Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Boris ADJEMIAN

L'auteur

 
Docteur en histoire (EHESS et Università degli studi di Napoli, 2011). - Chercheur associé au Centre d'études des mondes africains et conservateur de la Bibliothèque arménienne de la Fondation Nubar à Paris (en 2013)
ligne
Livre numéro 2025
Boris ADJEMIAN --- Cliquer pour agrandir La fanfare du négus : les Arméniens en Éthiopie, XIXe-XXe siècles
Titre : La fanfare du négus : les Arméniens en Éthiopie, XIXe-XXe siècles / auteur(s) : Boris ADJEMIAN -
Editeur : École des hautes études en sciences sociales
Année : 2013
Imprimeur/Fabricant : Paris : Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales
Description : 1 vol. (350 p.-[16] p. de pl.) : ill., cartes, couv. ill. ; 24 cm
Collection : En temps & lieux, ISSN 1962-7505 ; 47
Notes : Thèse soutenue en co-tutelle. - Bibliogr. p. 314-328. Glossaire. Index ; Texte remanié de : Thèse de doctorat : Histoire : EHESS : 2011. Titre de soutenance : Immigrants arméniens, représentations de l'étranger et construction du national en Éthiopie, XIXe-XXe siècle : socio-histoire d'un espace interstitiel de sociabilités ; Tesi di dottorato : Storia : Naples, Università degli studi di Napoli l'Orientale : 2011
Autres auteurs :
Sujets : Arméniens -- Éthiopie -- 19e siècle -- 20 e siècle
ISBN : 9782713224157
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Combien de fois ai-je entendu dire que "les Arméniens étaient les plus proches des Éthiopiens". Que, contrairement à la plupart des Blancs en Éthiopie, ils n'étaient pas considérés comme des "étrangers ? A partir de l'exemple de la minuscule communauté arménienne et du non moins minuscule épisode de la création d'une fanfare de 40 orphelins rescapés du génocide de 1915, Boris Adjemian met en lumière le silencieux ouvrage d'un enracinement paradoxal, qui place les individus à mi-chemin du national et de l'étranger. En 1924, 40 enfants rescapés du génocide de 1915 sont recrutés par le ras Tâfâri, alors prince héritier et régent de l'Empire d'Ethiopie, pour former la fanfare officielle et c'est le chef d'orchestre de cette fanfare qui compose le premier hymne officiel du nouvel Etat. En focalisant sa recherche sur "la fanfare du négus", Adjemian nous fait comprendre le rôle surprenant joué par ces immigrants étrangers dans l'invention de l'hymne national éthiopien et la place exceptionnelle qu'occupe dans les récits de vie qu'il a recueillis, le thème des Arméniens "amis des Rois". Comment les traces de la présence arménienne continuent-elles à modeler le présent éthiopien ? Que nous dit l'histoire d'une poignée d'immigrants et de leurs descendants sur la construction sociale de l'étranger et du national dans une société africaine qui n'a pas connu la colonisation ? Voici une originale et passionnante porte d'entrée pour explorer à la fois l'histoire de l'Ethiopie et de la construction de l'Etat national contemporain, réfléchir sur le concept de diaspora, les rapports entre mémoire collective et individuelle. Au-delà du cas des Arméniens d'Ethiopie, il nous invite à repenser la question de l'intégration des étrangers dans l'État-nation.

Article d’Anahide Ter Minassian, France-Arménie, numéro 405, Février 2014

Une communauté arménienne, petite par le nombre, a existé en Ethiopie de 1860 à la fin du XXe siècle. L'ouvrage de Boris Adjémian, « La Fanfare du négus », fait connaitre l'importance politique et culturelle de ces Arméniens discrets mais amis des rois du pays.
Les premiers Arméniens arrivèrent d'Arabkir en Éthiopie dans les années 1860, suivis après 1909 des Arméniens d'Aïntab, et des apatrides arméniens après 1915. C'est l'histoire de cette communauté qui n'a pas dépassé 1 200 personnes au XXe siècle, puis sa disparition au rythme des épreuves traversées par l'Éthiopie, de l'annexion italienne (1936) au régime du Dârg (1974-1991), qui constituent la trame du !ivre de Boris Adjémian, « La Fanfare du négus. Les Arméniens en Ethiopie (XIXe-XXe siècles) ». Boris Adjémian est un jeune chercheur en sciences sociales, responsable depuis peu de la bibliothèque Nubarian de Paris. Cette Fanfare est issue de sa thèse de doctorat d'histoire soutenue en 2011, qui selon les termes du préfacier, Gérard Noiriel, « a ouvert des perspectives nouvelles dans le champ des études sociohistoriques sur les diasporas ».

L'Éthiopie (ou Abyssinie), le royaume africain du Nil bleu peuplé de multiples ethnies, christianisé au IVe siècle, possédant un alphabet syllabaire, une langue liturgique, le guèze, et une langue royale, l'amharique, était connue de longue date des Arméniens. État immense aux limites incertaines, n'ayant cessé de lutter contre l'Islam ou de composer avec lui, l'Éthiopie a connu la gloire au début du XIIIe siècle quand le roi Lalibela a fondé une métropole éponyme et un extraordinaire complexe d'églises monolithes creusées dans le sol, en étroite liaison avec l'Église copte au Caire et à Jérusalem. C'est précisément à Jérusalem que, fin avril 1924, le ras Täfäri (régent puis négus (1) en 1928), rencontre le docte patriarche Yéghiché Tourian (19211930). Découvrant les orphelins arméniens recueillis à Jérusalem, il propose «d'adopter» les jeunes musiciens de l'orphelinat, signe un contrat avec le patriarche et fait transférer à Addis-Abeba, les arba ledjotch (les «40 gamins») (2). Une fanfare royale est créée afin de renforcer le prestige du pouvoir éthiopien et l'hymne, composé par son chef Kévork Nalbandian, sera joué jusqu'à la révolution militaro-marxiste de 1974 ! La Fanfare du négus concrétise son «thème puissant» : l'amitié exceptionnelle liant les rois d'Éthiopie à ces Arméniens, «blancs », chrétiens et polyglottes, qui ne sont pas vus comme des färändji (étrangers), mais perçus comme des habäsha (Abyssins) ayant contribué à la modernisation du pays, au moment où ces rois défendent leur pays contre les entreprises de colonisation européenne.

Cette thèse n'est pas une histoire narrative soucieuse de chronologie et de documents d'archives. C'est un ouvrage d'anthropologie historique fondée sur une enquête de terrain menée en Éthiopie et analysée grâce à des outils conceptuels pluridisciplinaires forgés dans les universités occidentales. A la recherche d'une communauté arménienne dont il ne reste que les «traces» à Addis-Abeba (une église, des registres paroissiaux, deux cimetières, un bâtiment scolaire), Boris Adjémian a su capter la confiance des derniers témoins. Il s'est fait remettre la précieuse collection de photos de Mouchegh Terzian. Il a dialogué en 1997 et 1999, avec un informateur prodigieux, Avédis Terzian (1904-2000), et à la veille de sa mort, a enregistré sa parole dont il se dit "co-producteur". Il en résulte un "Grand Récit" qu'il qualifie d’ »autobiographie collective » (3). Elle commence avec les pionniers Boghos Markarian, Sarkis Terzian, «l'orfèvre des rois» Dikran Ébéyan, et continue avec les photographes officiels Bédros Boyadjian et Levon Yazedjian. Cette « autobiographie collective » se déroule sur trois générations, dans un espace immense allant de Massaoua à Harar, et de Diré Daoua à Addis Abéba, la capitale de Ménélik II (1889-1913). Pour décrypter ce mémorial, Boris Adjémian, qui ambitionne d'être un théoricien des diasporas, utilise, de façon presque dogmatique, les travaux de Maurice Halbwachs sur les cadres sociaux de la mémoire et s'inspire de son livre-culte, « La Topographie légendaire des évangiles en Terre Sainte. Étude de mémoire collective ».
« La Fanfare du négus » est un écrit passionnant, doté d'une iconographie fascinante et riche en détails sur les activités (interprètes, agents, trafiquants d'armes, orfèvres, artisans, tisserands, photographes, etc.) des Arméniens d'Éthiopie. Enracinés, certes, dans la société nationale éthiopienne, ils ont choisi des épouses arméniennes, structuré leur communauté et conservé jusqu'à la fin du XXe siècle une identité propre, comme l'atteste ce foisonnement de prénoms arméniens portés par les hommes et les femmes rencontrés au cours des pages.
Anahide Ter Minassian
La Fanfare du négus, Editions EHESS, 2013, Paris, 351 pages, 26 euros.
(1) Roi des rois.
(2) Une expression qui, selon moi, s'inscrit dans la mémoire arménienne des karasoun manouk de Sébastia, ces martyrs de la foi célébrés par l'Église arménienne.,
(3) Sera l'objet d'une publication intégrale.


Livre numéro 1818
Boris ADJEMIAN --- Cliquer pour agrandir Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 15 - Décembre 2012, Légiférer sur la contestation des génocides : débats et enjeux
 
Titre : Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 15 - Décembre 2012, Légiférer sur la contestation des génocides : débats et enjeux / auteur(s) : Revue arménienne des questions contemporaines -
Editeur : Union Générale Arménienne de Bienfaisance
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : Chirat, 42540 Saint-Just-la-Pendue
Description : 14,5 x 22 cm, 109 pages
Collection : ISSN : 1769-8316
Notes :
Autres auteurs : Sévane GARIBIAN [contribution] - Raymond Haroutiun KEVORKIAN [contribution] - Michel MARIAN [contribution] - Boris ADJEMIAN [contribution] -
Sujets : Génocides -- Génocide arménien -- Lois mémorielles
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 20,00 euros

Commentaire :

SOMMAIRE
AVANT-PROPOS p. 5

Première partie
LE DÉBAT DES HISTORIENS
• BORIS ADJEMIAN, Le débat inachevé des historiens français sur les « lois mémorielles » et la pénalisation du négationnisme : retour sur une décennie de controverse p. 9
• GÉRARD NOIRIEL, De l'histoire-mémoire aux « lois mémorielles ».
Note sur les usages publics de l'histoire en France p. 35

Deuxième partie
LE DÉBAT DES JURISTES
• SAVANE GARIBIAN, Droit, histoire, mémoire. Le négationnisme : exercice d'une liberté ou violation d'un droit ? p. 53
• SAVANE GARIBIAN, De l'impunité p. 67

Troisième partie
ENJEUX
• RAYMOND H. KÉVORKIAN, Enjeux politiques et répercussions internationales d'une loi pénalisant le déni de génocide p. 75
• JEAN-PIERRE CHRÉTIEN, Le droit à la recherche sur les génocides et sur les négationnismes p. 87

Quatrième partie
DIALOGUE
AHMET INSEL & MICHEL MARIAN, Le dialogue après la proposition de loi p. 97
COMPTE RENDU
• p. FIROUZEH NAHAVANDI (sous la direction de), Turquie, le déploiement stratégique, Bruxelles, 2012 (Julien Zarifian) p. 107


« Légiférer sur la contestation des génocides », tel est le thème du dernier dossier de la Revue arménienne des questions contemporaines.
« En France, il ne revient pas au Parlement de légiférer sur l'histoire », écrivait l'association Liberté pour l'Histoire, satisfaite au lendemain de la décision du conseil constitutionnel censurant la loi déposée par la députée Valérie Boyer. Boris Adjémian, docteur en histoire, rappelle les nombreuses critiques formulées contre cette loi, notamment celle la qualifiant de loi mémorielle. Mais les historiens n'ont pas été aussi unanimes sur cette question. Selon Gérard Noriel, « Si tous les historiens respectaient les principes de l'histoire-problème tels que Marc Bloch et Lucien Febvre l'ont définie, ils ne risqueraient guère d'être incriminés par les lois mémorielles. » À travers, deux articles, Sévane Garibian mène quant à elle une réflexion sur les rapports entre le droit, l'histoire et la mémoire à travers une dénonciation des lois mémorielles.
« Si la négation est un défi à l'histoire, elle est manifestement aussi un défi au droit », conclut la juriste. Dans un tour d'horizon sur les dimensions politiques et géopolitiques attachées à la loi de pénalisation, Raymond H. Kévorkian évoque les enjeux politiques et les répercussions internationales d'une loi pénalisant le déni de génocide. Selon l'historien, Jean-Pierre Chrétien, la liberté doit être invoquée non seulement contre les tentations abusives de légiférer mais aussi contre les manœuvres judiciaires des partisans du négationnisme. Enfin, l'économiste Ahmet Insel et le philosophe Michel Marian reprennent leur dialogue sur le tabou arménien commencé par l'ouvrage éponyme paru en 2009, après les débats soulevés en France et en Turquie par la loi Boyer.

Sans nom d’auteur, Nouvelles d’Arménie Magazine, numéro 196, Mai 2013


Livre numéro 1366
Boris ADJEMIAN --- Cliquer pour agrandir Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 9, Décembre 2008 - Dossier : La crise russo-géorgienne d'août 2008 et son impact international
 
Titre : Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 9, Décembre 2008 - Dossier : La crise russo-géorgienne d'août 2008 et son impact international / auteur(s) : Revue arménienne des questions contemporaines - Boris ADJEMIAN -
Editeur : Union Générale Arménienne de Bienfaisance
Année : 2008
Imprimeur/Fabricant : Chirat, 42540 Saint-Just-la-Pendue
Description : 14,5 x 22 cm, 144 pages
Collection : ISSN : 1769-8316
Notes :
Autres auteurs : Raymond Haroutiun KEVORKIAN [contribution] - Gaïdz MINASSIAN [contribution] - Julien ZARIFIAN [contribution] -
Sujets : Arménie -- Analyse des questions contemporaines
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 20 euros

Commentaire :

Sommaire
Éditorial, p. 5

Le DOSSIER
Chronologie des événements, p. 7
Aux origines du conflit caucasien : les groupes historiques géorgiens, RAYMOND H. KÉVORKIAN, p. 11
L'impact de la crise d'août 2008 sur l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Turquie, RAYMOND H. KÉVORKIAN, p. 21
Grandes manœuvres au Caucase du Sud, GAÏDZ MINASSIAN, p. 29
La politique des États-Unis au Sud Caucase et les réactions américaines à la crise russo-géorgienne d'août 2008, JULIEN ZARIFIAN, p. 45
L'Europe, la Géorgie et la gestion de la crise d'août 2008, THIBAULT COURCELLE, p. 73

MEMOIRE DIASPORIQUE
La fanfare du négus : questions sur l'apport historique de la mémoire arménienne en Éthiopie, Boris ADJÉMIAN, p. 103

NOTE DE LECTURE, p. 124

LIVRES A LA VENTE
Librairie de l'UGAB, p. 134
Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine, p. 138


Livre numéro 1364
Boris ADJEMIAN --- Cliquer pour agrandir Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 7, Octobre 2007 - Le dossier : La protection du patrimoine culturel et la question des "biens nationaux"
 
Titre : Revue arménienne des questions contemporaines, numéro 7, Octobre 2007 - Le dossier : La protection du patrimoine culturel et la question des "biens nationaux" / auteur(s) : Raymond Haroutiun KEVORKIAN - Revue arménienne des questions contemporaines - Boris ADJEMIAN -
Editeur : Union Générale Arménienne de Bienfaisance
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : Chirat, 42540 Saint-Just-la-Pendue
Description : 14,5 x 22 cm, 160 pages
Collection : ISSN : 1769-8316
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Arménie -- Analyse des questions contemporaines
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 20,00 euros

Commentaire :

Sommaire
Éditorial, p. 3

LE DOSSIER
Protection ou restitution : le sort du patrimoine culturel au coeur du débat sur le progrès et la justice en droit international, Gérard GUERGUERIAN, p. 5
Patrimoine monumental et institutions culturelles en Arménie : une situation contrastée, Raymond H. KÉVORKIAN, p. 29
La destruction du cimetière médiéval de Djoulfa par les autorités azéries ou les limites des instances internationales, Raymond H. KÉVORKIAN, p. 41
Patrimoine monumental et « biens nationaux » arméniens de Turquie : bilan d'une politique d’État, Raymond H. KÉVORKIAN, p. 51

QUESTIONS D’ACTUALITE
Le Sud Caucase et les puissances internationales, Jérôme AUDRAIN, p. 63
Le génocide arménien, la loi et le négationnisme, Boris ADJÉMIAN, p. 81

MEMOIRE DU TERRITOIRE ARMENIEN
La province de Van, Raymond H. KÉVORKIAN, Paul B. PABOUDJIAN, p. 111

LIVRES A LA VENTE
Librairie de l'UGAB, p. 144
Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine, p. 151


ligne

  Retour à l'Index des auteurs