Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Anahide TER MINASSIAN

L'auteur

Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir
Anahide TER MINASSIAN, intellectuelle et militante

Qui ne connaît ? Qui ne l'a un jour écoutée au cours d'une conférence ou d'un débat public. Vive, alerte, volubile, toujours prête à faire front, ardente, faisant feu de tout bois et Anahide Ter Minassiansouvent pour notre bonheur les questions et les réponses. Pourtant dans cette salle de la Maison des Sciences de l'Homme à Paris, Anahide est là, tranquille, ses lunettes de myope sagement posées sur le bureau. Je lui parle, elle me répond, je l'écoute...

Première question, première réponse : qui êtes vous, que faites vous : à ma surprise retenue elle me parle de sa famille. "Je suis mariée, dit-elle , mère de 4 enfants et j'ai aussi 3 petits enfants'". Mais elle insiste pour souligner que sa vie familiale n'est pas terminée. "Je consacre, dit-elle, un tiers de mon temps à ma vie de famille, un deuxième tiers à la recherche, et le dernier à la cause arménienne'".
Elle parle de son milieu social d'intellectuels modestes, de ses études d'histoire à la Sorbonne qu'elle entreprend presque par hasard ou plutôt parce que les études de médecine et d'astro-physique qui la tentaient étaient trop longues et trop coûteuses; oui elle voulait faire des sciences exactes, elle s intéressait à l'organisation de la matière, ce qui l'a amenée à s intéresser à l'organisation des sociétés humaines. C'est pareil, enfin presque... Elle devient professeur d'histoire et exerce durant treize années dans divers lycées, obtient une agrégation d'histoire et enseigne depuis 1969 à l'Université de Paris I sur l'histoire des relations internationales et l'histoire contemporaine; elle est actuellement maître de conférence à l'Université de Paris I et chargée de cours à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Ses recherches portent essentiellement sur l'histoire contemporaine des Arméniens au XIXe et XXe siècle. Ainsi les raisons qui motivent ses recherches résultent d'une volonté d'attirer l'attention sur le fait que les massacres et le génocide ne sont pas l'unique pivot autour duquel s'articule cette histoire. Ce qui I'intéresse aussi c'est l'histoire sociale et culturelle, l'histoire des mentalités; "mais, dit-elle, si l'on nous a enseigné qu'il fallait du recul pour faire de l'histoire, il n y a plus actuellement de différence fondamentale entre l'histoire immédiate, le journalisme et la sociologie. L'histoire est un art; elle fait appel au récit et à l'imagination, je suis, tu es, nous sommes le résultat d'une histoire" .

Ainsi la pensée politique arménienne actuelle est tributaire du passé politique arménien, et Anahide insiste ici pour dire combien la jeunesse arménienne est ignorante de son histoire. Et lorsque je lui demande si elle est femme de réflexion, elle dit non. Non, elle se proclame avant tout propagandiste; '"Je fais de l'agit-prop", dit-elle : femme active oui, femme d'action peut-être dans le sens où elle fait connaître aux Français la cause arménienne. Mais aussi femme d'action par son engagement de militante intellectuelle au sein du parti Tachnagtsoutioun. "Mais, avoue-t-elle, mes liens avec le parti qui devraient être exempts de tout sentimentalisme, sont au contraire chargés d'affectivités par mes racines familiales j'appartiens au peuple Tachnag par le corps et par l'âme car il existe une mentalité Tachnag, un esprit Tachnag, c'est un patriotisme sans faille chevillé au corps avec cette foi, cette conviction que le peuple arménien doit devenir maître de son destin'". Et s'il existe plusieurs volets à la cause arménienne dont l'un est la reconnaissance du génocide par les instances internationales et la Turquie, la cause arménienne est avant tout un problème territorial sur lequel se greffe le problème national arménien. 'Ainsi, confie-t-elle en parlant des derniers événements du Kharabagh et des manifestations d'Erevan, je suis heureuse d'avoir vécu jusqu'à ce jour, car par ces manifestations, les Arméniens ont vaincu leur peur, les interdits ont été transgressés et le peuple arménien a retrouvé sa dignité. " Il existe maintenant un immense champ d'action pour la jeunesse arménienne, action qui doit se tourner vers l'Arménie Soviétique; qui doit soutenir les revendications arméniennes, mais aussi changer radicalement de comportement et ne pas utiliser la langue de bois en répétant à longueur de discours, comme ce fut le cas lors du dernier meeting à la Mutualité, qu'il n'y a rien dans tout cela d'une quelconque remise en question des liens d'amitiés qui lient le peuple soviétique au peuple arménien , mais qu'en même temps ii ne faudrait pas abuser de la situation. Il faut dire que l'amitié russe a été imposée par l'histoire. II faut parler la langue naturelle des Arméniens patriotes et dire que ces manifestations sont des manifestations nationalistes qui privilégient le lien national et non pas le lien de classe qui existe entre le malheureux ouvrier de Stépanakert et le pauvre prolétaire Azéri de Bakou. La diaspora doit parler un langage clair et net, l'Etat soviétique n'est pas menacé. Pourtant le système soviétique a développé le niveau culturel du peuple arménien, et même si cette culture est contrôlée, le peuple arménien fait partie des nations hautement développées. II faut d'ailleurs ici souligner que cette reconnaissance des problèmes arméniens coïncide avec la séparation biologique du génocide et c'est avec confiance qu'il faut aborder l'avenir du peuple arménien.

Nous devons nous quitter : elle me parle de ses loisirs : la lecture, la marche, la visite des musées, le travail chez les Pères Mekhitaristes de Vienne et de Venise, de son voyage en Arménie, de la peinture de Piero della Francesca qui par la rationalisation de l'espace, construit une machine picturale dont le fonctionnement même, par les cheminements qu'il impose à notre regard, nous rend physiquement sensible à la signification du réel et du mythe.

Dikran Tchertchian, France-Arménie, numéro 68, Mai 1988


Anahide Ter Minassian est veuve de Lévon Ter Minassian.
Fils du révolutionnaire Ruben Pacha, Lévon Ter Minassian a vu le jour le 8 septembre 1926 en France, à Soissy sous Montmorrency. Né réfugié apatride arménien - il le restera par choix durant toute sa vie -. Directeur de recherches honoraire au CNRS en physique-chimie, il était un infatigable militant de la Cause Arménienne tout comme son épouse. Il fut ainsi membre du bureau international de la FRA dachnaksoutioun avant de rompre avec le parti en 1988, à la suite de la déclaration devenue légendaire des trois partis politique majeurs de la diaspora, réclamant l’arrêt des grèves organisées en Arménie durant le mouvement pour le Karabagh. Il avait à coeur la création d’un Etat arménien indépendant et la cause arménienne et fut au cours des années 80, l’un des membres les plus actifs du Comité de defense des prisonniers politiques combattants pour la cause arménienne (CDPPCA).

Taline Ter Minassian, également historienne, est un de leurs quatre enfants.

ligne
Livre numéro 2148
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir La librairie Samuelian
Titre : La librairie Samuelian / auteur(s) : Armand FRANJULIEN - Une passion arménienne pour le livre et l'Orient - Avec les contributions d'Anahide Ter Minassian et de Martin Melkonian
Editeur : Thaddee
Année : 2015
Imprimeur/Fabricant :
Description : 23 x 19 cm, 117 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection :
Notes :
Autres auteurs : Martin MELKONIAN [contribution] - Anahide TER MINASSIAN [contribution] -
Sujets :
ISBN : 9782919131280
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 20,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Ce livre de témoignages et de photographies est dédié à la Librairie orientale H. Samuelian. Une oasis regorgeant de livres, de couleurs, de parfums de boiseries, de papier et de voyages... Une institution pour les bibliophiles passionnés par l’Arménie et l’Orient, élargi jusqu’au Pacifique et à l’Afrique. Tous les orientalistes l’ont fréquentée : Dumézil, Benveniste, Corbin, Feydit, Braudel, Dagron, Hagège, Cahen, Charachidzé, Mahé, A. Torossian, Sirarpie Der Nersessian, N. Garsoïan...
Ce haut lieu si chaleureux de la vie communautaire arménienne niché au 51 rue Monsieur-le-Prince, à Paris, en plein Quartier latin, on le doit à son fondateur, Hrant Samuelian, né en 1891 à Marache, en Cilicie. Érudit, polyglotte, homme de lettres, chroniqueur au quotidien Haratch, militant de la Cause arménienne, homme pondéré, généreux, affable, véritable bourreau de travail, il fit l’admiration de tous.

Sa fille Alice et son fils Serge lui ont succédé avec bonheur. La librairie inaugurée en 1930 tient bon depuis 85 ans, depuis deux générations. Mais nul ne sait si l’entreprise familiale survivra à l’épreuve du XXIe siècle.


Livre numéro 2123
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir L'échiquier arménien entre guerres et révolutions
Titre : L'échiquier arménien entre guerres et révolutions / auteur(s) : Anahide TER MINASSIAN - 1878-1920
Editeur : Karthala
Année : 2015
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 1 vol. (229 p.) : ill. ; 24 cm
Collection : Hommes et sociétés
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Arménie -- 19e siècle -- Arménie -- 20e siècle
ISBN : 9782811113858
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 24,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Ce livre nous propose une histoire fragmentée du peuple arménien, partagé au début du XXe siècle entre les empires ottoman, russe et perse. Au carrefour de ces trois États, l'échiquier arménien forme un théâtre stratégique où s'affrontent la Russie et la Turquie dont les conflits sont réactivés par le jeu diplomatique et les rivalités politiques des Puissances occidentales. Dans les guerres, dont le point culminant est le grand affrontement de la Première Guerre mondiale de 1914 à 1918 et dans les révolutions (russe de 1905, iranienne de 1906-1912, jeune-turque de 1908 et de nouveau russe de 1917) qui bouleversent l'Orient, les Arméniens sont des éléments actifs. De l'internalisation de la Question arménienne à Berlin (1878) au refus d'un mandat sur l'Arménie par le Sénat américain (1920), à travers des épreuves hors du commun (massacres de 1894-1896, massacres de 1909, génocide de 1915 dans l'empire ottoman), le statut des Arméniens s'est modifié. Minorité chrétienne reconnue, dont l'Église apostolique a joué durant des siècles le rôle de médiateur auprès des pouvoirs dominants, les Arméniens réalisent, en 1918, le miracle de se doter d'un État indépendant en Transcaucasie. « En historienne de grand talent, Anahide Ter Minassian a exploré comme personne l'histoire multiple des sociétés arméniennes entre la seconde partie du XIXe siècle et la naissance de la République arménienne » (Gérard Chaliand).

Article d’Isabelle Kortian, Nouvelles d’Arménie Magazine, numéro 218, mai 2015

De 1915 à 2015, un siècle s'est écoulé qui a modifié en profondeur la mémoire de. Arméniens et leur vision du monde. Inscrit dans la chair des survivants de 1915 le génocide est devenu, en diaspora, le référent identitaire majeur de leur petits-enfants, davantage connectés ai devoir de mémoire qu'à l'histoire de leur ancêtres. Sans doute sous l'effet du processus d'acculturation. Le livre de l'historienne Anahide Ter Minassian, un recueil d'articles publiés de 1989 à 2009 dans des revues spécialisées françaises ou internationales, nous invite en ces temps de commémoration du centenaire à réinsérer 1915 dans le contexte des années 1878-1920. Au début du XXe siècle, le peuple arménien (3 à 4 millions de personnes) est partagé entre les empires ottoman, russe et perse. En 1878, l’article 16 du traité de San Stefano stipule que « la Sublime Porte s'emploiera à réaliser sans plus tarder les améliorations et réformes demandées au plan local dans les provinces habitées par les Arméniens et à garantir leur sécurité par rapport aux Kurdes et aux Circassiens ».

Des acteurs de l'histoire
Un immense espoir submerge alors le Arméniens. Ils se projettent désormais dans un avenir où la question arménienne n'est plus seulement un élément de la Question d'Orient, ils deviennent des acteurs de l'histoire. Ils participent aux révolutions russe de 1905 et 1917, perse de 1906-1912, jeune-turque de 1908, en y jouant souvent des rôles de tout premier plan dans le but, chaque fois, de moderniser et démocratiser les trois empires dans lesquels ils vivent. L'élite de la nation est convaincue que « l'heure est venue pour les Arméniens (Zohrab, Andonian) et qu'il faut savoir profiter du moment historique pour réaliser « les ambitions nationales » (Vratsian). Les massacres de 1894-1896, ceux d'Adana en 1909, réveillent la méfiance entre Arméniens et Turcs, 1915 est le point de non-retour, mais côté russe l'Arménie devient indépendante en 1918 et malgré une première année d'existence épouvantable, un hiver très froid, le typhus, la faim, l'afflux des réfugiés en provenance de Turquie, la République se construit à partir de 1919, ouvre sa première université, stoppe l'armée turque à Sardarabad. Les Arméniens n'ont eu ni le temps de pleurer, ni celui de perdre tout espoir. Ils veulent une reconnaissance de jure, ils l'obtiennent ; ils demandent un mandat sur l'Arménie, le Sénat américain refuse en 1920, mais les Anglais, les Français ou les Russes peuvent encore accepter...

Des destins se forgent
En quatre décennies, l'échiquier arménien ne fut pas seulement un champ de bataille où s'affrontèrent Russes, Turcs et puissances européennes. Après les défaites balkaniques, les Jeunes-Turcs passèrent de l'ottomanisme au nationalisme, entrèrent en guerre au côté de l'Allemagne, mirent fin aux derniers projets de réformes. Si le sort des Arméniens fut scellé, ils ne furent pas que les jouets de l'histoire. Des destins se forgèrent, comme ceux d'Aram Manoukian, Roupen, Dro, Antranik, Vratsian, malgré la disparition de l'intelligentsia de Constantinople. En quatre décennies, si l'on comptabilise massacres, génocide, épidémies, plus de 2 millions d'Arméniens moururent. En moins d'un demi-siècle (de 1878 à 1923), ils cessèrent d'exister sur leurs terres ancestrales, ce que montrent de façon paradigmatique les articles consacrés à Van et à Mouch.

La tragédie la plus irréversible
En dédiant son livre à Richard Hovanissian, l'historien arméno-américain qui, le premier, consacra sa vie à l'étude de ces décennies impitoyables, Anahide Ter Minassian constate comme lui qu'elles se terminèrent par la tragédie la plus irréversible de l'histoire mouvementée de ce peuple durant trois millénaires. Mais, en arrêtant son livre en 1920 (traité de Sèvres), et non pas en 1923 (traité de Lausanne), la grande pionnière qu'elle est aussi, celle qui dirigea pendant vingt ans à l'EHESS un séminaire unique, centré sur cette époque, pépinière d'historiens (Hamit Bozarslan, Claire Mouradian), témoigne de son refus moral d'accepter que le génocide fût la solution de la question arménienne. Parce qu'on ne tue pas l'espoir, on le transmet.

Isabelle Kortian, Nouvelles d’Arménie Magazine, numéro 218, mai 2015


Livre numéro 2058
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Le chasseur
Titre : Le chasseur / auteur(s) : Viken KLAG (Garo SASSOUNI) - Traduit de l'arménien par Papken Sassouni ; postface de Anahide Ter Minassian ; photographies de Izabela Schwalbé
Editeur : Parenthèses
Année : 2014
Imprimeur/Fabricant : 01-Péronnas : Impr. SEPEC
Description : 16,5 × 23 cm, 96 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection : Diasporales
Notes : Traduit de l’arménien par Papken Sassouni, Photographies de Izabela Schwalbé, Postface de Anahide Ter Minassian
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [postfacier] -
Sujets : Souvenirs d'enfance de Sassoun
ISBN : 9782863642931
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 17,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Dans cette nouvelle tirée du recueil Le Mystère des montagnes, Viken Klag, fait revivre sa région natale, le massif du Sassoun à l'est de la Turquie, haut lieu de résistance. Il brosse une série de tableaux évocateurs de la nature et de la vie dans les montagnes de cette région mythique, berceau de l'épopée populaire arménienne David de Sassoun. À travers la figure d'un enfant vif et remuant, pour qui les limites de la maison sont trop étroites, cette nouvelle restitue la mémoire d'un monde magnifique et sauvage qui est aussi le monde primitif et perdu de l'enfance.
« Les perdrix en migration vers les terres chaudes cacabaient dans les collines et les vallons. Ma chemise remplie de cailloux, je m'approchais des jolies perdrix sautillantes en rampant sur le ventre. Je balançais mon bras, et avec une énergie et une excitation sauvages, je lançais la pierre. Effrayées, les perdrix s'envolaient laissant derrière elles quelques plumes. Je ramassais les plumes comme la preuve de la demi-victoire d'un chasseur. Je rentrais au village, et au pied de la haie, un poulet était victime de mon tir…»
« Les années passaient comme un trésor perdu et je courrais à perdre haleine après mes rêves… »

En regard du texte, vingt photographies contemporaines en bichromie de Izabela Schwalbé.

Article Tigrane Yégavian, France-Arménie, numéro 413, novembre 2014

Une fois n'est pas coutume, les éditions Parenthèses nous proposent en cette rentrée littéraire une immersion totale dans le Yerguir, patrie spirituelle des Arméniens et objet de tous les fantasmes. Bien connu des anciens élèves du lycée Djémaran de Beyrouth, Viken Klag, alias Garo Sassouni, était originaire du massif montagneux du Sassoun où il naquit en 1888. Cette figure de la vie intellectuelle et militante en diaspora a voué toute son existence au service de son peuple en sa qualité de cadre enseignant et responsable au sein de la FRA Dachnaktsoutioun. Dans ses rangs, il y a côtoyé les grandes figures du mouvement national, s'est dépensé sans relâche pour soulager les malheurs de son peuple. Après le Génocide, ses activités politiques et culturelles l'ont mené successivement à Chaville dans la banlieue parisienne, puis à Alep et enfin à Beyrouth où il s'éteint en 1977 après avoir mené une carrière d'enseignant, de politologue et de chroniqueur littéraire. On lui doit notamment la copaternité de la revue littéraire Pakine de Beyrouth, que dirige aujourd'hui Hagop Balian.

Traduite par son fils Papken, cette nouvelle autobiographique tirée du recueil Le Mystère des montagnes, exalte et magnifie une enfance dans un village adossé à la montagne dans le Sassoun. Le héros narrateur mène une vie furieusement libre et aspire à devenir un grand chasseur. Son mépris du danger et sa fougue intrépide auront raison d'une grave chute qui bouleversera à jamais le cours de son existence. Au-delà de l'intrigue classique qui n'est pas sans rappeler La Gloire de mon père de Marcel Pagnol, on retiendra surtout l'enchantement d'une enfance perdue dans un pays qui n'existe pas. Ce texte rédigé en exil entre Paris et Alep et publié à Beyrouth, rejoint une littérature du terroir écrit par des déracinés, portée dans les années 1930 par un Hamasdegh aux États-Unis ou encore Chavarch Nartouni en France. Les parallèles avec l'épopée populaire de David de Sassoun ne sont jamais loin à l'évocation de la nature idyllique propre à cette terre mythique, propice aux rêves et à l'évasion. Dans son émouvante postface, qui fait également office de biographie de Garo Sassouni, l'historienne Anahide Ter Minassian met le doigt sur un aspect clé, la transmission, véritable obsession qui hantera jusqu'à la fin de ses jours, ce professeur de littérature arménienne, et sur le mouvement national arménien à Beyrouth. "Mi-intellectuel, mi-fédaï ", ce gardien d'une mémoire vive que fut Garo Sassouni s'est battu le reste de sa vie contre les ravages de l'oubli. Rien d'étonnant à ce qu'il porta une brulante nostalgie sur ses années d'innocence qui sont passées "comme un trésor perdu ".Tigrane Yégavian, France-Arménie, numéro 413, novembre 2014


Livre numéro 2026
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Le dictionnaire universel des créatrices
Titre : Le dictionnaire universel des créatrices / auteur(s) :sous la direction de Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber ; lettrines dessinées par Sonia Rykiel
Editeur : Des femmes
Année : 2013
Imprimeur/Fabricant : impr. en Italie
Description : 3 vol. (XLIII-4982 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 26 cm ; T. 1, A-G ; T. 2, G-P ; T. 3, P-Z
Collection :
Notes : Les couv. portent en plus : "arts, géographie, exploration, histoire, politique, économie, littérature...". - Notes bibliogr. Index à la fin du vol. 3
Autres auteurs : Antoinette FOUQUE [directeur] - Anahide TER MINASSIAN [contribution] -
Sujets : Femmes -- Biographies -- Dictionnaires
ISBN : 9782721006318
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 165,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le Dictionnaire universel des créatrices est né de la volonté de mettre en lumière la création des femmes à travers le monde et l'histoire, de rendre visible leur apport à la civilisation.Pensé comme une contribution inédite au patrimoine culturel mondial, il a été rendu possible par plus de quatre décennies d'engagements et de travaux en France et dans tous les pays, qui ont permis de renouer avec une généalogie jusque-là privée de mémoire. Il entend recenser les créatrices connues ou encore méconnues qui, individuellement ou ensemble, ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles dans un des champs de l'activité humaine.Son chantier d'étude couvre tous les continents, toutes les époques, tout le répertoire traditionnel des disciplines (artistiques, littéraires, philosophiques aussi bien que scientifiques) et il s'étend des sportives aux femmes politiques, en passant par les interprètes, les conteuses, les artisanes, fussent-elles anonymes. Créatrice, toute femme qui fait œuvre.Un dictionnaire encyclopédique pionnier et monumental.3 volumes de 1 600 pages.Plus de 100 directrices et directeurs de secteurs, personnalités reconnues dans leur domaine de recherche.Près de 1 600 auteur (e)s 12 000 articles sur une créatrice ou sur un thème, une école, un mouvement ou une culture dans lesquels les femmes se sont illustrées.Des articles classés par ordre alphabétique

Article de Florence Gopikian Yérémian, France-Arménie, numéro 405, Février 405

La littérature et l'histoire arméniennes possèdent, de multiples femmes de plume dont les noms demeurent, hélas, trop souvent anonymes. Afin de faire sortir de l'ombre ces remarquables intellectuelles, Anahide Ter Minassian a accepté de participer à la rédaction d'un titanesque « Dictionnaire universel des créatrices ». Comportant près de 5 000 pages, cette bible « féministe » a eu l'ambition de répertorier plus de dix mille figures de femmes en provenance des quatre coins du monde. Chargée de la section consacrée aux écrivaines arméniennes, Anahide Ter Minassian a brossé le portrait d'une quarantaine d'amazones des XIXe et XXIe siècles en y ajoutant une petite poignée de militantes politiques. Un hommage finement mené.

France Arménie : Comment est née cette ambitieuse encyclopédie ?
Anahide Ter Minassian : Ce projet résulte de la détermination de trois grandes féministes : Antoinette Fougue (psychanalyste, politologue et directrice des Éditions des femmes), Béatrice Didier (docteur ès lettres classiques et critique littéraire) et Mireille Calle-Gruber (écrivain et professeur de littérature). Ces militantes courageuses ont eu la volonté de mettre en lumière la création des femmes en recensant non seulement les personnalités déjà célèbres mais en offrant également une reconnaissance à une multitude de créatrices anonymes qui ont bouleversé leur époque.

Trois volumes de 1 600 pages, plus de dix mille articles et une illustration signée Sonia Rykiel, on peut dire que les choses ont été rondement menées !
C'est effectivement un ouvrage de longue haleine. Près de 1 600 auteurs issus de tous les continents et de toutes les disciplines y ont participé : anthropologues, géophysiciens, psychanalystes... chacun a contribué à sa façon à la mise en lumière de pionnières ou de muses exceptionnelles. J'y travaille personnellement depuis cinq ans sous le titre de « directrice de la section littérature arménienne». Même si certaines de mes propositions sont passées à la trappe, on m'a laissé carte blanche dans le choix de mes «héroïnes». Les lecteurs vont ainsi pouvoir redécouvrir d'étonnantes femmes arméniennes telles que l'incontournable Silva Gaboudikian, qui fut l'écrivaine et l'académicienne la plus honorée de l'Arménie soviétique, mais aussi des personnalités plus discrètes comme les poétesses Atmadjian-Le Chevalier, Hourie Ipékian ou Violette Krikorian qui prône encore aujourd'hui une libération artistique et sexuelle de la société arménienne. J'ai aussi rendu hommage à des figures internationales comme la romancière arméno-américaine Aharonian, la journaliste russe Marietta Chaguinian (dite Jim Dollar), l'incroyable pédagogue Anahid Sarkissian ou la philosophe de l'art Chakè Matossian, professeur à l'Académie Royale de Bruxelles.

Parmi la multitude de profils que vous avez esquissés, quelles sont les personnalités qui se distinguent le plus à vos yeux ?
Il y en a beaucoup mais j'apprécie celles qui ont lutté pour l'instruction, la transmission ou tout simplement pour l'émancipation des femmes. À ce titre, Dussap Serpouhi, née en 1842, a été la première féministe arménienne de Constantinople. A travers ses écrits, elle aspirait déjà à changer le sort des femmes en prônant leur éducation et en s'opposant au mariage forcé. Tout aussi avant-gardiste, l'écrivaine et journaliste arméno-turque Haykanouch Mark a osé créer en 1919 à Constantinople la première revue féministe (Hay Guine) qui exhorta ses congénères à tenir la plume autant que la louche. Parmi les contemporaines, la linguiste Hilda Kalfayan Panossian a une grande place dans la défense de la langue arménienne et puis dans un registre plus intime - mais tout aussi méritant - il y a ma mère, Arménouhi Kévonian, auteure des tristement célèbres Noces noires de Gulizar.

Hormis les écrivaines, vous avez judicieusement glissé dans votre sélection quelques historiennes et des révolutionnaires arméniennes. Votre fibre militante a-t-elle repris le dessus au fil des pages?
Les historiennes sont aussi des femmes de plume tout comme les journalistes ; quant aux militantes politiques, je considère que lorsqu'une femme combat pour la libération de son peuple, elle englobe dans cette lutte une revendication implicite pour la libération de son sexe. Il y a une réelle relation entre le féminisme et le nationalisme. Zabel Essayan est un bon exemple de cette double lutte : née à Constantinople en 1878, elle écrivait pour le Mercure de France mais elle était également très active pour mobiliser l'opinion publique sur le Génocide. Dans un autre genre, Chouchanik Kourghinian, née à Gumri en 1876, a été la première Arménienne à inaugurer une poésie purement prolétarienne. Dans un registre plus catégorique, il y a bien sûr Lass, cette romancière engagée dans la résistance communiste aux côtés de Missak Manouchian qui finit ses jours à Ravensbrück en laissant derrière elle des poèmes inachevés sur son expérience concentrationnaire.

Florence Gopikian Yérémian, France-Arménie, numéro 405, Février 405


Livre numéro 1555
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Mémoires d’une déportée arménienne
Titre : Mémoires d’une déportée arménienne / auteur(s) : Païladzo CAPTANIAN - Récit ; préface de Anahide Ter Minassian
Editeur : Jacques Flament Editions
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant :
Description : 160 pages
Collection : Mémorielles
Notes : Réédition de l'ouvrage paru en 1919
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [préfacier] -
Sujets : Génocide arménien (1915-1916 ) -- Récits personnels
ISBN : 9782363360052
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 14,90 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Les “Mémoires d’une déportée arménienne” furent publiés à Paris par l’éditeur Flinikowski, en 1919.
Ce document de Pailadzo Captanian constitue à coup sûr un témoignage capital sur le génocide arménien et les déportations de 1915.

Pailadzo Captanian, femme d’instituteur et honorable mère de famille de Samsoun, tint un journal détaillé des tragiques événements qui marquèrent sa déportation. Destination initiale : Deïr-Ul-Zor, lieu de sinistre mémoire de la destruction raisonnée et programmée où furent massacrés près de 200 000 Arméniens. Heureusement pour elle, son voyage au bout de l'enfer prendra fin à Alep.
Le journal qu’elle tenait ayant été perdu, elle a restitué de façon méthodique et structurée ses souvenirs profondément marqués par les souffrances et les humiliations endurées durant son épouvantable marche au sein des caravanes de déportés.
Dans son avant-propos, elle précise : « Est-il possible de décrire les horreurs d'une pareille situation ? Non. La férocité délirante qui s'acharna sur nous est impossible à exprimer, tant elle dépasse toute imagination, comme toute expression humaine. Seules les victimes peuvent réaliser, dans leur propre souvenir, ce qui est et restera impossible à décrire. »


Article de Anahide Ter Minassian, France-Arménie, numéro 375, Mai 2011

Déportation : le calvaire des femmes arméniennes. L'horreur vue de l'intérieur. Jour après jour. Humiliation après humiliation. Le regard poignant d'une Arménienne sur la déshumanisation imposée aux femmes arméniennes.
La déportation des Arméniens en 1915, c'est surtout la déportation des femmes, des enfants et des vieillards. Les hommes qui n'avaient pas été mobilisés et les garçons de plus de 15 ans ont. en général, été séparés de leurs familles et massacrés. Pour sauver la vie de leurs adolescents, la ruse des misérables mères consiste à les cacher sous des vêtements féminins.
L'intérêt du livre de Païladzo Captanian est multiple. Il tient d'abord à la relation précise d'un périple de plusieurs mois qui la mène de Samsun, port de la Mer Noire, à Alep, préfecture de Syrie. Transmises par la seule vertu de la mémoire, la notation exacte de l'itinéraire, l'énumération des villes d'étape vers lesquelles confluent les différents convois de déportés sans être autorisés à y entrer, la description fidèle de l'espace géographique- pierrailles, montagnes, déserts,fleuves et rivières —,où la nature et le climat deviennent des armes meurtrières, sont remarquables. Non moins remarquable est sa capacité d'enregistrer les noms des personnes croisées, qu'elles soient victimes ou bourreaux, de les arracher à l'oubli et de se montrer une observatrice lucide du système d'extermination. "Le but de notre course à travers l'Anatolie était Deir-ul-Zor. Ainsi en avaient décidé les autorités. Mais celles-ci s'appliquèrent à y mener les déportés par les chemins les plus longs de façon à les réduire par la fatigue, la faim, la soif, sans préjudice des assassinats et des pillages systématiques".
Mais l'intérêt irremplaçable du livre de Madame Captanian tient à ses notations sur la vie quotidienne des déportées et à ses remarques sur les inégalités sociales renforcées devant la mort. Plus frustes et endurantes, moins exposées à la concupiscence masculine, les paysannes arméniennes se montrent physiquement et psychiquement plus résistantes que les citadines et les jeunes femmes éduquées. Cependant seuls les bijoux, l'or et l'argent, avidement recherchés et extorqués par les gendarmes turcs et les misérables tribus turcomanes, kurdes ou bédouines dont les habitudes de pillage ont été réveillées par les richesses prêtées aux Arméniens, assurent la survie de celles qui les possèdent et qui réussissent à les échanger contre de la nourriture, de l'eau ou contre la sauvegarde de leur «honneur». Cela nous vaut cette remarque désabusée : «Sans la corruption turque personne n'aurait échappé à la persécution».
Alors que les violences, les vols, les viols, les meurtres sont quotidiens, Pailadzo enregistre, sans condamner ses compagnes, leur volonté de survivre à n'importe quel prix. Elle note chez les déportées, avec la disparition des règles sociales, la régression de la solidarité, l'effacement de la dignité, l'effondrement des valeurs spirituelles voire des affections familiales. Elle constate leur déshumanisation progressive, ce qu'elle appelle la «dépression morale». En termes simples et surannés, elle tente de dire, elle dit l'indicible. L'abandon, dans les gorges de Malatia, de centaines d'enfants que leurs mères n'ont plus la force de porter. La conversion forcée ou volontaire à l'islam des jeunes femmes et des jeunes filles qui, aussi longtemps qu'elles conservent leur beauté, un peu de chair ou une apparence féminine, sont convoitées et emportées par des officiers ottomans ou des quidams turcs, kurdes ou arabes. Le consentement des mères qui livrent une ou deux de leurs filles pour sauver les autres, pour sauver un fils voué à la hache ou pour se sauver elles-mêmes. Les heurts entre celles qui se résignent à ces sacrifices et celles qui exhortent leurs compagnes à "mourir avec honneur". Elle se fait l'écho du "tchiblak barhana ", ou la marche sous le soleil du désert d'une colonne de femmes arméniennes squelettiques et totalement nues, la barbarie humiliante d'une telle épreuve prenant tout son sens dans un monde où la pudeur et le voile sont les attributs obligés de la musulmane. Mais elle se fait aussi l'écho de la résistance désespérée des Arméniennes d'Ourfa, qui se sont battues avec leurs hommes et se sont jetées dans des puits pour mourir en martyres.
Anahide Ter Minassian, France-Arménie, numéro 375, Mai 2011


Livre numéro 1529
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Nos terres d’enfance
Titre : Nos terres d’enfance / auteur(s) :L’Arménie des souvenirs ; textes rassemblés et commentés par Anahide Ter Minassian et Houri Varjabédian.
Editeur : Parenthèses
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : Presses de la Nouvelle Imprimerie Laballery à Clamecy (58)
Description : 352 pages, 16,5 x 23 cm
Collection : Diasporales
Notes : Textes inédits en français, et textes traduits de l’arménien, du russe, du turc et de l’anglais ; Bibliographies des 44 auteurs traduits (pp 331-346).
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [directeur] - Houri VARJABEDIAN [directeur] -
Sujets : Souvenirs d'enfance -- Biographie -- Recueil de textes
ISBN : 9782863641804
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 25,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le parcours des « terres d’enfance » proposé dans ce livre, de la banlieue new-yorkaise à Téhéran, de Bagdad à Bakou, de Erevan à Istanbul, de Beyrouth à Trébizonde, de Paris à Mouch, gomme volontairement l’espace et le temps. Tous les acteurs de ces voyages involontaires, sous une forme ou une autre, ont écrit sur les paysages ruraux ou urbains de leur enfance, retrouvant dans des quotidiens contrastés la marque de leur appartenance multiple : une identité revisitée dont chaque signe est vécu dans le regard de l’autre.
Les textes rassemblés dans cette anthologie sont pour la plupart autobiographiques : ce sont des autofictions ou des témoignages, des documents « qui recréent la vie » et réinventent une continuité dans les bribes et les itinéraires.
Quel que soit le genre, il s’agit toujours d’un regard sur une enfance réinterprétée, entre souvenirs et rémanences. Si, comme en Occident, l’écolier a été une figure montante de la littérature, les violences et les ruptures qui ont marqué l’histoire des Arméniens au xxe siècle ont assigné à l’enfant une fonction charnière dans la transmission d’une langue et d’une histoire.

Textes de: Arthur Adamov, Avétis Aharonian, Alexandrian, Michael Arlen, Peter Balakian, Kaspar Bedeyan, Krikor Beledian, Nina Berberova, Berdjouhi, Zaven Bibérian, Helena Bonner, Carzou, Chahan Chahnour, Armen Chékoyan, Eleonore Dabaghian, Zabel Essayan, Anchèn Garodouni, Nubar Gulbenkian, Ara Güler, Arménak Hagopian, Hamasdegh, Simon Kapamadjian, Arménouhie Kévonian, Viken Klag, Violette Krikorian, Lass, Mathéos Mamourian, Meguerditch Margossian, Hrant Matevossian, Martin Melkonian, Hagop Mentsouri, Anastase Mikoyan, Chavarche Nartouni, Armen Ohanian, Sergueï Paradjanov, Nicolas Sarafian, Martiros Sarian, William Saroyan, Séda, Léon Surmélian, Vahan Totovents, Antranik Zaroukian, Hratch Zartarian.


Autre commentaire
Nouvelles d’Arménie Magazine : Comment vous est venue l'idée d'un tel projet ?
Houri Vajabédian : En marchant dans les rue d’Istanbul, il y a 5 ans, devant l'emplacement de la maison de Krikor Zohrab ou en nous rendant au carré des écrivains du cimetière arménien de Chichli, il nous est apparu essentiel à Anahide Ter Minassian et moi-même de donner la parole à des auteurs méconnus et d'établir le lien avec les écrivains d'aujourd'hui, en Arménie et en diaspora, qu'ils écrivent en arménien ou dans leur langue d'adoption. Ce premier voyage à Bolis fut déterminant. Nous avions déjà publié Les noces noires de Gulizar, nous nous sommes rendues sur la tombe de Gulizar, au cimetière de Chichli. Tous à Istanbul connaissent l'histoire de Goulo, la grand-mère d'Anahide, ils vont « la voir », lui porter des fleurs. Le projet est né là-bas, nous l'avons mené avec passion pendant cinq ans. Le thème de l'enfance s'est très vite imposé. Ces enfances dans des pays si différents, et le fil qui les relie, ces appartenances multiples, ces identités aimées, enfouies, retrouvées, ou refusées, nous les avons recherchées ensemble.
Anahide Ter Minassian : Notre premier voyage à Istanbul a en effet joué un grand rôle dans la genèse du projet. Nous avons rencontré les gens de la maison d'édition Aras et d'autres personnes encore à la recherche de leurs racines. Nous sommes retournées ensuite à Istanbul et l'idée de revivifier les textes arméniens en nous lançant dans la grande aventure de la traduction s'est imposée à nous. J'ajouterai que ce livre renvoie à un questionnement central qui n'apparait pas dans le liminaire : Qu'est-ce qu'être arménien ? Il pose le problème de l'identité et celui de la langue d'expression. Si la question de la langue est centrale dans ce livre, à côté des thèmes de l'espace, du temps et de la mémoire, c'est que nous y avons introduit, incidemment, l'idée qu'on pouvait être un écrivain arménien francophone, anglophone, etc. L'un des plus beaux textes de ce livre, d'un point de vue littéraire et stylistique, est de Krikor Beledian. Je l'ai traduit avec amour, consciente du travail remarquable de son auteur sur la langue. Pour lui, un intellectuel arménien s'exprime en arménien, m'avait-il déclaré un jour. Or, de plus en plus, la langue autrefois maternelle est remplacée par d'autres langues maternelles.
NAM : On parle en général de « terres ancestrales », de « territoires perdus », mais l'expression « terres d'enfance » est plutôt rare. Qu'évoque-t-elle pour vous ?
A. T. M. : Les « terres ancestrales » relèvent d'une thématique politique, celle du Yergir. Les terres d'enfance, c'est pour ainsi dire un tout autre domaine. Aucun des textes figurant dans l'ouvrage n'a été écrit par un enfant. C'est toujours un adulte qui se souvient d'un lieu en prenant acte de la fuite du temps. Si nostalgie il y a, il s'agit d'une nostalgie de l'éphémère, car rien ne passe plus vite que l'enfance, à condition d'y survivre bien entendu et sans que l'enfance soit nécessairement la période des meilleurs souvenirs. Ensuite, le lieu de naissance est une donne incontournable. Alfortville, c'est la terre d'enfance de tous les petits Arméniens qui y sont nés, et non pas l'Arménie ou la Turquie. Nous voulions évoquer l'enfance dans son espace géographique, quel qu'il soit, en incluant le rapport à la langue et à l'identité.
H. V. : Ces auteurs ont grandi dans des pays différents : l'enfance de Sarane Alexandrian porte les parfums de l'Irak du temps du roi Fayçal, celle de Lass, ceux de l'Iran du nord à Tabriz, de Séda, ceux du Parc Montsouris à Paris. Ces terres nous façonnent, nous les portons en nous ensuite. L'expression de l'artiste Sarkis, que j'aime beaucoup : « ma mémoire est ma patrie» m'accompagne toujours. Dans ce recueil, on voit vivre le pays perdu, les jeux des enfants, l'école, la nature, les villes... mais aussi une Arménie emportée avec soi ailleurs, des ailleurs passionnants ! Il s'agit également de l'Arménie d'aujourd'hui, de ses écrivains qui créent, de la littérature qui vit. Ces terres d'enfance dessinent un peu la géographie des Arméniens dispersés que nous sommes.
NAM : Vous ne relevez pas l'importance historiographique prise récemment par l'enfant témoin d'un génocide. Pourquoi ?
A. T. M. : Notre projet n'était pas de publier un livre de plus sur le génocide arménien. Non pas qu'il ne faille pas écrire sur le sujet. En ce qui me concerne, depuis 1966, de retour de mon premier voyage en Arménie, je m'y suis lancée en publiant dans Esprit un premier article sur La question arménienne. Mais, on a parfois le sentiment aujourd'hui que les gens n'existent que par rapport à cet évènement, qui, certes, eut des conséquences tragiques, mais ne dura que 4 ans. Il ne peut donc pas occulter le fait qu'il y a eu « avant » et « après » 1915 une histoire et une culture arméniennes. Néanmoins, ces textes comportent souvent des références au génocide. Dans son témoignage, Le Kordon, Kaspar Bedoyan, raconte comment dans la région du Daron, âgé d'une dizaine d'années, il assiste à une scène épouvantable où de jeunes enfants sont étouffés vivants. Le texte de Nartouni, Quitter Armache, expose les préparatifs au « grand voyage » et le départ de la caravane de déportation, comment lui et sa famille, les enfants, les femmes et les vieillards, furent chassés de leurs maisons et village en aout 1915. De même, le texte terrifiant de Hagopian, La prière de l'Immortelle, publié en 1953 et 2003 dans Haratch, raconte ce qui se passe l'été 1915 dans la région du lac de Van. Enfin, Antranik Zaroukian décrit l'enfer de l'orphelinat à Alep... Il n'y a donc pas moyen d'échapper à la question du génocide, même si l'on choisit une approche « de biais » via la littérature. Qui plus est, sans en avoir formulé le projet explicite, nous avons également mis le doigt sur l'autre catastrophe du XXe siècle, le stalinisme, en proposant un texte sur 1937, avec la photo de couverture du livre.
H. V. : La plupart des parutions récentes concernent les souvenirs d'enfants rescapés, soit directs, soit recueillis ou réinterprétés par les descendants des survivants du génocide. Nous voulions voir les enfants vivant, jouant, se baignant dans les rivières, sages comme Nicolas Sarafian regardant les étoiles sur les genoux de sa mère, ou turbulents comme Garo Sassouni, enjoués et malicieux comme Armen Ohanian et ses sœurs. Nous ne les avons que trop vu souffrir sur les routes de la déportation. L'enfant témoin d'un génocide est là bien sûr, comme MK, dans les souvenirs de Zaroukian, Garodouni ou encore Nartouni qui a fondé l'Association des orphelins adultes, plus tard. La responsabilité de la transmission revenait à des enfants qui « n'avaient pas eu d'enfance ».
NAM : L'ordre de présentation des textes n'est ni chronologique ni alphabétique, ni par zone géographique ni par langue d'expression. Il ne tourne pas non plus autour de la césure de 1915. Quel est-il donc ?
A.T. M. : Nous n'avions pas la prétention de publier un Lagarde et Michard ! L'ordre dans lequel se succèdent » les textes est le fait de l'éditeur. L'établissement de la liste des textes résulte à la fois du hasard de nos découvertes et de concessions mutuelles. La présence de certains auteurs est parfois un signe. Ainsi, lorsqu'Alexandrian dépeint son enfance orientale à Bagdad, c'est une façon d'évoquer une ancienne communauté arménienne qui a aujourd'hui pratiquement totalement disparu de la région, comme la plupart des chrétiens d'Orient.
H. V. : Ni chronologique ni alphabétique, bien sûr. Le monde de nos auteurs ne pouvait se réduire à une classification, nous tenions à un voyage, un parcours dans les temps, dans des souvenirs de langue parlée, perdue, dans les réminiscences des personnages de parents, de grand-mères, de paysages, d'atmosphères, de tendresse. La césure de 1915, sa violence inouïe est tout entière dans La prière de l'Immortelle d'Arménak Hagopian.
NAM : Peter Balakian ouvre la série des textes littéraires, Avétis Aharonian la clôt. Pourquoi ?
H. V: America, America ! Comment ne pas ouvrir sur le pays mythique de tous les émigrants, avec Peter Balakian, enfant américain typique qui, comme beaucoup, va découvrir son histoire, lui qui vit dans un quartier juif et qui ne comprend pas pourquoi il ne fait pas le shabbat comme ses copains. Le parcours de ces enfances se termine évidemment au « Yergir », près du majestueux mont Ararat, avec Avétis Aharonian qui le regarde depuis le jardin de sa maison d' enfance.
A. T. M. Je commencerais par la fin ! Pourquoi Avétis Aharonian ? Mais c'est un très beau texte et, pour mémoire, l'auteur est signataire du traité de Sèvres. Sa place d'ailleurs est en Arménie, pas au Père Lachaise ! Le texte de Peter Balakian est plutôt savoureux, n'est-ce pas ? J'ai pourtant un immense regret. Il manque un texte capital dans ce recueil : David de Sassoun. Je pense en particulier à cette scène grandiose où David, l'enfant ignare, mais l'enfant divin, est envoyé garder les moutons et revient, le soir, à la tête d'un troupeau où se trouvent pêlemêle bêtes sauvages et bétail domestique. A la grande terreur des paysans, l'enfant ne fait pas la différence entre le cru et le cuit, la nature et la culture ! Les éditions Gallimard ne nous ont pas donné à temps le droit de republier cet extrait. Mais si je peux me permettre de donner un conseil aux lecteurs : lisez aussi David de Sassoun ! Vous y trouverez les pages d'une enfance exemplaire.
NAM : Quelle place occupe Vahé Ochagan, dont une citation en arménien met le point final au livre ?
A. T. M. : Cette idée m'est très chère. J'ai connu Vahé Ochagan dans mon adolescence. C'est à son contact que j'ai découvert la littérature arménienne, et notamment Mathéos Mamourian, figure intellectuelle de Smyrne, dont un extrait édifiant de ses Souvenirs figure dans le livre. Après avoir récité, les 24 avril ou les 28 mai, à la Mairie du Vème, Hagop Ochagan, Siamanto, Derian, j'ai récité, plus tard, ce poème de Vahé Ochagan qui conclut le livre. Il avait donc toute sa place ici. Et l'intellectuel et l'écrivain qu'il était n'a jamais mis de côté ses convictions politiques de Dachnagtsagan.
H. V. : Nous n'imaginions pas publier un tel recueil, sans que des caractères arméniens apparaissent, là, dans ces vers de Vahé Ochagan. Ils figurent, non traduits, en contrepoint de l'incipit d'Iskandar Habache, poète du Liban, une de nos terres d'enfance.
NAM : Question coup de cœur ! Quel est votre texte préféré ?
A. T. M. : Je tiens beaucoup au texte de Simon Kapamadjian. Non pas pour sa qualité littéraire, mais parce qu'il est un pastiche du célèbre livre de Bruno, Le Tour de France par deux enfants (1877).
Quel étonnement de découvrir que ce linguiste, qui n'est jamais sorti d'Istanbul et qui a laissé à la postérité un dictionnaire, décida, à la faveur de la Révolution jeune-turque de 1909, de faire le récit imaginaire du voyage d'un gamin prénommé Kamer, depuis la mer Noire jusqu'à l'Institut Saint-Joseph à Beyrouth ! Il lui fait traverser toute l'Arménie turque orientale. Le propos de l'auteur n'est pas de libérer des territoires, mais de développer économiquement et culturellement la région. Publié en 1911, ce livre n'a fait l'objet d'aucune réédition en Turquie. Quant au texte de Hagop Mentsouri, découvert à Bolis, ce sont les souvenirs d'un enfant, rescapé du génocide, qui se rappelle dans une langue très colorée un pays perdu, englouti, où l'on parlait trente dialectes arméniens.
H. V. : Je crois que nous les aimons tous, pour des raisons différentes, bien sûr. Je suis heureuse de voir Lass figurer dans ce livre ; Louisa Aslanian, est pour la première fois traduite en français, elle a été résistante, morte à Ravensbruck, son destin est bouleversant. C'est un livre de coups de cœur jusque dans le choix de la photo de couverture, une image du film « 1937 » de Nora Martirosyan, un très beau documentaire, dont un extrait est transcrit dans le livre.
NAM : Que signifie pour vous, Anahide Ter Minassian, historienne, le fait de vous tourner vers la littérature ?
A.T. M. : On ne peut écrire l'histoire de l'Arménie aux XIXe et XXe siècles sans l'aide de la littérature. Dans les archives des puissances occidentales, on peut étudier l'histoire du génocide vue par les Occidentaux. Ces archives diplomatiques ne nous apprennent rien sur la vie des Arméniens. Mais la littérature nous renseigne sur leur quotidien - une vie embellie ou non, toujours réinterprétée ; elle à joué un rôle immense dans l'histoire politique des Arméniens. Raffi a littéralement construit le programme politique des révolutionnaires arméniens. Les lectures de Marx, Engels et Robespierre n'en sont pas à l'origine.
NAM : Houri Varjabédian, quel fut votre cheminement personnel jusqu'à ce livre ? Aimeriez-vous continuer à traduire ?
H. V. : Ma famille est originaire de Beyrouth, j'ai vécu à Casablanca : mes terres d'enfance parlent arabe et français, l'arménien était ma seule langue jusqu'à l'âge de 6 ans. Je vis à Marseille, ville « qui appartient à qui vient du large » comme l'a écrit Blaise Cendrars. Je collabore depuis des années à la collection Diasporales au sein de laquelle nous tenons à faire découvrir la littérature arménienne des auteurs classiques. Toutefois nous cherchons de plus en plus à mettre l'accent sur le travail d'auteurs contemporains. Ce projet de longue haleine qui donne aujourd'hui Terres d'enfance rétablit le lien rompu avec les auteurs des pays arméniens. De nombreux textes sont inédits et un important travail de recherche m'a conduite avec Anahide à assurer certaines traductions de l'arménien. Pour nous qui vivons avec le français et l'arménien en nous, qui éprouvons des moments intenses de lecture, aussi bien avec Jean Echenoz qu'avec Krikor Beledian, je peux répondre oui, j'aimerais continuer à traduire, c'est un rôle de passeur aussi, un peu comme pour l'édition.
NAM : Quel est votre prochain projet ensemble ?
A. T. M. : J'aimerais continuer à traduire. Et retourner en Arménie turque. Aller au pays. Au Yergir. Même s'il est devenu aujourd'hui le Yergir des Kurdes. J'espère réaliser ce projet. Retourner là-bas.
H. V. :Retourner à Van et à Mouch. Plusieurs projets de livres sont déjà en place.

Propos recueillis par Isabelle Kortian, Nouvelles d’Arménie magazine, numéro 169, Décembre 2010


Extraits

« Mais, avec un rai de lune, plus d’une fois j’avais la vision furtive d’une femme du voisinage ôtant sa robe derrière un drap blanc formant écran, silhouette noire aux seins brusquement dressés quand elle levait les bras, premier émoi de la sensualité enfantine. » Alexandrian
«J’ai passé les premières années de ma vie, entouré d’un peuple de servantes : ma gouvernante arménienne, ma “demoiselle” française, ma nourrice Macha, dont un œil était vert, l’autre bleu, ma sœur enfin que je range parmi les servantes, sans doute parce que ma mère me préférait à elle. » Arthur Adamov
«C’est en jouant au base-ball, un jour à la mi-mars, où la neige avait fondu sur le trottoir cimenté de Dickerson Road, que j’éprouvai le sentiment nouveau de n’être pas comme les autres. » Peter Balakian
« Mes grands-pères portaient le fez à la turque. Mes grand-mères se signaient à la pleine lune. Et je me souviens pour eux. Je me souviens d’existences évanouies qui parfois me visitent. » Martin Melkonian
«Debout à côté du bureau qui m’arrivait sous le menton, je touchais avec précaution les revues médicales, les coupures de journaux, les crayons, les plumes, les enveloppes aux timbres étrangers, la glace à main sertie d’argent. Mon grand-père aimait l’avoir à portée de main ainsi qu’un flacon de parfum raffiné dont il aspergeait de temps en temps sa barbe blanche, droite et soyeuse. Au contact de mes joues, cette barbe me paraissait bien différente de celle, gris vert, bouclée et rigide, de mon grand-père Ivan Dmitrievitch. » Nina Berberova
«Fin novembre 1988. Le téléphone sonne. La sonnerie est longue, c’est l’interurbain. Erevan. Rien d’étrange. À cette époque, je parlais avec Erevan le matin, le jour, la nuit. À Kirovabad, des femmes et des enfants étaient enfermés dans une église. Sur mon bureau, le télégramme d’un prêtre : un appel au secours. » Elena Bonner
« Quand elle entendait son fils Aram parler des affaires qu’il traitait, elle recueillait ses paroles et les semait autour d’elle, et elle aimait particulièrement le son des syllabes alicante. Elles s’harmonisaient bien avec l’arménien, ou du moins avec sa version de l’arménien, qui était unique et regorgeait de toutes sortes d’inexactitudes et d’inventions. » William Saroyan


Liste des textes, par ordre alphabétique des auteurs (différent de la table des matières)

ALEXANDRIAN, Une enfance à Bagdad, Texte original en français, Mercure de France, 1990
Arthur ADAMOV, La première enfance, Texte original en français, Gallimard, 1968
Avétis AHARONIAN, Mon premier maître, Traduit de l’arménien par Houri Varjabédian
Michael ARLEN, Je me souviens d’un jour, traduit de l'arménien par Daniel Blanchard
Peter BALAKIAN, Pourquoi ne sommes-nous pas Juifs ?, Traduit de l’anglais par Simone Chambon
Kaspar BEDEYAN, Le Koddon, Traduit de l’arménien par Kéram Kévonian
Krikor BELEDIAN, Antika, traduit de l'arménien par Anahide Ter Minassian
Nina BERBEROVA, Le nid et la fourmilière , Traduit du russe par Anne et René Misslin
BERDJOUHI, Après la tempête, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
Zaven BIBÉRIAN, Un fils à papa, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
Helena BONNER, L’Hôtel Lux à Moscou, Traduit du russe par Sophie Benech
CARZOU, Place Bab Alfaraj
Chahan CHAHNOUR, Un cœur qui rayonne, Traduit de l’arménien par Houri Varjabédian
Armen CHÉKOYAN, Moi, je joue du piano, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
Eléonore DABAGHIAN, La soirée Pouchkine, Traduit du russe par Alice Vartanian
Zabel ESSAYAN, Excursion à Alemlaghi, Traduit de l’arménien par Pierre Ter-Sarkissian
Anchèn GARODOUNI, Tribunal et fuite, Traduit de l’arménien par Naïri Rumin-Arzoumanian
Nubar GULBENKIAN, L’adieu au Bosphore, traduit de l'anglais par Michel Deutsch
Ara GULER, L’histoire de mon père, traduit de l'arménien par Anahide Drézian
Arménak HAGOPIAN, La prière de l’immortelle, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
HAMASDEGH, La perle bleue, Traduit de l’arménien par Nazélie Malkhassian-Fortune
Simon KAPAMADJIAN, Kamèr, le petit voyageur en Orient, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
Arménouhie KÉVONIAN, Le village de Goulo, Traduit de l’arménien par Jacques Mouradian
Viken KLAG, Le chasseur, Traduit de l’arménien par Papken Sassouni
Violette KRIKORIAN, Une rue de Téhéran, Traduit de l’arménien par Houri Varjabédian
LASS, Le tapis d’Orient, Traduit de l’arménien par Alice Der Vartanian
Mathéos MAMOURIAN, Souvenirs d’enfance à Smyrne, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian
Meguerditch MARGOSSIAN, Le Tigre, notre fleuve, Traduit de l’arménien par Houri Varjabédian
Hrant MATÉVOSSIAN, Le seau de framboises, Traduit de l’arménien par Pierre Ter-Sarkissian
Martin MELKONIAN, Canal Saint-Martin, Texte original en français, Parenthèses, 2006
Hagop MENTSOURI, Nous les enfants , Traduit de l’arménien par Houri Varjabédian
Anastase MIKOYAN, Là où commence une vie..., Traduit du russe par Mireille Lukosevicius
Chavarche NARTOUNI, Quitter Armache, Traduit de l’arménien par Mireille Besnilian
Armen OHANIAN, La danseuse de Shamakha, Texte original en français, Grasset, 1918
Sergueï PARADJANOV, Les dahlias blancs, Traduit du russe par Eléonore Der Merguérian
Nicolas SARAFIAN, Enfance et lumière, Traduit de l’arménien par Anahide Drézian
Martiros SARIAN, Une enfance en pleine nature, Traduit du russe par Michel Rygalov
William SAROYAN, Le bain, traduit de de l'américain par Charles Janssens
SÉDA, L’enfance de la mère de Tadeusz H., Texte original en français, Payot, 1991
Léon SURMÉLIAN, La maison désertée, Traduit de l’anglais par Hovig Ter Minassian
Vahan TOTOVENTS, Marane, la jument, Traduit de l’arménien par Marie Kalpakian
Antranik ZAROUKIAN, Hôpital , Traduit de l’arménien par Sarkis Boghossian
Hratch ZARTARIAN, Grand-mère et petit-fils, Traduit de l’arménien par Anahide Ter Minassian


Livre numéro 1496
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Arménie, une passion française - le mouvement arménophile en France, 1878-1923
Titre : Arménie, une passion française - le mouvement arménophile en France, 1878-1923 / auteur(s) : Catalogues - sous la direction de Claire Mouradian
Editeur : magellan et Cie
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : 80-Abbeville : Impr. Leclerc
Description : 1 vol. (173 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 26 cm
Collection :
Notes : Publ. à l'occasion de l'exposition "De l'Arménie à Montmartre", Paris, Musée de Montmartre, 4 avril-24 juin 2007. - Bibliogr. p. 167-173. Notes bibliogr. Index
Autres auteurs : Léon KETCHEYAN [contribution] - Dzovinar KEVONIAN [contribution] - Edmond KHAYADJIAN [contribution] - Claire MOURADIAN [directeur] - Anahide TER MINASSIAN [contribution] -
Sujets : Artistes arméniens -- France -- Paris (France ) -- 1800-.... Intellectuels -- Activité politique -- France -- 1800-....
ISBN : 9782350740720
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 28,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Catalogue d'exposition, au cours de l'Année de l'Arménie en France "Arménie, mon amie".

A l'occasion d'une exposition originale et forte, le musée de Montmartre présente ici les péripéties de la longue union entre la France et l'Arménie. Cette passion est née dans la douleur quand, face à la férocité dont ils ont été victimes, les Arméniens sont devenus une cause vivement défendue par les artistes et les intellectuels français, montmartrois pour beaucoup. Avec le soutien d'un comité scientifique sous la présidence de Jean-Pierre Mahé, membre de l'Institut, et sous la plume de nombreux spécialistes : Claire Mouradian, Anahide Ter Minassian, Hélène Strapélias, Edmond Khayadjian, Vincent Duclert, Rémi Fabre, Gilles Candar, Léon Ketcheyan, Alexandre Siranossian, Andrée Mastikian, Gilles Pécout et Dzovinar Kévonian, ce livre-catalogue met en valeur cette riche relation illustrée par une belle et abondante iconographie.


Livre numéro 1156
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir La République d'Arménie : 1918-1920
Titre : La République d'Arménie : 1918-1920 / auteur(s) : Anahide TER MINASSIAN -
Editeur : Complexe
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : Imp. Tourna Graphic en Belgique (UE)
Description : 328 pages, 12 cm x 18 cm, couverture illustrée couleur
Collection : Historiques ; 151
Notes : Bibliogr. p. 307-314. Index
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Histoire -- 1917-1921
ISBN : 9782804800925
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 11,60 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Le XXe siècle, siècle du génocide des Arméniens de l’Empire ottoman, en 1915, a été aussi le siècle de la résurrection d’un État arménien.

La Première République d’Arménie (1918-1920) a été fondée en Transcaucasie, dans le chaos et la famine, dans le sillage de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe. Encombré de réfugiés et d’orphelins, l’État arménien réussit cependant à jeter les fondements d’une démocratie parlementaire dans laquelle le droit de vote est reconnu aux femmes, l’enseignement primaire est obligatoire et la séparation de l’Église et de l’État est réalisée.
Bien que les Alliés aient pris l’engagement de garantir l’existence et la sécurité du peuple arménien, ils renoncent à appliquer le Traité de Sèvres (août 1920) qui lui accorde d’importantes compensations territoriales en Turquie.
Enjeu de la politique internationale, située au carrefour de deux mouvements révolutionnaires, bolchévique et kémaliste, la République d’Arménie succombe sous les coups portés par l’armée Kémaliste au moment où se forme un « Axe Ankara-Moscou ».
Néanmois, la Première République d’Arménie a été le socle sur lequel s’est accomplie l’évolution future de l’Arménie soviétique (1921-1991) et de la République d’Arménie, indépendante depuis 1991 ; elle a légué un territoire, une capitale, Erevan, un drapeau tricolore, une langue nationale et une volonté d’indépendance nationale, mais aussi la question de terres irrédentes comme celle de la République du Haut-Karabagh.

Une question d’Histoire qui nous renvoie à l’actualité.


Livre numéro 1135
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Smyrne, la ville oubliée ? mémoires d'un grand port ottoman, 1830-1930
Titre : Smyrne, la ville oubliée ? mémoires d'un grand port ottoman, 1830-1930 / auteur(s) : Marie-Carmen SMYRNELIS - Sous la direction de M.-C. Smyrnelis
Editeur : Autrement
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Corlet impr.
Description : 1 vol. (252 p.) : ill., couv. ill. ; 23 cm
Collection : Collection Mémoires : villes, ISSN 1157-4488 [sic] ; n° 121
Notes : Bibliogr. p. 240-242. Notes bibliogr. Glossaire. Index. - L'ISSN exact est : 1636-8649. L'article d'Anahide Ter Minassian : " Les Arméniens : le dynamisme d'une petite communauté ", pp 79-91
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [contribution] -
Sujets : Izmir (Turquie ) -- 19e siècle -- Izmir (Turquie ) -- 1900-1945
ISBN : 9782746708013
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Qui se penche sur l’histoire de Smyrne est frappé par le décalage entre le destin exceptionnel qu’a connu cette ville depuis l’Antiquité et l’oubli dans lequel elle est tombée après le terrible incendie de 1922. Izmir, la ville reconstruite sur ses cendres, ressemble bien peu à la brillante ville ottomane du XIXe et du début du XXe siècle.

“Smyrne l’Infidèle” pour ses habitants musulmans parce que les non-musulmans – juifs et chrétiens – y sont majoritaires ; “petit Paris de l’Orient” pour les voyageurs européens qui la visitent au XIXe siècle en raison de l’intense vie intellectuelle qui y règne. Dès la fin du XVIIe siècle, Smyrne est un port florissant de la Méditerranée orientale. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, cette ville prospère grâce aux relations commerciales multiples, rayonne par son cosmopolitisme – y coexistent Européens, chrétiens orthodoxes et catholiques, musulmans et juifs –, par ses relations étroites avec l’Europe, par l’ingéniosité de ses habitants en matière d’innovations et par leur goût pour les arts.

Ce sont les habitants de Smyrne, leurs sociabilités, leurs mémoires, de 1830 à 1930, qui sont évoqués ici, pour mieux comprendre le siècle charnière de l’histoire de cette ville aujourd’hui oubliée.

Plus de vingt cartes postales de l’époque complètent cette étude historique pour en faire un véritable récit.

Ouvrage dirigé par Marie-Carmen Smyrnelis.
Avec des spécialistes et historiens grecs, turcs, français, suisse et allemand : Evangelia Achladi, Cânâ Bilsel, Elena Frangakis-Syrett, Alp Yücel Kaya, Vangelis Kechriotis, Henri Nahum, Christoph Neumann, Oliver Jens Schmitt, Iflık Tamdo€an, Anahide Ter Minassian, Fikret Yilmaz, Sibel Zandi-Sayek, Basma Zerouali.


L'article d'Anahide Ter Minassian : " Les Arméniens : le dynamisme d'une petite communauté ", pp 79-91

Livre numéro 1134
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Les noces noires de Gulizar
Titre : Les noces noires de Gulizar / auteur(s) : Armenouhie KEVONIAN - [propos recueillis par] Arménouhie Kévonian ; Récit traduit de l’arménien par Jacques Mouradian, Préface de Chavarche Nartouni, présentations historiques de Anahide Ter Minassian et Kéram Kévonian
Editeur : Parenthèses
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 192 pages, 16,5 x 23 cm, illustrations, 11 photographies
Collection : Diasporales
Notes : Réédition
Autres auteurs : Kéram KEVONIAN [introduction] - Anahide TER MINASSIAN [introduction] -
Sujets : Arméniens -- Empire ottoman -- 1870-1914
ISBN : 9782863641385
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Au printemps 1889, le chef d'une puissante tribu kurde, Moussa bek, lançait ses hommes à l'assaut du village de Khartz, dans la plaine de Mouch. Une adolescente, Gulizar, est enlevée, séquestrée dans un harem et convertie à l'Islam. Cet épisode banal dans une province orientale de l'Empire ottoman deviendra une "affaire" jusque dans les rapports diplomatiques occidentaux lorsque Gulizar, surmontant ses peurs et sa honte, viendra à Constantinople accuser Moussa bek et affirmer devant les tribunaux ottomans son identité arménienne. A terme ce procès servira de détonateur pour les mouvements d'émancipation des minorités chrétiennes de l'Empire. Ces mémoires de Gulizar ont retenu avec une exactitude et une précision étonnantes les faits, les lieux, les dates, les noms, les situations, malgré les drames, l'exil et les tribulations.

Livre numéro 49
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Le kemp : une enfance intra-muros
Titre : Le kemp : une enfance intra-muros / auteur(s) : Jean AYANIAN - Anahide TER MINASSIAN - précédé de Vienne ou Les étrangers dans la ville / par Anahide Ter Minassian
Editeur : Parenthèses
Année : 2001
Imprimeur/Fabricant : Gémenos : Impr. Horizon
Description : 155 p. : ill., couv. ill. ; 23 cm
Collection : Diasporales
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Biographies -- Autobiographies
ISBN : 9782863641040
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 19,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Des dizaines de familles rescapés du génocide arménien de 1915 répondent à l’appel de l’industrie textile viennoise et s’installent en 1922 dans une ancienne usine d’armement désaffectée. Se crée alors une sorte de phalanstère arménien avec ses traditions, ses souvenirs. Les nouveaux arrivés appellent eux-mêmes leurs logements «le kemp», en référence à la prononciation américaine des camps d’orphelins arméniens du Liban-Syrie.
La première partie de cet ouvrage, «Vienne, ou des étrangers dans la ville», est une étude historique de ce petit monde diasporique écrite par l’historienne Anahide Ter Minassian. La seconde partie est le témoignage de Jean Ayanian qui est né en 1932 au «kemp» et y a grandi.
Le Kemp, véritable petite ville dans la ville qu'est Vienne, borde le Rhône. En 1922, il regroupe certains de ceux qui, loin de leur terre natale, ont voulu sauver ce qui restait de leur joie de vivre. C'est dans cet amour des siens et de sa communauté que Jean Ayanian a grandi, autour des entreprises textiles et des bâtiments industriels. Il évoque avec le sourire les mauvais tours de l'enfant qu'il était : intercepter les lettres d'amour que reçoivent certains habitants du Kemp dans l'unique boîte aux lettres, monter sur les toits pour contempler la vallée durant les chaudes nuits d'été. Mais ressurgissent aussi des frustrations engendrées par le mépris des uns envers les valeurs des autres. Quand deux gendarmes l'interpellent pour prendre la farine qu'il rapporte chez lui, il s'indigne : « Quelle honte ! (...) le pain on ne le vole pas, on le partage ». Brossant ainsi la vie du Kemp dans un pêle-mêle de souvenirs, il en traverse à nouveau les événements marquants et réanime leurs acteurs. Naissance, mariage et mort sont des temps forts évoqués et illustrés par des photographies d'époque.

Le témoignage se fait alors longue rêverie où les êtres chers et disparus reviennent les uns après les autres. Survient pourtant la « déchirure » que constitue le Nerkaght en 1947, ou cet illusoire retour vers un Eden perdu. Nouveau départ pour l'Arménie, désormais soviétique. Nouvel espoir déçu. L'équilibre est rompu lorsqu' apparaît un nouvel acquéreur dans les années soixante. Mais, la galerie de portraits dominée par ceux des grands-mères, dédicataires du récit, sauve la magie de ce voyage dans le temps. La grand-mère de l'auteur, « miraculée de la déportation dans le désert de Deir-ez-Zor» et symbole de résurrection y apparaît comme une figure centrale. Le récit est précédé d'une étude plus objective sur l'intégration des Arméniens dans le Kemp. Menée par Anahide Ter Minassian avec le recul qu'accordé l'histoire, elle complète le récit par son point de vue surplombant et non plus interne.


Livre numéro 699
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Histoires croisées : Diaspora, Arménie, Transcaucasie
Titre : Histoires croisées : Diaspora, Arménie, Transcaucasie / auteur(s) : Anahide TER MINASSIAN -
Editeur : Parenthèses
Année : 1997
Imprimeur/Fabricant :
Description :
Collection : Arménies
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9782863640760
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 21,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

L'éclairage particulier sur une région et une période, au-delà de la trop restrictive approche monographique, concourt à une lecture renouvelée de bouleversements historiques majeurs : évolution des Empires ottoman et russe avant leur révolution respective, génocide, stalinisme, dissidence, terrorisme... Une analyse confrontée de tels événements est d'autant plus précieuse que l'époque voit la disparition des débats d'idées et l'absence de toute prophétie sociale ou politique. Cet ouvrage ne traite pas uniquement d'une histoire - celle des Arméniens entre 1880 et 1990, de l'entrée en scène des premiers partis révolutionnaires jusqu'à la grande crise traversée par toute la Transcaucasie et l'éclatement de l'Union soviétique. Il s'agit plutôt d'histoires croisées entre peuples voisins et entre entités d'une même nation, entre Etat et diaspora.

Livre numéro 390
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Les Noces noires de Gulizar : récit
Titre : Les Noces noires de Gulizar : récit / auteur(s) : Armenouhie KEVONIAN - [recueilli par] Armenouhie Kevonian ; trad. de l'armenien par Jacques Mouradian... ; [presentations historiques de] Anahide Ter Minassian... Keram Kevonian
Editeur : Parenthèses
Année : 1993
Imprimeur/Fabricant : 13-Marseille : Impr. Robert
Description : 166 p. ill., couv. ill. 24 cm
Collection : Collection Armenies ISSN = 0248-5877
Notes : Contient un choix de textes et documents
Autres auteurs : Kéram KEVONIAN [introduction] - Anahide TER MINASSIAN [introduction] -
Sujets : Gulizar 1875-1948 * Empire ottoman -- Histoire -- 1878-1909 * Armeniens Massacres des 1894-1896
ISBN : 9782863640616
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 18,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Au printemps 1889, le chef d'une puissante tribu kurde, Moussa bek, lançait ses hommes à l'assaut du village de Khartz, dans la plaine de Mouch, au coeur de l'Arménie historique. Une adolescente, Gulizar, est enlevée, séquestrée dans un harem et convertie à l'Islam.
Cet épisode banal dans une province orientale de l'Empire ottoman deviendra une « affaire » jusque dans les rapports diplomatiques occidentaux lorsque Gulizar, surmontant ses peurs et sa honte, viendra à Constantinople accuser Moussa bek et affirmer devant les tribunaux ottomans son identité arménienne. A terme ce procès servira de détonateur pour les mouvements d'émancipation des minorités chrétiennes de l'Empire.
Si le témoignage transcrit par Arménouhie Kévonian de la bouche de Gulizar, sa mère, appartient plus à l'histoire qu'à la littérature, le texte est surtout marqué par la vivacité et la sensibilité du souvenir. Ces mémoires mêlées ont retenu avec une exactitude et une précision étonnantes les faits, les lieux, les dates, les noms, les situations, malgré les drames, l'exil et les tribulations, malgré des vies brisées par le regret torturant de l'enfance, de la famille et de la patrie perdues. Ou, peut-être, à cause même de cela.

Dans la série des titres qu'égrène la collection "Arménies", il en est qui apportent au lecteur le souffle vivant, fort et direct du pays natal. Tels sont le "Chant du Pain" de Varoujean, "Mtnadzor" de Bakounts, "Que la lumière soit" de Sévak. Telle est aussi cette nouvelle parution: les "Noces Noires de Gulizar".
L'histoire est vraie. Elle s'est passée dans la région de Mouch, province arménienne du Taron. Nous sommes en 1889. Le peuple arménien n'a pas encore connu les massacres hamidiens de 1894-1896, ni a fortiori le génocide. Pourtant, les exactions contre les paysans arméniens se multiplient. En même temps, ces derniers n'hésitent plus à tenir tête aux musulmans, Turcs et Kurdes.
L'un d'eux, Moussa Bek, voudra tirer vengeance du village arménien de Khartz qu'il assiégera de nuit. La jeune Gulizar, quinze ans est enlevée et donnée au jeune frère, Djezahir. Le livre est le récit du rapt et de trois mois de captivité. Trois mois aussi d'une lutte acharnée vers la libération. La religion y semble être le seul enjeu. Pour Gulizar : rester chrétienne, sauver ainsi l'honneur et revenir chez les siens. Pour Moussa Bek : convertir l'infidèle à l'islam et consommer définitivement et le viol et le rapt. Conversion de force, il va sans dire. Et le mot est faible. Le Kurde fut vaincu par l'enfant de quinze ans nommée Guhzar. Libre, elle se mariera avec Kégham Der Garabedian, instituteur, militant dachnaktsagan et député à Istanbul. L'histoire a été consignée, beaucoup plus tard, de la bouche même de Gulizar, par sa fille Arménouhie Kévonian.

Ce texte est un texte vivant. Bien sûr, il résonne des fureurs du rapt, de la violence de la conversion et de celle du tribunal de Bitlis. Mais il chante aussi de tous les noms de lieux et des paysages qui étaient chers et familiers aux Arméniens. Il vibre de toute leur vie au quotidien et de leur cohabitation avec les Turcs et les Kurdes. Si l'on y découvre des Arméniens courageux et fiers, il en est d'autres terrorisés et lâches. Si les Kurdes sont fanatiques et violents, il en est d'autres, humains autant qu'on peut l'être, et Gulizar en parle avec émotion. En ce sens, il bouscule souvent bien des idées reçues. Ce texte, court et limpide de quatre vingt dix pages, est suivi de deux appendices "Les mémoires mêlées" et "Tableaux d'un monde assassiné", écrits par Anahide Ter Minassian et Kégham Kévonian, les petits enfants de Gulizar. Ces deux parties restituent l'histoire de l'héroïne dans son cadre historique et culturel, qui est celui du réveil arménien où se croisent et s'entrecroisent dans un même mouvement, paysans arméniens, militants révolutionnaires, figures historiques comme celle de Khrimian Haïrig.

C'est avec beaucoup d'intérêt qu'on lira la description de la région de Mouch en 1878, la chanson de Gulizar chantée par les Kurdes, la pénétration des Lumières chez les Arméniens sous l'action d'intellectuels comme Meguerditch Portoukalian. Où l'on comprend alors que tous ces personnages et toutes ces histoires nous sont si proches et font la substance des Arméniens de la Diaspora. Kégham Kévonian l'exprime très bien dans l'épilogue: "Ce monde assassiné survit par notre force; il survivra aussi longtemps qu'il n'aura pu être remis debout, car il est entré doublement en nous, comme une ancienne et comme une nouvelle nature".
Un livre à acheter et à lire. Il ne peut que plaire, intéresser et enrichir.

M.A., France-Arménie, numéro 122, Avril 1993


Livre numéro 698
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir La République d'Arménie : 1918-1920
Titre : La République d'Arménie : 1918-1920 / auteur(s) : Anahide TER MINASSIAN -
Editeur : Complexe
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : Impr. en Belgique
Description : 317 p. cartes, couv. ill. en coul. 18 cm
Collection : La Memoire du siecle : 54
Notes : Chronol. p. 285-295. Bibliogr. p. 301-307. Index
Autres auteurs :
Sujets : Armenie -- Histoire -- 1917-1921
ISBN : 9782870272800
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 8,46 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :


Livre numéro 193
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Il venait de la ville noire, Souvenirs d'un Arménien du Caucase
Titre : Il venait de la ville noire, Souvenirs d'un Arménien du Caucase / auteur(s) : Nikita DASTAKIAN -
Editeur : L' Inventaire
Année : 1988
Imprimeur/Fabricant : Paris : Impr. IGP
Description : 413 p.- cahier photo n/b de 16 p. : ill., couv. ill. ; 15 x 21 cm
Collection :
Notes : En coédition avec le CRES (Genève)
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [introduction] -
Sujets : Génocide arménien (1915-1916 ) -- Récits personnels
ISBN : 9782910490157
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 21,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

4e de couverture

Ces Souvenirs d'un Arménien du Caucase sont la très véridique et fantastique histoire d'un homme simple, Nikita Dastakian.
Nikita Dastakian est né avec le siècle, dans la communauté arménienne de Transcaucasie.
Ce nom sonne comme une musique et, pour quiconque n'y a pas été, il évoque un pays, beau, fabuleux, mythique.
Mais la communauté arménienne, comme tant d'autres communautés porteuses d'une culture ancienne et précieuse, va être balayée par, selon l'expression d'A. Courhan, «la marée noire des sociétés modernes».
Le dix-neuvième siècle accouche du vingtième dans de grands soubresauts : l'Empire ottoman et l'Empire russe s'agitent et s'entrechoquent, les Arméniens sont massacrés et dispersés. Tout jeune, Nikita Dastakian participe à leur Diaspora, mais les remous colossaux qui agitent l'Occident dans cette première moitié du siècle vont, au travers des situations les plus extraordinaires, ballotter notre homme de Bakou, la «Ville Noire», capitale du pétrole au début du siècle, en Europe et jusqu'en Sibérie.
Voici, dans un parler où sonnent les langues et les souvenirs des peuples d'Occident et d'Orient, un témoignage sur cinquante ans d'histoire qui ont façonné la situation géopolitique actuelle de l'Europe et de l'ex-Union soviétique.
Voici un document inestimable sur tout un pan du destin mal connu des Arméniens de Transcaucasie.
Voici l'histoire d'une grande aventure personnelle où l'humour et la sage bienveillance du conteur relatent les faits les plus cocasses comme les plus terribles, sans ombre de rancune.
Voici, enfin, un livre où vous verrez que le méchant ne saurait jamais tout à fait vaincre le bon, ni le grand écraser le petit. Ouvrez-le vite !
J. MERLEAU-PONTY


Véritables "confessions d'un enfant du siècle", ces "souvenirs d'un Arménien du Caucase" racontent le destin hors du commun de Nikita Dastakian. Né en 1897, cet Arménien a en effet participé à tous les grands événements qui ont fait l'histoire de la Russie puis de l'URSS au XXe siècle. Tout commence à une époque heureuse où, dans le Caucase, Arméniens et Tatars vivent en paix. Le père du petit Nikita, Abraham, s'installe alors en périphérie de Bakou, dans une de ces "villes noires" pour devenir un notable incontournable : il est Directeur général de l'Association des producteurs de pétrole. Mais avant d'en arriver là, Abraham Dastakian a connu la vie trépidante pétersbourgeoise, et les geôles de la Forteresse Pierre-et-Paul où l'on jetait ceux qui, comme lui, soutenaient le célèbre mouvement Narodnaïa Volia. En racontant les origines de sa famille, Nikita Dastakian nous permet surtout de saisir la complexité d'un empire russe qui parvient difficilement à garder la main-mise sur ses minorités et ses richesses naturelles.
L'enfance de Nikita est plutôt idyllique. Il raconte la ville, le quotidien d'un peuple tranquille heureux de profiter du soleil toute l'année. Les portraits des notables arméniens et tatars sont croustillants, les anecdotes incroyables. On est loin des soucis de l'empire russe.

Mais les premiers massacres d'Arméniens en 1905, perpétrés par les Tatars, sonnent le glas de cet âge d'or. Les enfants Dastakian sont alors envoyés chez une tante de Saint-Petersbourg où ils poursuivent leurs études, loin des conflits qui animent le Caucase.

Ils sont rattrapés par les événements avec l'entrée en guerre de l'empire russe aux côtés des Alliés. L'empire ottoman est alors menaçant. Nikita Dastakian combat en tant qu'officier, d'abord sur le Front autrichien, puis à Bakou où les soldats russes abandonnent le front en masse après la Révolution d'Octobre 1917. Nikita témoigne alors des exactions contre les Arméniens, qui le pousseront à fuir en Perse. Mais le voyage ne s'arrête pas là.

Après quelques années en Europe, à Paris, Berlin, et Londres, le jeune Dastakian rejoint son père en Roumanie, en 1925. Là-bas, il se fait de nouveaux amis, travaille. La Seconde Guerre mondiale vient bouleverser sa vie. Car si les Roumains sont d'abord neutres, la démission du roi Carol II, puis la prise du pouvoir par Antonescu les pousseront aux côtés des Nazis. Le témoignage de Nikita s'applique ensuite à décrire méthodiquement les purges organisées par les Soviétiques après leur entrée dans le pays. Notre héros est alors menacé en tant que "ancien officier de l'armée tsariste" et employé d'une entreprise dirigée par un activiste arménien en Roumanie. Arrêté, il est envoyé en camion à Kichinev, puis en train à Moscou. Direction la Loubianka. Son rôle de "mouton" auprès d'importants personnages nazis nous apprend beaucoup sur l'envers de la Seconde Guerre mondiale. Et si la mort de Staline lui fait espérer la liberté, il n'obtiendra qu'une "déportation à vie", ou relégation, au Kazakhstan, dans un petit village. Nikita aurait pu finir sa vie en Asie Centrale, mais le sort en décide à nouveau autrement. Des nouvelles de parents proches, vivant à Paris, permettent à Nikita d'élaborer un plan. Il entreprend alors une action pour quitter l'URSS. Ce qu'il parvient à faire en 1956, le jour même où les troupes soviétiques occupent Budapest. Sa nouvelle vie à Paris commence alors.

Tous ces événements, Nikita nous les raconte avec simplicité et parfois avec humour. Son regard parfois candide ne manque cependant jamais de pertinence. Il nous éclaire sur les vicissitudes de destins les plus incroyables, car ce livre est aussi l'histoire de nombreuses rencontres impromptues, au détour d'une rue de Bakou, d'un convoi militaire, d'une geôle ou d'une allée de camp. En écrivant ses mémoires, Nikita Dastakian rend hommage à sa famille, elle aussi victime de ce siècle, et à ces inconnus. Il montre aussi que l'espoir fait vivre.

Elena Pavel, Revue Regard sur l'Est


Livre numéro 1368
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Les Arméniens, Le visage d'un peuple
   
Titre : Les Arméniens, Le visage d'un peuple / auteur(s) : Fondation internationale Lelio Basso -
Editeur : roupen boghossian
Année : 1985
Imprimeur/Fabricant : Altapress - Beyrouth (Liban)
Description : 16,5 x 22,5 cm, 174 pages, couverture illustrée par Hagop Micaelian
Collection :
Notes : Actes du symposium organisé du 18 au 20 octobre 1985 à Venise (Italie), Ca'Corner della regian, Sala del Consiglio Provinciale
Autres auteurs : Anahide TER MINASSIAN [contribution] - Yves TERNON [contribution] -
Sujets : Arménie -- Histoire contemporaine
ISBN :
Prix :

Commentaire :

TABLE DES MATIÈRES

Lettre d'Invitation, p. 5
Programme des travaux, p. 7

1 - SALVATORE SENESE, Discours d'inauguration, p. 11
2 - BAYKAR SIVAZLIAN, Les Arméniens : le visage d'un peuple, p. 21
3 - FRANÇOIS RIGAUX, Réflexions préliminaires sur le concept de peuple, p. 25
4 - JOE VERHDEVEN, Peuples et Droit international unité ou diversité, p. 35
5 - ANAHID TER MINASSIAN, Les éléments constitutifs de la culture arménienne, p. 71
6 - GIORGIO VERCELLIN, Rapport concernant les réalité arméniennes dans les sociétés orientales, p. 83
7 - RONALD GRIGOR SUNY, Quelque remarques sur le caractère national, la religion et la manière de vivre des Arméniens, p. 91
8 - OSHEEN KESHISHIAN, Rapport sur le situation des Arméniens aux Etats-Unis, p. 113
9 - YVES TERNON, Comment les Arméniens voient-ils l'avenir de leur peuple, p. 125
10 - ROUPEN BOGHOSSIAN, L'avenir du peuple arménien dans la Diaspora, p. 135

Postface par R. BOGHOSSIAN, Le droit des peuples, le droit au territoire et le peuple arménien de la Diaspora, p. 147
La Déclaration universelle des droits des peuples, p. 161
Quelques échos de la presse, p. 167


Livre numéro 697
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir La Question arménienne
Titre : La Question arménienne / auteur(s) : Anahide TER MINASSIAN -
Editeur : Parenthèses
Année : 1983
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : impr. Laballery
Description : 239 p. couv. ill. 24 cm
Collection : Collection Armenies ISSN = 0248-5877
Notes : Recueil de textes extraits de diverses revues et publications, 1967-1982 Index
Autres auteurs :
Sujets : Armeniens -- 20e siecle * Question armenienne
ISBN : 9782863640197
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 14,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Quatrième de couverture, rédigée en 1983

De la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, la Question arménienne a subi des métamorphoses et le théâtre de ses faits s’est déplacé.
La Question arménienne, c’est tour à tour la question des réformes à accomplir dans les provinces orientales de l’Empire ottoman, le problème du droit à l’existence d’une minorité chrétienne en Asie Mineure ou celui des apatrides arméniens et de leur dispersion mondiale avec la dualité Arménie soviétique –Diaspora. Après la Seconde Guerre moniale, la Question arménienne est posée à la République de Turquie en termes de reconnaissance du génocide de 1915 et en termes d’irrédentisme. Depuis quelques années elle a émergé sous la forme d’un terrorisme plus "national" qu’international, mais dont le champ d’action s’étend aux dimensions de la diaspora.
Cependant, malgré ses avatars, le contenu de la Question arménienne n’a pas varié : ce sont les efforts et l’échec des Arméniens à constituer un Etat national indépendant.

Anahide Ter-Minassian


Livre numéro 1352
Anahide TER MINASSIAN --- Cliquer pour agrandir Revue Critique socialiste, numéro 44, Arménie du génocide à l'explosion
   
Titre : Revue Critique socialiste, numéro 44, Arménie du génocide à l'explosion / auteur(s) : REVUE Critique Socialiste -
Editeur : syros
Année : 1982
Imprimeur/Fabricant : Les Impressions populaires, 65, rue du fbg St-Denis, 75010 Paris
Description : 15,5 x 22 cm, 120 pages, couv. illusttrée en couleurs
Collection :
Notes : Numéro spécial
Autres auteurs : Gérard CHALIAND [contribution] - Jean KEHAYAN [contribution] - Anahide TER MINASSIAN [contribution] - Yves TERNON [contribution] -
Sujets : Génocide arménien -- Négationnisme
ISBN :
Prix : 30 FRF

Commentaire :

Contributions de Gérard Chaliand, Jean Kehayan, A. Ter Minassian, Yves Ternon, Mehmet Kaya, Victor Leduc, Syamend Othman, Pierre Terzian


Sommaire
Présentation, par Victor Leduc
L'écho de Der-Zor, par Jean Kehayan
Interview d'Yves Ternon
Participation des Kurdes dans le massacre des Arméniens 1915, par Siyamend Othman
La question arménienne aujourd'hui, par Pierre Terzian
Une stratégie du possible, par Gérard Chaliand
La dissidence en Arménie soviétique, par A. Ter Minassian
Dépasser le nationalisme, par Mehmet Kaya
Annexes


ligne

  Retour à l'Index des auteurs