Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Hélène PIRALIAN

L'auteur

Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir
Naissance à Paris

Tout commence pour Hélène Piralian, de mère française et de père arménien, par un mal être inexplicable durant son enfance et son adolescence, alors qu'elle n'avait encore aucune connaissance du génocide arménien. Et ce n'est qu'avec la fréquentation des milieux arméniens qu'elle reconnaîtra le sens de ce mal être et son lien avec le génocide, repérant alors les effets psychiques destructeurs qu'a produit le génocide dans sa propre famille comme sur elle-même. Son travail lui fera comprendre par ailleurs, grâce à la psychanalyse, l'importance d'un tiers extérieur, c'est-à-dire non pris dans l'enfermement génocidaire, tiers indispensable pour sortir de cet enfermement .

ligne
Livre numéro 1414
Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir Arménie : de l’abîme aux constructions d’identité
Titre : Arménie : de l’abîme aux constructions d’identité / auteur(s) :Sous la direction de Denis Donikian et Georges Festa
Editeur : L'Harmattan
Année : 2009
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 1 vol. (244 p.) : ill., couv. ill. ; 24 cm
Collection :
Notes : Notes bibliogr.. Couverture : Masque de Denis Donikian (1994)
Autres auteurs : Janine ALTOUNIAN [contribution] - Annick ASSO [contribution] - Varvara BASMADJIAN [contribution] - Denis DONIKIAN [directeur] - Martine HOVANESSIAN [contribution] - Hélène PIRALIAN [contribution] -
Sujets : Actes du Colloque de Cerisy-la-Salle du 22 au 29 août 2007 sous la direction de Denis Donikian et Georges Festa.
ISBN : 9782296091917
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 24,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Du 22 au 29 août 2007, Cerisy-la-Salle accueillait l’Arménie à l’occasion d’un colloque intitulé : De l’abîme aux constructions d’identité. Le thème choisi portait en lui-même les éléments dramatiques d’une réflexion qui devait être nécessairement plurielle. Cependant, il s’agissait beaucoup plus d’évoquer de près ou de loin ces ondes de choc aux résonances multiples provoquées par la déflagration génocidaire de 1915 que de revenir sur la réalité historique du fait lui-même. Ainsi, le pluralisme des interventions aura-t-il permis d’opérer des ouvertures, des percées, pour ne pas dire des échappées inhabituelles vers des analyses lumineuses, des rapprochements culturels audacieux, des illustrations intimes fortes ou des abstractions esthétiques éclairantes. Il n’est donc pas interdit de dire qu’au cours de ces journées, c’était moins l’austérité de l’histoire qui était convoquée qu’une sorte de géographie mentale éclatée, à l’image non seulement de la dispersion des générations touchées par le génocide, mais surtout d’une quête de sens opérant dans toutes les directions possibles de l’esprit par des esprits impliqués dans la nécessité de dénouer le chaos du monde.


Table des matières

Argument
Introduction de Denis Donikian.


  • I. Ecritures dans la crise
    Frédéric Nevchehirlian : Dans le stade
    Janine Altounian : Un héritage traumatique ne se met à parler que déplacé dans le temps et l’espace culturel
    Anahit Dasseux Ter-Mesropian : Le Temps de la joie
    Annick Asso : La transmission du traumatisme génocidaire au théâtre

  • II. Identités de recherche
    Hélène Piralian-Simonyan : En quoi consiste la reconnaissance du génocide des Arméniens ?
    Martine Hovanessian : Identités narratives : exil et sentiment d’appartenance. Les retours
    Jacqueline Starer : Martin Melkonian, une identité au carrefour d’elle-même
    Frédéric Gross-Quelen : Pérec la lettre déportée

  • III. Questions d’histoire
    Grégoire Krikorian : Le Parlement européen ou l’anti-Lausanne
    Georges Festa : Arménie et Arméniens dans les manuels d’Histoire en classe de Première

  • IV. Géographies
    Antoine Chaudagne : Arménie, Ethiopie, itinéraire sur une géographie imaginaire
    Wadad Kochen-Zebib : Revisiter Cana
    Georges Festa en collaboration avec Marc Koharian et Albert Khazinedjian : Les Arméniens d’Algérie avant 1962 : témoignages de familles

  • V. Métamorphoses
    Denis Donikian : Chemin de Crète
    Varvara Basmadjian : Serviteurs du Palais ou artistes hors des contraintes, quelle identité pour les peintres arméniens de l’Empire ottoman ?
    Barbel Pfander : Le cinéma disjonctif d’Artavazd Pelechian
    Christine Kiffer, conteuse
    Raphaëlle Vierling, artiste
    Milo Dias : De la souffrance à la révolte


Livre numéro 1301
Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir Génocide, disparition, déni ; La traversée des deuils
Titre : Génocide, disparition, déni ; La traversée des deuils / auteur(s) : Hélène PIRALIAN -
Editeur : L'Harmattan
Année : 2007
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : 1 vol. (238 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm ; illustration de couverture Mickaël Simonyan
Collection :
Notes : Bibliogr. p. 229-236
Autres auteurs :
Sujets : Génocide arménien (1915-1916) -- Génocide -- Aspect psychologique -- Traumatisme psychique
ISBN : 9782296048911
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 23,00 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Poursuivant sa réflexion entreprise dans son livre « Génocide et transmission » et toujours à partir du génocide des Arméniens l'auteur s'interroge sur le dispositif politique de la disparition et sur les effets psychiques qu'elle produit sur ceux qui sont restés en vie.
Pourquoi la mise en place de la disparition des êtres, puis de leur corps, est-elle au centre du processus génocidaire, et pourquoi ces dernières années l'exhumation des charniers et l'identification des corps de ces disparus ont-elles revêtu une telle importance pour leurs proches comme pour le reste de la population ?
Enfin pourquoi le déni de l'acte génocidaire fait-il toujours partie intégrante de tout génocide?
Ainsi, à partir d'événements aussi éloignés dans le temps et l'espace que les génocides des Arméniens, des Juifs, des Bosniaques, des Tutsis mais aussi de la Terreur vendéenne et des massacres d'Algérie, l'auteur tentera de dégager les spécificités de ce qu'elle appelle la structure génocidaire qui leur est commune et dont le couple disparition-déni constitue le noyau.
Par ailleurs, sera présente, tout au long de ce livre, une réflexion sur les liens qui unissent les tueurs aux rescapés, mais aussi les héritiers des uns aux héritiers des autres pour comprendre ce qui pourrait permettre aux uns et aux autres de devenir des endeuillés pour pouvoir ensuite être des passeurs de vie.

Livre numéro 713
Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir Parler des camps, Penser les génocides
Titre : Parler des camps, Penser les génocides / auteur(s) :Ouvrage collectif, textes recueillis par Catherine Coquio
Editeur : Albin Michel
Année : 1999
Imprimeur/Fabricant :
Description : 688 pages
Collection : BAM IDEES
Notes : pp. 184-221, article de Raymond Kevorkian
Autres auteurs : Janine ALTOUNIAN [contribution] - Krikor BELEDIAN [contribution] - Catherine COQUIO [directeur] - Raymond Haroutiun KEVORKIAN [contribution] - Hélène PIRALIAN [contribution] -
Sujets :
ISBN : 9782226110930
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 24,40 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

LA DEDICACE DE L'EDITRICE DE L'OUVRAGE

Genre : Ce livre est un recueil collectif consacré aux "crimes contre l'humanité", à la violence génocidaire hier et aujourd'hui et à ses effets sur la vie politique, le langage, la culture, la pensée. 33 chercheurs de diverses disciplines y ont collaboré (droit, histoire, littérature, philologie, philosophie, anthropologie des discours et des représentations, psychanalyse). Note sur la responsable du volume : Catherine Coquio est Maître de Conférences en littérature comparée à Paris IV-Sorbonne. Elle anime depuis 1995 un séminaire dans le cadre de l'Association Internationale de Recherches sur les Crimes contre l'humanité et les Génocides. Nom des auteurs : Janine Altounian, Omer Bartov, Krikor Beledian, Georges Bensoussan, Daniel Binswanger, Jean Bollack, Alain Brossat, Monique Chemillier, Catherine Coquio, Claudine Kahan, Judith Kauffmann, R. Kévorkian, Judith Klein, Muhamedin Kullashi, Charles de Lespinay, Philippe Mesnard, Claude Mouchard, Denise Mendez, Georges Molinié, Véronique Nahoum-Grappe, Hélène Piralian, Myriam Revault d'Allonnes, Sadek Sellam, Marek Sliwinski, Yves Ternon, Etienne Thévenin, Tzvetan Todorov, Enzo Traverso, François Turner, Irving Wohlfarth, Laurence Woisard. Sujet : Le livre tente de frayer, à travers le retour accéléré des pires violences politiques, et le ressassement polémique sur ces questions, un espace de parole et de pensée possible. La phénoménologie des violences y conduit à une interrogation sur l'humain. Parler et penser ici, ce serait réfléchir le langage détruit par la déshumanisation, l'altération de nos pratiques discursives, et en contrepoint la valeur possible du témoignage.

Plan et résumé de l'ouvrage :
- Avant-propos d'I. Wohlfarth et C. Coquio. Place le livre sous le "regard" de l' "Angelus novus" de W. Benjamin, et de "L'Ange au sourire" d'Antelme.
- "Du Malentendu". Synthèse introductive de C. Coquio. Bilan des problématiques en fonction des avancées historiographiques, des débats théoriques et de l'actualité politique ; critique du ressassement polémique, dont la violence est mise en relation avec celle du déni génocidaire ; réflexion sur l'effet des conflits ou cloisonnements disciplinaires et communautaires, et sur la possibilité de les dépasser.
- Un entretien inédit d'Imre Kertész (écrivain juif hongrois rescapé d'Auchwitz).
I. Camps et génocides. Hier et aujourd'hui.
1) L'événement passé au présent (mise au point et bilans lexicaux et méthodologiques. Réflexions critiques sur le rapport politique/éthique, mémoire / recherche / engagement.
2) Concentration et extermination : la déportation génocidaire des Arméniens ; la famine planifiée en Ukraine ; le Cambodge mué en camp de concentration et l'élimination massive de populations ciblées ; "l'épuration ethnique" en ex-Yougoslavie et le génocide bosniaque.
3) L'Occident et ses doubles. Les traditions racistes de l'Occident chrétien et des Lumières ; le génocide rwandais ; les massacres algériens ; la question du colonialisme criminel.

II. Humain, inhumain.
1). Limites de la culture, discours de la limite. La question de l'indicible considérée sur le plan linguistique, littéraire, esthétique, cinématographique. Culture et barbarie, autocritique de l'art. Le statut de la littérature de témoignage confrontée avec la modernité littéraire. La littérature de langue arménienne et certains écrivains-témoins de la Shoah : P. Rawicz, P. Celan, I. Kertész.
2) L'homme témoin de l'inhumain. Les conditions et les formes du témoignage, la recréation d'une subjectivité et d'une communication à partir d'une langue et d'une communauté détruites. La négativité radicale de l'expérience des camps (Chalamov) ; la notion d'espèce humaine ( Antelme), la zone grise et la place de l'enfance (P. Lévi).

Annexe : chronologie détaillée de l'évolution du droit international en matière de crimes contre I'humanité, alternant avec une chronologie succincte des événements. Objectifs : - tenter une pensée transversale consciente des limites du "comparatisme" comme des débats focalisés sur l'unicité de la Shoah ; faire émerger des événements moins connus ; dépasser la comparaison des régimes totalitaires pour saisir la spécificité et l'actualité du crime génocidaire, son articulation avec le phénomène concentrationnaire. - faire entrer en relation l'approche "externe" et l'approche "interne" de tels événements, les recherches historiographiques et théoriques et les témoignages. Tout en respectant les singularités de chaque événement et la spécialisation des approches, dépasser les exclusives entre mémoire, politique, droit et histoire, approches "objectives" et "subjectives". - Tenter une compréhension critique du témoignage littéraire. Y montrer à l'oeuvre une critique de la culture et de l'art comme "documents de barbarie" (W.Benjamin). L'existence d'une poésie autocritique et créatrice, responsable par sa forme, réplique au verdict d'Adorno sur la poésie impossible après Auschwitz, ainsi qu'au motif de l'indicible. Par ce décentrement historiographique et culturel, on s'interroge sur ce que serait un "'héritage" humain de ces expériences d'inhumanité. Le propos sur l'inhumain s'en tient à la lecture serrée des témoignages, afin d'éviter tout universalisme abstrait, et de reconnaître la dimension linguistique au coeur du phénomène humain.

Note sur la contribution finale de C. Coquio : hormis la synthèse en introduction, elle livre sous le titre "'Parler des camps, parler au camp. Hurbinek à Babel", une réflexion sur la lecture du témoignage et le statut du langage au sein de la "zone grise", l'espace de la perte des repères éthiques au camp. L'allégorie, chez P. Lévi, de l'enfant muet Hurbinek qui tenta en vain de parler au coeur de Babel, et le phénomène du jeu des enfants à Auschwitz, commenté par Eisen, sont pris comme deux modèles d'humanité résiduelle qui échappent en partie, l'un par le relais d'un écrivain témoin, l'autre par une forme inédite d'innocence active, à l'emprise du mythe destructeur d'humanité.


Table des matières

- Questions en préambule.
- Catherine COQUIO. A propos d'un nihilisme contemporain. Négation, déni, témoignage.

1. ARGUMENTS.
I. Négation et témoignage

Frédéric WORMS. La négation comme violation du témoignage.
Marc NICHANIAN. De l'archive. La honte
Michel DEGUY. De l'incroyable.
Nicole LORAUX "Le brouillé dissimule un rêve".
(Texte précédé d'un avertissement de Patrice Loraux).

II. Négationnismes, révisionnismes

Enzo TRAVERSO. Révision et révisionnisme
Nadine FRESCO. Des illuminés imperméables : généalogie du négationnisme.
Albert HERSKOWICZ. L'antisémitisme aujourd'hui : au-delà de la négation.
Yves TERNON. Historien. Le spectre du négationnisme : analyse du processus de négation des génocides du XXe siècle.
Sévane GARIBIAN. La Loi Gayssot, ou le droit désaccordé.

III. Formes et fonctions sociales du déni

Pierre PACHET. Indifférence, fabulation et négation : les franges de la parole publique.
Véronique NAHOUM-GRAPPE. Anthropologie du regard oblique : le piège des diffractions.
Janine ALTOUNIAN. Emprise et démantèlement du déni. L'importance des délimitations dehors/dedans.
Bernard LEMPERT Le vote et le crime.
Luiza TOSCANE. Le statut de la victime dans les ONG : une expérience tunisienne

2. EVENEMENTS
IV. Turquie-Arménie-Kurdistan

Krikor BELEDIAN. Le retour de la Catastrophe (sur la littérature arménienne en 1918-1922).
Martine HOVANESSIAN. Anthropologie du témoignage et de l'histoire orale : traversée des lieux de l'exil et désappartenance.
Hélène PIRALIAN. Rupture de généalogie et identité perdue : du lien bourreau-victime
Mustapha OVAYOLU. Kurdistan : avis de recherches.

V. Génocides et camps nazis.

- Les camps et la Shoah.
Federica SOSSI. Témoigner de l'invisible.
Georges PETIT. La fin du camp de Langenstein, entre histoire et mémoire.
Aurélia KALISKY. Refus de témoigner, ou chronique d'une métamorphose : du témoin à l'écrivain
(Imre Kertész, Ruth Klüger)
- Le génocide des tsiganes.
Henriette ASSEO. Le statut ambigu du génocide des tsiganes dans l'histoire et la mémoire.
Marie-Christine HUBERT et Jean-Luc POUEYTO. Génocide et internement : histoire Gadjé et mémoires tsiganes.

VI. Aux marges de l'URSS

Jean-Louis PANNE. La négation de la famine en Ukraine (1932-1933).
Frosa PEJOSKA. L'écriture comme cénotaphe. A propos de Danilo Kis.

VII. Amérique du sud : la disparition.

Pilar CALVEIRO. La mémoire comme virus. Camps de concentration et disparitions des personnes en Argentine
Jean-Louis DEOTTE. Les paradoxes de l'événement d'une disparition.

VIII. Extrême-Orient.

- Japon
Claude MOUCHARD. Le poème et l'advenu : écriture, liens, réels chez Takarabe Toriko
Mehdi CANITROT. L'écriture d'Hiroshima : un exemple de déni culturel.
- Cambodge
Richard RECHTMAN. Produire du témoignage : à propos du film de Rithy Panh, S.21. la machine de mort Khmer rouge.

IX. Israël-Palestine.

Saleh ABDEL JAWAD. Les témoignages palestiniens entre historiographie israélienne et historiographie arabe : le cas de 1948.
Franklin NARODETZKI. Le traitement de la réalité : de la Bosnie à la Palestine.

X. L'"épuration ethnique" en ex-Yougoslavie.

Catherine COQUIO. Violence et déni dans la littérature : l'ultranationalisme serbe.
Sineva KATUNARIC. Dans les abris et sous les décombres : aperçu sur une littérature croate.

XI. Le génocide des Tutsi du Rwanda.

Louis BAGILISHYA. Discours de la négation, dénis et politiques.
Jean-Pierre KAREGEYE. Rwanda. Le corps témoin et ses signes.
Speciosa MUKAYIRANGA. Sentiments de rescapés.

XII. Afrique-Antilles : après l'esclavage et la colonisation.

Yolande GOVINDAMA. Déni de l'esclavage et sa fonction dans le lien social et la dynamique psychique (Antilles-Réunion).
Mongo BETI. Repentance (De la France et du Cameroun).
Nils ANDERSSON. Le témoignage dans le travail d'histoire : l'exemple algérien.
Fatiha TALAHITE. L'histoire jugera... ou le procès déplacé.
François-Xavier VERSHAVE. Criminalité économique et crimes contre l'humanité en Afrique : une synergie occultée.


Livre numéro 544
Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir Génocide et transmission : sauver la mort, sortir du meurtre
Titre : Génocide et transmission : sauver la mort, sortir du meurtre / auteur(s) : Hélène PIRALIAN -
Editeur : L'Harmattan
Année : 1995
Imprimeur/Fabricant : 58-Clamecy : Impr. Laballery
Description : 119 p. 22 cm
Collection : Sante, societes et cultures
Notes : Texte francais seul Bibliogr. p. 115-118
Autres auteurs :
Sujets : Armeniens Massacres des 1915-1923 * Genocide -- Aspect psychologique * Armeniens -- Identite ethnique * Deuil psychanalyse * Armeniens -- A l'etranger -- Psychologie
ISBN : 9782738429711
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 10,70 euros
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

A partir du génocide des Arméniens, l'auteur s'interroge: si le projet génocidaire est bien celui qui programme, au-delà du meurtre de tous les vivants d'un groupe, la destruction des fondements mêmes de la transmission, quelles sont les conséquences psychiques d'une telle mise en place pour les héritiers des survivants ?
En effet, lorsque les génocidaires, par-delà le meurtre, mettent en place la déshumanisation puis la disparition des corps morts, ne tentent-ils pas de rendre toute symbolisation de la Mort, autrement dit tout deuil de ces morts impossible, contraignant ainsi leurs héritiers à offrir leurs propres corps en guise de sépultures ?
Cependant la Mort, rendue de cette façon non symbolisable pour les héritiers des victimes, ne l'est-elle pas tout autant pour ceux des génocidaires qui, en ce cas, héritent à la fois d'une falsification de leur histoire et d'un charnier de morts déniés ?

S'il en est bien ainsi, les héritiers des uns et des autres se trouveraient pris dans une même scène de meurtre qui les unirait et hanterait leur imaginaire comme retour toujours possible, dans le Réel, de ce meurtre génocidaire qui, toujours dénié, est resté comme en suspens de symbolisation.
Des lors, peut-on encore penser que les uns puissent, sans l'appui des autres, sortir de cette emprise qui perdure depuis 1915 et dont ils sont ensemble les victimes ?


Livre numéro 2044
Hélène PIRALIAN --- Cliquer pour agrandir Un Enfant malade de la mort - lecture de Mishima, relecture de la paranoïa
Titre : Un Enfant malade de la mort - lecture de Mishima, relecture de la paranoïa / auteur(s) : Hélène PIRALIAN -
Editeur : editions universitaires
Année : 1989
Imprimeur/Fabricant : Impr. en Belgique
Description : 15 x 23 cm, 128 p. : couv. illustrée
Collection : Emergences
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Mishima, Yukio (1925-1970 ) -- Psychologie -- Psychanalyse et littérature
ISBN : 9782711303731
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix : 135 FRF
Achat possible sur : Amazon

Commentaire :

Comment peut-on vivre quand il n'y a de désir que pour des morts dont la mort est déniée ?
Comment peut-on vivre quand c'est d'être vivant qui ferait mourir ces morts-vivants ?
Comment peut-on vivre en étant soi-même ni vivant ni mort ?
Autant de questions qui constituent le quotidien du paranoïaque dès sa naissance, dès avant sa naissance et qui semble le condamner à une vie en sursis qu'il appelle parfois son calvaire et qui ne cesse de le convier à la mort comme à des noces avec lui-même.
C'est ainsi qu'un des héros porte-parole de Mishima s'étonne : "Comment l'impossible pourrait-il être une destinée ?" Cet impossible ne serait-il pas celui de l'impossible symbolisation de la Mort, et, en ce cas, sur quoi s'appuierait cette impossibilité ? Serait-ce d'un deuil, d'un deuil impossible, et impossible pour qui ?
C'est à la reprise et à l'exploration de ces questions, questions qui s'organiseront autour de ce que l'auteur appelle : "la forclusion de la Mort" (posé comme signifiant central de la structure paranoïaque) qu'à travers la lecture de l'oeuvre de Mishima, il nous convie.

Sommaire

Introduction 9
I. Privé de Mort, privé d'amour. 15
II. Est-il mort, est-il vivant 9 51
III. A la lisière du lien. 71
IV. Le prisonnier nu. 105


ligne

  Retour à l'Index des auteurs