Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Zareh VORPOUNI
( 1902 - 1980 )

L'auteur

Zareh VORPOUNI --- Cliquer pour agrandir
Naissance le 24 mai 1902, à Ordu (Empire ottoman), décès le 1er décembre 1980 à Bagneux (Hauts-de-Seine, France)

Arrivée en France en 1922 (1923 ?)
Poète, écrivain.
Il entreprit le cycle romanesque Les Persécutés, où il peint les tentatives de survie des rescapés du génocide. Et l'homme fut (1965) analyse les inhibitions d'un jeune Arménien de la diaspora tiraillé entre la figure de la Française et celle de sa compatriote.

ligne
Livre numéro 2442
Zareh VORPOUNI --- Cliquer pour agrandir Le candidat
   
Titre : Le candidat / auteur(s) : Zareh VORPOUNI -
Editeur : Parenthèses
Année : 2021
Imprimeur/Fabricant :
Description : 16,5 × 23 cm, 216 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection :
Notes : Roman traduit de l'arménien par Marc Nichanian
Autres auteurs : Marc NICHANIAN [traducteur] -
Sujets : Roman
ISBN : 9782863643754
Prix : 19,00 euros

Commentaire :

Le Candidat est l’un des romans les plus marquants de la littérature arménienne en diaspora. Le roman de la tentative de survivre à un désastre, qui constitue l’arrière-fond de toute la somme romanesque de Vorpouni.
Le roman, comme un retour à l’origine et à la recherche des effets pervers de l’expérience de la Catastrophe, explore les thèmes du traumatisme, du pardon, de la réconciliation, de l’amitié et du sacrifice, et se plonge dans la relation entre la victime et l’auteur.
Tout débute en 1927 à Paris après que Minas, qui travaille dans un hôtel, a trouvé le corps de son ami Vahakn sur le sol de l’appartement qu’ils partagent. Minas raconte sa rencontre avec Vahakn dans les cafés du Quartier latin, les amis, leurs conversations avec Ziya, un étudiant turc à Paris. Puis le meurtre de Ziya par Vahakn qui se suicide. Parmi les lettres que s’échangent les personnages, au cœur du roman se trouve la lettre que Vahakn laisse à Minas pour expliquer l’énigme du meurtre de Ziya et de son propre suicide. La lettre raconte la déportation de Vahakn et de sa mère depuis leur village dans l’Empire ottoman ; la mort de sa mère et l’adoption de Vahakn par une femme turque, qui le viole et le maltraite ; ses sentiments d’aliénation et d’aliénation de soi en France ; et son incapacité à s’adapter à la vie après le traumatisme.
Connu pour son écriture innovante, Vorpouni remet en question les éléments narratifs du roman conventionnel en jouant avec la subjectivité et la linéarité. L’influence des courants littéraires et intellectuels français contemporains produit une création unique dans la littérature arménienne occidentale.
« Nous, les rescapés, nous devions essayer de vivre. »

ligne

  Retour à l'Index des auteurs