Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Jean KEHAYAN
( n. 1944 )

L'auteur

 
Naissance en 1944 à Marseille (Bouches-du-Rhône, France)

Jean Kéhayan, journaliste et écrivain, a vécu à Moscou dans les années 1970 et en a rapporté, entre autres, Rue du Prolétaire rouge, écrit avec sa femme Nina. Il vit aujourd’hui à Marseille.

ligne
Livre numéro 1420
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Deux peuples proches, deux voisins lointains, Arménie-Turquie
Titre : Deux peuples proches, deux voisins lointains, Arménie-Turquie / auteur(s) : Hrant DINK - traduit du turc par Emre Ülker et Dominique Eddé ; préface, Jean Kéhayan ; ouverture d'Etyen Mahçupyan
Editeur : Actes Sud
Année : 2009
Imprimeur/Fabricant : Imprimerie Floch - 53100 Mayenne
Description : 208 pages, 10 x 19 cm, couverture ill. en couleur d'Etyen Mahçupyan, représentant Dink (de dos) au bord de l'Araxe, fleuve frontière entre Turquie et Arménie,
Collection : Bleu. Essais sciences humaines et politiques
Notes : Traduction de "Ikiyakin halk, iki uzak kom?u", traduit du turc par Emre Üker et Dominique Eddé
Autres auteurs : Jean KEHAYAN [préfacier] -
Sujets : Relations Arménie - Turquie
ISBN : 9782742787807
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Arménien de Turquie, Hrant Dink a payé de sa vie son combat exemplaire pour le rapprochement des deux peuples et des deux pays. Assassiné à Istanbul le 19 janvier 2007, cet homme a transmis – avant de disparaître – un héritage inestimable. Une manière aussi simple qu’audacieuse d’affronter le passé, de surmonter les traumatismes, de penser la paix. Pas moins habité par la mémoire de l’horreur – 1915 – que par le souci de désamorcer les résistances de ceux qui la nient ou n’en prennent pas la mesure, il s’était donné pour priorité le changement des mentalités, la lente et urgente conquête de la démocratie. Fondateur et rédacteur en chef du seul hebdomadaire bilingue de Turquie – Agos –, Dink a initié un ton, une posture. Il a refusé de bout en bout de céder le terrain de l’avenir à celui de la méfiance et de la peur. Le pas qui vient d’être franchi en faveur de l’ouverture de la frontière arméno-turque lui doit une bonne part de sa raison d’être.
“Nous avons vécu très longtemps ensemble sur ces terres, écrit-il dans ce livre posthume, nous avons une mémoire commune. Cette mémoire commune, nous l’avons divisée en mémoires monophoniques. Nous ne jouons, les uns et les autres, que les accords que nous connaissons. Pourquoi ne pourrions-nous pas reconstruire notre mémoire commune en transformant le monologue en dialogue ?”
La voix de Dink est plus actuelle, plus vivante que jamais.

Son assassinat a provoqué un véritable choc en Turquie et son enterrement a rassemblé près de 200 000 personnes dans les rues d’Istanbul. Hrant Dink est ainsi devenu une sorte d’icône, de figure emblématique des relations entre Arméniens et Turcs. Son livre, publié en Turquie après sa mort, et ici traduit en français, raconte les relations intimes et tumultueuses entre « deux peuples proches et deux voisins lointains ».


Livre numéro 1149
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Mes Papiers d'Anatolie
Titre : Mes Papiers d'Anatolie / auteur(s) : Jean KEHAYAN -
Editeur : Editions de l'Aube
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 13-Gémenos : Impr. Groupe Horizon
Description : 96 pages, 11 x 17 cm, couverture en couleurs
Collection : L'Aube poche document
Notes : Préface de Hrant Dink "Un Arménien fou à Marseille"
Autres auteurs : Hrant DINK [préfacier] -
Sujets : Génocide arménien (1915-1916)
ISBN : 9782752602367
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 6,90 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Jean Kéhayan est venu me voir au journal pour préparer l'itinéraire de son reportage en Anatolie. Face à la carte, je voyais ses yeux s'allumer devant des noms comme Harput, Mouch, Adana, Van, Erzerum, Bitlis, Ani, Trabzon, les villages où gîtaient de vieilles églises oubliées. Des lieux de massacre et de détresse qui remuaient ses tréfonds. Il me dit : "J'ai l'impression d'être dans la peau d'un juif qui découvre la Pologne, l'Allemagne et les camps de concentration." Je l'ai mis entre les mains de collaborateurs de mon journal pour qu'ils l'aident au mieux dans ce travail, inédit dans la presse française. J'ai été frappé par l'ouverture et la liberté de regard de Jean sur la Turquie. Enfin j'entendais quelqu'un me dire : "Je rêve de voir la jeunesse turque et arménienne se mettre autour d'une même table pour tracer des voies de réconciliation pour bâtir ensemble l'avenir." »

Hrant Dink,
directeur de la rédaction de Agos (Istanbul).


Livre numéro 387
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir L'Apatrie
Titre : L'Apatrie / auteur(s) : Jean KEHAYAN - suivi de Elzéar Elzévir : récit
Editeur : Parenthèses
Année : 2000
Imprimeur/Fabricant : Gémenos : Impr. Horizon
Description : 128 pages. couv. ill. en couleurs
Collection : Diasporales
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Arméniens -- France -- 1900-1945 -- Biographies
ISBN : 9782863640937
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Qu'elle est émouvante et joliment bien décrite la Marseille du début de l'apatrie des Kéhayan ! C'est là que Sétrak, le père, a ramené Guldéné, ouvrière dans une filature d'Aubenas, pour en faire sa femme. C'est là, au milieu d'autres écorchés de la vie, sur fond de mer et de ciel bleu, que ces deux rescapés de la mort ont réappris à aimer la vie; là qu'ils ont donné la vie à trois enfants dont Jean, l'auteur.
Joli travelling en effet, sur son enfance, sa famille et la communauté des Arméniens de Marseille, que ce début de L'Apatrie de Jean Kéhayan : pas de lamento pour évoquer, pendant les soirées entre Arméniens, l'horreur des persécutions; ni de désolation extrême, pour dire la pauvreté de ces premières années de l'exil : un rat qui court sur un lit d'enfant, et on a compris. Pas de plainte non plus contre le règlement draconien des filatures de l'Ardèche, ni contre les conditions de travail scandaleuses faites aux ouvriers des usines - tous des immigrés - utilisés sans ménagement pour détruire des vieux wagons de chemins de fer, afin d'en fabriquer des neufs ...Pas de pathos, une écriture sobre, retenue, poétique pour dire le " jardin de la résurrection " que le père cultive avec délices, la " peau nacrée " de la mère, la révolte noble des soeurs résistant à un mariage arrangé avec des Arméniens venus de la Drôme, dans une belle Frégate. On entre avec bonheur dans la vie de cette communauté où l'on a la haine gentille, légitime et réciproque envers les autres immigrés du moment, où l'on jalouse les Juifs pour cause de concurrence très loyale en matière commerciale, où l'on frémit d'indignation devant le délinquant arménien dont le meurtre va éclabousser toute une communauté avide de respectabilité et qui a soif d'intégration. On aime cette "little Armenia " marseillaise où l'on parle un sabir truculent pour décrire le monde ambiant, mais où l'on dit les choses de l'amour avec une pudeur troublante. C'est un bel hommage rendu par J. Kéhayan à cette ville qui a accueilli les siens et qui est devenue, disons-le sans détours, la patrie de nombre d'Arméniens. Bel hommage, beau chant d'amour ! Hélas ! Le père meurt, et les dernières paroles que lui fait prononcer son fils risquent d'en indigner, sinon d'en révulser, plus d'un: " Tu as entendu dans cette maison et dans ma bouche des paroles de haine envers les Turcs, la haine n'a jamais rien créé de bon et ce n'est pas un sentiment chrétien. Oublie tout, pardonne aux Turcs pour que j'aie la certitude de mériter le paradis ". Après ces paroles un peu surprenantes, le joli poème marseillais, après quelques soubresauts comico-lyriques ( le débarquement à Istanbul avec le pot de nescafé contenant les cendres paternelles, les senteurs enivrantes des marchés turcs, le soleil qui fait scintiller les cendres d'or ), bascule vers des considérations politico-oiseuses et se termine carrément en essai politique. Même en discours rapportés, il y a des phrases imprimées qui écorchent le coeur : " ces terres mortes étaient définitivement turques et personne ne verrait la fin de la jachère ". Ou, plus loin, au cours d'un comité de rédaction, le journaliste Kéhayan essayant d'expliquer -d'excuser (?)- l'ignominie commise par la Turquie : " si au début du siècle, les Arméniens du Caucase avaient pris fait et cause pour les Russes, il était normal que l'Empire ottoman tînt les Arméniens d'Anatolie pour une cinquième colonne, un ennemi de l'intérieur ". Dieux du ciel ! Et c'est nous qui devons rajouter : mais ce n'était pas une raison pour commettre un génocide ! Quand on devient journaliste " pour pouvoir parler fort", eh! bien, on parle juste.

Cette deuxième partie de l'ouvrage se dilue dans ce type de considérations vaseuses qui essaient de montrer le lien entre Arméniens de la diaspora, devenus désormais caisse de résonance des problèmes de là-bas, et ceux de l'Arménie ex-soviétique. Et J. Kéhayan n'y arrive pas : il ne sait pas faire l'articulation, tombe dans la confusion pour parler de l'actuelle Arménie, de Soumgaït, du Kharabagh, mélange tout dans "une jungle dont les seuls moteurs sont le nationalisme obscurantiste et le billet vert". et il agace. Qu'il n'ait pas la revendication vissée à la pointe de la plume est une chose, mais qu'il nous livre, sans tri, toute la "bousculade" qui se fait dans son cerveau, en des réflexions engluées dans une espèce de mauvaise conscience - par peur de blesser ses amis turcs ? - et qu'il termine son ouvrage sur le constat amer, désabusé d'une Arménie qui se vide de ses habitants et qui n'a aucune perspective d'avenir, cela gêne, voire révolte. On ne sait si avec ce "pardon" du fils aux Turcs, le père a gagné le paradis, en tout cas Jean Kéhayan, lui, n'a pas gagné le paradis de nos coeurs. Et pourquoi diantre, mais pourquoi donc, avoir, même vaguement, comparé au sionisme le retour de 1947 en Arménie soviétique ? Que l'on sache, si les Arméniens de la diaspora ( aux multiples points communs que l'on sait avec les Juifs ) revenaient bien sur des terres arméniennes, quoiqu'ils ne fussent pas originaires de cette Arménie orientale, les Arméniens, habitant bien celle-là, n'en ont pas été chassés pour leur laisser la place ; pourquoi mettre ceux-ci implicitement en parallèle avec les Palestiniens ? Peut-être si J. Kéhayan faisait de la politique-fiction pourrait-il, dans la perspective "un retour sur les territoires, imaginons, par exemple, que ce soit dans le Vaspouragan, terre ô combien arménienne, peut-être pourrait-il parler de sionisme si, en revenant sur leurs terres historiques, les Arméniens en chassaient les Kurdes...Mais ceci, c'est de la fiction. Soyons réalistes. Demandons le possible et commençons par le commencement : que la Turquie, elle, commence par demander pardon. Qu'elle reconnaisse le génocide! Au terme de L'Apatrie, on préfère revenir à son début et, à nouveau, se laisser frapper par un sacré coup de poing dans la g...! La vue d'une reproduction, en page de garde, d'un visa arménien; on y lit la destination du voyage: Marseille. Le but? Pas de but. Une cause. Irréversiblement dégueulasse: " ils ne peuvent pas retourner".

Batie Chétanian


Livre numéro 386
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Mes Papiers d'Arménie
Titre : Mes Papiers d'Arménie / auteur(s) : Jean KEHAYAN -
Editeur : Editions de l'Aube
Année : 1995
Imprimeur/Fabricant : 13-Marseille : Impr. Robert
Description : 115 p. couv. ill. en coul. 17 cm
Collection : L'aube poche : 14
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Descriptions et voyages -- 1970-.... * Armenie -- Moeurs et coutumes -- 1970
ISBN : 9782876782297
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 5,95 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Un témoignage, une enquête, sur la pérennité du peuple arménien, sa fidélité à sa foi et à ses traditions, malgré les malheurs et la sauvagerie qui ne cessent de l'entourer...

Livre numéro 123
  Les Arméniens de Valence : une intégration réussie
   
Titre : Les Arméniens de Valence : une intégration réussie / auteur(s) : Frédéric BOURGADE -
Editeur : Les Bonnes Feuilles
Année : 1991
Imprimeur/Fabricant :
Description : In-8° br. / 180 ages ; cahiers photos
Collection :
Notes :
Autres auteurs : Jean KEHAYAN [préfacier] -
Sujets : Arméniens : Valence (Drôme) : immigration.
ISBN :
Prix :

Commentaire :

Venus il y a soixante-dix ans, fuyant les massacres des Turcs, les Valentinois d’origine arménienne représentent, avec six mille personnes, le dixième de la population de la ville. Frédéric Bourgade invite le lecteur à suivre l’enchevêtrement des procès d’intégration et de reproduction communautaire qui débouche sur une réalité actuelle composite. Françaises, les troisième et quatrième générations d’"Arméniens" de Valence ont toujours l’Arménie au coeur. La densité de leur tissu socioculturel le prouve (cinq églises, trois écoles, huit restaurants, une dizaine d’associations).

Le Monde diplomatique, 1992


Livre numéro 385
  Mes Papiers d'Arménie
Titre : Mes Papiers d'Arménie / auteur(s) : Jean KEHAYAN -
Editeur : Editions de l'Aube
Année : 1990
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. SEPC
Description : 117 p. couv. ill. en coul. 22 cm
Collection : Regards croisés
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Descriptions et voyages -- 1970-.... * Armenie -- Moeurs et coutumes -- 1970
ISBN : 9782876780453
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 9,99 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :


Livre numéro 1572
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Le Chantier de la place Rouge
 
Titre : Le Chantier de la place Rouge / auteur(s) : Jean KEHAYAN - Nina et Jean Kehayan
Editeur : Le Seuil
Année : 1988
Imprimeur/Fabricant : 18-Saint-Amand : Impr. Bussière
Description : 125 p. : couv. ill. en coul. ; 21 cm
Collection :
Notes : 2020104342
Autres auteurs :
Sujets : URSS -- Conditions économiques -- 1985-1991 -- Récits personnels
ISBN : 9782020104340
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 65 FRF

Commentaire :

Que se passe-t-il dans l'Union soviétique d'aujourd'hui ? Peut-on entrevoir une possibilité de renouveau dans une société monolithique où parti unique et pouvoir d'État se confondent ?
A ces questions qui pouvait mieux répondre que Nina et Jean Kéhayan ?
Dix ans après leur livre « Rue du prolétaire rouge », qui avait levé un coin du voile sur le naufrage de l'ère Brejnev, ils ont obtenu un visa et sont retournés voir les amis dont ils avaient partagé la vie deux ans durant avec leurs enfants.
De Khabarovsk à Irkoutsk, dans les gares, les marchés, les rues, les Soviétiques d'aujourd'hui leur ont parlé en toute confiance.
Parce que, si les magasins sont toujours aussi mal approvisionnés, la parole, elle, a pris des airs de liberté.
Le chantier de la place Rouge nous restitue au quotidien ce que les Soviétiques espèrent et ce qu'ils redoutent. Ces témoignages ne coïncident pas toujours avec ce que croit l'Occident.

Livre numéro 1352
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Revue Critique socialiste, numéro 44, Arménie du génocide à l'explosion
   
Titre : Revue Critique socialiste, numéro 44, Arménie du génocide à l'explosion / auteur(s) : REVUE Critique Socialiste -
Editeur : syros
Année : 1982
Imprimeur/Fabricant : Les Impressions populaires, 65, rue du fbg St-Denis, 75010 Paris
Description : 15,5 x 22 cm, 120 pages, couv. illusttrée en couleurs
Collection :
Notes : Numéro spécial
Autres auteurs : Gérard CHALIAND [contribution] - Jean KEHAYAN [contribution] - Anahide TER MINASSIAN [contribution] - Yves TERNON [contribution] -
Sujets : Génocide arménien -- Négationnisme
ISBN :
Prix : 30 FRF

Commentaire :

Contributions de Gérard Chaliand, Jean Kehayan, A. Ter Minassian, Yves Ternon, Mehmet Kaya, Victor Leduc, Syamend Othman, Pierre Terzian


Sommaire
Présentation, par Victor Leduc
L'écho de Der-Zor, par Jean Kehayan
Interview d'Yves Ternon
Participation des Kurdes dans le massacre des Arméniens 1915, par Siyamend Othman
La question arménienne aujourd'hui, par Pierre Terzian
Une stratégie du possible, par Gérard Chaliand
La dissidence en Arménie soviétique, par A. Ter Minassian
Dépasser le nationalisme, par Mehmet Kaya
Annexes


Livre numéro 384
Jean KEHAYAN --- Cliquer pour agrandir Rue du Prolétaire rouge
Titre : Rue du Prolétaire rouge / auteur(s) : Jean KEHAYAN - Nina et Jean Kehayan
Editeur : Le Seuil
Année : 1978
Imprimeur/Fabricant :
Description : 224 pages, 20,5 x 14 cm couv. ill. en coul.
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Descriptions et voyages -- 1970-.... * Armenie -- Moeurs et coutumes -- 1970
ISBN : 2020050609
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

4e de couverture

Deux communistes français en URSS
"Pour y aller, c'est très simple. Tu prends le métro à Kirov, après Marx tu changes à Place-de-la-Révolution, tu descends à Maïakovski, puis laissant derrière toi l'hôtel Pékin, tu longes la ceinture des jardins sur le trottoir qui fait face à l'ambassade du Chili, et tu tournes à gauche dans la rue du Prolétaire rouge, celle qui se trouve avant le théâtre de marionnettes d'Obreztsov. Impossible de te tromper. Il n'y a qu'un restaurant."

Un restaurant de Moscou.
Les touristes n'y mettent jamais les pieds. On est ici entre Soviétiques, et l'on peut parler à cœur ouvert. Dans le calme. Le juke-box, en panne, ne risque pas de couvrir les voix.

Travaillant en URSS au service du PCUS, Nina et Jean Kéhayan s'y rendent à la moindre occasion pour discuter avec des Russes, des Arméniens, des Juifs des Ouzbeks et tant d'autres ...
Communistes français, ils partagèrent intensément la vie quotidienne des Soviétiques. Pendant sept cents jours. Avec leurs deux enfants.
Aujourd'hui, préoccupés de l'enjeu démocratique en France, ils témoignent. La course folle aux produits de toutes sortes, la paupérisation sexuelle, I'alcoolisme, I'enfance livrée à la propagande, le parti-rébucteur-de-têtes ... mais aussi l'autodéfense individuelle ... et, lointaines, colorées, vivaces, les terres de Russie, de Géorgie, d'Arménie ...
Leur livre impose une vision sans précédent de l'Union soviétique.
Pourtant, tout avait commencé pour eux par une histoire d'amour pour un pays, pour un peuple.

Les auteurs
Nina Kéhayan née à Paris en. 1946, membre du PCF depuis 1969. Licenciée de russe et titulaire d'une maîtrise. A effectué de nombreux séjours en URSS où elle a été tour à tour accompagnatrice de voyages, secrétaire de direction, interprète, traductrice pour différentes maisons d'édition et revues
Jean Kéhayan né à Marseille en 1944, membre du PCF de 1960 à 1964, reprend sa carte en 1968. Journaliste à la Marseillaise, puis au Provençal. A travaillé à Moscou de 1972 à 1974 à l'agence de presse Novosti, collaboré alors aux revues Sciences sociales, Spoutnik et au journal les Nouvelles de Moscou. Actuellement(1978), rédacteur en chef d'un important journal d'informations sociales, membre du comité de rédaction de la revue de « poésie élémentaire » Doc(k)s.


ligne

  Retour à l'Index des auteurs