers les âges. Dans les vitrines, de magnifiques manuscrits enluminés côtoyaient de rarissimes impressions où l'élégance des caractères choisis rivalisait avec la beauté des gravures rappelant les ouvrages illustrés par Schauffelein ou Bernard Salomon. Toutefois, une absence remarquée, celle du livre concernant l'Arménie et les Arméniens.

Les collectionneurs et les bibliophiles connaissent bien ces volumes réputés que l'on rencontre, parfois, au hasard des ventes. Par exemple, La Cosmographie, de Pierre Apian; les Discours et histoire véritable des navigations, pérégrinations et voyages faits en Turquie, de Nicolas d'Arseville; les Relations de divers voyages curieux, de Melchisedec Thévenot; les Voyages au Levant et en Asie de Jean Thévenot ou Les Six voyages en Turquie, en Perse et aux Indes, de Jean-Baptiste Tavernier. A ces titres des xve et xve siècles, il serait possible d'en ajouter quelques-uns, imprimés au xvii~e siècle. Mais il faudra attendre notre époque pour, de nouveau, trouver des ouvrages dignes de figurer dans la bibliothèque d'un amateur éclairé. Il s'agit là, naturellement, de publications où la qualité du texte va de pair avec le choix des illustrations, des caractères et l'élégance de la mise en page. Et encore, leur nombre se limite à quatre. Tout d'abord, les deux volumes du Armenia. Travels and Studies, de H.F.B. Lynch (1901); ensuite, ceux de Die Bankunst der Armenier und Europa, de Strzygowski (Vienne 1918) puis, les trois volumes de La Roseraie d'Arménie, d'Archag Tchobanian (Paris 1918,1923 et 1929), et enfin L'Art Arménien de Sirarpie Der Nersessian (Paris 1977). Depuis, plus rien. Il faudra, de nouveau, patienter, plus d'un demi-siècle pour pouvoir leur adjoindre Les Arts Arméniens, de Jean-Michel Thierry (chargé de cours à l'École Nationale des Langues Orientales Vivantes et directeur du Centre d'Études et de Documentation sur l'Art Chrétien Oriental) et Patrick Donabédian (Docteur de IIIe cycle en Histoire de l'Art et Docteur Ph. D. ès Sciences Artistiques de l'Académie des Beaux-Arts de l'U.R.S.S.) que publient les prestigieuses Éditions Mazonod.

Trop souvent, on croit qu'il suffit d'une centaine d'illustrations en couleurs et d'une incertaine présentation pour obtenir un livre d'art. Rien de plus faux, et les responsables des Éditions Mazonod le savent bien qui cherchent toujours à allier la qualité et la précision du texte avec une iconographie rare ou inédite. Tels sont les soucis dominant la célèbre collection L'Art et les Grandes Civilisations, riche de plus d'une quinzaine de titres dont La Préhistoire de l'Art Occidental, I'Art en Inde, L'Art de l'Ancien Japon, Des Barbares à l'An Mil, I'Art Baroque... et maintenant Les Arts Arméniens.

Par ailleurs, la rédaction des ouvrages a été confiée aux plus éminents spécialistes: André Leroi-Gourhan, Kostas Papaioannou, William Watson, Danielle et Vadime Elissoeff, Marcel Durliat, Yves Bottineau... et la recherche iconographique demande plusieurs années de labour. Le résultat, des livres qui satisfont tout à la fois le public éclairé des amateurs d'art et celui des érudits. Une collection qui est à l'art ce que La Pléiade est à la littérature.

Par son titre, Les Arts Arméniens, cet ouvrage pourrait induire en erreur le lecteur profane, aussi les auteurs s'empressent-ils de délimiter leur propos : "Il n'est pas facile de dire ce qu'est exactement l'art arménien. Précisons d'abord que nous n'envisagerons pas ici l'art comme "la manière de faire une chose selon certaine méthode, selon certains procédés" ainsi que le veut Littré. Nous en écartons, en effet, les arts dits libéraux (poésie, musique) mais surtout nous nous attacherons davantage aux œuvres d'art elles-mêmes qu'à leurs procédés d'exécution.

"A la notion d'art ainsi définie, se trouvent implicitement jointes deux connotations, l'une esthétique, l'autre historique. En ce qui concerne la première, nous serons volontairement brefs car il s'agit là d'une question purement subjective. Nous nous contenterons de fournir au lecteur des éléments d'appréciation. La seconde, la valeur historique, nous paraît plus importante à exprimer car l'œuvre d'art contribue à la connaissance d'une civilisation au même titre qu'un texte littéraire. Nous attacherons en ce sens une attention particulière aux arts mineurs, qui, touchant de plus près la vie quotidienne, expriment mieux que les chefs-d'œuvre la mentalité d'un peuple."

Cela étant, Les Arts Arméniens se présentent comme une réponse à ce que pensaient, il y a peu encore, la plupart des historiens de l'art. Ainsi, en 1887, J. Mourrier écrivait que "Ni les Arméniens, ni les Géorgiens n'ont pu créer un art absolument original..., leur architecture, comme le pays, a perpétuellement subi l'influence étrangère". Cette influence étant, naturellement, celle de Byzance. Des historiens comme L. Bréhier et Ch. Diehl - ce dernier, dans son Manuel d'art byzantin (1925-1926) - n'affirmeront pas autre chose. Pourtant, les documents ne manquaient pas; des ouvrages paraissaient régulièrement dont ceux de F. Dubois de Montpéreux, Ch. Texier, Grimm ou M.F. Brosset. En vain. Il faudra attendre les travaux de J. Strzygowski et, tout particulièrement son Die Baukonst der Armenier und Europa (1918) - ouvrage riche de plus de 800 illustrations - pour que les spécialistes s'intéressent enfin, et sérieusement, aux arts arméniens.

Le récent développement des recherches concernant les arts arméniens a permis de constater que "les Arméniens se sont montrés de grands artistes surtout dans deux domaines, l'architecture et la miniature; c'est là que ce sont révélés au mieux leur savoir-faire et leur créativité. Il ne faudrait pas négliger pour autant d'autres formes d'expression, notamment la sculpture sur stèles (les khatchkars) ". Les arts mineurs également, c'est-à-dire les bronzes, la sculpture sur bois, les poteries, les céramiques et l'orfévrerie, ces objets de tous les jours, ne peuvent être ignorés. Toutefois, la connaissance que nous en avons est toute nouvelle. Par contre, il n'en va pas de même avec la sculpture sur pierre ou les peintures murales car les éléments d'appréciation manquent.

De nos jours, les ouvrages concernant les arts arméniens abondent, pourtant Les Arts Arméniens ne leur ressemble en rien et se révèle tout à fait original. Les raisons de cette différence, les auteurs l'exposent à la fin de leur introduction:

"Enfin une dernière et importante remarque s'impose. Nous nous sommes aperçus en effet que, pour expliquer complètement et clairement ce qu'est l'art arménien, ses origines, son évolution, ses multiples aspects, plusieurs volumes auraient été nécessaires. Il fallait donc nous résigner à choisir entre deux attitudes: ou condenser les connaissances indispensables dans un exposé forcément un peu austère, ou se contenter d'idées générales d'une lecture plus facile, mais relevant moins dé l'histoire que de la critique d'art. Nous avons rejeté cette dernière solution, car plusieurs ouvrages récents remplissent parfaitement cet office."

Ce souci se traduit dans la structure même du livre. Et Jean-Michel Thierry et Patrick Donabédian, qui comptent parmi les meilleurs spécialistes occidentaux actuels de l'art arménien, savent l'importance de la clarté dans l'exposition. Aussi n'ont-ils pas hésité à subdiviser leur ouvrage en quatre vastes époques.

L'œuvre s'ouvre sur une introduction, à la fois historique et théorique, où les auteurs, après avoir explicité le concept d'art, situent l'Arménie et les Arméniens. L'espace et le temps. Pareillement, des explications sont données quant aux différentes techniques utilisées. Ils y montrent, également, l'extrême importance du Christianisme en tant qu'élément fondateur pour les arts de cette nation.

Nous savons que la terre ne demeure jamais indifférente et participe aux expressions artistiques; il en va de même pour les facteurs ethniques et donc nationaux. C'est la raison pour laquelle les auteurs n'aborderont ici que les arts produits essentiellement par les Arméniens. Cette vision, toute naturelle, implique un élargissement inhérent à l'histoire car: "On est tout de même frappé par la facilité avec laquelle les Arméniens acceptaient, contrairement aux autres peuples du Proche-Orient, les migrations et s'adaptaient aux conditions nouvelles qui leur étaient imposées. Cette constatation nullement péjorative explique, au contraire, la pérennité de la culture arménienne et son expansion." Et l'art arménien se développera en de lointains ailleurs: certes, la proche Géorgie, mais aussi la Crimée, la Pologne, l'Ukraine et même l'Italie qui "a été au Moyen Âge le pays occidental qui a eu les liens les plus étroits avec l'Arménie... Qu'il nous suffise de dire que l'installation de communautés arméniennes n'a pas cessé depuis le haut Moyen Âge mais s'est accrue dans des proportions importantes à la fin du XIVe siècle." Les traces de cette dernière communauté, aujourd'hui oubliée, ne manquèrent pas: "On sait que de nombreuses églises arméniennes ont été construites dès le VIe siècle (Santa Maria de Matera), mais surtout plus tard, aux Xllle et XIVe comme Saint-André de Tarente et Saint-Lazare de Venise, celle de Pérouse. La plupart ont été détruites ou radicalement transformées. Les monastères furent fondés en si grand nombre qu'ils durent s'organiser en un ordre augustinien qui sera totalement italianisé au XVIIIe siècle. Ce qui frappe en effet, c'est l'intégration rapide des Arméniens dans le milieu culturel italien."

A l'introduction, succèdent les quatre chapitres formant le corps de l'ouvrage. Un travail remarquable a été réalisé pour la précision et la richesse des données rassemblées ainsi que pour l'étendue des époques abordées. Tout d'abord l'art de la période préalabe (VIe av. J.-C. - VIIe après. J.-C.) qui s'achève par l'âge d'or du haut Moyen Âge; ensuite, l'époque des royaumes (IXe - XIIe siècles) où plusieurs États-royaumes d'Ani, de Siounie, de Kars, du Vaspurakan, de Tasir-Lôri et principauté du Taron - luttent pour maintenir leur indépendance; puis viennent les siècles de la féodalité (XIIe - XVe siècles) avec, notamment, le royaume de Cilicie, mais aussi les premières importantes communautés diasporiques; l'art des XVIIe et XVIIIe siècles viendra clore cet ensemble.

En dépit des vicissitudes de l'histoire, l'art des Arméniens demeure, ce qui permet à Jean-Michel Thierry d'affirmer, dans sa conclusion, que malgré des "rapports qu'on ne saurait nier avec les autres arts chrétiens", l'art arménien "reste isolé autonome, étonnamment traditionaliste. Et pourtant les Arméniens lorsqu'ils s'expatrient participent sans réticence à la vie culturelle des pays qui les accueillent." Et il ajoute que "la contradiction entre cette extraordinaire faculté d'adaptation aux sociétés humaines les plus disparates et le conservatisme pesant sur la vie affective, culturelle et donc artistique n'est pas le moindre des mystères de l'âme arménienne."

Tout au long de ces chapitres, les auteurs se sont attachés à maintenir des constantes thématiques: les architectures religieuse et civile, la sculpture, les thèmes décoratifs et ornementaux, la peinture et les miniatures, les khatchkars, la monnaie et les arts mineurs.

Pour cet ouvrage de plus de six cents pages, Jean-Michel Thierry et Patrick Donabédian ont pu rassembler une iconographie riche de plus d'un millier d'illustrations dont plusieurs centaines en couleurs et or. Cette dimension, inédite à ce jour, fait des Arts Arméniens une œuvre s'inscrivant en parallèle au Musée imaginaire de la sculpture mondiale d'André Malraux auquel, certainement, ils ont dû songer. Toutefois, ce n'est point là un ordinaire recueil d'illustrations, semblable à tous ceux que nous ne connaissons que trop. Non. Des légendes extrêmement documentées, de caractère scientifique, les accompagnent. Toute cela fait que cette réalisation s'affirmera incontestablement comme l'ouvrage de référence le plus exhaustif et le plus sûr pour tous ceux, Arméniens et non Arméniens, qui auront à s'en servir.

Sur un autre plan, ce travail, tant du point de vue scientifique qu'esthétique, témoigne de manière impressionnante en faveur de la civilisation et du patrimoine artistiques arméniens, et, a fortiori, plaide contre l'abandon ou la destruction d'une partie considérable de ce patrimoine aujourd'hui en Turquie.

Il apporte la démonstration de la variété et de la richesse que peut prendre la création artistique chez un peuple, création qui constitue l'un des moyens les plus sûrs pour la connaissance d'une civilisation.

Enfin, cet ouvrage a le mérite d'inventorier et de présenter tout un ensemble d'édifices trop longtemps ignorés par l'Occident car "l'Arménie était comme l'Italie un véritable réseau d'édifices témoins du Christianisme primitif." Cette exploration, qui offre une source considérable de matériaux nouveaux pour les spécialistes, permettra de mesurer, à son exacte dimension, l'influence de l'art arménien sur les pays voisins, en particulier la Géorgie, infirmant ainsi les thèses des partisans de l'influence byzantine et celles des historiens turcs qui affirment que les monuments arméniens sont l'œuvre de Turcs christianisés.

Ce n'est pas là le moindre mérite de cet ouvrage dont la publication constituera, nous n'en doutons pas, un événement des plus importants.

Gérard Bédrossian, Cahiers arméniens ANI, N° 3 (1987)


Livre numéro 712
  Le Couvent arménien d'Horomos
 
Titre : Le Couvent arménien d'Horomos / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur :
Année : 1980
Imprimeur/Fabricant : Louvain
Description : XII-99 p.-16 p. de pl. : ill., couv. ill. en coul. ; 26 cm
Collection : Materiaux pour l'archeologie armenienne : 2
Notes : Bibliogr. p. X-XII. Index
Autres auteurs :
Sujets : Architecture -- Turquie -- Horomos (Turquie), couvent d' * Architecture religieuse -- Turquie -- Armenie
ISBN : 280170122X
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


Livre numéro 711
  La Cathédrale des Saints-Apôtres de Kars , 930-943
 
Titre : La Cathédrale des Saints-Apôtres de Kars , 930-943 / auteur(s) : Jean-Michel THIERRY -
Editeur :
Année : 1978
Imprimeur/Fabricant :
Description : VIII-71 p.-VIII p. de pl. ill., couv. ill. en coul. 26 cm
Collection : Materiaux pour l'archeologie armenienne : 1
Notes : Bibliogr. p. VII-VIII
Autres auteurs :
Sujets : Kars (Turquie) -- Cathedrale des Saints-Apotres
ISBN : 2801700959
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :


ligne

  Retour à l'Index des auteurs